Aller au contenu

Sablet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sablet
Sablet
Vue sur Sablet.
Blason de Sablet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Intercommunalité Communauté de communes Vaison Ventoux
Maire
Mandat
Jean-Pierre Larguier
2020-2026
Code postal 84110
Code commune 84104
Démographie
Gentilé Sabletains, Sabletaines
Population
municipale
1 391 hab. (2021 en augmentation de 11,37 % par rapport à 2015)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 36″ nord, 5° 00′ 23″ est
Altitude 150 m
Min. 112 m
Max. 419 m
Superficie 11,1 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vaison-la-Romaine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Sablet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Sablet
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
Sablet
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Sablet

Sablet est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie

[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'ouest des dentelles de Montmirail.

Communes limitrophes de Sablet
Rasteau Séguret
Sablet
Violès Gigondas

Accès et transports

[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 23 et 7 passent par le bourg alors que les 977 et 69 ne font que traverser la commune.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7 et les gares TGV celles d'Orange (18 km) et d'Avignon (45 km).

On trouve à l'ouest du bourg les plaines de l'Ouvèze et de la vallée du Rhône, et à l'est les dentelles de Montmirail et le « Cheval Long » (sommet à 428 mètres), qui est orienté sur un axe nord-sud.

La partie communale située hors des Dentelles est essentiellement composée d'un substrat détritique constituant le piémont du massif et d'alluvions quaternaires (limon et galets roulés) charriées par l'Ouvèze.

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de Carpentras auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

L'Ouvèze passe à l'ouest de la commune et le Trignon, un affluent gauche de l'Ouvèze, au sud, traçant la limite avec Gigondas.

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen franc, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat méditerranéen et est dans la région climatique Provence, Languedoc-Roussillon, caractérisée par une pluviométrie faible en été, un très bon ensoleillement (2 600 h/an), un été chaud (21,5 °C), un air très sec en été, sec en toutes saisons, des vents forts (fréquence de 40 à 50 % de vents > 5 m/s) et peu de brouillards[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 768 mm, avec 5,9 jours de précipitations en janvier et 3,1 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Beaumont-Mt Serein », sur la commune de Beaumont-du-Ventoux à 13 km à vol d'oiseau[3], est de 7,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 317,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 33,4 °C, atteinte le ; la température minimale est de −18 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Au , Sablet est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9] et hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (68,9 %), forêts (14,6 %), zones agricoles hétérogènes (9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (4,4 %), zones urbanisées (3 %)[12]. L'évolution de l'occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Préhistoire et Antiquité

[modifier | modifier le code]

La colonisation romaine a laissé quelques traces des cultes pratiqués dans la vallée de l'Ouvèze, avec un autel à Mars Albiorix, un autre où figurent les Destinées et quelques-uns anépigraphiques. Le site du Gros-Pata a permis d'exhumer quelques lampes votives[13].

La bulle pontificale d'Honorius III est le plus ancien texte mentionnant la commune. Elle fut publiée en 1219, en faveur d'Esmengarde de Mévouillon, dame de Sablet, et épouse de Guillaume 1er, prince d'Orange, qui venait d'être tué par les Avigonnais, partisans du comte de Toulouse, marquis de Provence[13].

Sablet, comme tout le Comtat Venaissin, devint terre pontificale en 1274. Le 5 février, ses chefs de famille rendirent hommage au recteur Guillaume de Villaret qui les avaient réunis à Saint-André-de-Ramières[13].

Renaissance

[modifier | modifier le code]

Les remparts, d'origine médiévale, furent restaurés en 1637 et leurs coursières couvertes afin de mieux protéger les gardes[13].

Période moderne

[modifier | modifier le code]

La commune fut épargnée par le peste de 1720. En action de grâce, les habitants élevèrent une chapelle à saint Roch[14]. Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

De 1907 à 1952, la ville possède une gare sur la Ligne d'Orange à Buis-les-Baronnies.

Période contemporaine

[modifier | modifier le code]

Le terroir de l'AOC villages Sablet a été classé en côtes-du-rhône villages en 1974[15]. Il est constitué de collines de saffre, sable jaune à grésification irrégulière d'âge helvien. C'est lui qui a donné son nom à Sablet.

La coopérative vinicole Le Gravillas a été construite en 1935[16].

Le village est devenu célèbre dans le monde de la littérature contemporaine grâce à la journée du livre de Sablet, qui se déroule le dernier week-end de juillet depuis 1988[17]. Elle est organisée par les compagnons des Barrys et rassemble plus d'une centaine d'écrivains venus de toute la France pour présenter leurs derniers ouvrages sur la place du village. Sablet aujourd'hui fait partie des salons qui comptent dans le milieu littéraire. À peu près toutes les plumes de renom sont venues le samedi et le dimanche goûter la chaleur de la place et se sont vu offrir une bouteille spéciale Cuvée du Livre, élaborée par les producteurs du vin sablet[18].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Sablet

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la tour perronnée de trois marches d'argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, au chef aussi d'argent chargé de l'inscription SABLET en lettres capitales aussi de sable.

Devise : fidelis et tutus (fidèle et sûr)

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Mairie de Sablet.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Claude Raynaud    
mars 2014 En cours Jean-Pierre Larguier DVG[19] Cadre supérieur
Président de la Communauté de Communes (jusqu'en 2020)

La commune de Sablet, qui était du comtat Venaissin dans les États pontificaux en 1789, est passée dans le département de la Drôme en 1792, puis dans celui de Vaucluse en 1793, dans le district de Carpentras comme chef-lieu de canton, enfin en 1801 dans l'arrondissement d'Orange et le canton de Beaumes, devenu Beaumes-de-Venise en 1954.

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Vaison Ventoux, qui fait elle-même partie du syndicat mixte d'aménagement de l'Aygues et du syndicat mixte d'aménagement du bassin de l'Ouvèze (SIABO).

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2021, la commune comptait 1 391 habitants[Note 2], en augmentation de 11,37 % par rapport à 2015 (Vaucluse : +1,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0108958861 1531 1971 2641 3111 3271 369
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3331 3261 3631 2581 1621 1171 0281 007968
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 075989975897865928883862886
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 0071 0399821 0141 1681 2821 2491 2671 219
2015 2020 2021 - - - - - -
1 2491 3811 391------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique
Vieux foudres en bordure du vignoble de Sablet.

Le tourisme, tout comme la viticulture et plus largement l'agriculture, joue un rôle important dans l'activité économique de la commune.

Agriculture

[modifier | modifier le code]

Sablet est l'une des seize communes à avoir le droit d'accoler son nom à l'AOC côtes-du-rhône-villages. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, le label vin de pays de la Principauté d'Orange.

La commune possède un syndicat d'initiative.

Enseignement

[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune disposent d'une école : l'école du stade[24]. Les collèges et lycées (classique ou d'enseignement professionnel) se trouvent à Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange.

Le cadre des dentelles de Montmirail, situées sur le territoire de Gigondas, est propice aux randonnées pédestres, au cyclotourisme et au VTT, ainsi qu'à la pratique de l'escalade.

On trouve sur la commune une pharmacie, deux médecins associés, une clinique dentaire avec deux chirurgiens-dentistes, dont un spécialiste des implants, deux kinétherapeutes, cabinet infirmiers. Les spécialistes, hôpitaux et cliniques se trouvent sur Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange.

Écologie et recyclage

[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes Vaison Ventoux.

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du ministère de l'Écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte d'Azur, et du MNHN (service du patrimoine naturel)[25].

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Église Saint-Nazaire.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Sablet et Beaumont-du-Ventoux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Beaumont-Mt Serein », sur la commune de Beaumont-du-Ventoux - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Beaumont-Mt Serein », sur la commune de Beaumont-du-Ventoux - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Insee, « Métadonnées de la commune de Sablet ».
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. a b c et d Robert Bailly, op. cit., p. 351.
  14. Robert Bailly, op. cit., p. 352.
  15. Sablet
  16. Base Mérimée
  17. Journées du livre de Sablet
  18. Isabelle Scheibli, op. cit., p. 82..
  19. « Résultats municipales 2020 à Sablet », sur lemonde.fr (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. Fiche de l'annuaire du ministère de l'éducation nationale
  25. Responsabble Natura 2000

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, , 475 p. (ISBN 978-2-903044-27-5)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)
  • Isabelle Scheibli, Les Dentelles de Montmirail. Invitation à la flanerie, Avignon, Editions Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de Vaucluse, , 92 p. (ISBN 2-9518837-0-6)

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]