Visan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Visan
Visan
Blason de Visan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Intercommunalité Communauté de communes Enclave des Papes-Pays de Grignan
Maire
Mandat
Corinne Testud-Robert
2020-2026
Code postal 84820
Code commune 84150
Démographie
Gentilé Visanais, Visanaises
Population
municipale
1 956 hab. (2019 en augmentation de 2,41 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 56″ nord, 4° 57′ 05″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 386 m
Superficie 41,07 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Valréas
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Valréas
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Visan
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Visan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Visan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Visan
Liens
Site web visan-mairie.com

Visan est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants s'appellent les Visanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Visan est une des quatre communes vauclusiennes du canton de Valréas enclavées dans la Drôme (enclave des papes), la plus au sud de l'enclave.

Situation de l'enclave des papes dans le département du Vaucluse.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à neuf kilomètres de Valréas. Elle est traversée par les routes départementales 20, 161, 162 et 976. Les autocars transportent les voyageurs vers Orange, Avignon ou Valréas. L'accès depuis le TGV se fait depuis Avignon (gare TGV ou gare du centre-ville), Orange ou Montélimar. Le trajet Paris-Montélimar en TGV prend 2 h 50.

Lieux-dits et quartiers[modifier | modifier le code]

Visan est découpée en plus de soixante quartiers, voici quelques noms typiques :

  1. la Martinelle
  2. la Buissonne
  3. la Buzarde
  4. la Bergide
  5. la grande auziere
  6. la Blache
  7. le Plan
  8. L'Obrieu
  9. le Lautaret
  10. Claron
  11. la Carne
  12. le Couvent
  13. le Bas-Gibard.

Relief[modifier | modifier le code]

Vue sur le mont Ventoux.

Alors que l'ouest du village est un territoire de plaine avec des hauteurs très limitées, l'est est composé de nombreuses petites collines.

Le point culminant est à 367 mètres au-dessus du quartier du Lautaret.

Géologie[modifier | modifier le code]

La diversité des sols est importante. On trouve des terrains sablonneux au niveau de Frigollet et de Roussillac, un substrat argilo-calcaire à Notre-Dame et Coste-Chaude et un terrain caillouteux à Rousseton et La Bastide.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de Valréas auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une petite rivière, l'Hérin, traverse Visan pour aller ensuite se jeter dans le Lez (Rhône) vers Bouchet. La raille de Coste Chaude alimente l'Hérin.

La communauté de communes de l'Enclave des Papes a dans ses compétences la gestion des rivières, c'est-à-dire des ouvrages hydrauliques, cours d'eau, etc.

Climat[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes de l'Enclave des Papes est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Cependant, l'enclave étant située au nord de la région PACA, quasiment à la limite Nord de la culture de l'olivier, certains préfèrent parler d'un climat méditerranéen à influence continentale. Le froid de l'hiver est donc plus important qu'au sud du département. La neige et la glace se voient souvent et le gel au printemps est redouté des vignerons et des paysans[2].

Le mistral est souvent présent. De temps en temps, le sirocco amène le sable du Sahara. Le vent du sud ou le vent d'ouest amène la pluie.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1988 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[3]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records VISAN (84) - alt : 141 m 44° 20′ 12″ N, 4° 54′ 18″ E
Statistiques établies sur la période 1988-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1988 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 2 4,7 7 11,2 14,5 17 16,8 13 9,9 5,2 2,2 8,8
Température moyenne (°C) 5,5 6,7 10 12,5 17,1 20,6 23,5 23,3 18,6 14,6 9,1 5,9 14
Température maximale moyenne (°C) 9,6 11,4 15,2 18 22,9 26,7 30 29,7 24,1 19,2 13 9,6 19,2
Record de froid (°C)
date du record
−9,5
04.01.93
−9,4
07.02.12
−10,9
02.03.05
−4
08.04.21
2,6
07.05.19
6,2
21.06.92
8,1
12.07.93
8,4
22.08.07
5,3
16.09.17
−1
30.10.12
−5,8
27.11.10
−7,5
18.12.10
−10,9
2005
Record de chaleur (°C)
date du record
20,8
10.01.15
23,1
23.02.20
26,8
18.03.97
29,9
27.04.12
33,7
24.05.09
40,5
27.06.19
39,6
24.07.19
41,8
12.08.03
35,6
04.09.16
29,5
03.10.11
23,6
12.11.95
19,8
18.12.89
41,8
2003
Précipitations (mm) 54,7 38,4 39,6 74,8 65,5 43,3 43,6 55,8 122,3 104,5 82 51,9 776,4
Source : « Fiche 84150001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Visan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valréas, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (71 %), zones agricoles hétérogènes (14,2 %), forêts (13,3 %), zones urbanisées (1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 1834, quatre grandes pierres tumulaires, dont deux anaépigraphiques, ont été découvertes dans un domaine de la commune. Sur l'une d'elles était inscrit : « VALERIA FIRMINA VIVA SIBI FECIT »[11]. Ces pierres étaient entourées de tegulae, de vases et de monnaies datant d'Auguste et d'Hadrien. Les sites de Fontainiers et de Bas-Roussillac ont livré des tombes à incinération et du mobilier funéraire. Sur les terres du Domaine de la Bastide, une nymphée a été identifiée et à ses côtés ont été exhumés des pièces de monnaie et de nombreux débris d'amphores[12].

D'autres fouilles ont mis en évidence que sur ce lieu avait été implanté un simple vicus gallo-romain, dont les maisons étaient regroupées autour d'une église paléochrétienne placée ensuite sous le vocable de saint Martin[12].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C'est au Xe siècle que fut édifié un château puisque le lieu fut dénommé Castrum Avisani. Au début du XIe siècle, la première famille seigneuriale est connue. C'est celle des Hugues de Visan à laquelle succéda, en 1169, Roger de Clérieu, qui partagea sa seigneurie avec les bénédictins de Cluny, les Dames de Saint-Césaire d'Arles et les templiers de Richerenches[12].

Le XIIIe siècle est marqué par les conflits entre les évêques du Tricastin et la communauté de Visan (seigneurs et habitants) pour les questions de dîmes. En 1219, l'évêque Geoffroy de Vogüé, dit Gaufridi, réclama et obtint des co-seigneurs Bertrand Bermond et Raymond de Montfort, les dîmes qu'ils gardaient par devers eux. En 1240, ce fut son successeur, Laurent, qui transigea avec Guillaume, le prieur bénédictin de Saint-Saturnin-du-Port, et Bertrand de la Bâtie, prieur de Visan, afin d'obtenir le tiers des dîmes. Le , son coadjuteur Arnulphe, devenu prieur de Saint-Martin de Visan[13], exigea de nouvelles dîmes que les Visannais refusaient de verser. Le conflit fut arbitré par Giraud de Reynat, abbé de d'Aiguebelle, et Pierre Dalmas, commandeur de la maison du Temple de Roaix. La sentence fut rendue le dans le cimetière de l'église Saint-Martin et la communauté obligée de payer le 1/19e sur les grains, fruits et légumes[14].

En 1288, Béatrix de Mévouillon, dame de Visan, racheta à Bertrand des Baux, prince d'Orange, et à son beau-frère, Alberto Médicis, leurs parts et rétrocéda son fief, par acte notarial dressé par Pierre Nicol, au Dauphin Humbert 1er « pour obtenir ses bonnes grâces[14] ».

Sous la Papauté d'Avignon, Benoît XII et Clément VI entreprirent de confisquer ce fief au Dauphin Humbert II. Le premier pontife l'excommunia pour dettes et le second n'accepta de lever la sentence que le en se faisant rétrocéder Visan qui contrôlait les communications entre le Comtat Venaissin et Valréas. Furieux, les Visanais refusèrent de prêter hommage tant que leurs privilèges n'auraient pas été avalisés. Ce que fit Clément VI le [15].

Le passage de Visan sous le contrôle pontifical fit fermer l'Hôtel des Monnaies delphinal. Celui-ci frappait des florins d'or, des vingtains et des douzains blancs, ainsi que des redortats et des deniers noirs[16].

Renaissance[modifier | modifier le code]

La Confrérie des vignerons fut créée en 1475 par la corporation vigneronne et resta en activité jusqu'au décret du , date à laquelle elle fut mise en veille.

En 1562, la cité fut prise d'assaut par le baron des Adrets puis reprise, l'année suivante, par Fabrice Serbelloni. Le château delphinal fut détruit en cette occasion. Une nouvelle tentative des religionnaires de Nyons fut faite pour reprendre le village. Ils furent repoussés et durent abandonner sur place leur artillerie[16].

Les consuls de Visan se firent constamment confirmer leurs libertés et privilèges. Ce fut le cas, en 1574, avec le cardinal de Charles de Bourbon, légat pontifical d'Avignon, puis en 1595 avec son successeur le cardinal Octave d'Acquaviva[15].

En 1621 puis en 1629, la peste ayant ravagé la région, les consuls, au nom de la communauté de Visan, firent vœu d'une célébration hebdomadaire d'une messe à Notre-Dame des Vignes, et ils décidèrent de faire édifier une nouvelle chapelle dans l'église paroissiale placée sous le vocable de Saint Pierre.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Les dominicains, nouvel ordre à s'installer dans le village, arrivèrent en 1731. Ils s'installèrent d'abord à Notre-Dame-des-Vignes, où ils firent édifier leur couvent sur l'emplacement de la vieille église romane qui s'était écroulée en 1478[16]. En 1756, Paul Passionei, le vice-légat d'Avignon, accorda le titre de ville à Visan[11].

Possessions pontificales, Avignon et le Comtat Venaissin furent rattachés à la France le . Le , ces territoires formèrent deux nouveaux districts, Avignon dans les Bouches-du-Rhône et Carpentras dans la Drôme.

Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

En 1800, il y eut modification des limites départementales, Suze-la-Rousse étant rattachée à la Drôme, ce qui eut pour conséquence l'enclavement du canton vauclusien de Valréas, devenu dès lors l'Enclave des Papes.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Depuis 1975, Notre-Dame-des-Vignes abrite une communauté de sœurs dominicaines[17]. La « Confrérie des Vignerons de Visan » qui été remise à l'honneur le , lors de la tenue de la première fête des vins du village[18], s'y rend en procession à chaque chapitre d'hiver et d'été[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes graphies indiquent Avisano (1136), Avisa (1148), Avisani (1418) et Visan en 1643. Ce qui indique le nom d'un latin Avitius avec le suffixe -anum[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Visan

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur au dauphin d'or, à la fasce d'argent brochant sur le tout.[20]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 1989 Pierre Constant[21]   Instituteur
mars 2001 2008 Gérard Sautel UMP Viticulteur
mars 2008 2014 Henri Pelissier UMP Général à la retraite
mars 2014 2020 Éric Phétisson sans étiquette Viticulteur
Juin 2020   Corinne Testud-Robert LR Auxiliaire de puériculture, Conseillère départementale du canton de Valréas et Vice-présidente du Conseil départemental de Vaucluse

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Jean Prevost
Mairie de Visan.
L'imposition des ménages et des entreprises à Visan en 2009[22]
taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 14,01 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 18,66 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 39,95 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 19,68 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[23]).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2019, la commune comptait 1 956 habitants[Note 3], en augmentation de 2,41 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +2,09 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0001 7141 7601 7902 1142 1232 1362 2802 283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3702 2872 3102 2202 0631 8891 9381 8851 830
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8041 7151 7461 3851 4011 3771 3831 3721 283
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2161 2381 2111 2891 5141 6121 8781 9071 987
2019 - - - - - - - -
1 956--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, s'était développé un important artisanat de filature de soie et de laine[28]. De nos jours, c'est un des plus célèbres santonniers de Provence qui est installé sur le bas de la commune, au bord de la route qui mène à Vinsobres.

Agriculture[modifier | modifier le code]

C'est l'une des 16 communes qui a le droit d'accoler son nom à l'AOC côtes-du-rhône-villages. Le village est entouré de collines couvertes par le vignoble. La viticulture tient une place importante dans l'économie locale. Bien que Visan dispose d'une cave coopérative, « La cave des Coteaux », depuis plusieurs années des caves privées s'y sont développées. En 2008, les domaines sont[29] : Le Clos du Père-Clément, le domaine de la Bastide, le domaine de la Bathelière, le domaine de la Cantharide, le domaine de Coste-Chaude, le domaine de la Florane, le domaine de la Fourmente (en conversion bio), le domaine de la Guintrandy, le domaine de Lauribert, le domaine de Lucéna et enfin le domaine de l'Obrieu.

Les vins sont classiquement des assemblages de grenache, cinsault, syrah. Le cépage viognier a fait son apparition pour les blancs.

Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, le label vin de pays de la Principauté d'Orange.

Truffes noires du Nord-Vaucluse et AOC Visan.

Fleuron de la gastronomie française, la truffe est une spécialité provençale, puisque la région produit 80 % des truffes en France[30]. Le Vaucluse, autour du piémont du mont Ventoux est, avec la Drôme provençale, le premier producteur de Tuber melanosporum[31]. Son marché reste hors normes, car c'est la seule production à échapper aux inspecteurs de l'administration fiscale, aucune transaction n'étant réglée par chèque[31]. L'approche des fêtes de fin d'année fait exploser les prix. Mais les meilleures truffes sont celles du mois de janvier, période où elles sont à pleine maturité[30]. En saison, ce sont les marchés de Carpentras et de Richerenches, les plus importants de la région, qui fixent les cours. Les rabassiers (trufficulteurs) affirment, pour justifier les prix, que le « diamant noir » naît entre les pluies des deux Vierges.

La truffe se récolte jusqu'à 1 000 mètres d'altitude. Préférant les terrains calcaires, elle se développe toujours en symbiose avec le chêne blanc ou vert, le frêne et le charme. Il est affirmé que les plus fines poussent à l'ombre du tilleul[32]. Les trufficulteurs organisent chaque année des week-ends permettant de découvrir la rabasse in-situ sur les communes de Visan, Bonnieux, Monieux, Orange et Saint-Pierre-de-Vassols[30].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plusieurs parcours à vélo permettent de visiter la commune et son patrimoine[33].

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Deux boulangeries,
  • Un bar-restaurant,
  • Deux restaurants,
  • Un tabac-presse,
  • deux pizzerias,
  • Une caserne de pompier
  • Une pharmacie,
  • Une agence immobilière,
  • Uun garage
  • Deux salons de coiffure.

Culture[modifier | modifier le code]

Festival de cinéma en plein air de Visan[modifier | modifier le code]

Ce festival a été fondé en 2009, il se déroule chaque année durant la première quinzaine d'août pendant cinq jours dans le centre ancien du village[34]. Il propose des films du répertoire classique des origines à la fin des années 1960, ainsi que des expositions et des conférences avec des acteurs du monde cinématographique. Il est la principale manifestation de la saison estivale de Visan, Enclave des papes, Vaucluse.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école maternelle et une école primaire, le groupe scolaire Josette-Constant[35], ensuite les élèves sont affectés au collège Vallis Aéria à Valréas[36], puis vers le lycée Lucie-Aubrac à Bollène.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Entrée de la médiathèque municipale.
  • Médiathèque municipale

Sports[modifier | modifier le code]

Divers clubs et associations sportives (pétanque, tennis, vélo, etc.). Sports aériens à l'aérodrome de Valréas - Visan. Plusieurs parcours à vélo permettent de visiter les communes et leur patrimoine[33].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Un médecin,
  • Trois infirmières,
  • Un kinésithérapeute,
  • Une pédicure-podologue
  • Une pharmacie.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique en alternance avec d'autres paroisses.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de l'Enclave des Papes.

Cinématographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été tournés à Visan, notamment :

Télévision[modifier | modifier le code]

Les deux premières saisons de l'émission de téléréalité La Ferme Célébrités (2004-2005) se déroulent à Visan.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-des-Vignes.
Porte du Puy Barret.
  • La chapelle Notre-Dame-des-Vignes de Visan (MH), à l'est du village. Elle est considérée comme l'une des plus belles chapelles rurales du département. Son nom primitif était Notre-Dame-d'Entre-les-Vignes en 1492. Les marques de tâcherons gravées sur les pierres taillées font remonter sa construction au XIIIe siècle. Sur son arc triomphant, est placée cette inscription « Posverunt me cvstodem in vineis », « Ils m'ont placée comme gardienne de leurs vignes »[17].
  • L'église Saint-Pierre. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[37].
  • Au nord du village, la chapelle Saint-Vincent, petit édifice en pierre, récemment restaurée accueille des cérémonies liées à saint Vincent, patron des vignerons, et dont la date se remémore facilement autour du  : tel jour Noël, tel jour l'An, tel jour Saint-Vincent.
  • La rue des Nobles avec ses maisons du XVe siècle.
  • L'Hôtel-Dieu dont la fondation remonte au XIVe siècle et le bâtiment actuel au XVIIIe siècle.
  • l'Hôtel Pellissier[38] construit entre 1740 et 1770 par Joseph Pélissier de Saint Ferréol, président du tribunal ecclésiastique de Carpentras et auditeur à la Sainte Rote. L'hôtel de Pélissier a été inscrit au titre des monuments historiques le [39].
  • Des ruines d'un château du XIIe siècle.
  • Des restes de remparts avec deux portes (porte du Puy Barret XIVe siècle et porte Saint-Martin début XVe siècle).
  • Maison Butscher, dite La Maison Bulle : ce bâtiment d’architecture contemporaine est inscrit aux monuments historiques, depuis 2011[40].
  • Les Bornes papales

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Max Gallo (1932-2017), Académicien français, écrivain, historien et homme politique français, possédait une habitation dans la rue des Nobles.
  • Catherine Missonnier, auteure, possède une maison dans la commune. Elle a également écrit un livre se passant à Visan intitulé L'été des espions, Oskar 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. La climatologie du Vaucluse
  3. « Fiche du Poste 84150001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Valréas », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Jules Courtet, op. cit., p. 378.
  12. a b et c Robert Bailly, op. cit., p. 467.
  13. Jules Courtet, op. cit., p. 375.
  14. a et b Jules Courtet, op. cit., p. 376.
  15. a et b Jules Courtet, op. cit., p. 377.
  16. a b et c Robert Bailly, op. cit., p. 469.
  17. a b et c Robert Bailly, op. cit., p. 470.
  18. Site de la Confrérie des vignerons de Visan
  19. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1953.
  20. Armorial du Comtat Venaissin
  21. Josette Ueberschlag, « CONSTANT Pierre, Éloi », sur maitron.fr.
  22. « Impôts locaux à Visan », taxes.com.
  23. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Jules Courtet, op. cit., p. 374.
  29. source : Office de tourisme de Visan)
  30. a b et c Truffe, le diamant noir de la Provence
  31. a et b Jacques Galas, Le mont Ventoux. Encyclopédie d'une montagne provençale, Alpes de Lumières (ISBN 978-2-906162-92-1), p. 111.
  32. Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, Le Pontet, A. Barthélemy, Avignon, 2000, , 207 p. (ISBN 2-87923-041-1), p. 180.
  33. a et b (fr) L'Enclave des papes est encore plus sympa à vélo ! article www.laprovence.com du mercredi 30 avril 2008
  34. Festival de Cinéma en Plein Air de Visan
  35. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  36. Carte scolaire du Vaucluse
  37. « Eglise paroissiale Saint-Pierre », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  38. Patrimoine(s) en Provence-Alpes-Côte d'Azur : Hôtel de Pélissier
  39. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012
  40. « Maison Butscher, dite La Maison Bulle », notice no PA84000062, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)
  • Peter Mayle (trad. de l'anglais), Une année en Provence, Paris, Éditions Nil, , 244 p. (ISBN 2-84111-009-5), p. 54
  • Nicole Gressot, Hélène Ferlanda, AMCV, Visan, un village du Haut Comtat, Imprimex, 2018, 551 p.
  • Chantal Sarrazin, photogr. de Christophe Grilhé Les Coteaux de Visan au fil du temps, Les éd. complicités, 2004, 75 p. (ISBN 2-910721-60-4)
  • Jacqueline Brotte, Au pays de l'Enclave, Visan d'entre les vignes, Ed. de l'Accent, 2007, 95 p. (ISBN 978-2-917174-00-5)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]