Saint-Saturnin-lès-Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Saturnin-lès-Avignon
Saint-Saturnin-lès-Avignon
L'hôtel de ville.
Blason de Saint-Saturnin-lès-Avignon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Avignon
Intercommunalité Grand Avignon
Maire
Mandat
Serge Malen
2020-2026
Code postal 84450
Code commune 84119
Démographie
Gentilé Saint-Saturninois
Population
municipale
4 857 hab. (2018 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013)
Densité 777 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 27″ nord, 4° 55′ 51″ est
Altitude 53 m
Min. 34 m
Max. 117 m
Superficie 6,25 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Avignon
(banlieue)
Aire d'attraction Avignon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pontet
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Avignon
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Avignon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Avignon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Avignon
Liens
Site web http://www.saintsaturnin.com

Saint-Saturnin-lès-Avignon est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle fait partie du Grand Avignon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg est situé à environ 10 km à l'est d'Avignon, au pied de la colline du Puy, la deuxième plus haute élévation de la commune. C'est une commune de faible taille dont la zone urbaine couvre la majorité de l'ouest du territoire, la partie est étant plutôt à vocation agricole.

Accès[modifier | modifier le code]

Le village est au croisement de la route départementale 6 qui va de Sorgues, au nord, à Caumont-sur-Durance, au sud), et de la route départementale 28 qui va d'Avignon, à l'ouest, à Carpentras, à l'est.

La gare de Saint-Saturnin-d'Avignon dessert la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune est relativement plate avec toutefois une ou deux petites collines au nord-ouest (là où se trouve le point le plus haut) et au sud-ouest du bourg.

La commune est majoritairement constituée d'une plaine alluviale récente. Les collines, quant à elles, sont constituées de calcaire urgonien.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par plusieurs bras de la Sorgue.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[2].

Relevés météorologiques[modifier | modifier le code]

Relevés météorologiques de la région d'Avignon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
dont pluie (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 465,4


Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30 °C selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le (et 39,8 °C le ) et −12,8 °C le . Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral[modifier | modifier le code]

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[3]. Le tableau suivant indique les différentes vitesses du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[4].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du Mistral
Jan. Fev. Mars. Avril. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Dec.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Saturnin-lès-Avignon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Avignon, une agglomération inter-régionale regroupant 59 communes[8] et 455 711 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avignon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (54 %), zones urbanisées (38,5 %), cultures permanentes (7,5 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La constitution du village se fit au cours du haut Moyen Âge autour de l'église placée sous l'invocation de saint Saturnin. Celle-ci est citée pour la première fois en 1008[15].

Ce fief fut celui de la famille Saint-Saturnin. Le premier seigneur connu est Guillaume de Saint-Saturnin qui signa avec ses pairs, en 1125, le traité de partage du marquisat de Provence et d'Avignon entre les maisons de Toulouse et de Barcelone. Il y eut d'autres coseigneurs avec les Amic, branche cadette de la maison de Sabran. Giraud Amic, vassal de Raymond VII de Toulouse, prêta hommage au pape, en 1274, entre les mains de Guillaume de Villaret, premier recteur du Comtat Venaissin. En 1325, son fils, Giraud Amic II, voulut vendre ses droits à Bertrand d'Albe. La Révérende Chambre Apostolique - le ministère des finances pontificales - fit valoir ses droits de préemptions et les récupéra pour la somme de 100 florins[15].

Les remparts, dont il ne reste plus que quelques pans intégrés dans les façades des maisons, furent construits au cours du XIVe siècle. Un document, daté de 1388, donne le nom des trois portes qui les ouvraient. Il y avait le portail d'Avignon, du Pont ou du Thor et celui de Jonquerettes[16]. Elles ne sont cependant d’aucune utilité : le village est plusieurs fois occupé par des troupes de routiers dès 1383, et les habitants désertent le village. Il n’est repeuplé qu’après 1440[17].

En 1472, Charles de Saint-Saturnin signa un accord avec le Conseil de Ville d'Avignon concernant une maison destinée à être transformée en école[15].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1535, les Saint-Saturnin cédèrent tous leurs droits sur ce fief à François Louis de Galléas qui possédait déjà la seigneurie de Châteauneuf-de-Gadagne[15].

En 1592, le village fut pris d'assaut et pillé par le baron des Adrets lors de son incursion dans les États pontificaux d'Avignon et du Comtat Venaissin[18].

Une confrérie de Pénitents blancs fut érigée dans la paroisse, en 1595[16], et placée sous le vocable de Notre-Dame de Pitié. Elle perdura jusqu'en 1650[18].

Le dernier seigneur du village, avant la Révolution fut Jean-Baptiste de Galléans, duc de Gadagne[15].

Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Chapelle du Vœu de Guerre.

Au cours du XIXe siècle, la garance fut cultivée sur les terres alluvionnaires de la commune[18].

En 1943, alors que d'énormes dépôts d'explosifs étaient entreposés sur le territoire de la commune voisine d'Entraigues, la municipalité fit le vœu de faire construire une chapelle votive si le village était épargné. L'explosion attendue n'ayant pas eu lieu, il fut donc édifiée une chapelle dite du « Vœu de Guerre » en 1947. Elle est placée sous la protection de Notre-Dame du Sacré-Cœur[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Saturnin-lès-Avignon

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à Saint Saturnin d'argent, tenant sa crosse et bénissant, posé sur une terrasse du même, accosté de deux étoiles d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1816 1826 Joseph Antoine Fraisse    
Les données manquantes sont à compléter.
Maire en 1981 ? Jean Deloume PCF  
mars 1983 mars 2008 Léopold Maigre DVD Commerçant
Vice-président du Grand Avignon
mars 2008 mars 2014 Bernard Goudon[19] (1950-2017) DVD Retraité de l'enseignement (enseignant puis directeur d'école)
Chevalier des Palmes académiques
mars 2014[20] mai 2020[21] Jean Favier SE Ingénieur des travaux public retraité
mai 2020 En cours
(au 23 mai 2020)
Serge Malen SE Conducteur de travaux retraité
10e vice-président du Grand Avignon[22] (2020 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Saturnin-lès-Avignon est jumelée à la commune de Melara, en Drapeau de l'Italie Italie, depuis 1993[23].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Saturnin-lès-Avignon en 2009[24]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 14,25 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 25,85 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 80,56 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 24,56 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2018, la commune comptait 4 857 habitants[Note 3], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8257988181 0861 3731 5171 6401 8021 978
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0052 0182 1582 0131 7621 4121 3951 2641 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1901 2611 3031 2731 2701 3151 3231 3561 354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5111 8282 2232 6642 9413 8354 5504 8204 808
2018 - - - - - - - -
4 857--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 522 €, ce qui plaçait Saint-Saturnin-lès-Avignon au 5 980e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[29].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du mont Ventoux, avec la présence de la Sorgue, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

La commune dispose d'un village vacances.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Roue hydraulique sur le canal d'irrigation.

Vergers et vignes, principalement à l'est de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le village organise chaque année un week-end dédié à la bande dessinée depuis 2009, en février.

La fête votive se déroule chaque année début juillet.

La journée des associations a lieu en septembre.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'Église Notre-Dame-de-l'Assomption dont l'origine remonte au XIe siècle[30].
  • L'oratoire, à l'est du bourg.
  • La Chapelle et oratoire du « Vœu de Guerre ».

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La commune a créé un sentier botanique à l'ouest du bourg.

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

La ligne 11 du réseau TCRA du Grand Avignon dessert Saint-Saturnin à destination d'Avignon, à raison d'un bus par heure en moyenne[31]. Certains parcours assurent la desserte du collège Lou Vignarès à Vedène[32]. Une navette à la demande couvre la partie sud de la commune - principalement la gare - ainsi que Jonquerettes, permettant soit de rejoindre Velleron soit d'aller au lycée René Char.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a trois écoles dans le village :

  • l'école maternelle La Cardelina,
  • l'école élémentaire Jean-Moulin,
  • l'école maternelle et primaire Saint-Joseph.

On trouve collèges et lycées sur les communes voisines et l'université la plus proche est celle d'Avignon.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parcours sportif et d'un complexe sportif avec courts de tennis, etc. Plusieurs associations sportives existent sur la commune[33].

Le , la commune est « ville départ » de la sixième étape du Paris-Nice cyclisme[34].

Rugby à XV

Santé[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs services de santé sur la commune dont des médecins généralistes, des spécialistes, des infirmiers, deux pharmacies, un laboratoire d'analyse, etc.[36].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Saturnin-lès-Avignon dépend du diocèse d'Avignon, doyenné de Sorgues[37],[38].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et le contrôle de la qualité de l'air se fait dans le cadre de la communauté d'agglomération du Grand Avignon, elle-même adhérente au syndicat mixte pour la valorisation des déchets du pays d'Avignon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guillaume de Saint-Saturnin (XIIe siècle), premier seigneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, , 475 p. (ISBN 2-903044-27-9)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Nîmes, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997, , 385 p. (ISBN 2-84406-051-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. La climatologie du Vaucluse.
  3. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  4. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF].
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Unité urbaine 2020 d'Avignon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Avignon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. a b c d et e Robert Bailly, op. cit., p. 385.
  16. a b et c Robert Bailly, op. cit., p. 386.
  17. Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe-XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 59-60.
  18. a b et c Jules Courtet, op. cit., p. 291.
  19. Nathalie Varin, « L'ancien maire de Saint-Saturnin n'est plus », La Provence,‎ (lire en ligne)
  20. Josiane Surrel, « Jean Favier, nouveau maire de la commune », La Provence,‎ (lire en ligne)
  21. « La der' pour Jean Favier, maire », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  22. [1]
  23. jumelage
  24. « Impôts locaux à Saint-Saturnin-lès-Avignon », taxes.com.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 31 août 2017).
  30. Histoire de l'église du village
  31. Plan de Ligne 11
  32. plan ligne 17
  33. http://www.saintsaturnin.com/21-les-sportives.html
  34. ville étape du Paris-Nice 2014
  35. Phase finale 2005-2006 sur itsrugby.fr
  36. http://www.saintsaturnin.com/14-professionnels-de-sante.html
  37. doyenné du Grand Avignon
  38. http://www.saintsaturnin.com/31-culte.html

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]