Joucas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joucas
Joucas
Blason de Joucas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Apt-Luberon
Maire
Mandat
Lucien Aubert
2020-2026
Code postal 84220
Code commune 84057
Démographie
Gentilé Joucassiens, Joucassiennes
Population
municipale
347 hab. (2019 en augmentation de 7,1 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 36″ nord, 5° 15′ 10″ est
Altitude 263 m
Min. 178 m
Max. 447 m
Superficie 8,29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Apt
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Apt
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Joucas
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Joucas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Joucas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Joucas

Joucas est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La commune est située dans le périmètre du parc naturel régional du Luberon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé entre deux des « plus beaux villages de France », Gordes et Roussillon, Joucas est un petit village perché des monts de Vaucluse, face à la vallée nord du petit Luberon et protégé du mistral par son orientation plein sud vers le Luberon[1].

Depuis le village, on peut apercevoir la plaine environnante et les collines ocrées de Roussillon avec petit et grand Luberon en fond. Comme pour la plupart des villages perchés de la région, c’est cette visibilité, et donc possibilité de voir l’ennemi arriver de loin, qui fut l'une des raisons du choix de l’emplacement du village.

Distances à quelques grandes villes les plus proches

Carpentras est à 31 km au nord-ouest, Cavaillon à 21 km au sud-ouest, Aix-en-Provence à 72 km au sud, Apt à 15 km au sud-est, Manosque à 56 km est-sud-est, Digne-les-Bains à 111 km est-nord-est[2].

Parcs naturels régionaux

Joucas est dans le périmètre du parc naturel régional du Luberon[3].

Le parc naturel régional des Baronnies provençales est à 36 km au nord, entre Aurel (Vaucluse) et Montbrun-les-Bains (Drôme)[1],[2].

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Au nord de la D 2 et au sud de la D 4, on accède au village par la D 102[1]. Ses rues caladées sont piétonnes, mais permettent d'apercevoir l'architecture très agréable de ce village perché.

La gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV.

La commune est desservie par les sorties de l'autoroute A7 à Avignon Sud (no 24) ou Cavaillon (no 25). 20 à 25 minutes de l'autoroute, 40 à 50 minutes de la gare TGV et légèrement plus d'une heure de l'aéroport de Marseille-Marignane.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune de Joucas est classée en zone 3 (sismicité modérée, sur une échelle nationale de 1 à 5). Ce zonage correspond à une sismicité pouvant se traduire par des mouvements de terrains avec une accélération comprise entre 1,1 m/s2 et 1,6 m/s2[4].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Après une année 2007 caractérisée par une très faible pluviométrie, 435 mm d'eau en pays d'Apt, 2008 avec 1 202 mm, soit 2,8 fois plus, se place juste derrière l'année 1968. Quant à la moyenne des températures, elle augmente de 0,5°, l'hiver et le printemps ayant été très doux. Le temps pluvieux a affecté la durée de l'ensoleillement avec une centaine d'heures en dessous de la normale[5].

Relevé météorologique d'Apt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 4 6 9 13 16 19 19 16 13 7 4 10,7
Température moyenne (°C) 7 8 11 13,5 18 21,5 24,5 24,5 21,5 17 11 8 15,5
Température maximale moyenne (°C) 11 12 16 18 23 27 30 30 25 21 15 12 19,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 26,7 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 361,1
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11
3
35,3
 
 
 
12
4
21,3
 
 
 
16
6
21,9
 
 
 
18
9
40,6
 
 
 
23
13
26,7
 
 
 
27
16
14,6
 
 
 
30
19
8,2
 
 
 
30
19
18,3
 
 
 
25
16
57
 
 
 
21
13
52,3
 
 
 
15
7
39,1
 
 
 
12
4
25,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par deux ruisseaux : le Carlet[6], long de 8 km, et la Cauquière[7], long de 2 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Joucas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Apt, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (57,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (25,2 %), zones agricoles hétérogènes (23,4 %), cultures permanentes (20,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16,6 %), terres arables (14,7 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les abris de Baume Brune, dans une falaise sur Joucas et Gordes[15], sont un ensemble de 43 abris préhistoriques dont seulement 8 sont ornés. Apparemment rien ne justifie la sélection de ces 8 abris - sauf l'écholocation. Des études d'archéoacoustique ont montré que les seuls abris décorés sont ceux émettant des sons réfléchis ; et l'abri no 12, le plus décoré et le seul décoré avec de la peinture noire, est aussi celui pour lequel les sons réfléchis sont les plus fortes[16],[17],[18].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Joucas est citée en 1071 sous l'appellation de Jocadae, Jocadium. Aux XIe et XIIe siècles, c'est un fief des Agoult. À la fin du XIIe siècle, ceux-ci le vendent aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y implantent une commanderie (fin XIIe début XIIIe siècle). Le village est déserté aux XIVe et XVe siècles.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Joucas fait partie de la quarantaine de localités, de part et d'autre du Luberon[19] dans lesquelles s'installent au moins 1 400 familles de Vaudois des Alpes, soit environ 6 000 personnes, venues des diocèses alpins de Turin et d'Embrun entre 1460 et 1560 selon l'historien Gabriel Audisio. Les deux tiers de ces futurs Vaudois du Luberon sont arrivés entre 1490 et 1520 et la plupart subissent le massacre de Mérindol, qui détruit 24 villages et cause 3 000 morts.

Les habitants embrassèrent la Réforme dans leur quasi-totalité. Le village changea plusieurs fois de mains au cours des guerres de religion. La commanderie, après avoir été détruite, est reconstruite en partie au début du XVIIe siècle ; ses nombreux vestiges sont toujours présents au sommet du village.

Ruines de la Commanderie dans les années 1920.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Joucas

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur au coq d'or posé sur un mont de trois coupeaux du même, accompagné au premier canton d'une croisette de Malte d'argent.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1989 Élie Jean    
mars 2001 En cours Lucien Aubert    
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Joucas en 2009[20]
Taxe Part communale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 8,30 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 10,80 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 41,05 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 15,07 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[21]).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2019, la commune comptait 347 habitants[Note 3], en augmentation de 7,1 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +2,09 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303299310308393390364391455
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
437435398380397311307265232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
219206212181169175180195173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
163201204210258317315316324
2018 2019 - - - - - - -
340347-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignes près de Joucas.

La plaine, c’est-à-dire le sud de la commune par rapport au village, est principalement consacrée à l'agriculture avec du melon, des cerisiers, etc. Sur les hauteurs, au nord, garrigue, bois et oliviers. La commune produit des vins AOC ventoux. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays d'Aigues[26].

Artisanat[modifier | modifier le code]

À l'ouest, une petite zone artisanale (maçons, etc.).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du Luberon, le tourisme joue un rôle, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

On peut considérer trois principales sortes de tourisme en Luberon. Tout d'abord, le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés ou sur des festivals. Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d'hôtes, de l'hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu'offrent le Luberon et ses environs[27].

Le tourisme hôtelier (hôtels, chambres d'hôtes et restaurants, dont un étoilé au Guide Michelin) est une partie importante de la richesse de Joucas.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le village souffre d'une absence de vrai commerce (seulement un bar et une épicerie / dépôt de pains/ saladerie / buvette) mais bénéficie d'équipements (salle des fêtes, tennis municipaux...) et d'initiative (dont expositions artistiques estivales en plein air) qui, ajoutées à son aspect, le rendent très agréable.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Centre équestre[28]
  • Randonnées pédestres (sentiers balisés).
  • Tennis
  • Ballooning
  • En 2007 et 2008, la commune a accueilli une épreuve du Wall Ride Tour.

Cinématographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été tournés à Joucas, notamment Ce soir je dors chez toi d'Olivier Baroux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Joucas, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. a et b « Joucas », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. « Joucas, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Parcs naturels régionaux » activées.
  4. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français.
  5. Roland Sautel, « Le Pays d'Apt », n° 191, février 2009, p. 13.
  6. Le Carlet sur le site du Sandre
  7. la Cauquière sur le site du Sandre
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Apt », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Philippe Hameau, « Falaise de Baume Brune », Rapport de fouilles archéologiques, sur patrimages.culture.gouv.fr, (consulté le ).
  16. [Mattioli et al. 2017] (en) Tommaso Mattioli, Margarita Díaz-Andreu, Angelo Farina, Enrico Armelloni et Philippe Hameau, « Echoing landscapes: echolocation and the placement of rock art in the Central Mediterranean », Journal of Archaeological Science, no 83,‎ , p. 12-25 (lire en ligne [sur academia.edu], consulté le ), p. 12-18.
  17. [Díaz-Andreu et al. 2019] Margarita Díaz-Andreu, Philippe Hameau et Tommaso Mattioli, « Des sites à voir et à entendre : les abris à motifs schématiques de la falaise de Baume Brune (Vaucluse) », L'Anthropologie, no 123,‎ , p. 66-99 (lire en ligne [sur academia.edu], consulté le ).
  18. [Hameau 2006] Philippe Hameau, « Animal et expression schématique néolithique dans le sud de la France : entre réel et idéel », Anthropozoologica, vol. 41, no 2,‎ , p. 103-124 (lire en ligne [sur sciencepress.mnhn.fr], consulté le ).
  19. Gabriel Audisio, Guide historique du Luberon vaudois, éd. du Parc naturel régional du Luberon mars 2002, p. 17.
  20. « Impôts locaux à Joucas », taxes.com.
  21. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  27. Voir Massif du Luberon
  28. Ferme équestre de Joucas