Bédarrides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bédarrides
Bédarrides
Le château d'eau de Bédarrides (1745).
Blason de Bédarrides
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Avignon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Les Sorgues du Comtat
Maire
Mandat
Jean Berard
2020-2026
Code postal 84370
Code commune 84016
Démographie
Gentilé Bédarridais, Bédarridaises
Population
municipale
5 316 hab. (2019 en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 29″ nord, 4° 53′ 55″ est
Altitude 25 m
Min. 20 m
Max. 119 m
Superficie 24,79 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Avignon
(banlieue)
Aire d'attraction Avignon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sorgues
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Bédarrides
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Bédarrides
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bédarrides
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bédarrides
Liens
Site web http://www.ville-bedarrides.fr

Bédarrides est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, chef-lieu du canton du même nom. Elle se situe au confluent de sept rivières du bassin est du Rhône, parmi lesquelles l'Ouvèze et la Sorgue ce qui fait de Bédarrides une ville très inondable. Ses habitants s'appellent les Bédarridais.

La position de carrefour et de confluence de Bédarrides en a fait un centre agricole et de commerce de relative importance entre Avignon, Orange et Carpentras au Moyen Âge, puis sous l'Ancien Régime. Après avoir subi un déclin relatif de son rôle et de sa population à l'époque moderne, Bédarrides est aujourd'hui un bourg fondu dans la zone d'attraction avignonnaise.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Le nom officiel de la commune, défini par le Code officiel géographique de l'INSEE, est Bédarrides. Toutefois, il est également usage, d'une appellation (sans caractère officiel) « Bédarrides-en-Provence », que l'on retrouve d'ailleurs traduite dans une appellation provençale/occitane Bedarrida-en-Provença / Bedarrido-en-Prouvènço.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

La ville de Bédarrides est située à une douzaine de kilomètres d'Avignon, de Carpentras et d'Orange, à l'est de la nationale 7 et de l'autoroute A7 (E714), au nord de Sorgues. On y accède par la route d'Entraigues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Confluence de la Sorgue et de l'Ouvèze à Bédarrides.

Bédarrides est arrosée par les sept rivières suivantes : l'Ouvèze, la Seille, la Sorgue d'Entraigues, la Sorgue de Velleron, la Vallat-Miant, le Réal et l'Auzon. Cette commune est ainsi surnommée la « ville aux rivières » ou « la ville aux sept rivières ».

Le canal de Pierrelatte passe aussi sur la commune.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bédarrides est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Avignon, une agglomération inter-régionale regroupant 59 communes[5] et 455 711 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avignon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (84,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,6 %), cultures permanentes (17,6 %), zones urbanisées (12,9 %), zones agricoles hétérogènes (12,5 %), forêts (2,2 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bédarrides devrait son nom au nom latin Bitturritae, deux tours construites près de la grande place du village après la victoire des Romains sur les Allobroges (bataille de Vindalium, 120 av. J.-C.). Elles devinrent ensuite une villa nommée Villa Bittorita.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants seraient les Voconces et les Cavares.

En 912, la villa Bittorita est donnée à l'évêque Rémi par l'empereur Louis III l'Aveugle. À compter de cette date, elle fut sous l'égide des évêques d'Avignon. En 1210, l'évêque d'Avignon accorda une charte à la bourgeoisie locale afin qu'elle puisse elle-même élaborer les règlements communaux. La ville de Bédarrides voyait le jour.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Charles IV, troisième fils de Philippe le Bel, après la mort de son frère Philippe, est couronné à Reims par l’archevêque Raymond de Courtenay, le 9 février 1322. Considérant que son Trésor est parti trop vide, il n’hésite pas à poursuivre la politique de son père et fait expulser les juifs de France afin de récupérer leurs biens. Jean XXII trouve la mesure excellente et, pour ne pas être en reste, il fait de même avec les juifs d’Avignon et du Comtat Venaissin qui se réfugient en Dauphiné et en Savoie. Pour parfaire l’expulsion, le pape juge utile et nécessaire de faire jeter à bas la synagogue de Bédarrides ainsi que celles de Bollène, Carpentras, Le Thor, Malaucène, Monteux et Pernes. Ce fut la seconde expulsion des juifs du Comtat[12],[13]. La première avait été décidée le 13 mars 1302, par Mathias de Chiéti – dit Matthieu de Chéate – recteur du Comtat Venaissin, qui les accusait de pratiquer l’usure. La ville de Bédarrides fut le siège d'une forte communauté israélite qui a subsisté jusqu'en 1694.

Renaissance[modifier | modifier le code]

1560-1589, Les guerres d'Italie et les guerres de religion touchent le Comtat Venaissin.

21 août 1616, la commune est touchée par de fortes inondations.

La commune est touchée par les différentes épidémies de peste : 1639 / 109 victimes, 1650 / 145 victimes, 1720 / 308 victimes (1/3 de la population).

Période moderne[modifier | modifier le code]

Château du Mont-Thabor, à Bédarrides.

Au XVIIIe siècle, Bédarrides fut le siège de la secte des « Illuminés du Mont-Thabor ».

L'église Saint-Laurent de Bédarrides où Avignonnais et Comtadins votèrent le leur rattachement à la France.

En 1709, les habitants de Bédarrides souffrent d'un hiver très rude.

L'Assemblée Nationale, par deux fois les 27 août et , avait refusé de décréter l'annexion d'Avignon et du Comtat Venaissin[14]. Les « patriotes » des deux États pontificaux élurent leurs représentants qui se rassemblèrent à Bédarrides, dans l'église Saint-Laurent, le et ils votèrent leur rattachement à la France[15] à une forte majorité puisque le décompte des mandats s'éleva à 101 046 voix favorables sur un total de 152 919[16].

Cet acte est considéré comme le premier exprimant le « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ». Le 14 septembre, mise devant le fait accompli, la Constituante proclama que les États d'Avignon et du Comtat faisaient désormais « partie intégrante de l'Empire français »[17].

Le 4 décembre 1851, insurrection des républicains qui, à cause du prince Louis-Napoléon qui veut imposer son pouvoir, s'emparèrent de la mairie et s'y installent. Étienne Daillan (1808-1859), dit le Docteur Daillan, médecin et maire de Bédarrides (1848-1849), fut le seul officier municipal de Vaucluse à s'opposer au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1851[18]. La répression fut féroce et le docteur Daillan, sorti de prison, passa en procès à Lyon avec Alphonse Gent[19].

La gare de Bédarrides est mise en service le 29 juin 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée (PLM), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section d'Avignon à Valence de sa ligne de Lyon à Avignon[20].

Les 26 et 27 octobre 1886, la commune est une fois de plus touchée par de fortes inondations.

Les tonnes de boue retirées de Bédarrides après l'inondation de 22 septembre 1992 forment un énorme talus.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

L'Ouvèze et la Sorgues, les deux principales rivières de la ville sont en crue également en 1992. Sur la place de la mairie et de l'église, une plaque rappelle que les eaux ont atteint deux mètres, soit le premier étage des habitations.

Le 16 avril 2010 [1] et le 14 janvier 2015 [2], l'ancienne usine Canissimo située au nord de la commune, est en proie aux flammes et menace de s'écrouler sur elle-même. Par chance, les pompiers dévoués et courageux ont empêché les flammes de se propager, et de causer plus de dégâts. Aujourd'hui, les toits sont tombés, mais les murs d'enceinte tiennent toujours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection présidentielle française de 2012 :

Résultats de l'élection présidentielle française de 2017 :

Résultats de l'élection présidentielle française de 2022 :

Comme le montrent les résultats des dernières élections présidentielles, en 2012, 2017 et 2022, Bédarrides est une commune dont les habitants sont majoritairement placés à droite, voire à l'extrême droite de l'échiquier politique national. La plupart des maires de Bédarrides ont une étiquette DVD à l'exemple d'André Tort, de son fils, Christian Tort, ou de Jean Bérard, congratulé par Marine Le Pen après les élections municipales de 2020. [3]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Robert Mandrou PS Médecin et peintre
mars 1989 mars 2008 André Tort DVD  
mars 2008 mars 2014 Joël Sérafini DVG Fonctionnaire territorial
mars 2014 juillet 2020 Christian Tort
Fils d'André Tort
DVD Médecin ORL[21]
juillet 2020 En cours Jean Berard DVD[22] Avocat[21]
Les données manquantes sont à compléter.

Résultats à l'élection municipale de 2014 :

  • 1er : Christian Tort, DVD (57,57%) ; 2e : Joël Serafini, DVG (42,42%).

Résultats à l'élection municipale de 2020 :

  • 1er : Jean Bérard, DVD (49,14%) ; 2e : Joël Serafini, DVG (41,54%) ; Matthieu Leporini (9,31%)

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Bédarrides en 2009[23]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 11,95 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 20,13 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 60,83 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 21,58 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[24]).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bédarrides est jumelée à la ville allemande de Grasellenbach.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du ministère de l'Écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et du MNHN (Service du patrimoine naturel)[25].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2019, la commune comptait 5 316 habitants[Note 3], en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +2,09 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7041 6581 7802 1012 2152 3522 4202 6092 793
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8473 0033 0662 8602 6722 4872 1852 0152 049
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0622 1812 1301 8161 8901 9001 8811 8412 031
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 6152 9863 8164 2384 8165 1105 0215 0775 140
2014 2019 - - - - - - -
5 0105 316-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Rang national (population) : 1767e (1999).

Catégories socioprofessionnelles.[modifier | modifier le code]

Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle.

2008 % 2013 % 2018 %
Ensemble 4 252 100,0 4 222 100,0 4 380 100,0
Agriculteurs exploitants 28 0,7 39 0,9 49 1,1
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 231 5,4 237 5,6 227 5,2
Cadres et professions intellectuelles supérieures 143 3,4 180 4,3 187 4,3
Professions intermédiaires 626 14,7 526 12,5 646 14,7
Employés 773 18,2 726 17,2 749 17,1
Ouvriers 685 16,1 607 14,4 577 13,2
Retraités 1 161 27,3 1 334 31,6 1 357 31,0
Autres personnes sans activité professionnelle 606 14,2 572 13,5 587 13,4

Sources : INSEE, RP2008, RP2013, RP2018, exploitations complémentaires, géographie au 01/01/2021.

Statut conjugal.[modifier | modifier le code]

Statut conjugal des personnes de 15 ans ou plus en 2018 selon l'INSEE. [4]
%
Marié(e) 46,3
Pacsé(e) 5,5
En concubinage ou union libre 11,6
Veuf, veuve 6,8
Divorcé(e) 7,0
Célibataire 22,8

Ancienneté d'emménagement.[modifier | modifier le code]

Ancienneté d'emménagement des ménages en 2018 selon l'INSEE. [5]
Part des ménages en %
Depuis moins de 2 ans 13,5
De 2 à 4 ans 17,0
De 5 à 9 ans 14,7
De 10 à 19 ans 15,8
De 20 à 29 ans 12,8
30 ans ou plus 26,2

Niveau de qualifications.[modifier | modifier le code]

FOR T2 - Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2018 [6]
Ensemble Hommes Femmes
Population non scolarisée de 15 ans ou plus 4 007 1 892 2 115
Part des titulaires en % 100 100 100
Aucun diplôme ou certificat d'études primaires 22,3 22,6 21,9
BEPC, brevet des collèges, DNB 6,0 4,8 7,0
CAP, BEP ou équivalent 30,2 36,0 25,1
Baccalauréat, brevet professionnel ou équivalent 17,9 16,0 19,5
Diplôme de l'enseignement supérieur de niveau bac + 2 12,6 10,4 14,5
Diplôme de l'enseignement supérieur de niveau bac + 3 ou bac + 4 6,6 5,1 8,0
Diplôme de l'enseignement supérieur de niveau bac + 5 ou plus 4,5 5,0 4,0

Démographie des entreprises.[modifier | modifier le code]

DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2020 [7]
Entreprises créées Dont entreprises individuelles
Nombre % Nombre %
Ensemble 66 100,0 46 69,7
Industrie manufacturière, industries extractives et autres 4 6,1 4 100,0
Construction 5 7,6 3 60,0
Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration 24 36,4 13 54,2
Information et communication 4 6,1 4 100,0
Activités financières et d'assurance 3 4,5 0 0,0
Activités immobilières 1 1,5 0 0,0
Activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien 17 25,8 14 82,4
Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale 2 3,0 2 100,0
Autres activités de services 6 9,1 6 100,0

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture (viticulture avec vignoble d'appellation Châteauneuf-du-Pape, élevage, colza).
  • Services collectifs (CCPRO).
  • Artisanat et commerce.
  • Chasse.
  • Pêche.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du mont Ventoux, avec la présence de la Sorgue, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Un marché hebdomadaire se déroule chaque lundi.
  • Tous commerces sur place.
  • Chambre d'hôte, gîte, restaurant.
  • Une crèche, quatre écoles et un collège, ainsi qu'une école de peinture, de danse et une de musique.
  • Nombreux équipements sportifs dont un stade municipal, un dojo, un gymnase, des cours de tennis, deux stades de rugby, un stade de football etc.
  • Le tissu associatif compte cinquante associations.
  • Accès à une déchèterie.

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV.

L'Avenir sportif de Bédarrides devenu en 2014, l'Association sportive Bédarrides Châteauneuf-du-Pape est sacrée le 24 Juin 2018, champion de France de Fédérale 2, s'assurant une montée en Fédérale 1 pleine d'espoir et d'engouement pour les Bédarridais. [30]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique fait partie du diocèse d'Avignon, doyenné d'Orange Bollène[31].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pont sur l'Ouvèze.
Le château d'eau.

On dénombre à Bédarrides trois monuments classés historiques qui sont les trois premiers ci-dessous :

Le Pont sur l'Ouvèze

Le pont à l'origine de celui-ci était effectivement romain, mais il fut emporté par une importante crue en 1620. Un pont en bois fut alors établi, mais celui-ci aussi fut emporté par une nouvelle crue en août 1622 qui emporta une arche, le rendant inutilisable. Un bac à traille fut installé, mais comme il fut insuffisant, le pont en pierre d'origine fut reconstruit. Les travaux durèrent sept années (1640-1647). Aujourd'hui, il est encore utilisé pour le passage de l'Ouvèze en voiture.

L'église Saint-Étienne-et-de-l'Assomption

Cette église fut érigée sur l'emplacement d'une ancienne église romane, existante depuis fort longtemps et tombant en ruine. Les travaux commencèrent en 1677 et se poursuivirent jusqu'en 1684. Elle fut inaugurée la veille de Noël. Elle fut sujette depuis à de nombreuses modifications. Pour commencer, le clocher ne fut terminé qu'en 1689. Ensuite, en 1714, l'église fut dallée. En 1719, une balustrade y fut construite ainsi que deux bénitiers en 1725. À l'intérieur, un total de huit chapelles ont été faites.

Le château d'eau

Un cimetière était installé autrefois à l'emplacement de ce château d'eau. Il fut déplacé pour se conformer à la loi selon laquelle les cimetières doivent être construits en dehors de l'enceinte de la ville. Ainsi en 1745, commença la construction du Château d'eau et cinq fontaines sont construites dans le village, pour remplacer les deux anciens points d'eau qui étaient diamétralement opposés l'un de l'autre. En 1856, la construction de la ligne de chemin de fer Lyon - Méditerranée perturbe le captage de l'eau. En début d'année 1858, Bédarrides rencontra un vrai problème d'eau et les 1 847 habitants à cette époque n'avait que très rarement accès à de l'eau potable. En mai 1858, un homme d'art trouva une importante source au quartier de la Souvine, et la signala au maire de l'époque. La décision de capter l'eau puis d'en faire une fontaine publique est prise. Le 1er Aout 1864, elle fut signée. Depuis, et ce jusqu'à il y a une trentaine d'années, c'était le Château d'eau qui alimentait tout le village.

La Porte du 04 Septembre

La Porte du 04 Septembre, anciennement "porte d'Avignon" servait de point de passage des commerçants dans l'enceinte du village. En effet, Bédarrides était autrefois entourée de remparts qui suivaient, à quelques exceptions près, le contour actuel du village. Autour de ces remparts, se trouvait un large et profond fossé, où ruisselaient les eaux calmes de la Seille. Certains fragments de remparts sont, encore aujourd'hui, visibles, comme ils le sont à la Porte du Vieux Moulin, qui est l'entrée au nord de Bédarrides, passant au-dessus de la Seille. Ainsi, pour enjamber ce fossé, ont été mis des pont-levis, reliés à de grandes et hautes portes, qui défendaient l'enceinte. Comme par exemple la porte de l'Eglise, celle du 04 Septembre, le Poustarlon et la porte du Gourmelaire, aujourd'hui Porte du Comtat Venaissin, qui ne fut construite que plus tard.

Outre le fait d'être un point de passage commercial, la porte du 04 Septembre renferme de petites histoires. Durant la Révolution Française, un révolutionnaire visiblement très enthousiaste, peut-être même trop, décida de se hisser en haut de la Porte du 04 Septembre, pour la démolir avec un pic ! Cet acte complètement délirant, rend les Bédarridais assistant à ce spectacle d'escalade, à la fois, stupéfaits, admiratifs, et inquiets. Une inquiétude justifiée. En effet, perdant l'équilibre, notre escaladeur révolutionnaire, tomba quatre mètres plus bas. Gravement blessé, il déclara mourir heureux car il le faisait pour la Liberté.

Le Poustarlon

Le Poustarlon fait partie de ces hautes portes évoquées plus tôt. Elle donne accès à la Rue Vacquerie, dont une partie est aujourd'hui renommée Rue de la Liberté. Jadis, le Poustarlon était surmonté d'une imposante tour de pierre, qui fut détruite en 1772, la porte fut élargie, et une toiture venait couvrir l'édifice. La façade extramuros est décorée de l'écusson des archevêques d'Avignon. Cet écusson, dans lequel figurent des armes, fut gratté durant la Révolution française, et un révolutionnaire grava au-dessus de l'écusson : « Porte de la Liberté ». Cette inscription est encore visible aujourd'hui, mais difficilement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bédarrides dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le roman feuilleton Cronicas dei tèrras luenchas (en français Chroniques des terres lointaines) de Theò Bajon, voit l'histoire d'un jeune homme (dans un Comtat Venaissin ayant survécu à la Révolution française et à l'annexion de la France) à la recherche de ses ancêtres, partir pour de mystérieuses terres lointaines et de grandes aventures. La mère du héros vit à Bédarrides, et plusieurs scènes du roman se déroulent en ce village, et même lorsque le héros se retrouve loin de chez lui, des allusions à Bédarrides et au Comtat Venaissin sont faites[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bédarrides

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur au château de deux tours d'or, hersé et maçonné de sable, surmonté d'un calice d'où isse une hostie, le tout d'argent.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les ouvrages utilisés pour rédiger l'article sont indiqués par Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, (1re éd. 1857), 400 p. (lire en ligne)
  • Joseph Girard, Avignon. Histoire et Monuments, Éd. Dominique Seguin, Avignon, 1924. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Girard, Évocation du vieil Avignon, 1958 ; ré-édité Éd. de Minuit, Paris, 2000 (ISBN 2-7073-1353-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marc Maynègre, De la Porte Limbert au Portail Peint, histoire et anecdotes d’un vieux quartier d’Avignon, Sorgues, 1991, p. 178 à 197 (ISBN 2-9505549-0-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Noël Marmottan, Bédarrides : Notes historiques [8]
  • Association "La Mémoire de Bédarrides", Bédarrides raconté par les Bédarridais ou 150 ans d'Histoires et d'anecdotes, réédition en 1990.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Avignon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Avignon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. http://www.au-fil-du-groseau.fr/pdf/les-juifs-de-malaucene.pdf
  13. https://www.abbaye-saint-hilaire-vaucluse.com/images_synagogues/Les_juifs_et_le_Comtat_Venaissin.pdf
  14. J. Girard, Évocation du vieil Avignon, op. cit., p. 87.
  15. J. Girard, Évocation du vieil Avignon, op. cit., p. 88.
  16. Marc Maynègre, op. cit., p. 179.
  17. J. Girard, Avignon. Histoire et Monuments, op. cit., p. 39.
  18. Alain Sicard, Bédarrides (Vaucluse) : La réaction du Docteur Daillan et des républicains de Bédarrides face au coup d’État du 2 décembre 1851
  19. 16-17 août 1851 Compte-rendu dans le Journal de Toulouse du procès de Lyon intenté contre Étienne Daillan et Alphonse Gent
  20. François et Maguy Palau, 1.21 Avigon - Valence : 29 juin 1854, dans Le Rail en France, tome 1, Palau, Paris, 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 76-77 extrait (consulté le 9 août 2013)
  21. a et b Tristan Berteloot, « Municipales : les maires imaginaires du Rassemblement national », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Résultats municipales 2020 à Bédarrides », sur https://www.lemonde.fr/ (consulté le ).
  23. « Impôts locaux à Bédarrides », taxes.com.
  24. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  25. Responsabble Natura 2000
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. « Les rugbymen de Bédarrides-Châteauneuf champions de France de fédérale 2 ! », sur France Bleu, (consulté le )
  31. doyenné d'Orange-Bollène
  32. « Cronicas dei tèrras luenchas (1) », sur Jornalet (consulté le ).