Saint-Saturnin-lès-Apt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Saturnin-lès-Apt
Saint-Saturnin-lès-Apt
Photo du village prise depuis Romanet.
Blason de Saint-Saturnin-lès-Apt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Apt-Luberon
Maire
Mandat
Christian Bellot
2020-2026
Code postal 84490
Code commune 84118
Démographie
Gentilé Saturninois, Saturninoises
Population
municipale
2 844 hab. (2018 en augmentation de 4,21 % par rapport à 2013[1])
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 42″ nord, 5° 23′ 04″ est
Altitude Min. 217 m
Max. 1 093 m
Superficie 75,79 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Saturnin-lès-Apt
(ville-centre)
Aire d'attraction Apt
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Apt
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Apt
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Apt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Apt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Saturnin-lès-Apt
Liens
Site web http://www.saintsaturninlesapt.fr

Saint-Saturnin-lès-Apt est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à environ 350 m d'altitude, l'agglomération actuelle est bâtie sur un site de rupture de pente, au point de contact entre les confins septentrionaux des terrains agricoles de la vallée du Calavon et les premiers contreforts des Monts de Vaucluse. Le hameau (aujourd'hui déserté) de Travignon (924 m), à plusieurs kilomètres au nord-est du village actuel est le témoin d'une occupation autrefois plus dense du territoire communal actuel[2].

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Saturnin-lès-Apt est adossé à un des flancs des Monts de Vaucluse, face à la vallée nord du grand Luberon. Il est situé à 50 km d'Avignon, 19 km de Gordes par la route départementale 2 et 9 km d'Apt par la route départementale 943.

La gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV. La commune est desservie par les sorties de l'autoroute A7 à Avignon sud ou Cavaillon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Plaine au pied du village, ceriseraie au premier plan.

La commune, partie de la zone du parc naturel régional du Luberon, est la plus étendue du canton d'Apt avec un peu moins de 80 km2. Son relief est assez important. Environ un tiers de la commune est situé entre 250 et 400 m d’altitude (+/- la partie sud de la commune). C'est la partie agricole, mais aussi la partie la plus occupée (lotissements récents et une trentaine de hameaux). Le reste, entre 400 et 1 100 m, est composé de garrigues, de bois de chênes ou de résineux, et d'un peu d'amandiers, de lavandes, etc.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de l'Isle-sur-la-Sorgue auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune possède un réservoir de 4 300 m3 pour l'irrigation. L'eau provient du canal de Provence et traverse le Luberon par un tunnel.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Saint Saturnin lès Apt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 1 4 6 10 14 16 16 13 10 5 2 8,2
Température moyenne (°C) 5 6 9 12 16 20 23 23 19 14,5 9 6 13,6
Température maximale moyenne (°C) 9,5 11 15 17,5 22 26 30 29,5 24,5 19 13 10 19
Précipitations (mm) 53 39 40 68 71 41 29 48 88 89 75 58 699
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
9,5
1
53
 
 
 
11
1
39
 
 
 
15
4
40
 
 
 
17,5
6
68
 
 
 
22
10
71
 
 
 
26
14
41
 
 
 
30
16
29
 
 
 
29,5
16
48
 
 
 
24,5
13
88
 
 
 
19
10
89
 
 
 
13
5
75
 
 
 
10
2
58
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Saturnin-lès-Apt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Saturnin-lès-Apt, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[7] et 3 587 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Apt, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 3,6 % 273
Terres arables hors périmètres d'irrigation 3,4 % 260
Vignobles 7,8 % 595
Vergers et petits fruits 3,3 % 255
Oliveraies 3,3 % 251
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 8,8 % 676
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 3,5 % 272
Forêts de feuillus 30,6 % 2349
Forêts de conifères 4,5 % 347
Forêts mélangées 5,4 % 418
Végétation sclérophylle 24,3 % 1863
Forêt et végétation arbustive en mutation 1,5 % 117
Source : Corine Land Cover[12]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sant Savornin d'Ate en provençal selon la norme classique et Sant Savournin d'At selon la norme mistralienne. Cité au Xe siècle : Sanctus Saturninus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Perréal

(Podium regalis) Aux temps de l'indépendance gauloise, cette colline était habitée par diverses tribus. Faisait partie des propriétés de st saturnin et classée sur le territoire d'Apt.

Aniane

Les peuplades gauloises se groupèrent vers 330 av. J.-C. au pied de Perreal, quartier Saint-Pierre, et formèrent le village d'Aniane qui fut brulé par les Sarrasins en 869.

Saint Saturnin

C'est donc en 869 que 12 réfugiés d'Aniane vinrent construire une forteresse sur le rocher et quelques maisons qui prit le nom d'Aniane jusqu'au XIe siècle lors de la consécration de l'église paroissiale à saint Saturnin en 1056.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Fief des Agoult en 1190.

Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possède deux églises rurales, Sancti Andreae de Crossaniis ou de Arnavis, et Sancti Martini de Crossanicis, aujourd’hui disparues ou en ruines[13]. Fief des Puyloubier en 1302. Medulionis de Sancto-Saturnino, viguier d'Arles (1346) puis de Marseille (1348-49), fut chevalier et seigneur de Saint-Saturnin d'Apt. Cet officier était peut-être Medulionis de Sancto-Saturnino, originaire de Villars (baillie de Apt), seigneur de Saint-Saturnin d'Apt[14] qui vendit, en 1354, sa seigneurie de Vilars à Hugues de Sallono pour 4 000 florins d'or. Selon Papon, il fit partie de ces Provençaux qui servirent le duc de Calabre en Campanie, en 1328.

Fief de Guillaume de Luc en 1406.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, création ou amélioration des routes et chemins[15].

La commune prend le nom de Saint Savournin en 1607[16] puis, de Saint Saturnin en 1770[16].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Vue générale

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Massacre du 1er juillet 1944... Blanche Gaillard et ses compagnons martyrs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[N 1] Jean Geoffroy[18] SFIO Avocat
Député de Vaucluse (1945 → 1946)
Conseiller général du canton d'Apt (1945 → 1949)
Léopold Empereur    
Jean Geoffroy[18] SFIO puis PS Avocat puis notaire
Sénateur de Vaucluse (1948 → 1986)
Jacques Boni PS  
En cours
(au 23 mai 2020)
Christian Bellot DVG Agriculteur
Vice-président de la CC Pays d'Apt-Luberon[19]
Réélu pour le mandat 2020-2026
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Saturnin-lès-Apt en 2009[20]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 6,55 % 0,00 % 7,34 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 9,55 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 47,07 % 0,00 % 28,14 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 22,71 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable. La commune ne touche pas de taxe professionnelle.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2018, la commune comptait 2 844 habitants[Note 3], en augmentation de 4,21 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +1,79 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 7282 7002 9652 7772 8222 7822 7302 6292 540
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5752 6552 4042 2522 2242 0861 8981 7701 625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5081 4681 3871 1961 1461 1081 0971 036966
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0901 2121 4301 7412 1442 3412 4792 6582 732
2018 - - - - - - - -
2 844--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école maternelle et deux écoles primaires publiques[25], les élèves sont ensuite affectés au collège[26] et au lycée[27] Charles-de-Gaulle d'Apt[28].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville possède 250 km de sentiers balisés et une piscine municipale.

Le col de la Liguière est au programme de la 11e étape du Tour de France 2021 entre Sorgues et Malaucène depuis Saint-Saturnin au km 85 avec une longueur de 9,3 km à 6,7 %.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Cerisiers et vignes, près de Saint-Saturnin-lès-Apt.

Vergers de cerisiers, oliviers, vignobles.

La commune produit des vins AOC ventoux. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label vin de pays d'Aigues[29].

Joseph Talon, statufié à Saint-Saturnin.

Joseph Talon, le père de la trufficulture moderne, avait un principe simple « Si vous voulez récolter des truffes, plantez des glands ». Il prouva la véracité de cette maxime, dès 1810 en utilisant des glands de chênes truffiers. Il eut de nombreux adeptes qui, tout au cours du XIXe siècle, plantèrent des chênes blancs ou verts, mais aussi du frêne, du charme ou du tilleul, arbres avec lesquels la rabasse vit en symbiose. En 1868, le Vaucluse récoltait 380 tonnes de truffes, tant dans le massif du Luberon que dans les monts de Vaucluse ou le mont Ventoux[30].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du Luberon, le tourisme joue un rôle, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

On peut considérer trois principales sortes de tourisme en Luberon. Tout d'abord, le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés ou sur des festivals. Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d'hôtes, de l'hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu'offrent le Luberon et ses environs[31].

De nombreux gîtes et chambres d'hôte, locations saisonnières, etc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Malgré les villas récentes qui foisonnent tout autour du village, la partie ancienne a beaucoup de charme avec ses deux moulins à vent du XVIIe siècle, les vestiges de son château médiéval ainsi que trois enceintes fortifiées construites aux XIIIe, XIVe et XVIe siècles, dont il subsiste le portail « Ayguier ».

Plusieurs aiguiers du XIXe siècle (dont un avec impluvium à ciel ouvert) et des cabanes en pierre sèche, appelées bories par le tourisme.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Marché le mardi matin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue de Joseph Talon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Saturnin-lès-Apt

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules à la vache arrêtée d'or, montrant les deux yeux, accompagnée en chef d'une étoile du même et en pointe d'une croisette d'argent.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Gagnière et Léon Germand, La Grotte sépulcrale de la Lave à Saint-Saturnin-d'Apt, 1942
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, , 475 p. (ISBN 2-903044-27-9)
  • Robert Bourcart, L'embuscade de Saint-Saturnin-d'Apt. Contribution à l’histoire du maquis Ventoux, Publication de l’Association des Médaillés de la Résistance de Vaucluse, Imprimerie Nouvelle, Annecy, 1990.
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)
  • François Berjot, Lucien Bourgue, Émile Obled, Robert Harbonnier, Christiane Faivet, Michel Wanneroy, Yvette Dalou, Préface de Jean-Denis Bredin de l'Académie Française, Une terre de Provence sous la Révolution. Le pays d'Apt, n° spécial d'Archipal, Apt, 1990,
  • Michel Wanneroy, Le château et la chapelle de Saint-Saturnin-lès-Apt à travers les vestiges, les écrits et l'architecture, Archipal revue no 42, 1997
  • Christian Markiewicz, La chapelle du château de Saint-Saturnin-lès-Apt, approche archéologique Archipal revue no 42, 1997
  • Michel Wanneroy, Mémoires concernant: fêtes, loisirs et anecdotes sur Saint-Saturnin Archipal, revue no 57, 2005.
  • Émile Obled et Michel Wanneroy, Saint-Saturnin-lès-Apt. Histoire. Société. Patrimoine, Éd. Archipal, Apt 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
Notes de type "N"
  1. Étant déporté, son premier adjoint Léopold Empereur assure l'intérim d'août 1944 à octobre 1945.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Populations légales 2010 de la commune », INSEE.
  2. Institut Géographique National - Carte de randonnée 3242 OT.
  3. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Saint-Saturnin-lès-Apt », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Apt », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  13. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p. 229.
  14. AD du 13, série B1589f94v.
  15. histoire, 2e partie sur le site officiel
  16. a et b (fr) Le patrimoine sur le site officiel
  17. Pierre tombale de Louis Francois Raphaël Cantareuil, sur Geneanet
  18. a b et c Notice GEOFFROY Jean par Gilles Morin, version mise en ligne le 6 janvier 2009, dernière modification le 3 juillet 2009
  19. [1]
  20. « Impôts locaux à Saint-Saturnin-lès-Apt », taxes.com.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Enseignement publique primaire en Vaucluse », Académie Aix-Marseille.
  26. « Carte scolaire du Vaucluse », Conseil général de Vaucluse, .
  27. « Cartes scolaire des lycèes de Vaucluse », Inspection académique de Vaucluse.
  28. « Cité scolaire d'Apt », Académie Aix-Marseille.
  29. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  30. Truffe, le diamant noir de la Provence
  31. Voir Massif du Luberon
  32. Emile Obled, Général Henri Mille, une carrière militaire avant 1914, Presses de Valmy, .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]