Savoillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Savoillan
Savoillan, vue d'ensemble.
Savoillan, vue d'ensemble.
Blason de Savoillan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté de communes Pays Vaison Ventoux
Maire
Mandat
Thierry Thibaud
2014-2020
Code postal 84390
Code commune 84125
Démographie
Gentilé Savoillanais, Savoillanaises
Population
municipale
84 hab. (2014)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 49″ nord, 5° 22′ 30″ est
Altitude 512 m
Min. 489 m
Max. 1 387 m
Superficie 8,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Savoillan

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Savoillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savoillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savoillan

Savoillans est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du nord du département dont le village est un village semi-perché sur les contreforts du mont Ventoux avec en limite nord de la commune : la Drôme.

Vaison-la-Romaine, la petite ville du secteur, est à 36 km à l'ouest.

Accès[modifier | modifier le code]

En bordure du Toulourenc, au cœur de la vallée, la route départementale 40 traverse la commune sur un axe est-ouest. De cette route démarre la route départementale 41 qui passe au nord sur la hauteur pour rejoindre la commune de Brantes.

La commune est traversée par plusieurs sentiers de grande randonnée, et sert de point de départ pour des randonnées sur sentiers balisés.

Relief[modifier | modifier le code]

Le village est semi-perché entre 500 et 530 mètres d'altitude sur le versant septentrional du mont Ventoux, lieu classé « réserve de biosphère » par l'UNESCO depuis 1994, jusqu'à 1 389 mètres au nord du Gros Collet.

Au nord, une vallée plus ou moins large où coule le Toulourenc (d'où le nom de « vallée du Toulourenc ») puis par delà la vallée du Toulourenc, le relief remonte vers la Drôme jusqu'à 974 mètres.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Mont Ventoux est constitué de calcaires urgoniens blanchâtres massifs, d'âge crétacé inférieur, et très clairs (d'où l'impression d'un sommet enneigé). Son importante élévation vient de la compression due à la formation de la chaîne pyrénéo-provençale, aujourd'hui disparue. Cette compression a bombé et fait chevaucher les roches de la montagne sur les terrains plus au nord, durant le crétacé supérieur et le début du tertiaire.

La vallée du Toulourenc a un sol du quaternaire composés de dépôts fluviatiles, colluvions et éboulis.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruisseaux le long des pentes du mont Ventoux

Passage du Toulourenc au bas du village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionné au XIIIe siècle : Saollanum[1].

Communauté territoriale jusqu'au XVIe, avec Brantes et Saint-Léger-du-Ventoux[1].

Co-seigneurie qui échut aux Vincent jusqu'à la Révolution[1]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Savoillans

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la cigogne d'argent becquée de gueules et tenant dans son bec un serpent de sinople, sur une terrasse du même, accompagnée en chef de trois étoiles d'or[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Savoillans.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 René Veux Apparenté PCF  
mars 2001 en cours Thierry Thibaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux, qui fait elle-même partie du syndicat mixte d'aménagement de l'Aygues et du syndicat mixte d'aménagement du bassin de l'Ouvèze (SIABO).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 84 habitants, en diminution de -14,29 % par rapport à 2009 (Vaucluse : 2,58 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
219 162 251 284 280 268 286 287 262
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233 270 291 287 272 225 225 204 199
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
164 163 153 127 115 88 89 85 84
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
85 52 56 59 49 79 100 90 84
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Champs de lavande aux portes du village.

Un très petit village vivant d'un peu de tourisme, d'élevage (« agneau du Ventoux »), truffes, et de cultures de lavande et épeautre.

Ferme expérimentale (Saint Agricole, XVIIe), jardin conservatoire, plantes aromatiques et médicinales, boutique, sentier botanique[1].

Commerce[modifier | modifier le code]

Bistrot de Pays de Savoillan.

L'Auberge de Savoillans, qui porte le label Bistrot de pays[7], adhère à une charte dont le but est de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village[8] ».

Vie locale[modifier | modifier le code]

La place de la mairie avec en fond l'église jouxtant l'école et la mairie à droite.

La communauté de communes COPAVO se charge de la collecte et du traitement des déchets des ménages et déchets assimilés.

Le village possède une petite boulangerie qui cuit son pain à l'ancienne au feu de bois.

Pas de pharmacie ni d'équipement particulier de santé.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village de Savoillans possède une ancienne école (les enfants sont scolarisés à Brantes) située en bordure du vieux village, à côté de la mairie, proche de l'aire de jeux.

Sports[modifier | modifier le code]

Pas d'équipement collectif particulier hormis les chemins de randonnées, les aménagements divers aux abords du Toulourenc, et une aire de jeux (toboggans, balançoires, sable et terrains de boules).

Sports pratiquées : chasse, pêche, randonnées pédestres et randonnées VTT.

Cultes[modifier | modifier le code]

C'est un village de tradition catholique (église paroissiale et cimetière) dépendant du diocèse d'Avignon.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du ministère de l'Écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et du MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Savoillans est un bourg aux ruelles en calades et aux maisons en pierre.

  • Église paroissiale Saint-Agricol,
  • Lavoir,
  • Aire de pique-nique et de jeux,
  • Ferme Saint-Agricol du XVIe siècle,
  • Pont sur le Toulourenc,
  • Plusieurs bois, principalement composés de chênes, hêtres et pins.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Avignon, 1876.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)
  • Jacques Galas (et photographies de Alain Christof), Les pays du Ventoux, Edisud, (ISBN 2857448589) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :