La Roque-Alric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roque.

La Roque-Alric
La Roque-Alric
Le village au pied de la roque d'Alric.
Blason de La Roque-Alric
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Francis Jullien
2014-2020
Code postal 84190
Code commune 84100
Démographie
Gentilé Rocalriciens, Rocalriciennes
Population
municipale
51 hab. (2015 en diminution de 20,31 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 37″ nord, 5° 03′ 54″ est
Altitude 250 m
Min. 150 m
Max. 517 m
Superficie 4,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
La Roque-Alric

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
La Roque-Alric

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roque-Alric

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roque-Alric

La Roque-Alric est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La route départementale 90a est une petite route sinueuse qui escalade la montagne pour permettre l'accès au village puis continue son chemin reliant les deux communes voisines de Lafare à l'ouest et du Barroux à l'est.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune, située au sein des Dentelles de Montmirail, connaît des différences de relief importantes, allant de 150 mètres à 517 mètres. Les serres les plus hautes se nomment le Devès et Carabelle.

Géologie[modifier | modifier le code]

Au sein des Dentelles de Montmirail, le petit massif de La Roque Alric est formé de roches calcaires du Jurassique (Tithonien) et du Crétacé (Berriasien). Vers Roubiol apparaissent des résurgences de terres triasiques liées au diapir de Suzette.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de Vaison-la-Romaine, auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par le ruisseau de la Combe, qui se nomme en amont la riaille de Suzette, et en aval la Salette. Les deux ponts sur la Combe ont résisté à la grande crue de 1992 qui toucha Beaumes et Vaison-la-Romaine[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[3].

La spécificité est son climat qui constitue un atout exceptionnel avec le mistral qui assainit le vignoble, la saisonnalité des pluies très marquée, et les températures très chaudes pendant l'été.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 9 11 14 18 22 26 30 29 25 20 13 10 18,9
Températures minimales moyennes (°C) 1 3 4 7 11 14 17 16 14 10 5 2 8,7
Températures moyennes (°C) 5 7 9 13 16 20 23 23 19 15 9 6 13,8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 44.4 57.5 61.1 58.9 72.4 43.6 27.8 56.3 67.6 97.4 57.7 48.9 693.4
Source : Archives climatologiques mensuelles - Orange (1961-1990)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le village est nommé dans différents actes Rocha aralrico, Roca alrici ou Rupes alarici. Le mot Roque, Rocca en provençal, désigne un rocher, mais aussi un point fortifié élevé. Le nom Alric, d'origine germanique, signifie "tout puissant" (de all : tout, et ric : roi), et s'est implanté dans le Midi par l'intermédiaire des Wisigoths, dont un chef, Alaric II, régna sur le royaume wisigoth (capitale Toulouse), de 484 à 507. Du XVIe au XVIIIe siècle, le village fut également appelé La Roque Henry, sans doute par volonté des autorités religieuses de christianiser ce nom. Il retrouva son nom unique, La Roque Alric, à la Révolution.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation gallo-romaine ont été retrouvées sur le territoire communal. Au vallon de Roubiol, des fragments funéraires et une section d'un fût de colonne portant la représentation en ronde bosse d'un autel votif[4], un site à tegulae et imbrices (tuiles gallo-romaines)[5]. Une stèle funéraire (un cippe), datant du IIIe ou IVe siècle de notre ère, a été retrouvée en 1961 par le professeur Pierre Fayot dans le jardin du presbytère : ce cippe comporte une inscription mentionnant le nom de la mère masculinisé[6], ainsi  que la gravure d’une ascia (sorte d'herminette pour creuser la pierre), signe interprété par certains comme des symboles pythagoriciens, par d’autres chercheurs comme des symboles chrétiens[7] et dont le sens reste inconnu.

Moyen Âge et période d'Ancien régime[modifier | modifier le code]

La chapelle romane Saint-Michel.

La première mention écrite du fief de la Roque Alric remonte à 1253, dans un manuscrit d’hommage de Raymond D’Agoult, seigneur de Beaumes, Durban et La Roque Alric, à son suzerain le comte de Poitiers et de Toulouse[8]. La Roque Alric est mentionné dans cet acte comme un castrum, village perché et fortifié. En 1271, le fief de La Roque Alric est rattaché, comme tout le Comtat Venaissin, à l’autorité du Pape, représentée par un recteur siégeant à Carpentras, et un vice-légat siégeant à Avignon.

Le fief de La Roque passe ensuite entre les mains de différentes familles, selon les vicissitudes des héritages, des mariages et des ventes : Raymond d’Agoult vend en 1288 le fief aux Mormoiron, le fief est ensuite réuni à la maison de Venasque en 1421, puis à la famille des De Raymond de Modène en 1480, aux De Chaza en 1561, en 1613 il est vendu à la famille Raffélis de Tertulle, puis transmis en 1650 à la famille de Tertulle de Labaume Pluvinel.

Les seigneurs mirent en fermage leur domaine foncier de La Roque et cédèrent le reste des terres cultivables à des ménagers, paysans tenanciers qui payaient annuellement le cens. Les tenanciers avaient l’obligation d’utiliser le moulin à huile (situé à l'entrée du village) et le moulin à blé banals, moyennant paiement d’une redevance[9]. La paroisse avait pour prieur le chanoine sacristain de Saint -Siffrein de Carpentras, qui percevait la dîme sur les agneaux, les grains, et le vin, une partie de cette dîme servant à payer la portion congrue du curé. 

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1791, les villageois de La Roque Alric s’associent à ceux du Barroux et de Saint-Hippolyte-le-Graveyron pour envoyer à l’Assemblée Electorale du Vaucluse des représentants favorables au rattachement à la France. Cette assemblée vote en majorité pour le rattachement, qui est proclamé à Paris par l’Assemblée Nationale le 14 septembre 1791. Le village est tout d’abord rattaché au département de la Drôme (comme tout le district de Carpentras), puis au département de Vaucluse créé le 25 juin 1793.

Durant la période révolutionnaire, la maison seigneuriale est mise à sac en 1792, comme dans d'autres villages de la région, et le petit village contribue lui aussi à l’effort de guerre en répondant aux réquisitions d’hommes, de fusils et de grains.

L’école est installée au village en 1842, et la classe a lieu dans un local situé au-dessus du four à pain communal. Il faudra attendre 1899 pour qu’une école soit construite. Les villageois mettent en place différentes solutions pour capter les eaux de pluies, ainsi que les sources et les eaux filtrantes aux alentours du village et à Roubiol : citernes, puits, mines à eau (tunes), et une fontaine publique est construite au village en 1856. Au XIXe siècle, alors que la plaine du Comtat voit son agriculture se diversifier et se tourner vers le commerce, grâce à la construction du canal de Carpentras, les quelques villages du massif des Dentelles continuent à vivre d’une agriculture de subsistance, autour du blé, de l’huile d’olive, de la vigne et de petits élevages ovins. Le moulin à huile fonctionne jusqu'à la fin du XIXe siècle. Chaque famille élevait des vers à soie dans les chambrées : la sériciculture fut pratiquée jusque dans les années 1930, et les quelques mûriers qui subsistent dans le village témoignent de cette époque.

Comme dans tout le Comtat, le village, qui compte plus de 150 habitants en 1854, subit ensuite les crises agricoles provoquées par le phylloxéra et par les maladies du vers à soie, et voit sa population décroître en raison de l'exode rural.  

Lors de la guerre de 1914-1918, dix villageois sont mobilisés, et La Roque Alric est l’un des rares villages du Vaucluse à ne compter aucun soldat tué[10], ce qui explique l'absence de monument aux morts.  

Dans la première moitié du XXe siècle le village abandonne l’agriculture traditionnelle et s’engage dans la culture des abricotiers et de la vigne. Le classement du vignoble de La Roque Alric en AOC  beaumes-de-venise, et AOC ventoux, puis le gel des oliviers en 1956, orientèrent ensuite l’activité agricole vers la monoculture de la vigne.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
La Roque-Alric

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'argent à la croix recroisetée d'azur, cantonnée de quatre mouchetures d'hermine de sable.[11]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de La Roque Alric, qui faisait partie du Comtat Venaissin dans les États Pontificaux en 1789, est passée dans le département de la Drôme en 1792, puis dans celui du Vaucluse en 1793 (district de Carpentras et canton de Malaucène). En 1801 le village intègre l'arrondissement d'Orange et le canton de Beaumes, devenu Beaumes-de-Venise en 1954. Le village a intégré l'arrondissement de Carpentras à la suite de la suppression de l'arrondissement d'Orange en 1926. Il fait partie du canton de Vaison-la-Romaine depuis 2015.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 22/12/1792 Claude Taulier    
23/12/1792 1800 Alexis Brun    
1800 1801 Claude Taulier    
1801 1815 Paul Anrès    
1815 1825 Joseph Michel Anrès    
1825 1848 François Xavier Anrès    
1848 1855 Joseph Calixte Agricole Taulier    
1855 1858 Benonin Chauvet    
1858 1868 Joseph François Nicolas Anrès    
1868 1881 Jean Joseph Anrès    
1881 1883 Isidore Chauvet    
1884 1896 Jean Joseph Anrès    
1896 1897 Joseph Alix Chauvet    
1920 1931 Eloi Brunet    
juillet 1931 1965 Maurice Brunet    
1965 février 1971 Fernand Brunet    
mars 1971 mars 2008 Henri Girard Apparenté PCF  
mars 2008 en cours Francis Julien    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Sous l'ancien régime pontifical, des recensements eurent à compter de la fin du XVIIe siècle, à l'initiative des recteurs, qui s'appuyèrent sur le clergé local : ainsi, à La Roque Alric, on relève en 1699 140 habitants, 120 en 1709, 131 en 1716, 142 en 1750, 86 en 1790[12]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2015, la commune comptait 51 habitants[Note 1], en diminution de 20,31 % par rapport à 2010 (Vaucluse : +2,66 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10079109129140134106114151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
15414714111110694927574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
718579405351473233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
423336525954697152
2015 - - - - - - - -
51--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La vigne occupe une partie des terres de la commune

Un très petit village vivant d'un peu de tourisme (une chambre d'hôtes + gîtes) et d'agriculture.

Culture de la vigne, production de vins en AOC côtes-du-Rhône et du Beaumes-de-venise et du Muscat de Beaumes-de-Venise[17].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les collèges et lycées (classique ou d'enseignement professionnel) se trouvent sur Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange.

Sports[modifier | modifier le code]

Le cadre des dentelles de Montmirail est propice aux randonnées pédestres, cyclotouristiques et à VTT, ainsi qu'à la pratique de l'escalade.

Santé[modifier | modifier le code]

Les spécialistes, hôpitaux et cliniques se trouvent sur Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin (la Cove).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le site du village et ses maisons à flanc de rocher, dont la disposition est héritée du castrum féodal.
  • L’église St Pierre-es-Liens, appuyée au rocher qui domine le village. Son origine remonte au XIIIe siècle, mais elle a été reconstruite au début du XVIIIe siècle ; depuis le parvis la vue est superbe sur les Dentelles de Montmirail.
  • La chapelle romane St Michel, située dans le cimetière, et datant du XIe siècle, est en cours de sauvetage et de restauration. 
  • Ce village pittoresque a été peint et dessiné au XIXe siècle par des peintres du Comtat, Denis Bonnet, Jean-Joseph Bonaventure Laurens, et Jules Laurens. Ces œuvres sont entreposées au musée comtadin Duplessis de Carpentras, qui va être réaménagé dans l'Hôtel Dieu de cette ville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les familles Raffélis de Tertulle, puis Tertulle de la Baume Pluvinel eurent ce village en fief au cours des XVIIe et XVIIIe siècle[18].
  • Idel Ianchelevici (1909-1994), sculpteur belge d'origine roumaine, résida régulièrement dans l'ancien presbytère de La Roque Alric entre 1958 et 1980, où il réalisa de nombreux croquis, et exposa dans la région notamment au Barroux.
  • Laure Guille-Bataillon (1928-1990) repose dans le petit cimetière du village. Elle fut traductrice de nombreux auteurs latino-américains, en particulier de Julio Cortazar avec lequel elle travailla en collaboration. Le prix Laure Bataillon récompense chaque année la meilleure traduction en français d'une œuvre de fiction.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), (ISBN 284406051X)
  • Dominique Tissot, Histoire d'un village du Comtat Venaissin: La Roque Alric, consultable à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras et à la BNF à Paris., D. Tissot, , 242 p. (ISBN 9782746683297, notice BnF no FRBNF44471975)[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. Jean Nicod, Dynamique torrentielle du 22 septembre 1992 dans la combe diapirique de Suzette (Vaucluse) [archive]
  3. La climatologie du Vaucluse
  4. Joseph Sautel, Vaison dans l'Antiquité, Tome II: Catalogue des objets trouvés à Vaison et dans sa région, Aubanel frères, 1926.
  5. Pierre Broise, rapport concernant les sites archéologiques à protéger, - commune de La Roque Alric, note du 23/04/1980 remise au Service Archéologique du Département du Vaucluse
  6. Inscription et photographie référencées CAG-84-01, p 455 = AE 1983, 00660
  7. Pierre Fayot, Revue Gallia, 1962, volume 20 , no 2, p. 676, site Persée. Dominique Tissot, Histoire d'un village du Comtat Venaissin : La Roque Alric.
  8. Polyptyque des comtes de Toulouse, manuscrit n°CGM 557, Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras.
  9. Manuscrit n°CGM 1731, Recueil de manuscrits intéressant certaines communes du Comtat, page 1214, Bail du moulin à blé consenti par le marquis de La Roque Henry.
  10. Dominique Tissot, Histoire d'un village du Comtat Venaissin, La Roque Alric, 2015, Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras
  11. Armorial des communes du Vaucluse
  12. Extrait des Relations du diocèse de Carpentras, Archives Départementales du Vaucluse
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  18. Jules Courtet, op. cit., p. 181.
  19. Dominique Tissot, Histoire d'un village du Comtat Venaissin: La Roque Alric, Carpentras, D. Tissot, , 242 p. (ISBN 9782746683297, notice BnF no FRBNF44471975)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :