Couvent des Dominicains de Carpentras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Couvent des Dominicains
de Carpentras
Office du Tourisme.jpg
ancien couvent des Dominicains de Carpentras.
Présentation
Destination initiale
couvent
Destination actuelle
office du tourisme
Construction
Ouverture
XIXe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Municipalité
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue du Vieil HôpitalVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Vaucluse
voir sur la carte de Vaucluse
Red pog.svg

Le couvent des dominicains de Carpentras est un ancien couvent religieux, aujourd'hui utilisé comme office du tourisme, et espace culturel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Couvent des dominicains de Carpentras date de 1312. À l'époque de sa construction, le bâtiment se situait extra-muros, près de la porte Notre-Dame-du Grès, du nom d'un ancien monastère situé non loin, et démoli en 1647. L'église a été reconstruite au XVe siècle, et consacré en 1499. Les religieux et les familles notables de Carpentras s'y faisaient enterrés. Le cloître a été réaménagé en 1641, à l'initiative de Henri de Sourdis, archevêque de Bordeaux[1]. À l'issue des agrandissements successifs, la superficie du couvent et de ses dépendances englobaient les actuelles rue du Vieux-Hôpital, et rue du Docteur Barjavel, au nord, longeait l'allée des Platanes, à l'est, pour s'étendre jusqu'à l'actuel square Pierre de Champeville, à l'ouest[2]. Fermé en 1791, les religieux réinstallèrent une communauté dans les lieux, de 1860 à 1903[1].

Durant la Révolution française et sous le Premier Empire, le couvent est transformé en caserne, pour y loger des compagnies d'artilleurs et de tirailleurs[2]. Après une vie religieuse, puis militaire, l'histoire du bâtiment se tourne vers une vie culturelle, en tant que théâtre et de cinéma, jusque dans les années 1960.

Il accueille, de nos jours, un pôle touristique (dont le coût de réhabilitation des bâtiments s'est élevé à 5 millions d'euros[3]), regroupant l'office du tourisme de Carpentras, ainsi qu'un centre du patrimoine du Comtat Venaissin, et un espace consacré au production du terroir local. Le cloître est transformé en parking[4].

Le chœur du couvent des dominicains est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [5].

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Le couvent était constitué d'une église, comprenant 14 chapelles latérales (7 au nord, 7 au sud), un couvent conventuel et un cloître.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire du couvent aux archives départementales de Vaucluse
  2. a et b Roger Colozzi, Le Théâtre de Carpentras : 1312-2005, Le goupillon, le sabre & le brigadier, Avignon, éd. A. Barthélémy, , 207 p. (ISBN 2-87923-230-9)
  3. article du journal Le Moniteur concernant la réhabilitation
  4. Histoire moderne du couvent
  5. Notice no PA00082002, base Mérimée, ministère français de la Culture