Violès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Violès
Violès
Ancienne gare de Violès,
devenue lieu d'exposition et de spectacle.
Blason de Violès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement d'Avignon
Canton Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté de communes Aygues Ouvèze en Provence
Maire
Mandat
Marie-José Aunave
2014-2020
Code postal 84150
Code commune 84149
Démographie
Gentilé Violésiens, Violésiennes
Population
municipale
1 640 hab. (2015 en augmentation de 5,6 % par rapport à 2010)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 46″ nord, 4° 57′ 20″ est
Altitude 98 m
Min. 78 m
Max. 124 m
Superficie 14,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Violès

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Violès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Violès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Violès
Liens
Site web violès.fr

Violès est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Situé au centre du triangle Orange - Carpentras - Vaison-la-Romaine, Violès est un village vigneron bordé par l'Ouvèze.
Ses habitants sont appelés les Violésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Violès se situe au milieu du triangle : Orange au sud-ouest, Carpentras au sud-est et Vaison-la-Romaine au nord, situés à 15 km. Avignon, préfecture du département, est distante de 30 km de Violès.

Communes limitrophes de Violès
Cairanne Rasteau Sablet
Travaillan Violès Gigondas
Camaret sur Aigues Jonquières Vacqueyras
Sarrians

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le village est situé au carrefour de la route départementale 977 qui relie Avignon à Vaison-la-Romaine, traversant la commune et le bourg en parallèle à l'Ouvèze à l'ouest de celle-ci, et de la route départementale 67 mène directement à Camaret sur Aigues.

Sans passer par le bourg, les routes départementales 8 et 23 traversent la commune. La route départementale 8 relie Cairanne à Vacqueyras.

Topographie[modifier | modifier le code]

Violès est une commune de 1 479 hectares. Le bourg se situe au sud-est de cette aire. Le nord ouest est occupé par le Plan de Dieu. La commune est relativement plate avec une variation de 46 mètres seulement entre le point le plus haut, au nord-est de la commune, et le point le plus bas, au sud-ouest.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol est constitué d'alluvions quaternaires déposées par l'Ouvèze reposant sur des couches rissiennes et wurmiennes[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ouvèze longe la partie orientale de la commune sur cinq kilomètres[1] et le canal de Carpentras passe à l'extrême sud de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune dépend du centre météorologique d'Orange. Son climat est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps[3]. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • Le mistral assainit le vignoble
  • La saisonnalité des pluies est très marquée
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.
Données météorologiques d'Orange de 1961 à 1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 2,6 4,4 7,2 10,8 14,4 17 16,3 13,8 9,7 4,9 1,9 8,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,9 9,4 12,5 16,4 20,2 23,3 22,5 19,4 14,7 9,1 5,7 13,8
Température maximale moyenne (°C) 9,4 11,3 14,4 17,8 22,1 26,1 29,6 28,8 25 19,7 13,3 9,5 18,9
Ensoleillement (h) 132 137,1 192,5 230,4 264,6 298,9 345,3 310,7 237,6 187,1 135,2 123,8 2 595,3
Précipitations (mm) 44,4 57,5 61,1 58,9 72,4 43,6 27,8 56,3 67,6 97,4 57,7 48,9 693,4
Source : [4]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
9,4
1,3
44,4
 
 
 
11,3
2,6
57,5
 
 
 
14,4
4,4
61,1
 
 
 
17,8
7,2
58,9
 
 
 
22,1
10,8
72,4
 
 
 
26,1
14,4
43,6
 
 
 
29,6
17
27,8
 
 
 
28,8
16,3
56,3
 
 
 
25
13,8
67,6
 
 
 
19,7
9,7
97,4
 
 
 
13,3
4,9
57,7
 
 
 
9,5
1,9
48,9
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Vaucluse Plan de Dieu moyenne nationale
Ensoleillement 2 595 h/an 2 800 h/an 1 973 h/an
Pluie 693 mm/an 700 mm/an (sur 80 jours) 770 mm/an
Neige 4 j/an 14 j/an
Vent 110 j/an essentiellement du Mistral
Orage 23 j/an 22 j/an
Brouillard 31 j/an 40 j/an
Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Records de températures minimales °C (Année) -13,4 (1985) -14,5 (1956) -9,7 (2005) -2,9 (1970) 1,3 (1979) 5,7 (1984) 9,0 (1953) 8,3 (1974) 3,1 (1974) -1,1 (1973) -5,4 (1952) -14,4 (1962)
Records de températures maximales °C (Année) 20,3 (2002) 23,0 (1960) 27,2 (1990) 30,7 (2005) 34,5 (2001) 38,1 (2003) 40,7 (1983) 42,6 (2003) 35,1 (1966) 29,6 (1985) 24,6 (1970) 20,2 (1983)
Source: http://www.linternaute.com/ville/ville/climat/25721/orange.shtml

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'abbaye Notre-Dame d'Aiguebelle possédait sur ce fief inhabité le prieuré Saint-Pierre. Ce fut le que Guillaume des Baux s'en déclara suzerain et prit sous sa protection et sauvegarde la grange (domaine agricole) et la maison du cloître de Violès. Au siècle suivant, en juin 1246, Raymond des Baux et son neveu Guillaume III d'Orange transigèrent pour se partager la suzeraineté sur ce lieu. Puis Charles II d'Anjou, roi de Naples et comte de Provence, reçut de la part de la Commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem d'Orange une partie de leurs domaines dont la moitié de Violès qui leur avait été rétrocédé par les princes d'Orange[5].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Ruines du château Renaissance.

Ce fut en 1479, que la principauté d'Orange retrouva sa suzeraineté sur ce fief[5]. Ce qui n'empêcha point, le puis le [6], l'abbé d'Aiguebelle, Louis de Géolée, de passer un acte d'habitation pour 1 200 saumées de terres hermes (non cultivées) avec des chefs de famille du Haut Comtat[5], qui avaient obligation de bâtir et de planter[6]. La nouvelle communauté prit le nom de Saint-Pierre de Violès. Le fief fut ensuite érigé en baronnie par les princes d'Orange en faveur de David de Floris au cours de l'année 1617. Il passa ensuite à Hector Laugier de Montmirail (1633) puis à Pierre Béranger de Beaufain (1647)[5].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le Bois des Dames, vignoble historique de l'abbaye de Prébayon.

La succession des barons de Violès continua avec Sébastien de Saunier (1733) pour arriver en définitive au marquis de Gras (1756)[5]. Ce fut en 1790 que le territoire communal fut augmenté d'une partie de celui de Saint-André-de-Ramières, fief des évêques d'Orange[6]. Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Au milieu du XIXe siècle, le bois des Dames et celui de Velages constituaient une importante réserve forestière[6]. Ces lieux ont aujourd'hui été défrichés et sont transformés en vignobles.

À la même période, un bac sur l'Ouvèze permettait de rejoindre Gigondas et Vacqueyras. Et en 1827, à la suite d'un don, put être fondé un hôpital[6].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le syndicat des vignerons de Violès a été créé le . Il occupe l'ancien hôtel-de-ville construit en 1763 et qui a été transformé en « Maison des Vignerons ». Dans ses locaux se trouve un laboratoire œnologique[1].

La crue de l'Ouvèze du a particulièrement éprouvé la commune.

Depuis le , une partie du vignoble de Violès ont été protégés par une appellation côtes-du-rhône villages avec nom géographique reconnue par l'INAO et sont commercialisés en tant que plan-de-dieu (AOC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est ad Visole, attestée en 1137, dans le cartulaire de la commanderie de Richerenches. Elle dérive ensuite en de Violesio (1163). Ces toponymes suggèrent le nom latin viola (violette)[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Violès

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la crosse posée en pal, chargée d'un cornet et accostée en chef de deux fleurs de lys et en pointe de deux grappes de raisin, le tout d'or[8]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Violès.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Maryline Barbaud divers droite  
mars 2008 en cours Marie-José Aunave Front de Gauche  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Violès a comme ville partenaire Égletons en Corrèze[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2015, la commune comptait 1 640 habitants[Note 1], en augmentation de 5,6 % par rapport à 2010 (Vaucluse : +2,66 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5726236557278889871 0361 1501 230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3051 3161 3541 2221 2101 063929948946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9849739638979129309419861 004
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 0801 1611 1271 1981 3601 5361 5381 5601 640
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Maison des Vignerons de Violès, siège du syndicat de l'AOC plan-de-dieu.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le terroir de la commune est essentiellement viticole. Son vignoble est classé en côtes-du-rhône et en côtes-du-rhône villages pour la partie qui est sur le plan-de-dieu. Il n'y a pas de cave coopérative et toute la production est assurée par des vignerons indépendants[1]. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label vin de pays de la Principauté d'Orange.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Tourisme viticole (caves de dégustation) et tourisme de randonnées (plusieurs circuits pédestres et vélo à proximité). On trouve sur la commune plusieurs gîtes et chambres d'hôtes qui permettent l'accueil des touristes.

Équipements ou Services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École primaire.

La commune possède un groupe scolaire Fernand-Boyer puis les élèves vont au collège Victor-Schœlcher à Sainte-Cécile-les-Vignes [14] puis au lycée polyvalent régional de l'Arc, à Orange[15],[16].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal, la pêche est pratiquée dans l'Ouvèze.

Le « Club De Loisirs Pour La Jeunesse Violesienne » est une association culturelle, éducative et de loisir qui propose parfois des activités sportives aux jeunes de la commune.

Santé[modifier | modifier le code]

On y trouve un cabinet médical, un cabinet dentaire, un cabinet de kinésithérapie, un cabinet d'infirmières et une maison de retraite. Le centre hospitalier le plus proche est à Orange.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La première église paroissiale, dédiée à saint Pierre, fut le prieuré de l'abbaye d'Aiguebelle. Cette chapelle romane fut délaissée au début du XVIIe siècle. Elle est actuellement devenue une maison d'habitation. Elle fut remplacée par celle de Saint-Pierre-aux-liens, qui dut être agrandie par deux fois en 1635 puis en 1736. Elle fut entièrement restructurée en 1756 par Jean-Baptiste Franque[17]. La paroisse catholique fait partie du diocèse d'Avignon, doyenné d'Orange Bollène[18].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et déchets assimilés, la gestion de l'assainissement collectif, la lutte contre les nuisances sonores, le contrôle de la qualité de l'air et la protection et mise en valeur de l'environnement font partie des compétences de la communauté de communes Aygues Ouvèze en Provence.

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du ministère de l'Écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et du MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[19].

Fête des vins[modifier | modifier le code]

Fête des vins au début de l'été.

Chaque année, lors du troisième dimanche de juillet, Violès célèbre ses vins autour d'une fête provençale[20].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIe siècle, la communauté protégea son habitat par des remparts construits avec les galets de l'Ouvèze. Des restes sont toujours visibles dans la rue des Barrys. Ils s'ouvraient par la Porte du Moulin et par celle de la Posterle. À l'intérieur des murs se trouvait le château des barons de Violès dont il ne reste aucun élément mais des fouilles faites lors de travaux ont permis de retrouver sa structure rectangulaire et d'estimer sa superficie à 220 m2[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 1.
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. La climatologie du Vaucluse
  4. Relevés météorologiques d'Orange, (Vaucluse), de 1961 à 1990
  5. a, b, c, d et e Robert Bailly, op. cit., p. 465.
  6. a, b, c, d et e Jules Courtet, op. cit., p. 374
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1952.
  8. Armorial des communes du Vaucluse
  9. Page de Violès sur le Site d'Egletons en Corrèze (ville partenaire)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. carte scolaire 2009
  15. « Carte des lycées de Vaucluse », Inspection Académique de Vaucluse,
  16. « Site du lycée de l'Arc », Académie Aix-Marseille,
  17. a et b Robert Bailly, op. cit., p. 466.
  18. doyenné d'Orange-Bollène
  19. Responsabble Natura 2000
  20. Site de la fête des vins : http://www.fetedesvinsvioles.fr/home.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Avignon, 1876.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Violès et ses vins, Éd. Quadrant, Avignon, 1980.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]