Jean-Joseph Bonaventure Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Joseph Bonaventure Laurens, autoportrait, bibliothèque Inguimbertine

Jean-Joseph Bonaventure Laurens, né le 14 juillet 1801 à Carpentras, mort le 29 juin 1890 à Montpellier, était ce que certains ont appelé un « esprit universel », s'étant notamment illustré comme peintre, aquarelliste, lithographe, mais aussi musicien, archéologue, géologue et théoricien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aîné de cinq enfants, fils d'un père un peu bohème, il embrasse dès ses 19 ans la carrière administrative qui le conduit à Montpellier, après un bref séjour parisien.

Musicien, grand amateur de musique, il est en contact avec les grands compositeurs de son temps (Mendelssohn, Schumann, Brahms, etc.) et participe à la redécouverte de Bach. Il a aussi découvert le manuscrit d'Elzéar Genêt, Il Carpentrasso, compositeur du XVIe siècle, attaché au Pape à Rome.

Peintre, dessinateur et aquarelliste autodidacte, son talent le fait reconnaître et il participe en tant que lithographe à plusieurs publications, notamment, dès 1835, aux Voyages pittoresques et romantiques de l'ancienne France du Baron Taylor et de Charles Nodier, ainsi qu'aux Monuments du Bas-Languedoc et à l'album du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée.

Il publie aussi ses souvenirs de voyages à Majorque qui auraient inspiré George Sand pour Un hiver à Majorque.

Il est l'auteur d'un ouvrage théorique, Essai sur la théorie du beau pittoresque et les applications de cette théorie aux arts du dessin, où il exprime son attachement au néo-classicisme face au réalisme. En 1864 enfin, il publie un Album des Dames, comprenant vingt-cinq portraits de femmes avec poèmes et pièces de musique.

Comtadine en costume du XIXe siècle à l'Inguimbertine de Carpentras
Premier portrait connu de Frédéric Mistral, 18 juillet 1852, à Tarascon

Bonaventure a côtoyé de nombreux artistes peintres et sculpteurs (Ingres, Pradier, Corot, Cabanel), et a participé au mouvement provençaliste incarné par Frédéric Mistral.

Il a aidé et soutenu la carrière de peintre de son jeune frère, Jules Laurens (1825-1901).

La Bibliothèque Inguimbertine et les musées de Carpentras conservent une grande quantité de dessins et aquarelles sur tout le grand sud de la France qui constituent une source de première importance pour connaitre le paysage de ces régions au XIXe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Vue de la Chartreuse de Valdemosa
  • Comment l'art embellit la nature
  • Deux profils de jeunes filles
  • Études de rochers
  • La tour des pins vue du jardin des plantes (1859)
  • La tour des pins
  • Portrait de jeune fille (1861)
  • ...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006 (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 275.
  • Chabaud, Jean-Paul (sous la direction), Peintres du Ventoux.
  • Laurens, Jules, Jean-Joseph-Bonaventure Laurens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]