Jules Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Laurens
Jules Laurens-Beck.jpg
Jules Didier, Portrait de Jules Laurens en habit syrien, Carpentras, musée Comtadin-Duplessis.
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Saint-Didier
Nom de naissance
Jules Joseph Auguste Laurens
Nationalité
Drapeau de la France Française
Activité
Formation
Maître
Lieu de travail
Fratrie

Jules Joseph Auguste Laurens, né à Carpentras (Vaucluse) le et mort à Saint-Didier (Vaucluse) le , est un peintre et lithographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de cinq enfants, Jules Laurens rejoint en 1837 son frère aîné, le peintre Jean-Joseph Bonaventure Laurens, installé à Montpellier. Il s'inscrit à l'école des beaux-arts de cette ville, aux côtés d'Alexandre Cabanel, et côtoie le milieu artistique de son frère.

De 1842 à 1846, il séjourne à Paris pour parfaire sa formation à l'École des beaux-arts, où il est admis cinquième sur six cents, et dans l'atelier du peintre Paul Delaroche.

En 1845, il présente le prix de Rome, sans succès. Des épreuves de ce concours sont conservées au musée Comtadin-Duplessis de Carpentras (Ulysse et Nausicaa, dessin au carreau et huile sur toile).

De 1846 à 1849, il parcourt l'Europe de l'Est, la Grèce, la Turquie et la Perse en tant que dessinateur, dans le cadre d'une mission scientifique dirigée par le géographe Xavier Hommaire de Hell. Malgré l'échec de la mission (mort de Hommaire de Hell à Ispahan, non rémunération des travaux), il rapporte plusieurs centaines de croquis (monuments historiques et vie quotidienne des habitants de ces régions), dessins et aquarelles, qui vont servir son activité artistique. Ces cartables sont aujourd'hui conservés à l'École des beaux-arts de Paris, à Avignon et à Carpentras (bibliothèque Inguimbertine et musées). De ce voyage, il rapporte aussi des œuvres de l'art qadjar, par la suite données au musée Calvet à Avignon et au musée Comtadin-Duplessis de Carpentras. Un de ces tableaux (Portrait d'une danseuse), fut donné à son ami et cousin Adrien Rousseau (né à Carpentras en 1814, mort en 1851)[1]. Il est conservé depuis dans une collection particulière[réf. nécessaire].

De 1850 à 1880, il travaille à Paris, participe régulièrement au Salon et à d'autres expositions, reçoit des commandes notamment pour des publications, dont celle de madame Hommaire de Hell d'après les notes de son défunt mari. Il prend aussi de jeunes artistes dans son atelier, notamment Paul Vayson et Jules Didier.

Après son retour dans le Comtat en 1880, il publie une biographie de son frère, ainsi que des réflexions, surtout artistiques, dans La Légende des ateliers où il évoque les grands personnages qu'il a rencontrés (Victor Hugo, Ingres, Gustave Doré).

Il apporte sa contribution au développement de la bibliothèque-musée de Carpentras. Collectionneur, il fait don à cette institution de nombreuses œuvres notables d'artistes contemporains reconnus, parmi lesquels Victor Hugo, Ingres, Auguste Bonheur, Eugène Cicéri, Gustave Doré, Alexandre Cabanel.

Connu pour ses tableaux orientalistes et ses portraits de paysans (Auvergnats, Comtadins), c'est dans l'art du paysage qu'il se révèle, tenant de Corot et de l'école de Barbizon.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adrien Rousseau, élève de Paul Delaroche et de Jean-Auguste-Dominique Ingres, se rattache à l'école de Barbizon, en sus d'avoir composé des scènes locales comtadines (Porte du ghetto de Carpentras, Aqueduc de Carpentras…) et au pays d'Arles (Cloître de Saint Trophime…).
  2. La gazette de l'inguimbertine N°55
  3. « Tête de voie romaine », notice no 000PE013901, base Joconde, ministère français de la Culture
  4. « Le rocher de Vann », notice no 000PE001700, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. Desssin réalisé in situ le 2 juin 1848 ; il a servi au peintre pour le tableau éponyme réalisé ultérieurement à Paris et conservé à Carpentras.
  6. « Jardin abandonné d'Aschreff », notice no 00000056598, base Joconde, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :