Mornas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mornas (homonymie).

Mornas
Mornas
Vue sur le village en avion.
Blason de Mornas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Bollène
Intercommunalité Communauté de communes Rhône-Lez-Provence
Maire
Mandat
Denis Dussargues
2014-2020
Code postal 84550
Code commune 84083
Démographie
Gentilé Mornassiens, Mornassiennes
Population
municipale
2 405 hab. (2015 en augmentation de 4,34 % par rapport à 2010)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 12′ 03″ nord, 4° 43′ 45″ est
Altitude 38 m
Min. 31 m
Max. 234 m
Superficie 26,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Mornas

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Mornas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mornas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mornas
Liens
Site web http://www.mornas.fr/

Mornas est une commune française, située dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-ouest du département du Vaucluse, entre les communes de Piolenc au sud, Mondragon au nord, Uchaux à l'est et en limite à l'ouest avec le département du Gard, par delà le Rhône.

Accès[modifier | modifier le code]

Jour de rentrée de vacances, sur l'A7, au niveau de Mornas.

La commune est située sur le lieu de passage de plusieurs axes de communication : l'autoroute A7 (qui passe très près des habitations), la N7, une voie ferrée ainsi qu'une ligne TGV à proximité.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le relief au centre et au nord est principalement composé de petits massifs calcaires, alors que l'on retrouve à l'est des petits plans et vallonnements boisés.

Deux iles sur le Rhône : ile de Salignon et ile des Brotteaux[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Rhône passe à l'ouest de la commune, en bordure.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mornas, la porte Saint-Nicolas.

L'occupation antique[modifier | modifier le code]

Mornas à l'époque médiévale[modifier | modifier le code]

Le village est cité en 818 (Morenatuso) puis de nouveau en 1037 (Mornaz).
Au XIIe, les comtes de Toulouse, ayant pris possession de la place, reconstruisent et renforcent la forteresse.
En 1229, avec le traité de Paris, Raymond VII, Comte de Toulouse, remet le Comtat Venaissin au Saint-Siège.
Mornas est ainsi seigneurie de l'archevêché d'Arles jusqu'en 1274, puis possession du Saint-Siège qui inféoda les terres à divers seigneurs[1].
En 1430, Pellegrin Brunelli, gentilhomme de la maison du pape Martin V doit capituler devant l’armée du cardinal de Foix[3]

La période troublée des Guerres de Religion[modifier | modifier le code]

Les guerres de Religion y furent particulièrement tragiques, notamment en inaugurant les fameuses "pertuisanades" : en 1562, les calvinistes du marquis de Montbrun s'emparèrent du château, massacrèrent femmes et enfants et précipitèrent la garnison du haut des remparts sur les hallebardes hérissées en contrebas ; il y eut un seul rescapé à qui l'on fit grâce[1].
En 1568, la ville ayant été reprise par François de La Baume, le même sort fut réservé à la garnison protestante[1].

Du XVIIe siècle à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

XVIIe, ancien centre de la culture du tabac[réf. nécessaire].

Avant la Révolution française, la monarchie soutient la réaction seigneuriale par les édits de triage : le seigneur peut alberger le bois à un fermier qui le défriche, privant ainsi la communauté villageoise de sa ressource en bois[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason Mornas.svg

Mornas - blason actuel
Il se décrit ainsi : d'azur à la lettre M d'or, au chef cousu de gueules, chargé d'une clef aussi d'or et d'une clef d'argent passées en sautoir[5]
Les clefs d'or et d'argent, emblème de la papauté, sont courantes dans le Comtat Venaissin qui fut longtemps un état pontifical

Blason Mornas 2.svg

Mornas - ancien blason
Il se décrit ainsi : de gueules, à deux clefs d'argent, passées en sautoir[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Mornas.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Alfred de Tourgon-Montbar[7]    
1996 en cours Denis Dussargues Apparenté PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 2 405 habitants[Note 1], en augmentation de 4,34 % par rapport à 2010 (Vaucluse : +2,66 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3251 4721 4511 6881 6681 7201 7151 8001 792
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7351 6581 6061 4621 3911 4201 3461 2871 237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1501 1691 127942919874861805840
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9151 1031 1891 7372 0872 2092 2432 2482 334
2015 - - - - - - - -
2 405--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Sur la commune se trouvent plusieurs carrières de pierre à chaux.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes du Vaucluse, le tourisme joue un rôle non négligeable dans l'économie locale.

Outre quelques gîtes ou chambres d'hôtes, on peut noter sur la commune un camping et deux hôtels.

Le château se visite (animations touristiques).

Agriculture[modifier | modifier le code]

Sur la commune se pratiquent des cultures fruitières et maraichères variées, facilités par la proximité des eaux du Rhône.

À noter la présence d'au moins deux pépinières viticoles. Le vignoble produit de vins classés en côtes-du-rhône. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label vin de pays de la Principauté d'Orange

Équipements ou Services[modifier | modifier le code]

Ce village de plus de 2000 habitants dispose de son bureau de poste et d'une bibliothèque municipale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune de Mornas pour l'éducation de leurs enfants disposent d'une crèche, d'une école maternelle et d'une école primaire.

En outre, elle propose les services d'une garderie.

Sports[modifier | modifier le code]

Tennis club, centre d'équitation, club de football.

Santé[modifier | modifier le code]

D'un point de vue santé, les habitants peuvent bénéficier des services d'un médecin généraliste, d'un dentiste, de cabinets de kinésithérapeutes.

La commune dispose aussi de sa propre pharmacie.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Tout petits commerces sur place (épicerie, boucherie, etc.), salons de coiffure, auto-école, etc.

Foyer 3e âge, plusieurs associations (Couleurs Mornas...).

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte principal pratiqué sur la commune est le culte catholique (églises et cimetière). La paroisse catholique fait partie du diocèse d'Avignon, doyenné d'Orange Bollène[12].

Environnement[modifier | modifier le code]

la communauté de communes Rhône-Lez-Provence a dans ses compétences la « protection et mise en valeur de l'environnement ». Dans le cadre de la communauté de commune, les habitants peuvent utiliser une déchèterie qui se situe sur la commune de Mondragon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Mornas.
  • Le château (forteresse médiévale) de Mornas, visible depuis l'autoroute
Article détaillé : Forteresse de Mornas.
  • Église de Val Romigier (XIe et XIIe siècles).
Article détaillé : Église Notre-Dame du Val-Romigier.
  • Église Saint-Georges (XIXe siècle).
  • Portes Saint-Nicolas-et-Saint-Pierre.
  • Fortifications / remparts.
  • Chapelle Sainte-Baudile.
  • Chapelle Saint-Pierre.
  • Chapelle Saint-Siffrein.
  • Sculpture celtique du Lion de Mornas, représentant un monstre à face humaine, trouvée dans la chapelle des Pénitents Blancs et maintenant au musée lapidaire d'Avignon[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Mornas sur le site du Quid
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. Mornas.
  4. Roger Pierre, « Libertés et contraintes des communautés villageoises dans les pays de la Drôme à la veille de la Révolution », Études drômoises, (no)64, mars 1985, p. 20.
  5. Les armes données ici sont celles qui apparaissent dans l'Armorial des Communes du Vaucluse (Avignon, 1984)
  6. Malte-Brun, La France illustrée, tome V, 1884
  7. « Historique de la ville de Mornas » (consulté le 29 mars 2017)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. doyenné d'Orange-Bollène

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]