Entrechaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Entrechaux
Entrechaux
Place à Entrechaux.
entrechaux.svg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté de communes Vaison Ventoux
Maire
Mandat
Xavier Bernard
2014-2020
Code postal 84340
Code commune 84044
Démographie
Gentilé Entrechalais, Entrechalaises
Population
municipale
1 130 hab. (2016 en augmentation de 3,29 % par rapport à 2011)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 13′ 07″ nord, 5° 08′ 19″ est
Altitude 284 m
Min. 210 m
Max. 463 m
Superficie 14,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Entrechaux

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Entrechaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Entrechaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Entrechaux
Liens
Site web www.entrechaux-en-provence.fr

Entrechaux est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrechaux.
Entrechaux, une des communes du piémont du mont Ventoux.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 13, 54 et 205 passent par le bourg.

6,5 kilomètres de Vaison-la-Romaine et 7 de Malaucène.

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est parsemé de nombreuses collines. La partie la plus haute (le collet blanc, 463 mètres d'altitude pour un sommet à 470) se situe à l'est-sud-est du bourg et la partie la plus basse (210 mètres) au nord-ouest et en bordure de la commune, au niveau de l'Ouvèze.

Le bourg s'est développé sur et autour d'une colline qui culmine à 334 mètres d'altitude.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruisseaux (ruisseau de Raille, le Groseau, etc.) alimentent l'Ouvèze lors de son passage sur la commune, tout comme le Toulourenc en bordure nord-est[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[3].

Relevés Mazan
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
Précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 465,4
Source : Infoclimat : Mazan (2000-2007)[4]


Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le village est un des verrous de la vallée du Toulourenc dont les gorges truffées d'abris sous roche furent occupées pendant toute la préhistoire. Les fouilles ont permis de mettre au jour une importante industrie lithique composée de silex taillés, de pointes de flèche, de maillets calcaire pour l'extraction du silex, etc. La grotte de la Masco (la Sorcière) a été un lieu important d'habitat depuis le moustérien (-80 000 ans) jusqu'au néolithique (- 5 000 ans)[5].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Au cours du IIIe siècle avant notre ère, les habitants de l'oppidum d'Entrechaux ont pu voir passer Hannibal et ses troupes se dirigeant vers les cols des Alpes. Une grotte du Toulourenc ornée d'une gravure d'éléphant pourrait en être l'indicateur[5].

Le site d'Entrechaux appartenait à la confédération des Voconces, une des tribus gauloises qui eut le plus de contact avec le colonisateur romain. On retrouve des traces importantes de construction sur la commune. Elles vont des assises antiques du pont roman de Saint-Michel qui enjambe l'Ouvèze, aux thermes du quartier du Jonchier. La chapelle placée sous l'invocation de Notre-Dame de Nazareth possède une pierre, en réemploi, portant une inscription à la gloire de Quintius Pompée, préfet des Voconces et flamine du divin Jules, ainsi qu'un bas-relief du berger Attis, aimé de Cybèle, la mère de Jupiter[5].

Vue des restes du château d'Entrechaux.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Nazareth, datée du XIIe siècle, est l'une des plus décorées de Haute Provence tant intérieurement qu'extérieurement. Elle possède un véritable bestiaire avec monstre crachant des flammes, tête de bovidé, cavalier sur son cheval, etc. S'y ajoute une kyrielle de motifs sylvestres : rosace, palmette, feuille d'acanthe, pomme de pin, etc. En façade, le tympan est orné d'un motif rayonnant qui pourrait être un cadran solaire[5].

Entrechaux fut une pomme de discorde entre la maison de Toulouse et les évêques de Vaison. Les comtes de Provence et les prélats vaisonnais se reprochant mutuellement d'être des usurpateurs. L'empereur Frédéric II, en 1244, jugea politique de donner raison à Raymond de Toulouse, contre le pape qui soutenait son évêque. Il fallut que le Comtat Venaissin fut dévolu à la papauté, en 1274, pour que le calme revienne[6].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le 26 mai 1563, les Huguenots s'emparèrent du village à la suite de la trahison de Claude de Guiramand qui en était le fils du seigneur Jules Courtet, op. cit., p. 157. Alors que Dupuy Montbrun, capitaine protestant venu des Baronnies, occupait le village, le stipendié fut occis d'un coup de hallebarde, le 25 suivant, quand il voulut pénétrer dans l'église[7].

L'histoire se répéta, le 18 février 1577, lorsque Bernard de Lagnes, un soldat de fortune, réussit à pénétrer dans le château pour ouvrir les portes aux religionnaires[8].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Pendant la période de la Terreur, le curé du village, qui affichait ouvertement des idées contre-révolutionnaires, fut arrêté et mené à Orange pour y être guillotiné en juin 1794[7].

Au cours du XIXe siècle, le terroir de la commune était réputé pour ses truffes. Une activité industrielle s'était développée avec la présence de moulins à farine et de papeteries[9].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Maurice Gély, en 1964, fut le premier vigneron des Côtes du Ventoux à ouvrir une cave indépendante pour vendre son vin en bouteilles. Son fils Christian, marcha sur ses traces, puisqu'en 1984 il fit installer le premier dans sa cave le contrôle des températures pour s'assurer d'une meilleure vinification[10].

Entrechaux, village vigneron, dont le vignoble est producteur de Ventoux (AOC), organise chaque année une fête des vendanges au mois de septembre[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est Antricalz, attestée en 1141. Elle dérive ensuite en Intercallis : 1281 à 1348, Entrechals : 1378, Entre-chaux : 1464, Entrechaus : 1566 et Entrechaux : 1744. Ces toponymes suggèrent une double origine, du latin inter et du pré-latin calmis qui désignent un lieu entre deux hauteurs[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Entrechaux

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules aux trois têtes de lion d'or, au chef d'argent chargé de trois roses de gueules.[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Entrechaux
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Xavier Bernard DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux, qui fait elle-même partie du syndicat mixte d'aménagement de l'Aygues et du syndicat mixte d'aménagement du bassin de l'Ouvèze (SIABO).

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Entrechaux en 2009[13]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 6,40 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 13,10 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 30,60 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 17,37 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2016, la commune comptait 1 130 habitants[Note 1], en augmentation de 3,29 % par rapport à 2011 (Vaucluse : +2,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7839019361 0431 1101 0611 0821 1211 065
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0721 0621 0461 005981922888849796
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
754978817752746712640678633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6556356377248098699891 0081 116
2016 - - - - - - - -
1 130--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vignoble produit de vins classés en Ventoux (AOC). Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays de la Principauté d'Orange.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Laurent d'Entrechaux

Situé à proximité de la route touristique de la vallée du Toulourenc, du mont Ventoux et de Vaison-la-Romaine, le tourisme est présent sur le secteur.

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

La petite ville la plus proche est Vaison-la-Romaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique[18], ensuite les élèves sont affectés au collège Joseph-d'Arbaud à Vaison-la-Romaine[19], puis vers le lycée Stephane-Hessel à Vaison-la-Romaine.

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe un club de moto. Il est possible de pratiquer la pêche au niveau de l'Ouvèze, voire la baignade. Enfin, il existe plusieurs possibilités de balades, notamment celui des « Chapelles romanes »[20].

Santé[modifier | modifier le code]

Pas d'aménagement particulier de santé sur la commune, mais pharmacies, centre hospitalier, centre médico-social et divers médecins sur la commune de Vaison-la-Romaine et de Malaucène

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Paroissiale Saint Laurent la Neuve d'Entrechaux

Catholique : église paroissiale Saint-Laurent La Neuve

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux. La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du ministère de l'Écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et du MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château d'Entrechaux, au sommet du bourg.
  • Ancienne église paroissiale Saint Laurent au Château
  • Chapelle Notre-Dame-de-Nazareth, à l'est du bourg.
  • Chapelle Saint-Laurent à l'ouest du bourg.
  • Chapelle Saint-André à l'est du bourg.
  • Église paroissiale de Saint-Laurent-la-neuve

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christian Gély, qui fut le troisième président du syndicat des vignerons des Côtes du Ventoux[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique règlementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. Jules Courtet, op. cit., p. 157.
  3. La climatologie du Vaucluse
  4. Données climatologiques de Mazan 2000-2007
  5. a b c d et e Jean-Pierre Saltarelli op. cit., p. 149.
  6. Robert Bailly, op. cit., p. 173.
  7. a et b Robert Bailly, op. cit., p. 174.
  8. Jules Courtet, op. cit., p. 158.
  9. Jules Courtet, op. cit., p. 159.
  10. a et b Jean-Pierre Saltarelli op. cit., p. 151.
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1777.
  12. Armorial des communes du Vaucluse
  13. « Impôts locaux à Entrechaux », taxes.com
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. Enseignement public primaire en Vaucluse
  19. Carte scolaire du Vaucluse
  20. circuit des chapelles romanes
  21. Responsabble Natura 2000

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (rééd.), 1997, (ISBN 284406051X)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, A. Barthélemy, Avignon, 2000, (ISBN 2879230411)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]