Lafare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lafare
Lafare
Blason de Lafare
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Jean-Paul Anres
2014-2020
Code postal 84190
Code commune 84059
Démographie
Gentilé Farisiens, Farisiennes
Population
municipale
121 hab. (2016 en augmentation de 5,22 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 52″ nord, 5° 03′ 08″ est
Altitude 150 m
Min. 129 m
Max. 528 m
Superficie 4,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Lafare

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Lafare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lafare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lafare

Lafare est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

La route départementale 90 qui vient du sud est une petite route sinueuse qui escalade la montagne pour permettre l'accès au village puis continue son chemin vers la commune voisine de Suzette. À noter aussi la route départementale 90a qui va à l'est vers La Roque-Alric.

Géologie[modifier | modifier le code]

La chaîne des Dentelles de Montmirail est la partie la plus occidentale du massif des Baronnies et constitue la première avancée des Alpes dans la vallée du Rhône. il s'agit d'une série de dalles rocheuses du Tithonien (Jurassique) reposant sur des sols calcaires.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Lafare est arrosée par une rivière qui a la particularité d'être salée : la Salette, ainsi que par un de ses affluent, la Combe.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de Carpentras auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps[2]. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • le mistral assainit le vignoble ;
  • la saisonnalité des pluies est très marquée ;
  • les températures sont très chaudes pendant l'été.
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 9 11 14 18 22 26 30 29 25 20 13 10 18,9
Températures minimales moyennes (°C) 1 3 4 7 11 14 17 16 14 10 5 2 8,7
Températures moyennes (°C) 5 7 9 13 16 20 23 23 19 15 9 6 13,8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 44.4 57.5 61.1 58.9 72.4 43.6 27.8 56.3 67.6 97.4 57.7 48.9 693.4
Source : Archives climatologiques mensuelles - Orange (1961-1990)

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Si aucune trace d'occupation lors de la préhistoire n'a été encore trouvée, la présence autour de Saint-Christophe, de nombreuses poteries grises prouve que ce lieu servit de refuge, à la fin de l'Antiquité, lors de grandes invasions.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Raymond VIII de Turenne par Girolamo di Benvenuto.

Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait deux églises, Saint-Christophe, et l’église paroissiale, dont elle percevait les revenus[3].

La seigneurie fut acquise en août 1246 par Pons Astouaud et Rostang de Libra pour la somme de 20 sols raymondins. Le village était alors à mi-côte sur la colline d'en face, où se situe toujours la chapelle Saint-Christophe. Ce fut là que Raymond de Turenne installa une partie de ses troupes en janvier 1396. La ville de Carpentras, menacée par cette présence, fait le siège de la ville par courtes périodes, avant de s’en emparer en août 1397. Le village est aussitôt détruit[4].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Devenue déserte, cette seigneurie fut achetée le , par Françoise de la Salle et son époux Jean de Lopis. Ils firent venir des colons par acte d'habitation et reconstruire un nouveau village autour de leur château.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Vers 1914, l'on a essayé d'extraire le sel de la Salette mais sans succès commercial. Cette rivière peut avoir des débordements catastrophiques, ce fut le cas en 1992, lors de ce qui a été appelé les Inondations de Vaison, puisque la commune a été fortement touchée par la crue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom est attesté en 1274, sous la graphie de Lafara. Il s'agirait d'un toponyme d'origine germanique fara, signifiant famille et passé au sens de domaine d'une famille[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Lafare

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules au château d'or, ouvert du champ, maçonné de sable, soutenu d'un loup passant aussi d'or.[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1991 en cours Jean-Paul Anres UMP  

La commune de Lafare, qui était du comtat Venaissin dans les états pontificaux en 1789, est passée dans le département de la Drôme en 1792, puis dans celui du Vaucluse en 1793, dans le district de Carpentras et le canton d'Aubignan puis en 1801 sous le nom de La Fare dans l'arrondissement d'Orange et le canton de Beaumes, devenu Beaumes-de-Venise en 1954.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 121 habitants[Note 1], en augmentation de 5,22 % par rapport à 2011 (Vaucluse : +2,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
162184149213180150160177186
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
179188181182171153127122132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
115107111977492887081
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
676355757397101102117
2016 - - - - - - - -
121--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le village et ses vignes.
Bistrot de pays de Lafare sur la place du Château.

On y produit des côtes-du-rhône, du beaumes-de-venise et du Muscat de Beaumes-de-Venise[11].

Le tourisme joue aussi un rôle dans l'économie local (motel). Un bistrot de pays est ouvert depuis juin 2012, avec un service d'épicerie[12].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les collèges et lycées (classique ou d'enseignement professionnel) se trouvent sur Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange.

Sports[modifier | modifier le code]

Le cadre des dentelles de Montmirail est propice aux randonnées pédestres, cyclotouristiques et à VTT, ainsi qu'à la pratique de l'escalade.

Santé[modifier | modifier le code]

Les spécialistes, hôpitaux et cliniques se trouvent sur Vaison-la-Romaine, Carpentras et Orange.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement dans le cadre de la communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), (ISBN 284406051X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. La climatologie du Vaucluse
  3. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 219
  4. Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe-XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 60.
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1707.
  6. Armorial des communes du Vaucluse
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  12. bistrot de pays