Émilie Guerel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Emilie Guerel, né le à Carpentras, est une professeure d'anglais et femme politique française. Depuis , elle est députée de la 7e circonscription du Var sous l'étiquette La République en marche !.

Formation et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En 2004, elle obtient une licence en langue anglaise puis obtient son CAPES d'anglais. Elle enseigne dans des collèges à Saint-Etienne puis à Ollioules[1].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 2015, alors qu'elle prépare le concours d'entrée pour Sciences Po, elle découvre les idées d'Emmanuel Macron et y adhère[1].

En , elle crée le comité local La République en marche ! de Sanary-sur-Mer. Elle est également référente des Jeunes avec Macron dans le département du Var[2]. Elle participe à la rédaction du site "Vision Macron" apportant des précisions sur le programme présidentiel d'Emmanuel Macron[3].

Elle s'engage à organiser des ateliers de concertation avec les citoyens et les acteurs locaux.

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

Le , elle est investie par La République en marche ! dans la septième circonscription du Var[4].

À l'issue du premier tour, Emilie Guérel obtient 31,55 % des suffrages exprimés et est opposée au candidat Front National Frédéric Boccaletti au second tour.

Elle est finalement élue députée avec 56,97 % des voix[5].

Controverse[modifier | modifier le code]

Escroquerie à l'assurance maladie[modifier | modifier le code]

En , elle est l'objet d'une plainte déposée par le responsable UDI dans le Var Jean-Pierre Colin pour « escroquerie à l'assurance maladie ». Émilie Guerel aurait fait activement campagne pour La République en marche ! d'octobre 2016 à mai 2017 alors qu'elle était supposée être en arrêt-maladie[6].

En réponse à ces accusations, elle a indiqué s'être mise en disponibilité pour faire campagne pendant les élections législatives mais ne dément pas non-plus avoir été en arrêt-maladie pendant cette période[6]. Émilie Guerel a également précisé avoir mené des actions de bénévolat depuis son domicile et lors des week-end. Elle a également dénoncé les « méthodes d'intimidation » de Jean-Pierre Colin, qui serait déçu de ne pas avoir obtenu l'investiture La République en Marche ![7].

Médias[modifier | modifier le code]

Selon le Nouvel Obs, lors de la création de cet article le 19 juin 2017 suite aux élections législatives, des « tentatives de censure » et des interventions « visiblement partisanes » ont été enregistrées[8].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle est mariée et mère d'un enfant[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Emilie Guerel sur le site de La République en marche ! », sur legislatives.en-marche.fr (consulté le 19 août 2018)
  2. « Législatives : qui est Émilie Guerel, nouvelle députée REM de la 7e circonscription du Var ? », sur francebleu.fr, (consulté le 19 août 2018)
  3. « Législatives 2017: qu'est-ce qui fait marcher Emilie Guérel (LREM) ? », sur varmatin.com, (consulté le 19 août 2018)
  4. Anne Fuerxer, « Qu'est-ce qui fait marcher Emilie Guérel (LREM) ? », Var Matin,‎ (lire en ligne)
  5. « Var (83) - 7ème circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le 19 août 2018)
  6. a et b « Var : une candidate REM visée par une plainte », sur lepoint.fr, (consulté le 19 août 2018)
  7. « Les candidats La République en marche face aux polémiques », sur parismatch.com, (consulté le 19 août 2018)
  8. « Wikipédia : coups de gomme avantageux sur les pages de députés », sur Le Nouvel Obs,

Liens externes[modifier | modifier le code]