Buisson (Vaucluse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buisson
Buisson (Vaucluse)
Arrivée sur la place.
Blason de Buisson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Intercommunalité Communauté de communes Vaison Ventoux
Maire
Mandat
Chantal Fritsch
2020-2026
Code postal 84110
Code commune 84022
Démographie
Gentilé Buissonnais, Buissonnaises
Population
municipale
288 hab. (2018 en augmentation de 6,27 % par rapport à 2013[1])
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 52″ nord, 4° 59′ 55″ est
Altitude 210 m
Min. 156 m
Max. 395 m
Superficie 9,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Vaison-la-Romaine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vaison-la-Romaine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Buisson
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Buisson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buisson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buisson

Buisson est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 51 traverse la commune sur un axe est-ouest et passe au nord du bourg. La route départementale 20 la traverse sur un axe nord-sud et passe l'Aygues pour rejoindre la Drôme.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La partie nord de la commune, là où coule l'Aygues, est principalement composée d'une plaine alluvionnaire (quaternaire). La partie centrale à plus d'élévation avec quelques collines. Enfin, la partie la plus élevée de la commune se situe au sud-ouest de celle-ci, au niveau du bois des Abrigeaux.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Fontaine-lavoir au cœur du bourg.

L'Aygues passe au nord de la commune[3].

On trouve au cœur du bourg un système de canalisation des eaux qui alimentent une fontaine et un lavoir.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d'épisodes orageux parfois violents[4]. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare. Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • le mistral assainit le vignoble ;
  • la saisonnalité des pluies est très marquée ;
  • les températures sont très chaudes pendant l'été.
Relevé météorologique de Buisson
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 23 23 19,5 15,5 9 6,5 14,3
Température moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,5
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
1985
−14,5
1956
−9,7
2005
−2,9
1970
1,3
1979
5,7
1984
9
1953
8,3
1974
3,1
1974
−1,1
1973
−5,4
1952
−14,4
1962
Record de chaleur (°C)
date du record
20,3
2002
23
1960
27,2
1990
30,7
2005
34,5
2001
38,1
2003
40,7
1983
42,6
2003
35,1
1966
29,6
1985
24,6
1970
20,2
1983
Précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 42,7 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,8 52,8 34 460,6
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
10
6
36,5
 
 
 
12
7,5
23,3
 
 
 
16
11
24,9
 
 
 
18
13
42,7
 
 
 
23
17,5
45,6
 
 
 
27
21
25,4
 
 
 
30
23
20,9
 
 
 
30
23
29,1
 
 
 
25
19,5
65,8
 
 
 
20
15,5
59,8
 
 
 
13
9
52,8
 
 
 
10
6,5
34
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30° selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et −12,8 °C le . Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[5]. Le tableau suivant indique les différentes vitesse du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et à sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[6].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du mistral
Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Buisson est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vaison-la-Romaine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (59,3 %), forêts (27,3 %), zones agricoles hétérogènes (9,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (3,8 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La commanderie du Temple de Roaix possédait de nombreuses terres sur ce terroir. Dans le même temps, les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem tenaient le castrum construit au XIIIe siècle. Outre ces deux ordres militaro-religieux, ce fief, dépendant du Comtat Venaissin, était en paréage avec les Montauban auxquels succédèrent les dauphins du Viennois. La lutte d'influence pour la seiguerie majeure prit fin quand les hospitaliers cédèrent, en 1317, leurs biens comtadins à la papauté d'Avignon. Jean XXII remit ce fief entre les mains de la Révérande Chambre Apostolique - le ministère des finances pontificales - qui en devint Dame foncière[14].

Très peu peuplé au Moyen Âge, avec une vingtaine de maisons (soit moins de 100 habitants), Buisson avait néanmoins construit une muraille pour se protéger[15].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Attaqué une première fois par les huguenots, en 1563[14], le village le fut, à nouveau, en 1581, par les religionnaires de Nyons qui repartirent après avoir dérobé la cloche de l'église pour la placer dans leur temple. Puis en 1588, Lesdiguières vint, à son tour, et mit le village à contribution[3]. Lassé, le Conseil de Ville décida de restaurer les fortifications. En 1590, un nouveau rempart fut édifié. Il avait 12 mètres de haut et était construit entièrement avec des galets roulés pris dans le lit de l'Aigues[14].

Les environs de Vaison au XVIIIe par Cassini.

Le château des Hospitaliers fut démantelé au cours de la Révolution[14].

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le territoire de la commune produisait de l'huile d'olive et des pommes[3].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, venus de Lorraine, des réfugiés de Voyer furent accueillis sur place. Les liens entre les deux villages furent pérennisés par la suite. Le syndicat des vignerons de Buisson, ayant organisé sa fête du vin annuelle, dans le cadre des « Vins en fêtes de la vallée du Rhône », avec la célébration d'un baptême bachique pour le dernier né de la commune, la municipalité de Voyer, qui y assista, désira que les vignerons des côtes-du-rhône organisent chez eux une manifestation identique. Ce fut un succès qui perdure depuis 25 ans.

Buisson a été la première commune viticole au monde dont le terroir a été informatisé au niveau de toutes ses parcelles. Cette opération fut menée conjointement par le BRGM d'Orléans et l'Université du vin de Suze-la-Rousse sur les 1 000 hectares de la commune et les 350 hectares du vignoble[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est de Buissono, attestée en 1138-1139. Elle dérive ensuite en Buissone (1157), Castro de Buissone (1210) et Buysone (1227)[14]. Ces toponymes suggèrent le nom boscione dérivé du bas-latin boscus qui désigne un bois, un bosquet[17].

Le nom de la commune est Boisson en occitan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Buisson

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la clef d'or posée en fasce, accompagnée de trois têtes de lion arrachées du même.[18]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Buisson.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 Mars 2008 Liliane Blanc    
Mars 2008 En cours Liliane Blanc    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux, qui fait elle-même partie du syndicat mixte d'aménagement de l'Aygues et du syndicat mixte d'aménagement du bassin de l'Ouvèze (SIABO).

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Buisson en 2009[19]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 14,33 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 18,43 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 47,93 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 19,80 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2018, la commune comptait 288 habitants[Note 3], en augmentation de 6,27 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
338299289388392413462433485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477462468507455462379335319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302310290264249246214222204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
217181148166195264310278294
2018 - - - - - - - -
288--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La vigne est relativement présente.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vignoble fournit des vins classés en côtes-du-rhône. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, le label Vin de pays de la Principauté d'Orange. Les vignerons de la commune sont représentés au sein de la Commanderie des Costes du Rhône, confrérie bachique, qui tient ses assises au château de Suze-la-Rousse, siège de l'Université du vin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Tourisme viticole (caves de dégustation) et tourisme de randonnées (plusieurs circuits pédestres et vélo à proximité). On trouve sur la commune plusieurs gîtes et chambres d'hôtes qui permettent l'accueil des touristes.

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas d'école primaire publique, les enfants vont à Villedieu[24], ensuite les élèves sont affectés à la cité scolaire de Vaison-la-Romaine (collège puis lycée).

Sports[modifier | modifier le code]

Il ne semble pas y avoir d'équipement particulier pour la pratique du sport sur la commune hormis des espaces pour pratiquer la pétanque, ou des chemins que l'on peut emprunter pour balader.

Santé[modifier | modifier le code]

Docteurs, pharmacies, etc. sur les communes voisines de Tulette et Visan, à environ cinq kilomètres et hôpital à Vaison-la-Romaine à environ sept kilomètres et demi.

Vie locale[modifier | modifier le code]

L'association « Les Barry de Buisson » a été créée pour promouvoir la préservation du patrimoine architectural et l'environnement du village médiéval.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église.

La paroisse catholique de Buisson dépend du diocèse d'Avignon, doyenné de Vaison-la-Romaine[25].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux.

Il existe une déchèterie à l'entrée de Vaison-la-Romaine et une décharge à gravats à Villedieu[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Buisson 1 by JM Rosier.JPG
  • Anciennes fortifications, dont portes.
  • Fontaine-lavoir.
  • Maisons anciennes.
  • Horloge et campanile.
  • Église.
  • Chapelle Saint-Pierre.
  • Notre-Dame d'Argelier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Thierry Barrigue de Montvallon, dit Barrigue (fils de "Piem", Pierre de Montvallon), dessinateur de presse comme son père, possède une maison à Buisson.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recensement 2010 », INSEE (consulté le 3 janvier 2012).
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. a b et c Jules Courtet, op. cit., p. 101.
  4. La climatologie du Vaucluse.
  5. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  6. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF].
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vaison-la-Romaine », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a b c d et e Robert Bailly, op. cit., p. 104.
  15. Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe-XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 56.
  16. Patrick Galant, Cépages Magazine, no 7, novembre 1987, p. 35.
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1721.
  18. Armorial du Comtat Venaissin
  19. « Impôts locaux à Buisson », taxes.com.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  25. paroisse de Buisson
  26. infos-pratiques sur le site de la mairie de Séguret, aussi membre de la communauté de communes Pays Vaison Ventoux

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, (ISBN 978-2-903044-27-5 et 2-903044-27-9)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Nîmes, Christian Lacour, Nîmes (réed.), , 385 p. (ISBN 978-2-84406-051-8 et 2-84406-051-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]