Autorail De Dion-Bouton OC1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
X 157-158 type OC1 (SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
L'autorail OC1 X 157 à Noyelles.
Identification
Exploitant(s) CdN (Chemins de fer des Côtes-du-Nord) puis SE Réseau Breton puis SE CFBS et CFC, les OC1 n'ont jamais circulé sur des voies SNCF
Désignation n° 15 et 16 sur les CdN et X 157-158 sur le RB
Surnom Titine et Nénette (nom officieux)
Type autorail
Motorisation Diesel
Composition M
Couplage Non couplables
Conception De Dion Bouton
Construction 2 autorails
Constructeur(s) De Dion Bouton pour la partie châssis et mécanique - "Carde" à Bordeaux pour la caisse 1938
Nombre 2
Transformation 1960
Mise en service 1938
Modernisation 1960 ateliers du Réseau Breton à Carhaix
Période de service 1938 - 1973
Effectif 2
Affectation 1 à l'ACFCdN,
1 au CFBS
Aménagement Coach
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux (1A)(A1)
Écartement métrique
Carburant gazole
Moteur thermique 1 moteur Willème type 517 P 8 cyl. 180 ch
Puissance 132 kW
à 1250 tr/min
Transmission mécanique sur les deux bogies
Tare 19,5 t
Largeur 2,5 m
Hauteur 3,04 m
Longueur totale 18,535 m
Empattement du bogie 2,200 m
Diamètre des roues Ø650
Aménagement Fauteuils vis-à-vis en 2X2 - WC
Capacité 82 p.
Places assises 50 pl.
Vitesse maximale 50 km/h

Les autorails De Dion-Bouton OC1 sont des autorails à voie métrique construits en 1938 par le constructeur ferroviaire De Dion Bouton pour les chemins de fer des Côtes-du-Nord (CdN)[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Cette série s'est limitée à seulement deux exemplaires : les X 157 et X 158.

L’autorail est mu par un moteur Diesel Willème 8 cylindres de 180 ch (132 kW). La transmission est mécanique en direction des deux bogies de disposition (1A)(A1) ce qui signifie que les essieux intérieurs sont moteurs alors que les essieux extérieurs sont simplement porteurs. Le pivot des bogies est légèrement décentré vers le centre (1,150 m - 1,050 m) pour transférer plus de charge vers l’essieu moteur.

Sur les chemins de fer des Côtes-du-Nord[modifier | modifier le code]

Les autorails De Dion-Bouton ont été conçus pour les Chemins de fer des Côtes-du-Nord. Les deux exemplaires ont été livrés en 1938 en gare de Guingamp. Ils ont circulé sur ce réseau jusqu'à sa fermeture, le 31 décembre 1956, sous les numéros 15 et 16.

Les deux automotrices ont reçu sur le réseau des CdN les nom officieux de Titine et Nénette. Les rumeurs veulent que ce soit par référence à leur beauté équivalente à celle de madame Augustine Le Tacon et Renée respectivement épouse et fille du Directeur de la Régie des CdN. Cette version ne permet pas de savoir quel surnom est donné à quel autorail. Le journal Ouest-France d'avril 1938 donne une autre explication par rapport à la date d'arrivée des automotrices. Ce surnom est par ailleurs visible sur les vitres des automotrices au moment de leur livraison.

Au Réseau Breton[modifier | modifier le code]

À la suite de la fermeture du Réseau des Chemins de fer des Côtes-du-Nord, les deux autorails De Dion-Bouton OC1 sont transférés sur le Réseau Breton, en 1957. Ils prennent alors les numéros:

  • X 157 (ex-n°15)
  • X 158 (ex-n°16).

Ils subissent dans les années 1960 une révision générale.

CFTA[modifier | modifier le code]

À la fermeture du Réseau Breton, l'autorail X 158 est transféré en février 1971 sur le réseau de la Somme. Il y circule entre 1971 et 1972.

À la fermeture du réseau de la Somme, le X 158 est transféré aux chemins de fer de Corse. Un problème mécanique met un terme à son utilisation. Le X 158 est ensuite rapatrié sur le continent aux ateliers CFTA de Gray, où il reste garé en extérieur de nombreuses années.

Le X 157 quant à lui a été récupéré à la fermeture du Réseau Breton par l'AJECTA dans le cadre d'un projet de ligne touristique. Toutefois ce projet fut abandonné et l'autorail a été transféré sur le chemin de fer touristique de la Baie de Somme.

Les exemplaires préservés[modifier | modifier le code]

Les deux autorails De Dion-Bouton OC1 construits sont préservés :

  • le X 157 a été récupéré par le Chemin de fer de la baie de Somme. Il est actuellement remisé dans un hangar en attendant sa restauration. Quelques bénévoles ont entrepris sa restauration en 2016.
  • le X 158 a été récupéré en 1991 par l'Association des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord, une association bretonne ayant pour objectif de reconstruire une ligne touristique dans la Baie de Saint-Brieuc pour en faire un chemin de fer touristique. Il est depuis 2004 classé Monument Historique ;

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les autorails De Dion-Bouton OC1 ont été reproduits à l'échelle HO par les Editions Atlas (modèle statique en plastique), dans le cadre de la collection par VPC "Michelines et Autorails". Cette reproduction comporte toutefois de nombreuses erreurs par rapport aux modèles réels.

Il existe par ailleurs de nombreuses reproduction des autorails De Dion-Bouton OC1 dans différentes échelles (du IIm au Nm) réalisés par des artisans. On trouve par exemple un kit très fidèle chez Train d'Antan.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hors Série "Les autorails De Dion-Bouton OC1", Revue d'histoire de l'ACFCdN

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabien Bonic, Les autorails De Dion-Bouton OC1, ACFCdN, 2012 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bulletins de l'ACFCdN
  • Revues d'histoire de l'ACFCdN