Mireval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mireval
Vue depuis la Gardiole.
Vue depuis la Gardiole.
Blason de Mireval
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Frontignan
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Thau
Maire
Mandat
Christophe Durand
2014-2020
Code postal 34110
Code commune 34159
Démographie
Population
municipale
3 274 hab. (2011)
Densité 296 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 31″ N 3° 48′ 06″ E / 43.5086, 3.801743° 30′ 31″ Nord 3° 48′ 06″ Est / 43.5086, 3.8017  
Altitude Min. 0 m – Max. 196 m
Superficie 11,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Mireval

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Mireval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mireval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mireval

Mireval est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Depuis le 31 décembre 2002, elle fait partie de la communauté d'agglomération du Bassin de Thau. Ses habitants sont appelés les Mirevalais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte

Au début du XIe siècle, l'église Sainte-Eulalie de Val, qui préexistait au village de Mireval, rassemblait une communauté de fidèles éparpillés sur les sites gallo-romains alentours. Elle était située à un endroit où, à l'ouest, était la forteresse du Val. De l'église, on pouvait voir le Val. Le nom Mireval veut dire « regarde le Val »[1].

En 1155, les Guilhems, seigneurs de Montpellier et propriétaires des terres environnantes construisent une maison forte, renforcée en 1196 par des remparts[1].

En 1204, Marie de Montpellier, fille de Guilhem VIII de Montpellier se marie avec Pierre II d'Aragon amenant avec elle la seigneurie de Montpellier et donc Mireval. Le couple se sépare rapidement et Marie de Montpellier se retire au château de Mireval. De leur réconciliation, naîtra en 1207, Jacques Ier d'Aragon[1].

En 1349, seigneurie de Montpellier intègre le royaume de France.

Aux XVIe et XVIIe siècles, le village est menacé de disparition : une partie des remparts est détruite, le village est ravagé par les maladies (peste, paludisme)[1].

L'arrivée de voies de communications (route Montpellier-Sète en 1783, chemin de fer en 1839) permet un essor de l'économie locale, en particulier de la viticulture, et un essor démographique[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Mireval est située dans le sud de la France à 15 km au sud-ouest de Montpellier dans le canton de Frontignan et enserré entre le massif de la Gardiole et la mer Méditerranée. Cette commune est réputée pour son muscat connu depuis le Moyen Âge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
- 1977 juin 1995 Louis Huillet PS  
juin 1995 mars 2014 Francis Foulquier SE  
avril 2014 en cours Christophe Durand PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 274 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265 217 269 369 491 538 535 510 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
514 535 611 674 660 509 577 686 722
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
776 756 697 762 686 761 711 649 712
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
739 781 839 1 105 2 355 3 049 3 138 3 151 3 274
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Sainte-Eulalie (1900) : tableau de la Crucifixion XVIIe siècle ; Christ en bois XVIIIe siècle ; Vierge en bois doré XVIIIe siècle.
  • Porte de la ville du XIIe siècle (voir ci-contre).
Porche
  • Le circuit de Mireval, un circuit automobile et motocycliste aménagé dans la colline de la Gardiole. Il a été acheté en 1984 par la société Goodyear qui en a fait un centre d'essais. Aujourd'hui, c'est un circuit strictement privé.
  • Inauguré en 2007, le centre culturel Léo-Malet est une salle exceptionnelle qui offre une capacité modulable de 70 à 305 places assises grâce à ses gradins repliables. Il suffit de 20 minutes pour passer de la configuration « auditorium » à la configuration « cocktail » pour prolonger l’événement. Son plateau-scène de 200 m2 est modulable en hauteur et en surface.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut quatre zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • La ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains, 14 344 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) répartis entre 14 communes[4],[5].
  • La ZNIEFF de la garrigue de la Madeleine , 127 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) partagés entre les communes de Mireval et Villeneuve-lès-Maguelone[6].
  • La ZNIEFF du marais du Boulas et salins de Villeneuve, 302 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) partagés entre Mireval, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[7].
  • La ZNIEFF de la montagne de la Gardiole, 5 289 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) réparties sur 10 communes[8],[9].

La commune inclut aussi une zone de protection spéciale (ZPS) Natura 2000 dans le cadre de la directive Oiseaux :

la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol, 6 600 ha répartis sur 8 communes[10]. Sur cette surface, 50 % sont classés selon la loi de 1930 et 1 % inscrit de même, 35 % ont été acquis par le Conservatoire du Littoral, 14 % sont une réserve de chasse et de faune sauvage d'ACCA (association communale de chasse agréée), 2 % sont protégés par un arrêté de protection de biotope, d’habitat naturel ou de site d’intérêt géologique, 1 % est une réserve naturelle nationale (l'étang de l'Estagnol), et 1 % est la propriété du département.
Cette ZPS comprend une série importante de grandes lagunes communiquant encore entre elles (étang de l'Ingril, étang de Vic, étang de Pierre-Blanche, étang de l'Arnel, étang du Prevost, étang du Grec, étang du Méjean, étang de Pérols), imbriquées entre terre et mer. On y trouve des anciens marais salants non exploités, générateurs d'une grande diversité d'habitats à forte valeur patrimoniale.
L'étang de l'Estagnol est situé dans une ancienne doline d'alluvions récentes dans les calcaires de la Gardiole, au sud-ouest de Montpellier. L'alimentation en eau se fait par la nappe phréatique d'eau douce de la plaine de Mireval, par les alimentations karstiques des reliefs avoisinants, et par la résurgence d'une perte de la Mosson. En conséquence, son eau est moins saumâtre que celle des autres étangs palavasiens.
Les lagunes attirent une avifaune à la fois abondante et variée qu'elle soit nicheuse, hivernante ou migratrice. Des espèces rares viennent s'y reposer, comme la sterne naine, le gravelot à collier interrompu et la talève sultane. Les flamants roses y sont nombreux. Une dizaine d'espèces de l'annexe I se reproduisent à l'étang de l'Estagnol : busard des roseaux, blongios nain, héron pourpré, sterne pierregarin, parfois le butor étoilé... Il est une zone d'hivernage ou d'étape pour de nombreux migrateurs : anatidés, foulques, guifettes, sterne pierregarin[11].

La commune comprend aussi un site d'intérêt communautaire (SIC) Natura 2000 dans le cadre de la directive Habitat :

le SIC des étangs palavasiens, 6 600 ha d'étangs répartis sur plusieurs communes et séparés de la mer par un lido encore vierge d'urbanisation sur un grand linéaire côtier, ce qui permet la coexistence de différents habitats naturels littoraux : systèmes dunaires, laisses de mer et sansouires. Ils sont composés à 60 % de lagunes côtières (habitat prioritaire), 7,1 % de fourrés halophiles méditerranéens et thermo-atlantiques (Sarcocornia fruticosi ou « corail de mer »), 4,9 % de prés-salés méditerranéens (communauté de plantes appelée Juncetalia maritimi), et 16 autres types d'habitat pour le reste.
Leur ouverture sur la mer grâce à des graus permet la migration des poissons. En 2012, seul l'étang du Grec est protégé par un arrêté préfectoral de protection du biotope comprenant les zones humides situées entre la route départementale Carnon-Palavas et les zones urbanisées du littoral. Le périmètre du site intègre ces zones humides en suivant précisément la limite de la zone couverte par l'arrêté de biotope. L'étang de l'Estagnol, classé en réserve naturelle nationale, est protégé des atteintes directes mais son approvisionnement en eau est d'origine incertaine et rend les interventions difficiles[12].

Enfin, plusieurs terrains sont sujets à des protections particulières :

Le Conservatoire du Littoral a acquis 1 561 ha en 1979 à l'étang de Vic, sur quatre communes : Frontignan, Mireval, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[13], et 209 ha en 1992 aux salines de Villeneuve, sur les communes de Mireval et Villeneuve-lès-Maguelone[14].
7583 ha des étangs palavasiens sont classés comme « zone humide protégée par la convention de Ramsar » et concernent 7 communes : Frontignan, Lattes, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole, et Villeneuve-lès-Maguelone[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e L'histoire du village sur mireval34.fr
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Les 14 communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sont : Aigues-Mortes, Candillargues, Frontignan, Lansargues, Lattes, Marsillargues, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Saint-Nazaire-de-Pézan, Vic-la-Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelone, et La Grande-Motte.
  5. ZNIEFF 910010743 - Complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  6. ZNIEFF 910014053 - Garrigue de la Madeleine sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  7. ZNIEFF 910006420 - Marais du Boulas et salins de Villeneuve sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  8. Les 10 communes de la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lattes, Mireval, Saint-Jean-de-Védas, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  9. ZNIEFF 910010764 - Montagne de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  10. Les 8 communes de la la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol sont :
    Frontignan, Lattes, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole, et Villeneuve-lès-Maguelone.
  11. NATURA 2000 - FR9110042 – ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol.
  12. NATURA 2000 - FR9101410 - Étangs palavasiens.
  13. FR1100274 - « Étang de Vic » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  14. - « Salines de Villeneuve » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  15. FR7200028 - « Étangs palavasiens », fiche INPN.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le village et les vignes de muscat.