Saint-Nazaire-de-Pézan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Nazaire-de-Pézan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Lunel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lunel
Maire
Mandat
Robert Pistilli
2014-2020
Code postal 34400
Code commune 34280
Démographie
Population
municipale
578 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 38″ N 4° 07′ 11″ E / 43.6439, 4.1197 ()43° 38′ 38″ Nord 4° 07′ 11″ Est / 43.6439, 4.1197 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 5 m
Superficie 5,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Pézan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-de-Pézan
Liens
Site web http://www.saintnazairedepezan.fr

Saint-Nazaire-de-Pézan est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Saint-Nazairois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1970 Joseph Dugaret    
1970 juin 1995 Adrien Dugaret Parti socialiste  
juin 1995 mars 2008 Gilles Peyre de Fabrègues Divers droite  
mars 2008 mars 2020 Robert Pistilli Divers gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

En 2007, Gilles Peyre de Fabrègues a parrainé Frédéric Nihous.

Le 26 juin 2011, une élection partielle a eu lieu, suite à la vacance du tiers du conseil municipal. La liste du Maire en place, Robert PISTILLI, est soutenue à 70%

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 578 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
80 68 59 106 106 138 145 176 153
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
181 185 201 168 180 135 143 149 170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185 197 218 253 233 286 205 197 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
235 224 200 278 469 539 556 550 576
2011 - - - - - - - -
578 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Village Un habitat du Bas-Empire a été mis au jour sous l’église : il est à l’origine de Saint-Nazaire-de-Pézan. Situé entre Lunel et le Mas Desports, le village se trouvait sur l’antique chemin qui reliait l’Étang de l’Or à la baronnie. Son existence est attestée au VIIIe s. suite au développement du trafic maritime. Des traces plus anciennes d’habitats de l’âge du Fer ont été découvertes dans un méandre du Dardaillon, dans un quartier appelé l’Hournède. Des sépultures de la première moitié du IVe ap. J-C. ont été découvertes aux Trentières le long du chemin appelé la Grande Draille. Saint-Nazaire-de-Pézan présente un environnement typique d’un village de petite Camargue avec ses roselières jadis réputées qui retrouvent aujourd’hui toute leur vitalité grâce aux efforts de la commune. Dans le cadre de la préservation de cette zone humide fragile, la gestion des niveaux d’eau y est primordiale.

  • Église Saint Nazaire et Saint Celse

Place de la République.

Des sarcophages paléochrétiens ont été découverts à côté de l’église paroissiale. L’église de type roman, construite au XI ou XIIe s. sur un ancien lieu de culte carolingien a été détruite pendant les guerres de religion : seul le mur nord, en appareil dit « de Montpellier » (alternance d’assises plus ou moins grandes », a été conservé. Aux alentours des années 1600, elle est rebâtie avec les moellons de l’édifice primitif : la longueur est alors raccourcie, puisque la nouvelle construction ne comportera qu’une travée au lieu de deux précédemment. En 1617, la cloche classée au titre du Mobilier Historique et don des catholiques de Lunel à ceux de Saint Nazaire de Pézan, est posée. En 1850, la façade clocher menace ruine. En 1870, elle est abattue et remplacée par le clocher actuel selon les plans de l’architecte Alaus.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'azur à la demi-fasce ondée abaissée d'argent, mouvant de dextre, chargée d'ondes du champ et semée de roseaux de sable, à Saint Nazaire au naturel brochant ayant la main dextre appuyée sur une épée basse d'argent garnie d'or et tenant dans sa senestre une palme de sinople, accompagné de trois rocs d'échiquier d'argent ordonnés 2 et 1 au canton senestre du chef.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :