Marseillan (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marseillan.
Marseillan
Vue du centre ville de Marseillan
Vue du centre ville de Marseillan
Blason de Marseillan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Agde
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Thau
Maire
Mandat
Yves Michel
2014-2020
Code postal 34340
Code commune 34150
Démographie
Gentilé Marseillanais
Population
municipale
7 919 hab. (2011)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 26″ N 3° 31′ 42″ E / 43.3572222222, 3.5283333333343° 21′ 26″ Nord 3° 31′ 42″ Est / 43.3572222222, 3.52833333333  
Altitude Min. 0 m – Max. 33 m
Superficie 51,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Marseillan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Marseillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marseillan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marseillan
Liens
Site web Site officiel

Marseillan (occitan Massilhan) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Depuis le 31 décembre 2002, elle fait partie de la communauté d'agglomération du Bassin de Thau. Ses habitants sont appelés les Marseillanais[1].

L'histoire du territoire marseillanais est jalonnée, entre autres, par l'installation des Grecs sur le littoral agathois, la domination romaine, puis wisigothe, les incursions sarrasines, la croisade contre les Albigeois, l'incorporation au royaume de France, les guerres de religion... Ses populations ont su tirer profit des ressources naturelles offertes par l'étang de Thau ou la vigne, bien que plusieurs fois menacées comme lors de l'apparition de la pyrale au XVIIe siècle, du phylloxéra en 1876.

Son économie, basée sur la conchyliculture et la viticulture, est aujourd'hui aussi tournée vers le tourisme grâce à son extension balnéaire, Marseillan-Plage, et à ses ports de plaisance.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Marseillan.

Marseillan est une ville du Languedoc, située à 13,3 km de Sète et à 6,5 km d'Agde[2]. Elle appartient au canton d'Agde, à l'arrondissement de Béziers et fait partie des communes qui bordent l'étang de Thau. La ville compte 7 734 habitants à l’année, mais voit sa population largement augmenter durant la période estivale : elle est multipliée par dix et atteint 60 000 habitants durant cette période[3]. Le territoire marseillanais est relativement plat.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Marseillan-Plage au coucher du soleil.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Marseillan est formé de roches sédimentaires du pliocène[4] (Cénozoïque) et d'alluvions du quaternaire[5]. On en déduit que la mer était avancée d'une quinzaine de kilomètres à l'intérieur des terres que nous connaissons aujourd'hui (jusqu'aux environs de la ville actuelle de Pézenas).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Marseillan est riveraine de l'étang de Thau, de l'étang du Bagnas sur sa limite ouest, et de la mer Méditerranée au sud ; elle comprend quelques petits ruisseaux et canaux.

Au lieu-dit « Les Onglous », le canal du Midi (créé par Pierre-Paul Riquet et reliant l'Océan Atlantique à la Méditerranée) se jette dans l'étang de Thau[6]. Il alimente aussi en cas de reflux maritime l’étang du Bagnas situé dans la commune voisine d'Agde (d'ailleurs, Agde et Marseillan se les sont longtemps disputés, si l'on en croit les documents réunis par Jean Fayet ; voir bibliographie[7]).

Le canal de Pisse-Saumes relie l'étang de Thau à la Méditerranée[8] et c'est autour de son embouchure que s'articule Marseillan-Plage[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Marseillan est méditerranéen : il se caractérise par des hivers doux, des étés chauds et secs et des précipitations rares et concentrées sur la période hivernale. Les vents dominants sont la tramontane, vent sec et froid qui chasse les nuages, et le marin, vent humide qui au contraire amène les nuages. Il peut parfois être très violent.

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures moyennes maximales (°C) 11 12 16 18 22 26 29 29 25 20 15 12 20
Températures moyennes minimales (°C) 3 4 6 8 12 16 19 18 15 12 7 4 10
Températures moyennes (°C) 7 8 11 13 17 21 24 23 20 16 11 8 15
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 41,2 27,9 20 43,9 28,6 21,4 12 26,2 52,5 64,7 50,9 50,5 440
Source: MSN météo[10]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

  • Les risques d'érosion[11] de la côte sont faibles à Marseillan mais elle n'en reste pas moins une zone inondable à cause de sa proximité avec l'étang de Thau et la mer Méditerranée.
  • On constate de même un léger risque de glissement de terrain.
  • Aucun danger (ou seulement léger) d'incendie n'est à noter à Marseillan[12].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Marseillan-Ville est principalement desservie par des routes départementales telles que la D 51 (d'ouest en est vers Agde et Mèze), la D 28 (vers Bessan), la D 161 (vers Pomérols) et la D 51e5 (vers Marseillan-plage).

L'axe routier le plus fréquenté de la commune, en particulier en période estivale, est la route départementale RD 612 (ex RN 112). Il s'agit d'une route à deux voies qui relie Montpellier à Albi, en passant par Sète et Agde, et traverse la commune dans sa partie sud, en longeant le littoral parallèlement à la voie ferrée. D'importants travaux se sont déroulés depuis 2008 pour éloigner son tracé du bord de mer et permettre les aménagements de défense des plages, ils se sont terminés en juillet 2010.

L'autoroute A9, qui passe à environ sept kilomètres de la ville, est accessible par l'échangeur no 34 (Millau, Clermont-Ferrand, Pézenas, Agde, Vias), situé au nord de Bessan et distant d'une dizaine de kilomètre par la D 28[13].

La commune est traversée dans sa partie sud par la ligne Bordeaux - Sète, ligne électrifiée à double voie qui constitue le grand axe ferroviaire du Languedoc. Cette ligne longe la rive sud du canal du Midi depuis Agde, puis s'engage dans le lido séparant l'étang de Thau de la mer Méditerranée en direction de Sète. La gare de Marseillan-Plage se trouve dans le secteur « des Onglous ». Il s'agit d'une halte voyageurs desservie par quelques trains du réseau TER Languedoc-Roussillon exploité par la SNCF, desservant la section Narbonne - Montpellier. Un changement à Montpellier ou à Agde est souvent nécessaire pour rejoindre la gare de Marseillan-Plage[14]. La gare d'Agde, desservie par la plupart des trains de grande ligne et les TGV se trouve à six kilomètres environ du centre de Marseillan-Ville.

En matière de transports publics, Marseillan se situe sur la ligne 13[15] du réseau Totem dont cinq lignes couvrent l'ensemble des agglomérations du bassin de Thau[16]. Il comprend à Marseillan les arrêts : Victor Hugo, Le Port, L'Argentié et Les Mougères ; à Marseillan-Plage : Les Onglous, Méditerranée, Gare SNCF.

La ligne 210 du réseau Hérault Transport dessert de même Marseillan en la reliant à Agde, Vias et Béziers. Ses arrêts sont : Victor Hugo et Gare Routière[17].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La maison natale d'Achille Maffre de Baugé, caractéristique du vieux Marseillan (encadrement de la fenêtre : pierres basaltiques noires d'Agde)

L'habitat se répartit en deux parties principales, distantes de cinq kilomètres environ, séparées par la pointe de l'étang de Thau et reliées par la route départementale D51e5 : Marseillan-Ville et Marseillan-Plage. Marseillan-Ville, majoritairement habitée à l'année, s'articule autour d'un centre ancien ramassé autour de l'église Saint-Jean-Baptiste, de la place couverte et de la mairie. Les rues y sont étroites et tortueuses. On trouve en périphérie de la ville, notamment le long de l'étang, des constructions plus modernes. Marseillan-Plage se situe quant à elle dans la partie sud de la commune à l'embouchure du canal de Pisse-Saumes et s'étire le long de sa plage sur environ 2,5 km et autour de son port. En raison de la capacité d'accueil nécessaire à cette petite station balnéaire, la majorité des bâtiments sont relativement récents et surtout loués lors de la période estivale. De nombreux terrains de campings sont installés dans ce secteur, notamment en limite d'Agde. Entre ces deux noyaux, des lotissements récents se sont développés à proximité de la pointe des Onglous et au lieu-dit « Les Mougères », au nord de l'étang de Bagnas. Un habitat dispersé s'est également développé autour de la gare (hameau de Rieu, lieu-dit « Les Onglous »).

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 7 770[18]. Parmi ces logements, 34,2 % sont des résidences principales, 61,9 % sont des résidences secondaires et 3,9 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 83,6 % des maisons individuelles, 13,9 % sont d'autre part des appartements et enfin seulement 2,6 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 66,6 %[18] ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. En conséquence, le nombre de locataires est de 27 % sur l'ensemble des logements qui est inversement inférieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[18]. On peut noter également que 6,3 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement, alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1,3 % sont des studios, 10 % sont des logements de deux pièces, 29,2 % en ont trois, 26,3 % des logements disposent de quatre pièces, et 20,5 % des logements ont cinq pièces ou plus[18].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

  • Le réaménagement du centre ville :

La commune a engagé la rénovation urbaine de son centre ville. Le pavage complet de cet espace avec un volet paysager repensé met en valeur le cœur de ville. Cet aménagement permet de valoriser le commerce local;

  • Lido de Sète à Marseillan :

Le lido de Sète à Marseillan est une bande sableuse de 11 km de long et 1 à 2 km de large, qui sépare l'étang de Thau de la mer Méditerranée[19]. Avec l'accroissement de l'attraction touristique, il apparaît que l'espace a été dégradé non seulement par l'érosion naturelle mais aussi par les parcages anarchiques (présence, entre autres véhicules, de camping-cars en bordure de route). Érosion qui remet en cause la survivance des activités présentes sur le bandeau de sable (viticulture, entreprise d'embouteillage de Listel[20], camping du Castellas[21]).

Le but du projet est de prévenir à long terme l'érosion de la plage (une perte de 45 ha a été constatée entre 1954 et 2000[19]). Un recul de la route nationale 112 vers la voie ferrée est prévu (terminé depuis juillet 2010), ainsi que la création de parkings qui visent à remédier au stationnement dangereux le long de la route. L'installation d'une piste cyclable est aussi en cours.

Les travaux sont soutenus par l'Union européenne dans le cadre des projets sur le contrôle de l'érosion (programme Beachmed Interreg III C et Messina Interreg III C). Le montant du projet a été estimé à 50 millions d'euros[22].

  • Port de Tabarka :

Création d'une aire de carénage et d'une déchèterie utilisable par professionnels et usagers du port. Ce projet a pour but de rendre au port de Tabarka ses fonctions de pêche et de refaire du port de la ville un espace dédié aux plaisanciers.

Les travaux sont cofinancés par le conseil général de l'Hérault, la commune, l'Union européenne et l'agence de l'eau[23]. Leur montant s'élève à 675 000 euros. Ils devraient être terminés fin 2008[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Si l'on croit en l'affiliation de Marseillan à Marseille, la provenance de son nom est logique[réf. nécessaire]. Cependant, d'autres hypothèses, qui réfutent la fondation de Marseillan par des Phocéens Massaliotes, existent[7]  :

  • le nom des cités méridionales se terminant par le son « an » seraient de création romaine : Fundus Marcellus.
  • le radical « mar- » aurait une origine celtique qui désignerait un lieu marécageux[Informations douteuses].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Marseillan

Les armes de Marseillan se blasonnent ainsi : d'argent, à trois pals de gueules.

Elles constituaient à l'origine le blason d'Ermengaud de Marseillan et possédaient quatre pals[7].

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Il a été émis l'hypothèse que Marseillan aurait été fondée par les Phocéens aux alentours de 550 av. J.-C dans une zone d'abord habitée par des peuplades ligures ou ibères[25]. La région fut ensuite occupée par les Volques Arécomiques (durant le IIIe siècle av. J.-C. ?), puis par les Romains (probablement à partir de 121 av. J.-C.).

Vers la fin de l'Empire romain d'Occident, les Vandales ravagèrent la Narbonnaise (Ves.), et, lorsque sa désintégration fut complète, le territoire de Marseillan tomba sous la domination wisigothe. Les Sarrasins occupèrent à leur tour la Septimanie, réunie au royaume franc par Pépin le Bref en 761.

À l'époque féodale, Marseillan devint une seigneurie laïque qui passa plus tard (1187) sous la férule de l'évêque d'Agde, lui-même vassal du comte de Toulouse, puis, après la croisade contre les Albigeois, du roi de France. On sait d'ailleurs que sa population ne fut pas insensible au catharisme puisque « tous les hommes de Marseillan » furent excommuniés par le légat du pape Honorius III (1218). L'apparition du consulat marseillanais est de peu antérieure (1170).

Le XIVe siècle est marqué comme ailleurs par les épidémies de peste qui touchèrent la ville en 1348, 1361 et 1375. Si le catharisme avait eu un succès certain à Marseillan, elle resta néanmoins catholique durant les guerres de religion.

La ville put s'affranchir du pouvoir de l'évêque en 1563, et être désormais administrée par ses seuls consuls. La peste revint en 1572, 1628 et 1629. Le XVIIe siècle vit la reconstruction de l'église Saint-Jean-Baptiste et la création de confréries de pénitents bleus, blancs, noirs et gris. En 1683, le canal du Midi, qui débouche sur l'étang de Thau au voisinage de Marseillan, est ouvert à la navigation.

Les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, créée en janvier 1790 et baptisée « société des amis de la constitution et de l’égalité » ; après la chute de la monarchie, elle se choisit un nouveau nom, « société des sans-culotte ». Elle compte 256 membres en ventôse an II[26]. Une minorité contre-révolutionnaire crée en opposition la société antipatriotique en décembre 1792[26],[27]. Une fois les passions apaisées, un nouveau conseil municipal décida la destruction des fortifications (1802), puis le culte fut rétabli (en 1803, dans l'église Saint-Roch jusqu'en 1822). À la Restauration, une école de filles dirigée par les sœurs de Saint-Maur fut créée (1819), suivie au début de la Monarchie de Juillet par une école publique, avec une classe gratuite (1831).

En 1849, une nouvelle épidémie de choléra frappa Marseillan.

À la fin du siècle, ce fut le phylloxéra qui s'abattit sur la commune (février 1876) ; elle dut attendre 1881 pour reconstituer son vignoble, de nouveau fortement touché par la crise vinicole de 1907.

Comme toutes les communes de France, Marseillan paya son tribut lors de la Grande Guerre ; elle vit aussi l'installation d'un hôpital pour blessés, et l'un de ses enfants, le général Pierre Auguste Roques, commander la Ire armée française en 1915, et devenir ministre de la guerre en 1916.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands construisirent des casemates aux Onglous, dont les habitants furent évacués, et entreprirent le creusement d'un fossé anti-char entre l'étang de Thau et la mer Méditerranée, continué plus tard par la municipalité pour créer un canal navigable[7].

L'après-guerre vit le développement de Marseillan-Plage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Logo de la Ville depuis 2010

Marseillan appartient au canton d'Agde et à la communauté d'agglomération du Bassin de Thau fondée en 2002, actuellement présidée par le maire PS de Frontignan Pierre Bouldoire et englobant 91 000 habitants[28]. Sur le plan électoral, la ville fait partie de la septième circonscription de l'Hérault[29].

Le symbole de Marseillan est le crabe, animal familier de la Méditerranée et de l'étang de Thau et que l'on retrouve souvent représenté (en particulier sur le fanion du Club de Voile Marseillanais). Venant d'Agde, on peut l'apercevoir, constitué de fleurs, sur le rond-point d'entrée de la ville.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au vu des résultats des élections municipales 2008, Marseillan semble se situer majoritairement à droite. Cette tendance se vérifie avec les élections législatives 2007 : l'UMP y a obtenu 45,48 % des voix contre 13,89 pour les socialistes[30]. On remarque néanmoins que le parti communiste y a totalisé 18,29 % des voix : ce score considérable est sans doute porté par le nombre important de viticulteurs et ouvriers de la ville, ainsi que par la présence d'une cellule du PCF au sein de la ville[31].

Lors du référendum du 29 mai 2005, Marseillan a voté le non à une forte majorité : 66,64 %[32] (résultat sensiblement proche de celui de l'Hérault qui totalise 60,14 % [33]).

Les élections municipales 2008 à Marseillan se sont déroulées sur deux tours : lors du premier qui a réuni 4 276 votants, la liste du maire sortant Williams Méric (PS[34]) a obtenu 41,16 % des voix contre 30,89 % pour Yves Michel son successeur. Les listes de Jean-François Marty (UMP[34]) et de Richard Fitoussi (DVD[34]) ayant respectivement récolté 19,13 % et 8,82 % des voix. Au second tour, sur 4 573 votants, Yves Michel (UMP[34]) l'a emporté en réunissant 53,18 % des voix contre 46,82 % pour Williams Méric[35].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Marseillan

Depuis 1809, la mairie était installée dans un local peu confortable. Son déplacement avait été planifié plusieurs fois, mais sans cesse repoussé. C'est en 1888 que la maison Bouisset, où ce dernier vécut jusqu'à sa mort en 1888, fut rachetée par le négociant Jean Voisin selon un accord conclu avec Jean Bertouy, le maire. Mais il l'habita plutôt que de la revendre comme convenu à la commune, et il fallut attendre 1919 pour que son héritier, Charles Rey, tienne l'engagement pris par son aïeul[7].

Le conseil municipal de Marseillan, présidé par le maire actuel Yves Michel, est composé de 29 conseillers et se réunit au minimum tous les trimestres dans la salle Paul Arnaud[36].

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Marseillan[37] :

Groupe Président Effectif Statut
UMP Yves Michel 22 majorité
UG Williams Méric 7 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1963 février 1973 (démission) Henri Maurin ... ...
février 1973 mars 1977 Raoul Duvochel ... ...
mars 1977 juillet 1982 Gilbert Ribes PCF ...
juillet 1982 1989 Paul Arnaud ... ...
1989 1993 Louis Boudou ... ...
juin 1993 mars 2001 Jean Benoit RPR ...
mars 2001 mars 2008 Williams Méric PS ...
mars 2008 en cours Yves Michel UMP ...

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un service de police municipale ainsi que d'une gendarmerie[38]. Marseillan fait partie de l'arrondissement judiciaire de Béziers, et dépend donc des tribunaux d'instance[39] et de grande instance[40] ainsi que du conseil de prud'hommes[41] de Béziers. La ville dépend également de la cour d'appel[42] et du tribunal administratif[43] de Montpellier.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ces dernières années (majoritairement depuis 2003), Marseillan a mis en place divers dispositifs d'écologie urbaine visant à favoriser la protection et la propreté de ses espaces de vie :

  • En différents points de la ville, elle met à disposition des « canibox » distributeurs de sachets visant au nettoyage des déchets canins. Néanmoins si beaucoup de Marseillanais se prêtent au « jeu », ce n'est pas le cas de tous et il reste encore une grande part de chemin à faire en ce qui concerne la sensibilisation à ce nouveau comportement civique.
  • Dispositif quasi universel en France à ce jour, la ville est aussi partisane du tri sélectif (verres, poubelles grises et jaunes). Des collecteurs de vêtements existent également.
  • Une déchèterie est implantée à la sortie de Marseillan en direction d'Agde : elle accepte les dépôts particuliers, toutes sortes de déchets (cartons, végétaux, gravois...).
Espaces protégés sur le territoire de Marseillan

Les espaces bordant l'étang de Thau sont en général très peu aménagés en vue de la protection de la diversité de leur faune et de leur flore.

  • Les prés du Baugé sont une zone de 90 hectares[44] protégée par le Conservatoire du littoral depuis 1993[45]. Afin de préserver ce patrimoine et ses particularités, diverses opérations ont été mises en place : l'entretien de la parcelle est confié à un agriculteur (« convention de pâturage ») et de nombreux inventaires ont été effectués dans le but de répertorier les espèces présentes et d'évaluer leur évolution[44].
  • Les « Gourgs » sont des zones humides et marécageuses des abords de l'étang de Thau. Marseillan en compte sur son territoire plus de la moitié. Ces espaces sont protégés et demeurent des zones privilégiées pour le développement de la faune locale : on peut en effet y observer un grand nombre d'espèces d'oiseaux tout au long de l'année [46]. Le plus important est le gourg de Maldormir : il englobe une surface de 43 hectares[47].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis le 13 octobre 1988, Marseillan est jumelée avec la ville espagnole de Caudete, située dans la province d'Albacete, communauté autonome de Castille-La Manche. Cette alliance a été inspirée par l'immigration à Marseillan de populations originaires de Caudete dans les années 1910 et 1920[48].

Provinces of Spain (Blank map).png
La commune de Caudete en Espagne

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous, l'évolution démographique de la ville de Marseillan depuis 1793.

En 2011, Marseillan comptait 7 919 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Marseillan[49]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 210 3 210 3 441 3 815 3 687 3 691 3 504 3 628 3 781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 888 3 933 3 972 3 981 3 994 4 065 3 987 4 634 4 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 722 4 732 4 724 4 598 4 318 4 072 3 664 3 334 3 421
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 394 3 579 3 483 4 039 4 950 6 199 7 392 7 738 7 919
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2004[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voici ci-dessous, l'évolution de la pyramide des âges de la commune de Marseillan avec une comparaison entre les années 1990 et 1999 en nombre d'individus[52]

Pyramide des âges en 1990.
Hommes Classe d’âge Femmes
182 
75 à plus
329 
448 
60 à 74
440 
396 
45 à 59
427 
505 
30 à 44
507 
474 
15 à 29
452 
404 
0 à 14
391 
Pyramide des âges en 1999.
Hommes Classe d’âge Femmes
256 
75 à plus
358 
648 
60 à 74
657 
595 
45 à 59
633 
554 
30 à 44
616 
426 
15 à 29
452 
521 
0 à 14
482 

La pyramide des âges montre que la population de Marseillan est globalement vieillissante. Son profil tend cependant à se creuser davantage à la fin des années 1990 (augmentation de la population de 60 à 74 ans d'environ 25 % par exemple).

Le nombre total de ménages à Marseillan est de 2 655. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Marseillan 27,7 % 39,3 % 16,2 % 11,7 % 3,4 % 1,6 %
Moyenne nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[53]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Marseillan fait partie de l'académie de Montpellier. La ville de Marseillan met à la disposition des enfants et jeunes de la ville les établissements suivants :

Collège Pierre-Deley
  • deux crèches : les « Copains-Câlins » (14 places) qui accueille les bambins de l'âge de 10 semaines jusqu'à l'apprentissage de la marche[54] et les « Cranquettes » (36 places) qui assure leur garde une fois la marche acquise et jusqu'à leur scolarisation[55].
  • une école maternelle (Marie-Fayet) avec une capacité de sept classes.
  • une école primaire (Bardou-Maffre de Baugé[56]) avec une capacité de onze classes.
  • une école qui assure avec neuf classes la maternelle et la primaire (groupe scolaire de Fontregeire portant maintenant le nom de Marie-Louise Dumas, qui a vécu et enseigna pendant de nombreuses années sur la commune).
  • un collège, récemment implanté (rentrée 2004) : d'une capacité de 600 élèves. Il accueille également les élèves des localités de Pomérols et Pinet. Sa particularité réside dans sa construction à haute qualité environnementale[57]. Le nom de Pierre Deley, pilote Marseillanais de l'aéropostale, lui a été attribué depuis juillet 2008[58], après de nombreux débats[59].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Jeux et traditions[modifier | modifier le code]

  • Les joutes nautiques :
Une barque à joutes dans le port de Marseillan

Comme dans un grand nombre de communes de l'Hérault, des joutes nautiques selon la méthode languedocienne ont lieu en été dans le petit port de Marseillan.

La ville possède un club de joutes, la Lance Olympique Marseillanaise dont certains joueurs concourent à la Saint-Louis, compétition prestigieuse organisée par la ville de Sète[60].

  • La Belle Scribote :

La Belle Scribote est une légende Marseillanaise qui a traversé les siècles : pendant les étés 2005, 2006, 2007 et 2008, près de 150 bénévoles ont mis au point une comédie musicale retraçant le périple de Jean Mas, engagé dans les armées Infidèles pour tenter de sauver sa belle, la « Scribote », enlevée par des Barbaresques[61].

  • Maitre Pierre

Tous les enfants de Marseillan ont défilé un jour, costumés, derrière Maître Pierre à l'occasion de la fête locale. Ce personnage déguisé en arlequin, bossu, coiffé d'un bicorne et doté d'une longue canne les guide au travers de la ville. Cette tradition remonterait au XVIIe siècle à l'époque de la gabelle et du sel de contrebande : Maître Pierre aurait été meunier à Marseillan, la douane aurait voulu contrôler son sac le soupçonnant d'y transporter du sel. La farine se serait alors envolée à la face des douaniers[62]. Cette farce serait à l'origine de la tradition, la farine était envoyée par des soufflets le jour du carnaval (la danse soufflée) mais ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Les enfants qui suivaient Maître Pierre dans le village frappaient autrefois dans des soufflets en bois décorés de rubans et on entendait venir de loin le joyeux cortège.

Panorama du port de Marseillan
  • Le jeu du Capelet
Le capelet, vue générale

Durant l'été, c'est dans ce port qu'a lieu le 14 juillet et le 16 août[63] de chaque année le jeu traditionnel du « Capelet » (dit aussi « course à la bigue »)[60], au cours duquel les concurrents doivent attraper deux chapeaux (théoriquement des hauts-de-forme) placés à l'extrémité d'un mât enduit de savon noir, le mât étant lui-même fixé à une barge, et placé au-dessus de l'eau du port. La chaude ambiance qui règne alors sur les quais est toujours un grand moment de la vie marseillanaise[64].

L'origine du jeu n'est pas clairement établie. Il remonte toutefois à plusieurs siècles, et on peut supposer qu'il s'agit d'un jeu d'adresse autrefois pratiqué par les marins, afin de s'entraîner à la manœuvre dans des eaux agitées. Il est également de tradition qu'au cours d'une pause, au milieu du jeu, des personnages au visage noirci viennent distraire les spectateurs par des pitreries effectuées sur le mât. Peut-être faut-il y voir une évocation grotesque des « indigènes » que certains marins pouvaient être amenés à rencontrer au cours de voyages lointains ?

Le gagnant du 1er chapeau au Capelet 2004

Autres événements[modifier | modifier le code]

Marche intergénérationnelle

Organisée par le CCAS de Marseillan, elle réunit toutes les classes d'âge dans une randonnée autour de la ville. Le repas du midi ainsi que le goûter sont offerts par le CCAS et une navette est mise à disposition aux personnes rencontrant des difficultés sur le parcours. Les inscriptions sont prises le matin même à la salle Paul-Arnaud [65].

Marché de Noël

Tous les ans en période de fêtes de fin d'année, un marché de Noël est organisé autour de la place couverte qui abrite une crèche grandeur nature accompagnée de personnages emblématiques de la ville : un joueur de Capelet par exemple. En centre ville, des chants de Noël sont diffusés par haut-parleurs.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Marseillan ne possède pas d'importante structure de soins : des spécialistes sont consultables dans les villes alentour, comme Agde qui possède un centre d'échographie et de radiologie[66] ainsi qu'un centre de soins polyvalent[67].

Marseillan relève du Centre Hospitalier du Bassin de Thau[68], hôpital le plus proche.

La ville en elle-même compte comme il se doit plusieurs médecins généralistes et spécialisés (dentistes, orthophonistes, podologue...) ainsi qu'un service d'ambulances et un laboratoire d'analyses[38].

Services aux personnes[modifier | modifier le code]

Parc de jeux pour les enfants et les jeunes près du port de Tabarka à Marseillan.

La MJC (Maison des Jeunes et le la Culture) de Marseillan propose des activités pour les jeunes à partir de 11 ans. Un centre de loisirs accueille les 4-12 ans le mercredi et pendant les « petites vacances ». En ce qui concerne les vacances estivales, les activités ont lieu à Marseillan-Plage du lundi au vendredi (le transport est gratuit[48]).

Marseillan compte plusieurs parcs (parc Gaujal, de Tabarka) dont le parc de Tabarka (inauguré en 2004) qui comprend un skatepark, un terrain de basket-ball, une tyrolienne et des jeux pour les plus jeunes. Il existe également un parcours sportif, le parcours de santé du Boudas[69].

Le centre communal d'action sociale (CCAS) de Marseillan met à disposition des personnes âgées de sa commune une navette[70] qui leur est réservée et permet pour chacune un trajet dans la ville ou à l'extérieur une fois par semaine (à l'occasion d'une visite chez le médecin par exemple, ou pour des courses)[70].

À noter que le chauffeur détient une formation aux premiers secours en cas d'accident.

Un restaurant troisième âge est aussi accessible tous les midis du lundi au samedi (inclus)[70].

Cultes[modifier | modifier le code]

Marseillan fait partie du diocèse de Montpellier[71] et de la paroisse du littoral Agathois[72]. Les plus proches synagogue, temple protestant et mosquée se trouvent respectivement à Béziers[73], Sète[74] et Montpellier[75].

Marseillan dispose d'un seul lieu de culte (culte catholique) : l'église Saint-Jean-Baptiste.

Sports[modifier | modifier le code]

Stade Marcel-Pochon
Un kitesurfer sur l'étang de Thau

La commune possède un gymnase (le complexe sportif Louis Boudou), un stade (stade Marcel Pochon) et un stade stabilisé, des courts de tennis (en dur et en terre battue)[76]. L'étang constitue un large espace où peuvent se dérouler les sports nautiques.

L'école municipale des sports propose aux enfants de 6 à 12 ans des activités pendant les vacances scolaires (exceptées celles de Noël)[77]. Elle est affiliée à la fédération française EPMM (Entraînement physique et Monde moderne) Sport pour tous [78].

De nombreuses disciplines sportives sont praticables à Marseillan telles que l'aviron, le cyclisme, la danse, le fitness, le football, l'haltérophilie, le handball, la joute languedocienne, le judo, le karaté, la pétanque, le ping-pong, la rame traditionnelle marseillanaise, le tennis, le volleyball, ou également la voile, le kite-surf, le jet-ski.

En mai 2008, l'association marseillanaise de football, le Crabe Sportif Marseillanais a fêté son centenaire[79].

Médias[modifier | modifier le code]

Marseillan est couverte par les radios départementales France Bleu Hérault[80] sur 101,1 et 102,0 MHz Radio Pays d'Hérault[81] sur 89.0, 96,7 et 102,9 MHz Radio Thau-Sète[82] sur 106,5 MHz Radio Lenga d'Oc[83] sur 95,4 MHz Divergence FM sur 93,9 MHz RCF Maguelone sur 98,5 MHz Radio Pénard Skyrock sur 100,0 MHz RTS FM sur 106,5 MHz

Marseillan est également couverte par les radios nationales : Fun Radio Méditerranée[84] sur 91,8 MHz, RTL2 Agde-Béziers-Sète [85] sur 96,1 MHz, Europe 1 sur 87.7 et 94,7 MHz, France Inter sur 88.3, 89,4 MHz, Rire et Chansons sur 89,9 MHz France Musique sur 90.9, 92,9 MHz Radio Classique sur 91.4 et 107,3 MHz MFM sur 94,5 MHz Chérie FM sur 95.2 et 96,9 MHz France Culture sur 96.5 et 97,8 MHz RFM sur 97.5 et 99,3 MHz Skyrock sur 100,2 MHz Nostalgie sur 100.7 et 103,9 MHz RMC sur 104.3 et 104,5 MHz Sud Radio sur 104.7 et 104,9 MHz France Info sur 105.1 et 105,4 MHz NRJ sur 105.7 et 106,1 MHz RTL sur 106,9 MHz

La ville possède également un journal municipal, Lo Cridaire[86]. Elle est couverte par Hérault Tribune[87] (journal du pays agathois) ainsi que par le journal quotidien régional Midi libre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

À Marseillan, la part communale des quatre taxes locales s'élève à : 17,40 % pour la taxe d'habitation, 19,22 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties, 48,28 % pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties et 25,38 % pour la taxe professionnelle. Ces chiffres situent globalement la ville au sein du quartile supérieur de l'ensemble des communes (valeurs pour l'année 2007)[93].

Les revenus moyens par ménage à Marseillan s'élèvent à 12 867 €/an[94].

Emploi[modifier | modifier le code]

La population active totale de Marseillan s'élève à 2 308 personnes[94]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans est de 76 %, ce qui place la commune légèrement en dessous de la moyenne nationale qui est de 82,2 %. On dénombre 574 chômeurs, ce qui en 1999 donna un taux de chômage de 24,9 %. En tout et pour tout, la population comprend 37,2 % d'actifs, 26,2 % de retraités, 19,4 % de jeunes scolarisées et 17,2 % de personnes sans activité[94].

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture Industrie Construction Tertiaire dont Commerce dont Services
Marseillan 18,9 % 10,2 % 9,7 % 61,2 % 14,8 % 24 %
Moyenne nationale 4,2 % 18,2 % 5,8 % 71,8 % 13,2 % 19,7 %
Sources des données : INSEE[95]

On remarque que, si le secteur tertiaire dominant l'économie nationale occupe une place considérable au sein des secteurs de l'emploi marseillanais (61,2 %), le pourcentage des emplois dans le domaine de l'agriculture est lui bien supérieur à la moyenne du pays (de 14,7 %).

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Le nombre de créations d'entreprises pour l'année 2004 fut de 158, ce qui place la commune de Marseillan 280e au niveau national en termes de création d'entreprises. On peut dénombrer principalement treize types d'établissements[96] parmi les 490 que compte la commune. Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 4,7 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de 23, les industries des biens de consommation représentent 1,4 % avec sept établissements, les industries automobiles comptent une entreprise soit 0,2 %, les industries des biens d'équipement une part de 2,2 % avec 11 entreprises, l'industrie des biens intermédiaires comporte trois entreprises soit 0,6 %, l'énergie s'élève à 0,2 % avec une entreprise, la construction avec ses 59 entreprises représente 12 %, le commerce représente 31,2 % du nombre total d'entreprises avec 153 établissements, le transport comprend six établissements soit 1,2 %, les activités immobilières totalisent 30 entreprises soit 6,1 %, les services aux entreprises représentent 5,7 % avec 28 établissements, les services aux particuliers comprennent 125 entreprises soit 25,5 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre 43 entreprises soit 8,8 % du nombre total d'établissements[96].

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Un conchyliculteur marseillanais sur l'étang de Thau. En arrière plan, les parcs à huîtres
  • Conchyliculture :

L'activité conchylicole est très dépendante de l'état de l'étang de Thau, en ce qui concerne les huîtres et les palourdes. Les moules sont élevées en mer entre Marseillan-plage et Sète. Les concessions exploitées par les mytiliculteurs s'étendent sur plus de 4 230 hectares et produisent 8 000 tonnes de moules par an[97]. Il arrive parfois que la chaleur provoque une croissance excessive des algues, ou eutrophisation : ceci cause un manque d'oxygène dans l'eau et un dégagement d'hydrogène et de soufre[98]. Couramment appelé malaiga en occitan (« mauvaise eau », « mal des eaux »), il entraîne la mort de nombreux coquillages, et peut mettre en péril la récolte de l'année de certains exploitants.

L'été 2008 a été une saison particulièrement funeste pour les huîtres juvéniles. Les conditions climatiques (hiver doux, printemps pluvieux) auraient favorisé le développement d'agents pathogènes comme l'Ostreid Herpes Virus 1 ou le Vibrio splendidus : dans le premier cas, le surdéveloppement des algues dont se nourrissent les huîtres aurait provoqué une croissance précoce et donc une vulnérabilité accrue aux contaminations virales et bactériennes[99]. En réaction aux dommages occasionnés par ces pertes, le département a proposé une aide d'un million d'euros aux ostréiculteurs touchés (exonération des charges domaniales, prêts bonifiés pour le rachat de naissains...). La période de surmortalité a été classée « calamité agricole »[100].

Les chais Noilly-Prat à Marseillan (en arrière-plan, les cuves de la cave coopérative)
  • Viticulture :

Le secteur viticole a toujours représenté une part importante de l'économie locale. Il produit aussi bien des vins blancs (Terret Bourret, Sauvignon, Chardonnay) que des vins rouges (Merlot, Cabernet, Sauvignon) ou rosés (Syrah, Grenache)[101].

On notera de même la présence à Marseillan des chais Noilly-Prat, lieu unique de production de cet apéritif bien connu.

Le sol est uniquement composé de sables d'origine marine et éolienne. Ils sont dépourvus d’argile et de limon. Ici, le phylloxéra n'attaque pas les ceps de vigne, car le sable, par sa structure et sa mobilité, empêche par écrasement les formes radicicoles de descendre vers les racines[102]. Profitant de cette situation exceptionnelle, le Domaine de Vassal abrite le Conservatoire mondial des ressources génétiques de la vigne de l'INRA. C'est une collection unique au monde de 2 250 cépages qui participe au maintien du patrimoine génétique viticole international[103].

Article détaillé : Sable-de-camargue.
  • Tourisme :

Le tourisme, qui inclut particulièrement les sports nautiques (base de l'école de voile Les Glénans, le Cercle de Voile de Marseillan, 2e club de Méditerranée en dériveurs solitaires), est une des activités notables de la ville. Loin de se cantonner près de l'étang de Thau, Marseillan possède une extension balnéaire qui se rapproche du Cap d'Agde et touche directement la Méditerranée : Marseillan-Plage.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean Baptiste de Marseillan.

L'église Saint-Jean-Baptiste date du XVIIe siècle, mais est construite sur le site d'une église romane du XIe siècle. Il reste aujourd'hui de cette dernière le chevet et ses demi-tours rondes aux toits coniques recouverts de tuiles romaines ainsi qu'une partie de soubassement en pierres de taille. La bâtiment a également conservé des restes d'ajouts gothiques du XIIIe siècle : un chœur, une voûte d'ogives et l'abside. Pillée et incendiée, l'église reste fermée entre 1791 et 1822[7]. Elle est dotée d'un clocher carré, terminé en 1839 après un retard occasionné par un manque de fonds (ceux destinés à la construction du clocher ayant été en partie utilisés en 1816 pour la réorganisation de la Garde nationale). Deux projets sont refusés en 1832 et 1834 (proposés par Saint-Owens, architecte de Pézenas ; il fit par la suite deux propositions moins onéreuses sans parvenir à convaincre le conseil municipal). C'est en août 1837 que la proposition de Geoffroy, ingénieur, est validée[7]. Son orgue, restauré en 1982, est classé monument historique[104],[105].Il sera de nouveau restauré, du fait de l'humidité dans l'église.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le « marché couvert » : la place du marché fut couverte en 1310 d'un édifice en bois, et plus tard d'une charpente bordée en vénitienne qui fut entièrement refaite en 1984. Ses arches sont construits en pierres basaltiques noires d'Agde.

Le port de Marseillan, côté ville.

La ville abrite le théâtre Henri Maurin (construit de 1911 à 1920), un des derniers théâtres « à l'italienne » du département de l'Hérault, ainsi que, selon la tradition, la plus ancienne statue de Marianne de France, œuvre du sculpteur Taillefer, qui fut érigée en 1878.

Le port de Marseillan-Ville s'ouvre sur l'étang de Thau. Il héberge non seulement des barques de pêche traditionnelles mais aussi des bateaux de plaisance plus imposants (voiliers, catamarans, péniches...). Il dispose de 320 places à l'année[106].

Le port de Marseillan-Plage, situé à l'embouchure du canal de Pisse-Saumes qui relie l'étang de Thau à la mer Méditerranée, allie activités mytilicoles et de plaisance. Il dispose de 170 places à l'année[9].

Depuis le début de l'année 2007, le château d'eau est recouvert de 200 000 coquilles d'huîtres fournies par les restaurants de la région[107]. Il s'agit d'une œuvre d'art illustrant la mer réalisée par l'architecte et artiste gantois Marnix Verstraeten.

L'allée du général Roques, symbole de la prospérité du Marseillan du XIXe siècle, fut inaugurée le 1er juillet 1893. Elle portait alors le nom d'Esplanade ou Promenade[48].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La médiathèque « La Fabrique » propose à ses abonnés l'emprunt de livres, bandes dessinées, CD audio et magazines. Le théâtre Henri Maurin donne des spectacles tout au long de l'année[108].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le corps municipal est dissous le 11 décembre 1793 et remplacé par une commission civile. Il est rétabli en octobre 1794
  2. Du mois d'août 1795 à juin 1800, le corps municipal de la ville est supprimé (comme au sein de toutes les communes qui ne sont pas chef lieu de canton
  3. Conseil municipal dissous après le coup d'État de Napoléon III. Il est remplacé par une Commission Spéciale en février 1852, avant le rétablissement du conseil municipal en novembre 1852
  4. Nouvelle dissolution du conseil municipal, rétabli en avril 1871
  5. Conseil municipal dissous de septembre à octobre 1886

Références[modifier | modifier le code]

  1. Habitants.fr Gentilé
  2. Domiville Calcul de la distance à vol d'oiseau entre deux villes
  3. Agde-Maçonnerie Présentation de la ville
  4. Carte géologique de la France
  5. Carte géologique de l'Hérault
  6. Canal du midi Les Onglous
  7. a, b, c, d, e, f, g et h Jean Fayet, Marseillan, un village du bas Languedoc - TOME 1 : Histoire générale des origines à nos jours, Marseillan, Mairie de Marseillan,‎ 1985
    (deuxième édition revue et mise à jour par Gérard Paillou)
    (pour les maires de 1790 à 1982)
  8. Site officiel de la ville de Marseillan L'étang de Thau
  9. a et b Site officiel de la ville de Marseillan Port de Marseillan-plage
  10. MSN météo Température mensuelle moyenne à Marseillan.
  11. Carte des risques d'érosion/submersion de l'Hérault (format .pdf)
  12. Carte des risques d'incendie dans l'Hérault
  13. Viamichelin.fr
  14. Voyages-sncf.com
  15. Horaires de la ligne 13 Totem, consulté le 31 octobre 2008
  16. Thau Agglomération Réseau Totem
  17. Hérault Transports Plan de la ligne 210, consulté le 31 octobre 2008
  18. a, b, c et d Données INSEE compulsées par Linternaute - Logement à Marseillan
  19. a et b Union côtière
  20. Réseau Hippocampe Listel
  21. Réseau Hippocampe Charte sur l'aménagement du lido Sète/Marseillan
  22. Observatoire du littoral Aménagement du lido de Sète à Marseillan
  23. Agence de l'eau Rhône-Méditerranée
  24. Journal municipal mai 2008
  25. H. Gallet de Santerre in Philippe Wolff (s.d.), Histoire du Languedoc, Toulouse, Privat, coll. « Histoire des Provinces »,‎ 1967 (ISBN 978-2-7089-1705-7), p. 53 :

    « Les auteurs appellent les gens du pays tantôt « Ligures » et tantôt « Ibères », avec une désolante imprécision, et J. Jannoray, dans une critique serrée, a bien montré qu'il était vain de vouloir donner à ces termes un sens ethnique ou géographique défini. »

    .
  26. a et b Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 414.
  27. Dubost, « Le réseau des Sociétés… », op. cit., p. 406
  28. Thau Agglomération
  29. Préfecture de l'Hérault Circonscriptions législatives de l'Hérault
  30. Ministère de l'Intérieur Résultats des élections législatives 2007 à Marseillan
  31. Hérault Tribune Scission de la section PCF de Marseillan, consulté le 5 novembre 2008
  32. Ministère de l'intérieur Résultat du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe en 2005 à Marseillan
  33. Ministère de l'Intérieur Résultat du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe en 2005 dans l'Hérault
  34. a, b, c et d RFO Résultats des élections municipales 2008 à Marseillan
  35. Ministère de l'Intérieur Résultats des élections municipales 2008 à Marseillan
  36. Site officiel de la ville de Marseillan Équipe municipale
  37. Ministère de l'Intérieur Composition du conseil municipal de Marseillan (2008)
  38. a et b Site officiel de la ville de Marseillan Adresses utiles
  39. Ministère de la Justice Tribunal d'instance de Béziers
  40. Ministère de la Justice Tribunal de grande instance de Béziers
  41. Ministère de la Justice Conseil de prud'hommes de Béziers
  42. Cour d'appel de Montpellier
  43. Tribunal administratif de Montpellier
  44. a et b Thau Agglomération Les prés du Baugé
  45. Conservatoire du littoral Les prés du Baugé
  46. Site officiel de la ville de Marseillan Les Gourgs
  47. Thau Agglomération Le gourg de Maldormir
  48. a, b et c Marseillan : le guide de votre ville, 2007/2008
  49. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 17 octobre 2013)
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  52. INSEE - pyramide des âges en 1999
  53. Données démographiques d'après l'INSEE
  54. Bébé crèche Copains-calins
  55. Bébé crèche Cranquettes
  56. Site officiel de l'école primaire Maffre de Baugé
  57. Site officiel de la ville de Marseillan Liste des complexes scolaires
  58. Marseillan Thau Collège de Marseillan
  59. Contre inauguration du collège de Marseillan Consulté le 6 novembre 2008
  60. a et b Site officiel de la ville de Marseillan Fêtes et traditions
  61. Site officiel de la ville de Marseillan La Belle Scribote
  62. Site officiel de la ville de Marseillan Animations
  63. Le journal des plages Jeu du capelet
  64. Vidéo amateur faite du jeu du Capelet dans le port de Marseillan
  65. Journal municipal de Marseillan, octobre 2008
  66. Cap d'Agde Centre de radiologie d'Agde, consulté le 6 novembre 2008
  67. Fédération Hospitalière de France Centre de soins polyvalent d'Agde, consulté le 6 novembre 2008
  68. Fédération Hospitalière de France Centre Hospitalier du Bassin de Thau, consulté le 6 novembre 2008
  69. Site officiel de la ville de Marseillan Loisirs
  70. a, b et c Site officiel de la ville de Marseillan Le CCAS
  71. Diocèse de Montpellier
  72. Diocèse de Montpellier Paroisse du littoral Agathois
  73. Kosher Delight Synagogue de Béziers
  74. Église réformée de France Paroisse de Sète-Étang de Thau
  75. Union des musulmans de l'Hérault
  76. Site officiel de la ville de Marseillan Équipements sportifs
  77. Site officiel de la ville de Marseillan École municipale des sports
  78. EPMM L'école municipale des sports de Marseillan sur www.sportpourtous.org
  79. Crabe Sportif Marseillanais Centenaire du club
  80. France Bleu Hérault
  81. Radio Pays d'Hérault
  82. Radio Thau-Sète
  83. Radio Lenga d'Oc
  84. Fun Radio
  85. RTL2 Agde-Béziers-Sète
  86. Site officiel de la ville de Marseillan Journal municipal
  87. Hérault Tribune
  88. Soreze.com Voir Emmanuel Maffre-Baugé
  89. PCF Hommage de Marie-George Buffet à Emmanuel Maffre-Baugé
  90. Remb.free.fr Aéropostale Voir Pierre Deley
  91. Fédération nationale des anciens des missions extérieures (voir notes en bas de page pour compléments)
  92. INRP Biographie de Christian Beullac
  93. Impôts locaux sur les communes de l'Hérault (année 2007) ; document EXCEL
  94. a, b et c Données INSEE compulsées par Linternaute - Emploi à Marseillan
  95. INSEE - Emplois au lieu de travail
  96. a et b Indices de l'INSEE et synthétisés sur linternaute
  97. Ifremer Enquête cadre concernant la répartition, la composition et l'activité des petits métiers dans le Golfe du Lion
  98. Cahier d'école Définition de la malaiga
  99. Spectrosciences Article sur la surmortalité des huîtres juvéniles pendant l'été 2008
  100. Mag Hérault Aide aux conchyliculteurs touchés par les pertes de l'été 2008
  101. Site officiel de la ville de Marseillan Viticulture à Marseillan
  102. Origine des plantations de vignes dans les sables d'Aigues-Mortes, le Progrès agricole et viticole, no 10, 9 mars 1890
  103. Le Lido : de grands enjeux, un grand projet, Communauté d'Agglomération du Bassin de Thau,‎ juin 2007, 20 p. (lire en ligne), p. 5
  104. Site officiel de la ville de Marseillan Le patrimoine marseillanais
  105. Arrêté du 21 février 1980, Base Palissy, consultée le 6 novembre
  106. Site officiel de la ville de Marseillan Le port côté ville
  107. 200 000 coquilles coquilles d’huîtres au service de l’art sur Forum Frontignan
  108. Site officiel de la ville de Marseillan Guide du théâtre pour la saison 2008/2009 (format *.PDF)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Bartro, Histoire ancienne et moderne de Marseillan, Imprimerie typographique De Gras,‎ 1866
  • Veuve Henri, Cantique du Père André mort en mission à Marseillan, les Impr. de Bonnet,‎ 1867, (ASIN B001C7LE8W)
  • Jean Fayet, Marseillan, un village du bas Languedoc - TOME I : Histoire générale des origines à nos jours, Mairie de Marseillan,‎ 1985 (ISBN 978-2-9500742-0-1)
  • Jean Fayet, Marseillan, un village du bas Languedoc - TOME II : Encyclopédie Historique, Mairie de Marseillan,‎ 1986
  • Collectif, Marseillan d'hier et d'aujourd'hui (Terres du Sud), Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 978-2-84253-991-7)
  • Jean-Vincent Molino, Marseillan, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton,‎ 2005, 1e éd. (ISBN 978-2-84253-991-7)
  • Jean-Vincent Molino, Marseillan II - de la Vigne à la Table, Alan Sutton,‎ 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Plans et vues satellites[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 1er décembre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.