Pierre Vilar (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Vilar.
Plaque sur la maison natale de Pierre Vilar à Frontignan.

Pierre Vilar, grand historien moderniste et hispaniste français, spécialiste de l'histoire de la Catalogne.

Né le 3 mai 1906 à Frontignan dans l’Hérault, mort le 7 août 2003 à Saint-Palais, d'où était originaire sa femme Gabrielle Berrogain (1904-1976, formée à l’École des chartes et admise à la Casa de Velázquez en 1928 deux années avant lui).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’instituteur, Pierre Vilar poursuit des études de géographie puis d’histoire. Il fréquente l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1925-1929) où il choisit comme spécialité la géographie et a comme maître Albert Demangeon (1872-1940). Il est pensionnaire de l'École des Hautes Hispaniques de la Casa de Velázquez et réside à Barcelone de 1931 jusqu'en 1936 avec Gabrielle Berrogain avec qui il s'est marié en 1933.

Anti anticommuniste à l'époque, Pierre Vilar est témoin et de la "guerre d'Espagne" et de la chute de l'Espagne Républicaine. Il écrira en 1947, Histoire de l'Espagne. En août 1939, il est mobilisé comme lieutenant de l’armée française. Fait prisonnier le 16 juin 1940, il reste en captivité dans différents camps d’officiers prisonniers (oflags) en Allemagne, Pologne et Autriche jusqu'en mai 1945.

Il devient directeur d'études à l’École Pratique des Hautes Études (1951) puis obtient la chaire d’histoire économique et sociale créée par Marc Bloch à la Sorbonne (1965). Il a été nommé, entre autres, docteur honoris causa des universités de Barcelone (1979) et Valence (1991). Il a été le premier président de la section occitane du Cercle d'Afrairament Occitanocatalan entre 1978 et 1981. En 1987, il a été distingué par le Congrés de Cultura Catalana et en 2000 il a reçu la Médaille d'Or de la Generalitat de Catalogne des mains de Jordi Pujol. Atteint d'une cécité grandissante à compter de 1991, il doit cesser ses travaux et meurt à l’âge de 97 ans.

Spécialiste de la Catalogne[modifier | modifier le code]

C’est sur ce sujet que Pierre Vilar effectue sa thèse, ce qui lui permet d’entrer dans le monde professoral universitaire. Sa thèse est ainsi consacrée aux Fondements économiques de la structure nationale de la Catalogne. À la fin de sa vie, il rédige en catalan sa biographie, dans laquelle il explique ses méthodes d’investigation en histoire.

Une référence en matière d’histoire des systèmes monétaires[modifier | modifier le code]

C'est avec L’Or et la Monnaie dans l’histoire 1540-1920 que Vilar se fait connaître du grand public en même temps qu’il trace un remarquable historique des systèmes monétaires successifs, du monométallisme et bimétallisme jusqu’au développement de la monnaie fiduciaire.

Ses influences[modifier | modifier le code]

Suite à une formation assez classique, il découvre l’École des Annales, menée par Marc Bloch et Fernand Braudel, et décide de suivre la voie qu'ils ont ouvert. Pierre Vilar s'inspire également de l’analyse d’Ernest Labrousse dont il fut le disciple. Albert Broder est l'un de ses élèves les plus brillants : « Le rôle des intérêts étrangers dans la croissance économique de l’Espagne, 1768-1924 », thèse d’État es lettres et sciences humaines, Université Paris 1, [Pierre Vilar], 1981.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1947: Histoire de l'Espagne (22e édition en 2009) ;
  • 1959: Le déclin catalan du bas Moyen Âge. Hypothèses sur sa chronologie ;
  • 1962: La Catalogne dans l'Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales ;
  • 1965: Crecimiento y desarrollo ;
  • 1969: L’Or et la Monnaie dans l’histoire 1450-1920 ;
  • 1974: Sur la Féodalité (oeuvre collective)
  • 1975: Assaigs sobre la Catalunya del segle XVIII ;
  • 1975: Historia marxista, historia en construcción ;
  • 1980: Introducción al vocabulario del análisis histórico ;
  • 1986: La guerre d'Espagne ;
  • 1987-1990: Història de Catalunya (directeur), 8 volumes ;
  • 1995: Pensar històricament. Reflexions i records. (autobiographie publiée en catalan puis traduite, en 1997, en castillan) ;
  • 1998: Historia, nación y nacionalismo : cuestión nacional y movimiento obrero avec Joseba Intxausti .

Références[modifier | modifier le code]