Consonne nasale palatale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis API ɲ)
Aller à : navigation, rechercher
Consonne nasale palatale
Symbole API ɲ
Numéro API 118
Unicode U+0272
X-SAMPA J
Kirshenbaum n^

La consonne occlusive nasale palatale voisée est un son consonantique fréquent dans de nombreuses langues. Le symbole dans l'alphabet phonétique international est [ɲ].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voici les caractéristiques de la consonne occlusive nasale palatale voisée :

  • Son mode d'articulation est occlusif, ce qui signifie qu'elle est produite en obstruant l’air du chenal vocal.
  • Son point d'articulation est dit palatale, ce qui signifie qu'elle est articulée avec le milieu ou l'arrière de la langue contre le palais rigide.
  • Sa phonation est voisée, ce qui signifie que les cordes vocales vibrent lors de l’articulation.
  • C'est une consonne nasale, ce qui signifie que l’air peut s’échapper par le nez.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

En français[modifier | modifier le code]

Le français, comme plusieurs autres langues romanes, possède le [ɲ]. En français, il s'écrit gn, comme dans "indigné". Il a, de nos jours, tendance à se prononcer [nj].

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

Plusieurs langues romanes possèdent le [ɲ]. L'italien l'écrit comme le français gn, le catalan ny, le portugais et l'occitan nh. L'espagnol le possède aussi et l'écrit ñ.

Seuls certains dialectes de l'Est du finnois permettent la palatalisation. La langue standard ne possède pas de consonne palatale.

Le [ɲ] est aussi très courant dans les langues slaves, comme en biélorusse (нь, ń), en polonais (ń), en slovaque et en tchèque (ň).

Cette lettre fait partie des alphabets du zarma (arrêté 215-99 de la République du Niger) au Niger et du bambara au Mali.

Voir aussi[modifier | modifier le code]