Balaruc-le-Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balaruc-le-Vieux
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Frontignan
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Thau
Maire
Mandat
Norbert Chaplin
2014-2020
Code postal 34540
Code commune 34024
Démographie
Gentilé Balarucois
Population
municipale
2 091 hab. (2011)
Densité 353 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 41″ N 3° 41′ 07″ E / 43.4614, 3.6853 ()43° 27′ 41″ Nord 3° 41′ 07″ Est / 43.4614, 3.6853 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 196 m
Superficie 5,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Balaruc-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Balaruc-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balaruc-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balaruc-le-Vieux

Balaruc-le-Vieux est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Depuis le 31 décembre 2002, elle fait partie de la Communauté d'agglomération du Bassin de Thau et depuis 2010, de l'Unité urbaine de Sète.

Ses habitants sont appelés les Balarucois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Le village de Balaruc-le-Vieux est situé à l’extrémité du Bassin de Thau, tout contre le Massif de la Gardiole, à six kilomètres de la ville de Sète. C'est la sortie no 33 de l'autoroute A9.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1532, l’écrivain Rabelais qui termine ses études à l’école de médecine de Montpellier cite dans un de ses livres intitulé «Le Pantagruel» le nom de "Balleruc" pour désigner le village. Deux étudiants de cette même école montpelliéraine transforment ce nom et évoquent dans leurs écrits la ville de Balaruc.

Histoire[modifier | modifier le code]

11 décembre 1886 : la commune de Balaruc est divisée en deux communes dont les chefs-lieux sont Balaruc-le-Vieux et Balaruc-les-Bains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Lucien Assié Sans étiquette  
mars 1989 mars 1995 Max Serres Sans étiquette  
mars 1995 mars 2001 Max Serres Sans étiquette  
mars 2001 mars 2008 Max Serres Sans étiquette  
mars 2008 mars 2014 Max Serres Sans étiquette  
mars 2014 en cours Norbert Chaplin DVG  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 091 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
404 438 424 553 621 623 595 671 584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
661 690 745 782 890 992 512 504 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532 515 530 521 510 508 383 360 394
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
475 533 521 701 1 065 1 802 2 024 2 091 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Au mois de juillet, la cité retrouve les couleurs médiévales, en devenant le théâtre de la Fête médiévale, accueillant un public de plus en plus nombreux. La journée se termine en beauté avec un spectacle pyrotechnique de qualité, avec l'embrasement des remparts du village.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice
Le clocher de l'église Saint-Maurice
Vitrail dans l'église Saint-Maurice

La forme typique à la géométrie circulaire spécifique à de nombreux bourgs languedociens, vaut au village de Balaruc-le Vieux l’appellation de circulade.

Le village ancien, blotti au cœur de ses remparts restaurés, conserve, au sein de ruelles étroites et tortueuses, quelques beaux souvenirs du temps passé : portes Louis XIII, quelques vestiges du château moyenâgeux, une église de tradition romane et gothique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le centre commercial depuis le sud-est.
  • L'église Saint-Maurice, XIVe siècle
  • Les anciens remparts
  • La place du Truc qui domine la Crique de l'Angle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune inclut quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole : 5 289 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) réparties sur dix communes[Note 3],[3] ;
  • la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau : 9 072 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) répartis entre dix communes[Note 4],[4] ;
  • la ZNIEFF de l'étang de Thau : 6 790 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) répartis entre huit communes[Note 5],[5] ;
  • la ZNIEFF du marais de la crique de l'Angle : 44 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) répartis entre les communes de Balaruc-le-Vieux et Poussan[6].

La commune inclut aussi une zone de protection spéciale (ZPS) Natura 2000 dans le cadre de la directive Oiseaux : la ZPS de l'étang de Thau et lido de Sète à Agde : 7 770 ha répartis sur les mêmes dix communes de la ZNIEFF de l'étang de Thau'[Note 6]. Ce site comprend l'étang de Thau (le plus grand des étangs languedociens avec 19,5 km en plus grande longueur) et une partie du cordon dunaire qui le sépare de la mer Méditerranée, le tout présentant une très grande diversité d'habitats (sansouire, prés humides, marais salants, boisements, étendue d'eau saumâtre, vasière, roselière, herbiers, et anciens salins). Les salins et les zones humides au nord de l'étang accueillent une riche variété d'oiseaux migrateurs et nicheurs. L'étang est un site classé d'importance internationale pour le flamant rose ; c'est également une zone d'hivernage pour le grèbe à cou noir, il abrite une colonie de sternes naines, et les lagunes et salins attirent la mouette mélanocéphale. Les steppes à salicornes y sont fréquentées par le pipit rousseline. Les buttes des tables salantes sont des lieux privilégiés pour la nidification des laro-limicoles (voir Charadriiformes)[7].

Enfin, 69 ha ont été acquis en 1993 par le Conservatoire du littoral à l'étang de Thau, partagés entre les communes de Balaruc-le-Vieux, Marseillan, Mèze et Poussan[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Animal totémique[modifier | modifier le code]

L'animal totémique de Balaruc-le-Vieux est le muge ( lo mujol en occitan).

L'origine se situe dans un conflit qui a opposé l'évêque de Maguelone, seigneur de Balaruc et les habitants au sujet d'impôts à payer sur les fruits de la pêche.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes  de Balaruc-le-Vieux

Les armes de Balaruc-le-Vieux se blasonnent ainsi :

de gueules à un saint Maurice à cheval d'or tenant de sa dextre une bannière d'argent chargée d'une croix aussi de gueules[9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Les dix communes de la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole sont Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lattes, Mireval, Saint-Jean-de-Védas, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  4. Les dix communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau sont Agde, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, Poussan, et Sète.
  5. Les huit communes de la ZNIEFF de l'étang de Thau sont Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, et Sète.
  6. Les dix communes de la la ZPS de l'étang de Thau et lido de Sète à Agde sont Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, et Sète.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. ZNIEFF 910010764 - Montagne de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  4. ZNIEFF 910006980 - Complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  5. ZNIEFF 910014602 - Étang de Thau sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  6. ZNIEFF 910006979 - Marais de la crique de l'Angle sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  7. NATURA 2000 - FR9112018 - Étang de Thau et lido de Sète à Agde.
  8. FR1100273 - « Étang de Thau » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  9. Armorial des communes de l'Hérault, Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 31.