Submersion marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec transgression marine
Submersion marine suite à la tempête Xynthia à Sainte-Marie-de-Ré sur l'île de Ré (Charente-Maritime)
Submersion marine à la Nouvelle-Orléans (USA) due à l'ouragan Katrina et à la rupture des digues de protection de la ville en 2005.

Une submersion marine est une inondation temporaire de zone côtière[1], générée par la mer voisine. Elle commence lorsque les plus hauts jets d'eau de mer de la bordure maritime dépassent la crête des accumulations littorales[2], provoquant un transfert d'eau et de sédiments sur le versant terre du cordon littoral.

Ses causes sont liées à :

  • soit une surcote marine provoquée par une forte tempête[1],
  • soit une rupture de digue ou de cordon littoral[1],
  • soit un glissement de terrain engendrant des vagues de fortes amplitudes[1] (exemple : tsunami).

La capacité de ce risque naturel à engendrer des modifications du trait de cote dépend de l'énergie des vagues[2] déversantes. Les brèches pouvant être ainsi créées dans les dunes ou les digues[3] littorales sont souvent déterminantes dans l'ampleur du phénomène.

Le seuil de submersion marine est donc fortement lié au niveau moyen de la mer et à l'élévation de son niveau.

En France :

  • en 2010, la tempête Xynthia a provoqué une submersion marine catastrophique[4] en Vendée et en Charente-Maritime ;
  • en 2013-2014, plusieurs exemples de submersions marines mesurées à l'aide de marégraphe sont consignées dans le rapport du SHOM[5].

La submersion marine se distingue de la transgression marine surtout par son aspect éphémère (quelques heures / jours). À l'échelle de temps géologique, une succession de submersions marines de plus en plus envahissantes indique une transgression marine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Stéphanie Beucher, Yvette Veyret et Magali Reghezza, Les risques, Breal, coll. « Capes-Agrégation »,‎ 2004, 203 p. (ISBN 2749504376), p. 87
  2. a et b Pierre Stephan, Les flèches de galets de Bretagne : Évolutions passées, présentes et futures, Paris, L'Harmattan,‎ 2011, 256 p. (ISBN 2296459498), p. 120
  3. Paul Royet et Stéphane Bonelli, Digues maritimes et fluviales de protection contre les submersions, Versailles, Lavoisier, coll. « Hermès Sciences »,‎ 2013, 712 p. (ISBN 978-2-7462-4536-5), p. 628
  4. Stéphane Hallegatte et Valentin Przyluski, Gestion des risques naturels : Leçons de la tempête Xynthia, Versailles, Quae, coll. « Matière à débattre et décider »,‎ 2012, 264 p. (ISBN 2759218201), p. 50-51
  5. Camille Daubord, Caractérisation de 7 événements de tempête de l'automne-hiver 2013-2014 à partir des données marégraphiques, Brest, SHOM,‎ 2014, 37 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]