Lodève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lodève
Vue générale de la ville
Vue générale de la ville
Blason de Lodève
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault (sous-préfecture)
Arrondissement Lodève
Canton Lodève
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Lodévois et Larzac
Maire
Mandat
Marie-Christine Bousquet (PS)
2008-2014
Code postal 34700
Code commune 34142
Démographie
Gentilé Lodévois, Lodévoises
Population
municipale
7 638 hab. (2011)
Densité 330 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 57″ N 3° 19′ 13″ E / 43.7325, 3.32027777778 ()43° 43′ 57″ Nord 3° 19′ 13″ Est / 43.7325, 3.32027777778 ()  
Altitude Min. 117 m – Max. 700 m
Superficie 23,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Lodève

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Lodève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lodève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lodève
Liens
Site web www.lodeve.com

Lodève (occitan : Lodeva) est une commune française, située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Lodévois(es).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Carte

Le nom vient du gaulois Luteva, Luteua, composé de lut-, marais, boue + suffixe -eva, soit « le lieu, la ville du marais ou bourbeuse »[1].

Cette boue serait en fait cette argile, appelée argilite, qui fut utilisée dès l'Antiquité pour fabriquer des poteries[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Maisons au bord de la Soulondre, dominées par la cathédrale Saint-Fulcran

Lodève se situe dans l'arrière-pays héraultais à 45 km de sa préfecture Montpellier par l'est et à 50 km de Béziers par l'ouest. Elle est distante d'environ 80 km de la mer Méditerranée et se trouve sur l'axe autoroutier A 75 passant par Millau (12) à 60 km, Marvejols (48) à 120 km, Aurillac (15) à 210 km, Le Puy-en-Velay (43) à 280 km et à 330 km de Clermont-Ferrand (63) par le nord de l'autoroute. Ce territoire du Massif central matérialise une fraction sud positionnée à la frontière de cette montagne. La commune est située dans la vallée étroite de la Lergue (affluent du fleuve Hérault), au pied du Causse du Larzac. La commune était une étape pour rallier, avant la montée du Pas de l'Escalette, la province du Rouergue.

Climat[modifier | modifier le code]

Lodève est sous l'influence d'un climat méditerranéen et montagnard. Les étés y sont parfois très chauds et très secs (voir brûlants en période de sirocco), avec des températures allant de 15 à 35 degrés en moyenne. Les automnes sont souvent des périodes de mauvais temps, marquées par des orages cévénols pouvant provoquer des inondations. Les hivers sont doux et pluvieux, avec des températures moyennes de -7 à 12 degrés. Les printemps sont très doux et agréables mais parfois quelques orages de grêle s'abattent sur la vallée.

Géologie[modifier | modifier le code]

Bassin permien d'argilite de Lodève.

La géologie de Lodève et de sa région est particulièrement riche. Le bassin permien de Lodève est constitué d'une alternance de couches d'argilites rouges et de niveaux gréseux[3].

Sur le site de la Lieude, au bord du lac du Salagou, on peut observer des empreintes de pré-mammifères du Permien, ainsi que des fentes de dessiccation datant également de cette époque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lodève était la capitale d’une tribu Volque (les Lutevani), puis devint la cité romaine Luteva (connue encore sous le nom de Forum Neronis). L'oppidum de Luteva constitue un des centres de peuplement de la Celtique méditerranéenne. La cité est élevée au rang de colonie latine. Elle est l'une des villes-étapes sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle par la route d’Arles. En 1573, Lodève fut mis à feu et à sang par Claude de Narbonne-Caylus, baron de Faugères et de Lunas, capitaine huguenot, beau-frère de Gabriel de Gep de Ginestet.
Cette cité, épiscopale jusqu’à la Révolution, est un des centres textiles royaux sous Louis XV avec l'une des deux seules manufactures de tapisseries royales, l'autre étant la Manufacture des Gobelins à Paris.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, créée dès août 1789 et baptisée « société des amis de la constitution ». Avec l’écart grandissant entre le peuple et la monarchie, elle change de nom pour « société des amis de la liberté et de l’égalité »[4].

Dans le contexte de la fin de la guerre d'Algérie, la commune a abrité un hameau de forestage à partir de 1962, à destination de familles de harkis[5]. Un atelier de tissage, devenu atelier de la Savonnerie, et rattaché au Mobilier National de Lodève depuis les années 1960 a été créé pour aider les épouses des anciens harkis et utiliser leur savoir-faire[6].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Lodève, ancien palais épiscopal.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2008 Robert Lecou UDF puis UMP-Rad. Député (2002-2012)
mars 2008 en cours Marie Christine Bousquet PS Vice-présidente du Conseil général

Lodève est une sous-préfecture de l'Hérault. Lodève a été le siège d'un tribunal d'instance dont les anciens locaux sont aujourd'hui occupés par une Maison de la Justice et du Droit.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 7638 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 906 7 449 8 317 9 056 9 919 11 208 10 477 10 718 11 238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12 765 11 864 10 571 9 464 10 528 10 185 9 532 9 060 8 416
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 200 7 395 7 668 6 508 6 629 7 020 6 135 6 242 6 426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 869 7 556 7 910 8 378 7 602 6 900 7 400 7 334 7 361
2011 - - - - - - - -
7 638 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Halle Dardé
Le balcon de Cusson
  • Église Saint Pierre, d'inspiration jésuite avec coupole, milieu XIXe siècle[9].
  • Le musée de Lodève (maison natale du cardinal de Fleury). Ce musée municipal, installé dans l'hôtel de Fleury où résidait l'ancien ministre de Louis XV, comporte une partie archéologie et minéralogie ainsi qu'une partie consacrée aux Beaux-arts. Le musée possède un nombre important d'œuvres de Paul Dardé. Il y est organisé tous les étés des expositions concentrée sur le XIXe siècle et le début du XXe siècle principalement. Il expose aussi les stèles discoïdales trouvées à Usclas-du-Bosc"[9].
  • Le monument aux morts pacifiste réalisé par le sculpteur Paul Dardé[9].
  • La Halle Dardé, début XIXe siècle[9].
  • L'ancien palais épiscopal et actuel Hôtel de Ville, à côté de la cathédrale, dont les pavillons sont coiffés de toitures à brisis recouverts de tuiles vernissées à motifs géométriques à la bourguignonne[9].
  • La façade de l'hôtel de la Paix, caractéristique des années 1900[9].
  • La tour du portalet de côtes (monument historique) Boulevard Montalangue
  • L'église Saint Pierre de style néoclassique avec fronton triangulaire en façade et coupole à la croisée du transept[9].
  • La maison natale du ferronnier d'art Benjamin Cusson, place de l'Hôtel de Ville, classée monument historique depuis 1930 pour son balcon en ferronnerie (XIXe siècle). Celui-ci est orné de médaillons en cuivre repoussé[10],[9].

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

Le musée Fleury à Lodève
  • Le festival international de poésie Les Voix de la Méditerranée, fondé et dirigé par Maïthé Vallès-Bled de 1998 à 2009[13], regroupe des poètes et musiciens de tout le bassin méditerranéen.
  • Les expositions estivales organisées par le Musée de Lodève, de premier ordre. Ces expositions sont l'occasion de présenter l'oeuvre d'un artiste (exposition "Théo van Rysselberghe"[14] en 2012) ou un courant artistique ("De Chirico et la peinture italienne de l'entre-deux guerres"[15] en 2003) ; c'est aussi l'occasion de monter une exposition à partir d'une collection privée ou publique ("Chefs-d'oeuvre de la collection Oscar Ghez - Discernement et engouements"[16] en 2007).

Jeunesse, Sports et Vie Associative[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lodève est jumelée avec

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constant Blaquière, Histoire des Évêques de Lodève ; Plantavit de La Pause. (1910);
  • Constant Blaquière, Histoire de l'ancien diocèse de Lodève (XVIIe-XVIIIe siècle) d'après les visites pastorales. (1913);

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003.
  2. étape 5 Lodève
  3. Le Sud du Massif Central
  4. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 415.
  5. Abderahmen Moumen, Du camp de transit à la cité d'accueil, in Fatima Besnaci-Lancou et Gilles Manceron (dir.), Les harkis dans la colonisation et ses suites, préface de Jean Lacouture, Ed. de l'Atelier, février 2008, (ISBN 978-2-7082-3990-6).
  6. Bernard Durieu, Tapis d'Algérie en Lodévois - héritage d'un art populaire, éd. Dommens, Penzénas, 1997, (ISBN 978-2-9104-5738-9).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Belles régions de France, Août-septembre-octobre 2012, p. 71
  10. « Notice no PA00103488 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PA00103490 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Programme de la visite de Sa Sainteté le Dalaï Lama en France
  13. Le site internet de la ville de Lodève donne des précisions sur le programme et les dates.
  14. http://www.museedelodeve.fr/expositions/expositions-passees/theo-van-rysselberghe.html
  15. http://www.museedelodeve.fr/expositions/expositions-passees/historique-complet-des-expositions.html
  16. http://artisteslr.fr/illustrations/download/lodeveoscar.pdf
  17. Laissez-vous conter Lodève, p. 9, brochure disponible sur le site de la communauté de communes Lodèvois et Larzac.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :