Fontoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontoy
Fontoy
La mairie.
Blason de Fontoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Intercommunalité Communauté d'agglomération Portes de France-Thionville
Maire
Mandat
Mathieu Weis
2020-2026
Code postal 57650
Code commune 57226
Démographie
Gentilé Fenschois
Population
municipale
3 096 hab. (2018 en augmentation de 1,98 % par rapport à 2013)
Densité 183 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 24″ nord, 5° 59′ 45″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 387 m
Superficie 16,88 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Fontoy
(ville isolée)
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Algrange
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Fontoy
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Fontoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontoy
Liens
Site web http://www.ville-fontoy.fr/

Fontoy est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est. Fontoy était aussi le chef-lieu du canton de Fontoy composé de douze communes pour 21 406 habitants. Les habitants de Fontoy sont appelés les Fenschois. Fontoy fait partie de la communauté d’agglomération Portes de France-Thionville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fontoy est une petite ville du Nord-Est de la France, située près de Thionville.

Accès[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontoy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fontoy, une unité urbaine monocommunale[4] de 3 036 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47,7 %), terres arables (35,2 %), zones urbanisées (8,6 %), prairies (7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du latin fontem (source) + suffixe -ensis: "(lieu) pourvu de sources"[11].
  • D'anciennes chartes rapportent maintes fois le nom du village écrit Fenschen[12].
  • Ancien noms[13]: Fontes (959), Fontois (1124), Fontoys (1178), Fontoiz (1307), Fonthois (1357), Fontoy (1360), Fenschen (1403), Fensch (1433), Ventz (1473), Wenschem/Venschem/Fensth (1544), Flensch sive Fontoy (1606), Fench (1762).
  • En lorrain roman : Fonteu[13], en luxembourgeois : Fensch[14], en allemand : Fentsch[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant le Moyen Âge, l’Est de la France était divisé en trois grands duchés : Bar, Lorraine et Luxembourg. Fontoy dépendait de la prévôté de Thionville, donc du comté, puis duché de Luxembourg et ce, vraisemblablement jusqu’au XVIIe siècle. Fontoy parait avoir eu jusqu'en 1270 la nature d'un alleu et ses propriétaires avoir été seigneurs immédiats de cette seigneurie. Ce ne fut qu'en l'an 1270 que Wiric de Fontoy prit sa seigneurie en fief du comte Henri II de Luxembourg[12].

Le château fut détruit lors de la guerre de Trente Ans. Une grosse tour ronde subsiste encore de nos jours ainsi que l’emplacement de la chapelle castrale et des éléments de murs. Fontoy est mis à sac en 1595[Par qui ?]. Fontoy devient français en 1643. La famille de Fontoy fait son apparition au XIIIe siècle et XIVe siècle et vivait dans le château construit sur une butte qui dominait le village. D’autres familles, seigneurs et propriétaires élurent domicile dans ce château tels les Bauffremont, Rodemack et Brandenbourg.

Fontoy est choisi pour l’établissement d'un camp pour l’armée du Centre en 1792, camp commandé par le maréchal de camp François Jarry de Vrigny de La Villette qui passe à l’ennemi peu après[15]. Le , durant la première guerre de la Révolution française, un combat oppose l’armée du maréchal Luckner aux troupes autrichiennes. En 1817, village de l’ancienne province des Trois-Évêchés sur le Fensch, avait pour annexe le moulin de Gustal ; à cette époque il y avait 785 habitants répartis dans 166 maisons.

La commune de Fontoy est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. La période est plutôt prospère pour les habitants. La commune de Fontoy, rebaptisée Fentsch, est rattachée à l'arrondissement de Thionville-Ouest. Pendant l'annexion allemande, la gare de Fontoy était la dernière gare allemande avant la frontière française. Elle était de ce fait très importante et comportait de nombreuses voies de triage, aujourd’hui démontées. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les Mosellans sont mobilisés dans l’armée de l’Empire allemand. Beaucoup de jeunes gens meurent sous l’uniforme allemand, en particulier sur le front de l’Est. Sujets loyaux de l'Empereur, les Mosellans accueillent cependant avec joie la fin des hostilités et la paix. Fontoy redevient française en 1919, après le traité de Versailles.

La Seconde Guerre mondiale et le drame de l'Annexion marqueront longtemps les esprits à Fontoy. Beaucoup de jeunes gens incorporés de force dans les armées allemandes ne revinrent jamais. Fontoy redevient finalement française le 13 septembre 1944[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1897 1906 Jean-Pierre Mérot Parti Protestataire
d'Alsace-Lorraine
Brasseur
    Albert Gérardot URD Conseiller général du canton de Fontoy (1922-1940)
         
1945 1952 François Reimlinger   Maçon
février 1952 mars 1965 Pierre Fastinger DVD-RI Employé
Sénateur de la Moselle (1960 → 1965)
Conseiller général du canton de Fontoy (1955 → 1967)
mars 1971 mai 2020 Henri Boguet DVD Médecin généraliste
mai 2020 En cours Mathieu Weis DVD Chef de projets, conseiller départemental depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Statue de la Vierge.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1753. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2018, la commune comptait 3 096 habitants[Note 3], en augmentation de 1,98 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1753 1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866
2115807507688161 1059711 0911 059
1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910
1 0581 0831 0571 0941 0821 1131 9492 4633 399
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
2 8633 6994 1743 6903 6653 9804 0503 7183 614
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 -
3 6193 2563 1493 0763 0693 0353 0363 096-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux fusillés du Conroy.
  • vestiges préhistoriques et antiques ;
  • traces d’une voie romaine ; découverte de statuettes ;
  • château féodal du XIIe siècle des seigneurs de Fontoy ; ne subsistent aujourd’hui que quelques traces ; à l’emplacement d’une fortification romaine : bases de la chapelle castrale, restes d’un escalier à vis ; château détruit en 1643 au cours de la guerre de Trente Ans ;
  • monument aux fusillés du Conroy ;
  • moulin Brûlé, moulin Gustal, moulin Alvy (disparu).

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre néo-romane 1857 : deux bas-reliefs (sainte Famille et sainte Anne du XVIIIe siècle).
  • Chapelle Sainte-Geneviève (traces).
  • Chapelle de Haut-Pont.
  • « La Vierge » : statue de la Vierge tenant Jésus dans ses bras sur la colline de la Hutié (vue panoramique sur toute la ville).
  • Temple protestant réformé, rue de Longwy construction commencée en 1914 terminée en 1930.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • écriteau monumental sur le Castel tracé dans l'herbe, derrière la mairie, imitant celui de Hollywood. L'idée initiale a été celle d'un producteur d'engrais qui voulait être sponsor de cette inscription.
  • projet de lotissement « le Pogin » sur la partie ouest de la commune, initialement destiné au relogement des habitants sinistrés par les affaissements miniers et qui répondra aux normes de haute qualité environnementale avec une mise en avant des énergies renouvelables.
  • Collège Marie-Curie : regroupe les collégiens de Fontoy, Boulange, Bassompierre, Lommerange, Knutange et Angevillers.
  • Fontoy possède un Métro……il s’agit d’un passage à travers une maison de la rue de Verdun qui conduit à travers des jardins à la rue Albert-Gérardot.

Chasse[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d’un massif boisé et vallonné, abritant un biotope idéal pour le grand gibier, sangliers et chevreuil, les petits prédateurs, renards, mustélidés (fouines, blaireaux), et le petit gibier (pigeons, lapins et lièvres principalement).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis le 28 mars 1998 la ville de Fontoy s’est jumelée avec la ville italienne de Cermenate. En 1996, les élus de Fontoy se rendent en Italie dans le cadre d’un éventuel rapprochement entre les deux cités tant sur le plan culturel, économique, qu’historique. Après de fructueux échanges et divers travaux de mise en route, le 28 mars 1998, les municipalités de Fontoy et de Cermenate signent une charte d’amitié.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fontoy Blason
D’or à l’aigle de gueules becquée et membrée de sable, au lambel à quatre pendants d’azur brochant sur le tout.
Détails
Ce sont les armes attribuées à une ancienne maison noble de noms et d’armes, qui a eu son berceau dans le village de Fontoy apparentée à la famille de Walcourt.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Silvie Blanchard et Jacques Watrin, Les familles de Fontoy de 1690 à 1920, Cercle Généalogique de Yutz 3 Frontières, Yutz, 2010
  • Pierre Fastinger, Fontoy, son Histoire, Thionville, 1981.
  • Romain Wagner, L'éperon barré du bois des Héritières à Fontoy, Quarto d'Altino, 2020

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Fontoy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Toponymie générale de la France, Volume 1 - Ernest Nègre
  12. a et b Publications de la Société pour la recherche et la conservation des Monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, volume 18, 1863.
  13. a b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  14. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440).
  15. Hugues Marquis, « Le général François Jarry au service de l'Angleterre (1793-1806) », Annales historiques de la Révolution française 2/2009 (no 356), p. 93-118.
  16. 1944-1945: Les années liberté, Le républicain Lorrain, 1994 (p. 14: Recensement préfectoral sur les dates de libération)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.