Massif de la Chartreuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 22′ 45″ N 5° 49′ 00″ E / 45.3792, 5.81667 ()

Massif de la Chartreuse
Massifs des Alpes occidentales
Géographie
Altitude 2 082 m, Chamechaude
Massif Alpes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Départements Isère, Savoie
Géologie
Roches Roches sédimentaires

Le massif de la Chartreuse est un chaînon subalpin situé aux trois quarts en Isère et au quart en Savoie dont le point culminant est Chamechaude (2 082 m).

Il a donné son nom au monastère de la Grande Chartreuse et au parc naturel régional de Chartreuse, créé le 6 mai 1995[1].

Les habitants du massif sont les Chartrousins, à ne pas confondre avec l'ordre cartusien dont font partie les moines chartreux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Chartreuse est appelée Chatrôssa en arpitan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Il s'élève entre Grenoble (au sud), Chambéry (au nord), Voiron et Saint-Laurent-du-Pont (à l'ouest) et le Grésivaudan (vallée de l'Isère, à l'est).

Il est bordé par le massif du Vercors et la plaine de l'Isère à l'ouest et au sud-ouest, la chaîne de Belledonne et la vallée du Grésivaudan au sud-est et à l'est, et le massif des Bauges au nord-est.

Enfin, il jouxte également, au nord-ouest, la chaîne de l'Épine qui est considérée comme l'un des sommets les plus méridionaux du massif du Jura.

Panoramique de la vallée du Grésivaudan et du massif de la Chartreuse pris depuis le domaine skiable des 7 laux.

Topographie[modifier | modifier le code]

Modèle Numérique de Terrain du massif de la Chartreuse
Versant sud-ouest du massif, depuis les hauteurs de Seyssinet-Pariset (pentes du Vercors). De gauche à droite : Rochers de Chalves, Pinéa, Néron, Chamechaude, Dent de Crolles, Saint-Eynard.

Les sommets du massif de la Chartreuse se composent principalement de calcaire urgonien, qui surmonte des couches plus marneuses. Ceci résulte généralement en de longues lignes de crêtes orientées nord-sud. Les rivières Guiers Vif et Guiers Mort coulent vers l'ouest et incisent profondément le massif.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Principaux cols[modifier | modifier le code]

Routiers :

Non routiers :

Principales gorges[modifier | modifier le code]

Principaux plateaux[modifier | modifier le code]

Principaux sites karstiques[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de l'Ordre des Chartreux[modifier | modifier le code]

Le monastère de la Grande Chartreuse a été fondé en 1084 par saint Bruno[2]. C'est la maison mère de l'ordre des Chartreux[3]. Le monastère, qui était au départ un simple ermitage au cœur du Désert de Chartreuse, a dû résister à de nombreuses épreuves : schisme, Réforme et Révolution française, incendies, avalanches.

Le monastère ne se visite pas – il est même interdit de le survoler –, mais un musée est installé à la Correrie[2], en aval, où l'on peut voir des reconstitutions de cellules de moines.

La liqueur des pères chartreux, ou Chartreuse, est maintenant produite à Voiron, au pied du massif. Il y en a deux types, la jaune et la verte, chacune avec un goût différent, et un élixir à forte teneur en alcool.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mémorial du maquis de la Chartreuse aux portes du massif (Saint-Égrève)

Bien moins connu que le maquis du Vercors voisin, car moins important en termes d'effectifs, le massif de la Chartreuse a cependant accueilli des troupes de combattants résistants du 3e Bataillon et d'une compagnie du 4e Bataillon des Francs-Tireurs et Partisans français des Forces françaises de l'intérieur, de mars 1943 à août 1944.

Activités[modifier | modifier le code]

Carte touristique du massif de la Grande Chartreuse en 1897

L'agriculture, l'élevage, la sylviculture, le tourisme vert l'été et de neige l'hiver sont les principales activités du massif. La filière bois a mis en place une appellation d'origine contrôlée (AOC) pour le bois exploité dans le massif.

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Les principales stations de ski de piste comportent :

Les principales stations de ski de fond comportent :

Environnement[modifier | modifier le code]

Le parc naturel régional de la Chartreuse a été fondé en mai 1995. Il regroupe 38 communes iséroises et 14 savoyardes sur une surface de 69 000 ha, pour une population totale de 36 000 habitants[4].

La Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse a été créée en 1997. Elle regroupe sept communes d'Isère et quatre de Savoie[5].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte d'identité du parc naturel régional de Chartreuse », sur parc-chartreuse.net (consulté le 10 octobre 2013)
  2. a et b Site du monastère de la Grande Chartreuse sur le site musee-grande-chartreuse.fr
  3. (fr)(en)(it)(es)Site officiel de l'Ordre chartreux
  4. Isère Magazine, n°83 juin 2007 (p. 36)
  5. La réserve naturelle sur le site chartreuse-tourisme.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Laget & Sébastien Langlais, Chartreuse, textes français/anglais, Mission Spéciale Productions, coll. « Terre d'ici », 2009 (ISBN 9782916357263)
  • Pascal Sombardier, Chartreuse inédite : Itinéraires insolites, Glénat, coll. « Montagne Randonnée », 2006 (ISBN 2723453960)
  • Pascal Sombardier, Randonnées en Chartreuse, Glénat, coll. « Rando-Evasion », 2002 (ISBN 2723438244)
  • Jean-Marc Lazzaron, Le roi de la montagne : L'or du maquis de Chartreuse, Éditions Cipangu, 2005 (ISBN 2952430306)
  • Alexis Nouailhat, Marie Tarbouriech, Le Massif de la Chartreuse, Éditions du Fournel, coll. « AQUARELLE », 2005 (ISBN 2915493162)
  • Lionel Montico, Le massif de Chartreuse : L'émeraude des Alpes, Vu pour vous, 2004 (ISBN 2951922116)
  • Anne Da Costa, Fabian Da Costa, Découvrir la Chartreuse, La Taillanderie, coll. « Multiples », 2003 (ISBN 2876292866)
  • Parc naturel régional de Chartreuse, Guide Gallimard, 1999 (ISBN 2742405399)

Liens externes[modifier | modifier le code]