Botrychium lunaria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le botryche lunaire (Botrychium lunaria) est une petite fougère vivace de la famille des Ophioglossaceae et du genre Botrychium. Principalement montagnarde, cette espèce affectionne essentiellement les pelouses rases sur terrain siliceux et est présente dans les régions tempérées et froides des deux hémisphères.

« Botrychium » vient du grec « botrus », grappe (allusion à l'aspect des fructifications). « Lunaria », quant à lui vient du nom médiéval de la plante, Lunaria minor, se rapportant à la forme du limbe ressemblant un croissant de lune.

Description[modifier | modifier le code]

Botrychium lunaria à l'état juvénile

Plante vivace de 10 à 15 cm de hauteur, ce botrychium est glabre, à souche fibreuse et écailleuse au sommet. Le pétiole porte une partie végétative ainsi qu'une partie fertile. Le limbe stérile, plus long que large, est ordinairement une seule fois divisé, ses lobes rappellent par leur forme caractéristique des petits croissants de lune. Ces derniers sont le plus souvent entiers et très arrondis sur leur bordure extérieure (parfois incisées mais en gardant la même forme d'ensemble). Il n'y a pas de nervure principale. La feuille fertile forme une grappe ramifiée, dépassant la feuille stérile à maturité[1],[2].

Cette plante développe une pousse aérienne au printemps, fructifie en fin de printemps ou en été et se flétrit après la maturation des spores. Néanmoins, le rhyzome ne produit pas nécessairement de pousses chaque année, spécialement en plaine[2].

Il est possible de confondre Botrychium lunaria avec Botrychium boreale dont le limbe n'est pas en forme de croissant et présente une ébauche de nervure principale[2].

Il existe plusieurs sous-espèces[3] :

  • Botrychium lunaria subsp. matricariifolium Retz.
  • Botrychium lunaria var. matricariifolium A.Braun
  • Botrychium lunaria var. rutacea Lilj.

Écologie[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Botrychium lunaria est présente sur les deux hémisphères : en Asie (du nord de la Russie au Caucase jusqu'à l'Himalaya et au Japon) au Groenland, en Amérique du Nord (Alaska, Canada et Montagnes Rocheuses), au sud de l'Amérique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande. En Europe, elle se développe de l'Islande à l'Andalousie, jusqu'en Russie, devenant de plus en plus montagnarde à mesure qu'elle se déplace dans le sud[2].

En France, elle est assez commune dans l'ensemble des Alpes, du Jura et des Pyrénées et est plus localisée dans le Massif central. Les populations de plaine se sont progressivement raréfiées ; seules subsistent quelques stations très réduites[2].

Biotope[modifier | modifier le code]

Plante essentiellement montagnarde, il est néanmoins possible de la rencontrer du littoral à plus de 2 000 m d'altitude, en pelouse le plus souvent, mais dans des conditions de sols très variées. En montagne, elle affectionne les pelouses rases à Nard raide sur silice ou sur calcaire décalcifié en situation héliophile. Les populations planitaires sont liées, quant à elles, aux sols neutro-alcalins tels que les arrières dunes fixées. À mesure que l'on se rapproche du nord de l'Europe, les populations de plaines augmentent et tolèrent un certain ombrage et même une certaine anthropisation[2].

Protection[modifier | modifier le code]

En France, ce taxon est protégé en Alsace[4], en Champagne-Ardenne[5], en Bourgogne[6], dans le Limousin[7], en Bretagne[8], en Lorraine[9], en Picardie[10], en Basse-Normandie[11], dans le Nord-Pas-de-Calais[12] et en Île-de-France[13].

Référence taxonomique[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • La lunaire
  • Déferra-tsao (déferre-cheval). Cette plante est ainsi nommée d'après le préjugé superstitieux qui fait croire aux montagnards que si le fer d'un cheval la touche, il tombe et se brise à l'instant[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte Coste, Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes, Éditeur: BLANCHARD (ALBERT), 1998
  2. a, b, c, d, e et f Les fougères et plantes alliées de France et d'Europe occidentale, Michel Boudrie, Rémy Prelli, 01/2002, Ed. Belin
  3. Référence Tela Botanica (France métro) : Botrychium lunaria (fr)
  4. Arrêté du 28 juin 1993 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Alsace complétant la liste nationale
  5. Arrêté du 8 février 1988 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Champagne-Ardenne complétant la liste nationale
  6. Arrêté du 27 mars 1992 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Bourgogne complétant la liste nationale
  7. Arrêté du 1er septembre 1989 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Limousin complétant la liste nationale
  8. Arrêté du 23 juillet 1987 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Bretagne complétant la liste nationale
  9. Arrêté du 3 janvier 1994 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Lorraine complétant la liste nationale
  10. Arrêté du 17 août 1989 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Picardie complétant la liste nationale
  11. Arrêté du 27 avril 1995 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Basse-Normandie complétant la liste nationale
  12. Arrêté du 1er avril 1991 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Nord Pas de Calais complétant la liste nationale
  13. Arrêté du 11 mars 1991 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Île-de-France complétant la liste nationale
  14. Bridel, Glossaire du patois de la Suisse romande, p. 99

Sur les autres projets Wikimedia :