Lapiaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail. Hérault, France
Vue générale. Hérault, France

Le lapiaz (aussi appelé lapié ou lapiez ou lapiès ou Karren, mot d'origine jurassienne), est une formation géologique de surface dans les roches calcaires et dolomitiques, créée par le ruissellement des eaux de pluie qui dissolvent la roche ou par la cryoclastie, ce qui forme un grand entablement rocheux parcouru de réseaux de diaclases ou fissures.

Le relief ruiniforme est un « méga-lapiaz » surcreusé, tels le chaos de Montpellier-le-Vieux ou de Nîmes-le-Vieux[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce type de géomorphologie déchiquetée, aux aspérités coupantes lorsqu'il s'agit de calcaire dur, est sillonné de nombreuses rigoles, fissures et crevasses de taille variable, dont certaines peuvent atteindre plusieurs mètres. D'autres structures se distinguent : les vasques et les arches.

La roche est également souvent perforée, donnant à voir en surface les mécanismes karstiques qui président ailleurs au creusement des grottes, avens, scialets et autres cavités naturelles.

Les sillons sont de deux types :

  • les rigoles, suivant la ligne de la pente, rectilignes ou sinueuses,
  • les crevasses (ou leisines), qui sont un approfondissement des fissures et qui découpent la roche en blocs.

Les lapiés peuvent être :

  • mis à nu par les glaciers, subaériens, formés le plus souvent de rigoles parallèles et étroites avec arêtes aiguës,
  • couverts par de l'humus ou un sol récent, et formés de sillons et d'arêtes émoussés,
  • découverts, issus des lapiés couverts mais sans couverture de sol.

Autres dénominations[modifier | modifier le code]

Dans certaines régions, le terme de lapiaz se substitue parfois à un mot de la langue locale, comme par exemple la cairissa languedocienne.

Dérivés : Lapiazé, lapiez, lapiés.

Localisation[modifier | modifier le code]

Des formations semblables se trouvent dans beaucoup de régions karstiques de l'Europe et d'autres continents.

Même s'il n'y a pas de photos, on ne peut pas omettre de citer le Désert de Platé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Mottet, Géographie physique de la France, Presses universitaires de France,‎ 1999, p. 233

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Nicod, Pays et paysages du calcaire, PUF, 1972 (épuisé)
  • J.-N. Salomon, Précis de karstologie, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Scieteren
  • Revue Historiens et Géographes no 370 (un article)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]