Traité de Paris (1355)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir traité de Paris.
Savoie au XIIe et XIIIe siecles[1]

Le traité de Paris du 5 janvier 1355 met fin au conflit entre le comte de Savoie Amédée VI, le roi de France Jean le Bon et son fils Charles, Dauphin de France.

Naissance du conflit[modifier | modifier le code]

En 1349, Philippe VI achète le Dauphiné lors du traité de Romans. Son petit-fils Charles prend alors le titre de dauphin. Le comte Amédée VI de Savoie, qui avait lui aussi des prétentions sur ces terres voisines, à l'origine de nombreux conflits entre les maisons de Savoie et celle du Dauphiné, attaque en 1353 en pays de Gex et vainc les Dauphinois aux Abrets en 1354, « après avoir fait un vœu à saint Georges [2]».

Le roi de France, en ce début de guerre de Cent Ans, préfère signer un traité avec la Maison de Savoie et s'occuper de la menace anglaise[3].

Les clauses du traité[modifier | modifier le code]

Le comte de Savoie obtient la seigneurie du Faucigny, appartenant aux sires du Faucigny vassaux des comtes de Genève puis des dauphins du Viennois depuis le XIIIe siècle, avec le Beaufortain (terre appartenant aux Faucigny depuis le XIIIe siècle) permettant enfin de relier le comté de Savoie au Chablais ; le pays de Valbonne (la seigneurie de Montluel, le château de Miribel, Bourg-Saint-Christophe, Pérouges et Saint-Maurice-de-Gourdans) ; les seigneuries de Varey et Saint-Maurice en Bugey ; la seigneurie de Santonay dans la Bresse ; celle d'Anton en Dauphiné[4] ; la baronnie de Gex ; et abandonne ses prétentions sur les enclaves au Nord de Vienne (Viennois) en terres Dauphinoise et rectifie sa frontière, notamment en Grande Chartreuse[2] et fixe définitivement au Rhône et au Guiers les limites entre le Dauphiné et le Comté de Savoie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite du traité, Amédée VI « épouse une descendante de Saint Louis, Bonne de Bourbon[5] ». La Savoie redevient ainsi l'allié du roi de France et participe aux combats en Flandre contre l'Angleterre.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Assemblée des Pays de Savoie.
  2. a et b Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, éd. Grasset,‎ 1933, 1960, 1976, 2009, p. 72
  3. * A.Beruard, J.Châtel, A.Favre, M.Hudry, Découvrir l’Histoire de la Savoie, éd. Centre de la Culture Savoyarde,‎ 1998 (ISBN 2-95113-791-5), p. 92.
  4. J.-J. Vernier, Études historiques et géographiques sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis,‎ 1896, édition 1993 (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 53.
  5. Roland Edighoffer, Histoire de la Savoie, PUF, coll. Que sais-je ?,‎ 1992, p. 37.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliographie générale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]