Cassenoix moucheté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cassenoix moucheté

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cassenoix moucheté

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Corvidae

Genre

Nucifraga
Brisson, 1760

Nom binominal

Nucifraga caryocatactes
(Linnaeus, 1758)

Répartition géographique

alt=Description de l'image Map of distribution of Nucifraga caryocatactes.png.


Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) est une espèce de passereau de la famille des Corvidae.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau a le corps brun foncé, parsemé de taches blanches en forme de gouttes, plus serrées sur la face où elles forment un masque clair qui contraste avec le bec noir et la calotte brun foncé. Les rémiges sont noires, tout comme la queue avec une étroite barre terminale blanche et une grande zone blanche sous sa base.

Le jeune présente un aspect général grisâtre ou chocolat au lait, avec les taches blanches très diffuses.

  • longueur : 29 - 36 cm
  • envergure : environ 55 cm
  • poids : 150 - 200 g

Comme chez la plupart des corvidés, il n'y a pas de dimorphisme sexuel.

Chant[modifier | modifier le code]

Cris «kree kree kree» ou «kra kra kra» émis en série, moins criards que ceux du Geai des chênes et avec une résonance caractéristique.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Le régime alimentaire est à dominante végétale, et il affectionne particulièrement les noisetiers en plaine, les pignes du pin cembro (arole) en montagne, ou du pin de Sibérie, ou des épicéas, selon les régions où il vit. Il aime aussi les baies, tous les fruits secs, mais aussi les petits invertébrés.

Pour l'hiver, il cache ses réserves de nourriture dans plusieurs milliers de caches qu'il disperse sur tout son domaine et mémorise, comme le geai des chênes. Il mémorise des repères visuels qui lui permettent de retrouver ses caches même sous la neige. Il arrive à en retrouver à peu près les deux tiers — ou trois quarts — qui lui servent à se nourrir durant l'hiver, le restant pourra servir de nourriture aux rongeurs, ou germer et croître. Le cassenoix moucheté est donc un propagateur des espèces dont il consomme les graines.

Les jeunes se nourrissent aussi de graines, mais aussi d'invertébrés, qui constituent un apport indispensable de protéines d'origine animale pendant leur croissance.

Reproduction[modifier | modifier le code]

  • deux à quatre œufs, exceptionnellement cinq. En moyenne, deux à six jeunes par couple et par an.
  • couvaison : 18-22 jours, par les deux parents.
  • nourrissage par les deux parents avec envol à 23-25 jours, apprentissage des jeunes durant une centaine de jours.
  • maturité sexuelle à deux ans, le taux de survie serait supérieur à 80 %.
  • longévité maximale connue : plus de quinze ans.

Répartition géographique et habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau sédentaire dépend des ressources du milieu en noisettes et graines de pins et d'épicéas, qu'il cache à la bonne saison en prévision de l'hiver, dans un territoire de dix à cent hectares — selon les ressources alimentaires du lieu — et un rayon maximal d'environ 10 km. Il apprécie particulièrement les épicéas à feuillage épais qui lui assurent une protection naturelle contre la neige pour le nid et des caches de nourriture.

Les jeunes adultes, pour trouver un territoire, s'éloignent de leurs parents sur une distance de 10 à 15 km.

Épisodiquement, lors des années de faible production alimentaire — particulièrement en Scandinavie — des milliers de cassenoix mouchetés peuvent entamer une migration invasive.

Cette espèce paléarctique se rencontre dans les montagnes du Centre et de l'Est de l'Europe : Ardennes, reliefs du centre de l'Allemagne, Vosges, Jura, tout l'arc alpin jusqu'à la Méditerranée et aux Balkans, Carpathes, et dans le sud de la Scandinavie, la Russie européenne et la Sibérie. Au-delà, on la trouve jusqu'aux côtes du Pacifique et dans l'Himalaya.

Protection[modifier | modifier le code]

La conservation de l'espèce est liée à l'abondance des arbres dont elle consomme les graines (noisetiers, pins cembro...) et à celle des plantations serrées d'épicéas tardivement éclaircies.

Le Cassenoix moucheté est inscrit à l'annexe I (espèce non chassable) de la Directive Oiseaux de l'Union européenne et à l'annexe 3 (protection relative) de la Convention de Berne.

Il bénéficie d'une protection totale en Belgique depuis la convention Benelux, A.G.W. du 14 juillet 1994 relative à la protection des oiseaux, ainsi qu'en France.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Comparaison entre les têtes du Cassenoix moucheté de Wallonie (N. c. caryocatactes) et du Cassenoix moucheté de Sibérie (N. c. macrorhynchos).
  • Cassenoix moucheté de Wallonie (Nucifraga caryocatactes caryocatactes) en Belgique et en Allemagne
  • Cassenoix moucheté de Sibérie (Nucifraga caryocatactes macrorhynchos)
  • Cassenoix moucheté des Alpes
  • Cassenoix moucheté de Scandinavie

Espèces ressemblantes[modifier | modifier le code]

Le Cassenoix moucheté ne peut être confondu avec aucune autre espèce, si ce n'est le cas échéant, dans de très mauvaises conditions d'observation, avec le Geai des chênes, lequel présente cependant des marques bleues et blanches sur les ailes, bien visibles même pour le néophyte, et un aspect général bigarré.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Le Cassenoix moucheté est l'emblème du Parc national suisse ; l'oiseau est représenté de manière stylisée, en vol, tenant dans son bec une pigne du pin cembro. L'espèce est effectivement commune dans les Grisons et est particulièrement présente dans le Parc National où les promeneurs peuvent l'observer aisément.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :