Abies alba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sapin blanc, sapin pectiné, sapin commun

Le Sapin blanc, Sapin commun, Sapin pectiné ou plus simplement Sapin (Abies alba Mill.) est un conifère de la famille des Pinacées[1]. Il est localement appelé Sapin de Normandie ou Sapin de l'Aigle (Normandie), Sapin de croix (Bretagne)[1], Sapin des Vosges, Sapin noir, Sapin à feuilles d’if, ainsi que Vuargne, Ouargne ou Warne (Haute-Savoie et Suisse), Ghjàllicu (Corse) et plus rarement Sapin argenté. C'est une essence importante pour la foresterie en Europe.

Description[modifier | modifier le code]

Port[modifier | modifier le code]

Le sapin pectiné est l'arbre européen le plus haut, il peut en effet atteindre 60 mètres[1], voire 80 m[2] de hauteur. Il vit jusqu'à 500 ans et le diamètre de son tronc atteint 2 mètres[1]. La cime est d’abord conique, pointue puis ovoïde, et enfin tabulaire (étalée). Le tronc est droit, les branches horizontales.

Écorce[modifier | modifier le code]

L'écorce est lisse[1], gris argenté[1], à petites poches de résine (vésicules), puis crevassée à un certain âge. Les rhytidomes présentent des crevasses longitudinales chez l’adulte. L’écorce contient de la résine composée notamment de sesquiterpénoïdes, ainsi que de la cellulose, des sels minéraux, des tanins, des acides gras, des diterpènes (tels que l'acide abiétique, par exemple) et des lectines (de type AAA)[3].

Rameaux[modifier | modifier le code]

Les rameaux de deux ans sont lisses, beige gris, à pubescence grossière noire ou jaunâtre chez certaines races.

Les branches et les rameaux sont en majorité horizontaux. Avec l’âge, les branches latérales prennent un port irrégulier caractéristique, tandis que celles de la cime tendent à dépasser la pousse terminale (cime en nid de cigogne)[1].

Feuilles[modifier | modifier le code]

Les bourgeons sont assez gros, ovoïdes, lisses. De couleur brun châtain, ils sont luisants et non résineux[1]. Ils contiennent des limonènes, des alpha-pinène[3] et bêta-pinène[réf. nécessaire].

Les feuilles sont des aiguilles persistantes, non piquantes, solitaires, de longueur variable sur un même rameau (15-30 mm). Elles sont fixées par une petite ampoule à bords limités laissant une cicatrice ovale, nette après la chute. Elles sont implantées tout autour du rameau et se tordent à la base pour se placer dans un plan comme les dents d’un peigne ; elles paraissent ainsi disposées sur 2 rangs dans un plan sur les rameaux stériles (les rameaux fertiles sont en brosse).

Les aiguilles sont plates, droites, arrondies ou un peu échancrées à l’extrémité. Elles présentent deux bandes blanches de stomates en dessous, mais pas sur le dessus, qui est vert foncé[1]. Elle persistent 6 à 9 ans[réf. nécessaire]. Sur les rameaux de cime, les aiguilles sont en brosse et recourbées. Elles contiennent une huile essentielle dont les principaux composants sont le limonène et le phellandrène, deux monoterpènes monocycliques, mais aussi du camphène et de l'alpha-pinène[3].

Bois[modifier | modifier le code]

Le bois est blanc ou un peu jaunâtre, sans aubier. Il ne contient pas de canaux résinifères. Les cernes sont très visibles. Le bois est d’autant plus tendre et léger que l'arbre a poussé vite.

Organes reproducteurs[modifier | modifier le code]

Cônes femelles matures

Le sapin pectiné produit des cônes mâles et femelles en avril et mai[1],[2].

Les cônes mâles sont nombreux, ovoïdes à allongés, globuleux. De couleur jaune, ils sont groupés sous des rameaux de l’année précédente.

Les cônes femelles sont isolés, et mesurent avant maturité de 2 à 10 cm de long. Situés vers le milieu de rameaux de l’année précédente, ils sont orientés vers le haut et plutôt localisés vers le sommet de l’arbre[1]. Ils mesurent de 10 à 20 cm à maturité[1],[2] et ont une forme cylindrique. Des bractées saillantes, triangulaires, dépassent entre les écailles. Ils sont d’abord verts, puis bruns. Ils sont mûrs dans l’année et se désarticulent à maturité (octobre)[1]. L’axe du cône persiste durant 1 ou 2 ans.

Les graines sont de forme subtriangulaires, longues de 8 à 13 mm, de couleur jaune-brun, avec une aile de 2 cm soudée[1]. La fructification a lieu surtout tous les deux ans.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Abies alba distribution map.svg

On trouve le sapin blanc principalement dans les bois caducifoliés d'Europe méridionale, occidentale et centrale[1], montagnards, des substrats stabilisés. Il nécessite une importante humidité atmosphérique. Son implantation typique est sur les ubacs.

Son aire de répartition est périalpine (à tendance méridionale). Elle comprend la Forêt-Noire[1], les montagnes de Bohême[1], des Tatras, des Carpates[1], des Apennins, des Alpes dinariques et du Rhodope. En France, on le trouve en Corse (1000 à 1 700 m), dans les Pyrénées[1] (900 à 1 500 m), le Massif central (700 à 1 500 m), les Alpes (700 à 1 700 m), le Jura[1] (500 à 1 100 m) et les Vosges (400 à 1 100 m). On le trouve généralement à une altitude comprise entre 400 et 1 800 m, de l’étage montagnard à l’étage subalpin inférieur.

Par exception, le sapin de Normandie croît et se reproduit spontanément en plaine dans le pays d'Ouche et le nord du Perche à de faibles altitudes, entre 180 et 310 m[4]. Des botanistes estiment que cet isolat pourrait être un reliquat des dernières glaciations ; la présence du sapin y est en tout cas très ancienne comme l'attestent les toponymes locaux tels que Le Sap-Mèle, Le Sap-André, la Sapaie[5].

Le sapin a été introduit en Grande-Bretagne après le XVIIe siècle. Il est parfois planté dans les parcs et jardins à des fins décoratives.


Pathologies[modifier | modifier le code]

Chaque essence connaît différentes adversités.

La résistance du sapin pectiné à la plupart des ravageurs et pathogènes est d’abord déterminée :

  • Par la qualité de la station sur laquelle il pousse : les sapinières situées en limite d’aire naturelle peuvent à cet égard se révéler plus sensibles à certains ravageurs et pathogènes ;
  • Par la structure et la composition en classes d’âges des peuplements : les structures capitalisées par vieillissement et les sapinières à forte proportion de peuplements âgés se révèlent plus sensibles aux attaques phytosanitaires ;
  • Par la qualité des plants et par le soin apporté à leur mise en place dans le cas des peuplements reconstitués artificiellement.

Dégâts du gibier[modifier | modifier le code]

Le sapin est très abrouti par les cervidés (beaucoup plus en hiver qu’en été) et pendant de longues années (de 12 à 16 ans dans le massif vosgien). Il est également frotté, mais avec moins d’acharnement. De plus les lièvres et les lapins peuvent provoquer des dégâts au niveau des pousses et cela entraîne des fourches.

La pollution[modifier | modifier le code]

Le Sapin pectiné est très sensible au fluor, avec des mortalités fréquentes.

Les champignons[modifier | modifier le code]

Il existe différentes altérations dues à l’action des champignons :

  • L’Armillaire des résineux (Armillaria ostoyae) est un champignon parasite qui s’attaque à deux niveaux : entre l’écorce et le bois, puis colonise le système racinaire avec son mycélium. Les racines malades en contact avec les racines saines, ainsi que les rhizomorphes souterrains, facilitent la propagation du champignon. Les dégâts occasionnés sont une pourriture assez rapide des racines et un dessèchement de l’arbre en commençant par la cime et les extrémités des branches (coloration pâle), puis l’écorce se craquèle et se détache facilement. Les moyens de lutte sont :
    • Une hygiène des peuplements et des soins culturaux.
    • Le traitement des vieilles souches.
    • Les annélations circulaires.
  • La maladie du « rond » est une altération produite par le mycélium de Fomes annosus. Elle se localise dans le cœur du bois où le champignon provoque une pourriture rouge qui s’étend en diamètre et en hauteur parfois jusqu’à 5-6 m (tronc creux caractéristiques et bois sans valeur). Pour lutter on peut :
    • Creuser des fossés de 60 à 80 cm de profondeur pour ceinturer la tache parasitée.
    • Dessoucher avant replantation.
    • Traiter chimiquement les souches fraîches à l’aide d’urée et de bleu sulfacide brillant.
  • Le « chaudron » ou « dorge » du sapin, provoqué par Melampsorella caryophyllacearum, se manifeste de deux manières :
    • Le balai de sorcières, qui se caractérise par une concentration de rameaux, dressés, touffus à aiguilles courtes, jaunâtres et caduques, issus d’une tumeur ligneuse (durée de vie : 15 à 20 ans[réf. nécessaire]). Le seul moyen de lutte à l’heure actuelle consiste à rompre le cycle biologique de la rouille en éliminant les balais de sorcière porteurs de spores, de les brûler, en automne / hiver, avant la dissémination des spores. Quand l’arbre grossit, il englobe le balai de sorcière qui devient chaudron.
    • Le chaudron proprement dit est un renflement de la tige principale ou des branches latérales. Les fissures ou craquelures qu’il provoque facilitent la pénétration d’autres champignons parasites ou saprophytes. Ces arbres seront martelés prioritairement car ils sont prédisposés à devenir des chablis.

Les insectes[modifier | modifier le code]

Pissodes piceae adulte

Divers insectes sévissent et occasionnent des dégradations au niveau du bois, des aiguilles ou des cônes et graines.

  • L’hylobe peut entraîner des dégâts extrêmement importants dans les jeunes plantations, surtout si elles sont installées après une coupe rase de pin. La mortalité est dans ce cas très forte.
  • Le pissode du sapin (Pissodes piceae) : les larves de ce coléoptère creusent des galeries sous-corticales dans le tronc des arbres adultes, ce qui provoque le dépérissement de l’arbre par destruction des vaisseaux conducteurs, puis par mort du sujet.

La seule technique de lutte véritablement efficace consiste en une exploitation et une extraction rapides hors des forêts des sapins attaqués. Les écorces et rémanents d’exploitation doivent être incinérés ou éventuellement traités à l’insecticide de type Deltaméthrine, sauf à proximité des ruisseaux ou points d’eau.

  • Les Scolytinae : il s’agit du scolyte curvidenté (Pityokteines curvidens) et du scolyte liseré (Trypodendron lineatum). Ces deux insectes déterminent le même type de dégâts sous-corticaux que le pissode. Les mêmes techniques de lutte leur sont appliquées (exploitation rapide des arbres attaqués). Un autre scolytinae, le cryphale du sapin (Cryphalus piceae), réalise des dégâts semblables[6].
  • Les chermés du tronc et des rameaux (Dreyfusia piceae et Dreyfusia nusslini) :
    • Le premier affecte des arbres de plus de 25 ans : c’est un insecte piqueur-suceur qui se nourrit de la sève élaborée de l’arbre et dont les enzymes digestives simultanément injectées ont un effet phytotoxique. Les insectes sont repérables sur le tronc par les sécrétions blanchâtres, d’aspect cotonneux, qui les recouvrent. L’action du parasite se manifeste par un affaiblissement de l’arbre.
    • Le second entraîne des dégâts sur des arbres plus jeunes en provoquant un dessèchement des aiguilles puis des rameaux, affectant la croissance de l’arbre et pouvant provoquer sa mort.
    • La lutte se fait par l’élimination des sujets atteints. Mais les attaques provoquées par ces deux ravageurs sont souvent très localisées et ne déterminent pas de mortalité massive.

Le parasitisme[modifier | modifier le code]

Le gui (Viscum album) est un hémiparasite qui s’accroche aux branches grâce à un disque adhésif pourvu en son centre d’un suçoir. Il s’enfonce dans le cortex du Sapin jusqu’aux tissus conducteurs avec lesquels il assure une efficace connexion pour dériver une partie de la sève de sa victime. Le gui prélève essentiellement de l’eau et des sels minéraux car c’est une plante chlorophyllienne. L’extension des suçoirs peut se faire sous l’écorce et peut conduire au développement de plusieurs touffes de Gui à partir d’une seule graine.

Taxonomie et systématique[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été scientifiquement décrite pour la première fois en 1759 par le botaniste écossais Philip Miller dans la 7e édition de The Gardeners Dictionary[7].

Utilisation[modifier | modifier le code]

    • Bourgeons ou jeunes pousses (gemmothérapie) : antiseptique, balsamique, antibiotique
    • Feuilles : expectorant, sédatif des bronches
    • Écorce : antiseptique, astringent
    • Résine : balsamique, vulnéraire, vasoconstricteur, eupeptique, antiseptique

[réf. nécessaire]

Statut de protection légale[modifier | modifier le code]

Cette espèce est, en 2012, classée en catégorie « LC » (préoccupation mineure) sur la liste rouge de l'UICN, mais l'Union internationale pour la conservation de la nature reconnaît que ce classement, qui date de 1998, mériterait d’être ré-évalué[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (fr) Arbres - Jaromir Pokorny - P. 32 - Éditions Gründ - 1987 (ISBN 2-7000-1818-4)
  2. a, b et c Christopher Grey-Wilson et Marjorie Blarney, Guide des fleurs de montagne : Alpes, Pyrénées, Vosges, Jura, Massif Central, Paris, Delachaux et Niestlé,‎ février 2006, 3e éd., 384 p. (ISBN 2 603 01369 6), p. 22
  3. a, b et c (en) C. P. Khare, Indian Herbal Remedies : Rational Wester Therapy, Ayurvedic and Other Traditional Usage, Botany, Springer,‎ 2004, 523 p. (ISBN 3540010262, lire en ligne), p. 3
  4. « Conserver les ressources génétiques du sapin pectiné en France – Abies alba » (consulté en septembre 2014).
  5. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154)
  6. Daniel Adam, « Le cryphale du sapin », sur agriculture.gouv.fr, ONF,‎ septembre 2004 (consulté en 16 novembre 2010).
  7. Tropicos, « Abies alba Mill. », Missouri Botanical Garden (consulté en 4 décembre 2012).
  8. Red List of Threatened Species, « Abies alba », sur www.iucnredlist.org, UICN,‎ 2012 (consulté en 4 décembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :