Prairie (agriculture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prairie.

En agriculture, la prairie ou pâture est une culture de plantes fourragères, principalement composée de graminées et de légumineuses, destinée à être pâturée ou fauchée (dans ce dernier cas, on parle plutôt de « pré de fauche »).

Ces milieux rappellent plus ou moins, selon leur degré de naturalité, les prairies sauvages (vastes surfaces majoritairement et naturellement couvertes de graminées), ou certaines pelouses naturelles.

Pâtures à vaches, dans un contexte rural boisé
Pré de fauche (à Cogne, en Italie)
Prairie en fleur prête à être fauchée (à Roville-devant-Bayon, Meurthe-et-Moselle)
Le passage répété d'animaux sur de fortes pentes peut contribuer à une légère érosion ou à l'apparition de structure en terrasses.
Des espèces rustiques, telles cette vache des Highlands, sont utilisées par les gestionnaires de milieux naturels pour l'entretien de milieux ouverts dans les parcs et réserves naturelles, et parce qu'elles offrent un substitut à certaines fonctions écologiques des grands herbivores qui ont disparu.
Paysage culturel constitué de prés de fauche, entretenus à la main, dans les montagnes des environs de Bocicoel, dans les Monts Maramureş (Judeţ de Maramureş, dans les Carpates orientales en Roumanie du nord). Après le recul de la forêt, la fauche entretient une strate herbacée différente de celle de la forêt, mais pouvant en contenir des reliques. Ces prés conservent un haut niveau de biodiversité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le système prairial agricole que nous connaissons s'est assez récemment développé, avec la renclôture et alors que les prés communaux sont privatisés. Dans certaines régions (Bretagne, Normandie notamment), elle reste longtemps associée au bocage, et localement à la culture d'arbres fruitiers de haute-tige.

Les statistiques françaises de 1840 donnent pour la France métropolitaine 21 729 102 hectares de pâtis, pâturages. Si l'on retranche de cette superficie 5 774 745 hectares de prairies naturelles et artificielles il reste donc 15 954 357 hectares[1]. ou 30,2 % de la superficie totale de la France en jachères, pâtures et pâtis, étendue considérable qui est à la disposition de l'agriculture, mais comme le pressent Becquerel, « il arrivera un temps, en raison de l'accroissement de population, où il n'existera plus de jachères, ni de landes cultivables »[1]. La France occupe ainsi au milieu du XIXe siècle une position moyenne en Europe pour son taux de forêt, et « c'est un des États de l'Europe qui comptent le plus de pâturages, de pâtis et de landes »[1].

Avec l'augmentation de taille des propriétés agricoles, les remembrements détruisent de nombreux fossés, talus, haies et bocages, qui bouleversent la configuration et la disposition des prairies, ainsi que les microclimats qui les caractérisaient.

Types de prairie[modifier | modifier le code]

On parle de prairies pour des zones enherbées qui restent en place au moins plusieurs années. Selon la période de rotation de la culture et ses objectifs, l'agriculture distingue plusieurs types de prairies :

  • prairie permanente, semée depuis longtemps (plus de dix ans), voire engazonnées naturellement (prairies naturelles) ;
  • prairie temporaire, qui n'est maintenue que quelques années ;
  • prairie artificielle, généralement semée de légumineuses comme le trèfle, le sainfoin ou la luzerne, qui rentrent généralement dans un système d'assolement ;
  • prairie humide (inondée ou gorgée d'eau en hiver) ou pâturage extensif, qui sont des habitats de zone humide généralement bien plus riches en biodiversité, entretenus par les herbivores mais avec une pression de pâturage modérée et contrôlée[2]. Ces prairies, très utiles à la régulation des cours d'eau, notamment pour la prévention des inondations et qui semblent être le meilleur outil de gestion écologique et d’entretien applicable aux zones humides, sont l'un des moyens d'entretenir des mosaïques d'habitats et milieux plus ou moins ouverts. C'est une gestion restauratoire, mode de gestion utilisé dans de nombreuses réserves naturelles ou espaces naturels sensibles (ENS). Son objectif est faire faire par des animaux domestiques ou semi-domestiques le travail des grands herbivores sauvages qui limitaient l'extension du couvert forestier en permettant la floraison de nombreuses autres espèces végétales non ligneuses au sol. Une pression suffisante pour éviter la pousse des arbres permet aussi de limiter l'évapotranspiration et la baisse de nappe qu'implique souvent l'enfrichement des petites zones humides (Idem pour le comblement rapide des zones humides par les feuilles mortes). Ces milieux sont encouragés en Europe dans le cadre de la PAC par les mesures agro-environnementales.

Les prairies bocagères peuvent relever des quatre types précédents, elles sont simplement caractérisées par le fait qu'elles s'inscrivent écopaysagèrement dans un réseau dense et maillé de haies ; le bocage.

Composition floristique[modifier | modifier le code]

La flore des prairies peut être plus ou moins diversifiée selon la zone géographique considérée, selon le type de prairie, son âge et son mode d'exploitation.
La richesse floristique dépend beaucoup de la naturalité de la prairie, de la nature du sol et du climat. C'est dans les prairies permanentes et sur sols pauvres que la flore est la plus riche en nombre d'espèces, dépassant parfois les 300 espèces de végétaux par hectare (vieux prés communaux en France, prairies de moyenne montagne dans les pays de l'est de l'Europe). Une analyse de cette flore, qui nécessite un inventaire floristique, est nécessaire pour apprécier sa valeur et chercher le cas échéant à l'améliorer. Les sols très enrichis en engrais favorisent au contraire un faible nombre de plantes de milieux eutrophes qui croissent très vite, au détriment des autres qui sont peu à peu éliminées.

La proportion relative de graminées et de légumineuses et parmi celles-ci d'espèces productives est une caractéristique importante des prairies. On considère que la présence de l'ordre de 70 % de graminées et 20 % de légumineuses est un optimum agricole en zone tempérée (France par exemple).

Sur de faibles surfaces, la biodiversité végétale des prairies anciennes tempérées peut être très élevée ; Une étude récente (2012) a montré que pour de petites surfaces (moins de 50 m2) entretenues par tonte, pâturage, fauche ou feux, en zone tempérée, les prairies fleuries permanentes européennes, avec jusqu'à 89 espèces par m2, contiennent davantage d'espèces de plantes (richesse spécifique) que l'Amazonie. Sur de grands espaces (>100 m2), la diversité floristique est cependant bien plus élevée en zone tropicale ou équatoriale au Costa Rica, en Colombie et Équateur (jusqu'à 942 espèces différentes de plantes par hectare en Équateur)[3]. La richesse en champignons microscopiques, souvent symbiotes ou décomposeurs des plantes est également élevée.

La présence de certaines espèces (bioindicateurs) et leur fréquence relative, donnent des indications sur les caractéristiques du sol ainsi que sur le mode d'exploitation.

Composition faunistique[modifier | modifier le code]

Elle est fortement influencée par les facteurs suivants :

  • la pression de pâturage ;
  • le type d'herbivores présent ;
  • l'âge de la prairie et son caractère permanent ou non ;
  • le degré de naturalité (de la clairière pâturée aux prairies cultivées, en passant par les savanes, landes, prairies tourbeuses, vaines pâtures, coteaux calcaires, etc.) ;
  • le contexte écopaysager plus ou moins maillé et riche en biodiversité (openfields, bocage…), et la présence ou proximité de bandes enherbées, cours d'eau ou mares, la proximité de forêts ou de lisières forestières, etc.

Par exemple la composition des populations d'araignées épigées, d'opilions ou de pseudoscorpions d'une strate herbacée[4], et par extension celle des populations d'insectes et d'acariens[5], seront très différentes selon le type de gestion.

Impacts[modifier | modifier le code]

Un pâturage extensif naturel par les grands herbivores a existé pendant des millions d'années, et subsiste encore très localement dans les écosystèmes non anthropisés (parcs nationaux en général).
Les populations de grands herbivores (mammouths, bisons, aurochs, etc.) étaient régulées par les grands prédateurs carnivores (lions, tigres, loups, lynx, pumas, etc.).

Le pâturage (itinérant ou en enclos) par les éleveurs a des impacts écologiques positifs quand certaines de ses fonctions se substituent à celles du pâturage naturel, en particulier dans des contextes tels que l'environnement bocager.
Mais il a aussi localement justifié la déforestation (dont en Amazonie et dans certains pays africains depuis plusieurs décennies), et le surpâturage est une cause de dégradation et érosion des sols en zone aride[6].

Localement les médicaments, vétérinaires en l’occurrence (ivermectine en particulier) ont un impact environnemental important en limitant le nombre d'espèces pouvant survivre en leur présence. Entre autres effets elle tue par exemple de nombreux coprophages, qui ne peuvent plus dégrader les bouses aussi rapidement que dans la nature[6]. Les eaux bordant les pâturages intensifs ou semi-intensifs sont polluées par les médicaments (antibiotiques notamment) qui ne sont pas traités par les stations d’épuration et induisent de graves dysfonctionnements dans le monde animal y compris chez l'homme[7].

Les prairies destinées à la fauche ou / et au pâturage intensif ou semi-intensif sont également avides d'engrais, en particulier de potasse qui est couramment recommandée et épandue pour ce type d'occupation du sol[8],[9]. La pollution par les phosphates (dite pollution phosphorée) au Royaume-Uni supplante le problème de pollution azotée qui prime dans la plupart des autres pays européens, citant un problème d'érosion plus important[10].

En bordure de cours d'eau, outre la pollution phytosanitaire et médicamenteuse de l'élevage intensif ou semi-intensif, le pâturage contribue aussi à l'érosion des berges à des degrés divers selon le type de sol, les saisons, la pression de pâturage ou la durée des cycles de présence des animaux.

Les zones-tampon « mixtes » (associant ripisylve et bande enherbée) peuvent limiter cette érosion des berges et apporter de nombreux autres avantages économiques et aménitaires[6].

Menaces[modifier | modifier le code]

En Europe, les prairies ont depuis les années 1960 beaucoup reculé en Europe de l'Ouest puis dans l'Union européenne, du fait de l'augmentation croissante des surfaces boisées (en moyenne et basse montagne principalement) et de la périurbanisation qui se fait souvent dans les vallées où étaient concentrées les prairies.

En France métropolitaine, la prairie (et surtout la prairie permanente) est le milieu semi-naturel qui a depuis les années 1970 le plus reculé selon l'IFEN. Elles avaient déjà perdu 900 000 ha (7 % de leur superficie) en 11 ans, de 1992 à 2003[11]. Leur régression est moins rapide depuis les années 2000, mais elles continuent à disparaître même dans des endroits théoriquement protégés ; Cette régression s'est poursuivi depuis : La prairie est le milieu qui régresse le plus vite en France métropolitaine, c'est le « Principal milieu naturel métropolitain détruit par artificialisation » entre 2000 et 2006 avec 13 583 ha perdus par artificialisation en 6 ans[12]. ; Elles sont remplacées par des lotissements et des boisements. Selon l'IFEN, de 1999 à 2000, elles ont encore reculé dans les parcs naturels régionaux ou PNR (mais moins que dans leur territoires périphériques) ; la perte la plus importante de prairie entre 1990 et 2000 dans les Parcs naturels régionaux (PNR) en France est enregistrée dans le Parc naturel régional de Scarpe-Escaut, qui a perdu 1,13 % de sa superficie de prairies en 10 ans, soit 8 fois plus que la moyenne des autres parcs nationaux de France (moyenne nationale = 0,14 %). Le Parc semble avoir freiné ces pertes puisqu'elles ont été trois fois plus importantes dans les territoires périphériques (0,35 % dans la bande d'1 km entourant ce PNR) (moyenne nationale = 0,19 % de perte dans cette même bande pour les autres PNR). Il n'y a que dans les cœurs de parcs nationaux et dans les espaces du Conservatoire du littoral qu'elles n'ont pas régressé durant cette même période[13].

Les surfaces en herbe subsistent essentiellement en zones de montagne où elles sont utiles à l'élevage et jouent un rôle important de prévention des risques naturels. Elles ont disparu le plus rapidement dans les lieux où elles étaient déjà rares et où elles jouaient un rôle de refuge pour de nombreuses espèces. De 2000 à 2005, 60 % des surfaces de prairies relèvent d’exploitations où elles représentent plus de 75 % de la surface agricole[11]. Ce taux était de 57 % en 1988 et de 54 % en 1979. Inversement, depuis 2000, 36 % de la SAU (Surface agricole utile) sont des exploitations où moins de 15 % du sol est en prairies (Ces exploitations concernaient 30 % de la SAU en 1988 et seulement 15 % en 1979). Ceci montre l'emprise croissante des systèmes intensifs et d'élevage hors-sol[11]. Les systèmes pastoraux (1,8 million d'hectares en 2005[11]) sont tous situés en altitude ou dans des régions sèches et pauvres, ainsi que dans quelques zones humides.

Flore des prairies semi-naturelles ou cultivées[modifier | modifier le code]

En zone tempérée, les prairies sauvages ou permanentes et extensives (avec une faible charge animale) peuvent abriter jusqu'à plusieurs centaines d'espèces de plantes par hectare, et diverses espèces de champignons. La présence de haies, mares, berges, ruisseaux ou tourbières enrichissent la diversité floristique de ces prairies.
Les prairies cultivées (semées) ou destinées aux élevages plus intensifs contiennent principalement les espèces suivantes (parfois spontanées) :

Poacées ou anciennement Graminées[modifier | modifier le code]

Fabacées ou anciennement légumineuse[modifier | modifier le code]

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Dans certains pays, pour des raisons de protection de l'eau, des sols et de la biodiversité, et parce qu'elles sont des puits de carbone, les prairies anciennes ou prairies permanentes[Quoi ?] font l'objet de protection ou d'interdiction de retournement.
En Europe, une proposition récente (2012) faite dans le cadre de la préparation de la nouvelle PAC est de reconnaitre les prairies comme « zones d’intérêt écologique » [14]. En France le bocage peut être protégé au titre de la loi paysage, et certaines espèces très dépendantes des mares de prairies sont protégées (tritons par exemple, crapauds et grenouilles, sauf pour 2 espèces qui ne sont que partiellement protégées). Les prairies agricoles sont souvent bien moins diversifiées que les prairies sauvages, mais certaines prairies de fauche ou prairies permanentes humides ont conservé une biodiversité élevée.
En Europe et donc en France, dans le cadre de l'écoéligibilité de la nouvelle Politique agricole commune (PAC), les prairies permanentes, ainsi que quelques autres éléments paysagers semi-naturels d'intérêt agroécologique et écologique (ex : bandes enherbées, lisières bords de mares, bocage, arbres groupés..) sont éligibles au dispositif des « surfaces équivalentes topographiques ».

Article détaillé : Surface équivalente topographique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Becquerel (Antoine César, M.), Mémoire sur les forêts et leur influence climatérique (exemplaire numérisé par Google) ; 1865
  2. Groupe Zones humides, 2013, Zones Humides Infos no 75-76: L'élevage en zone humide, Groupe Zones humides, « Zones Humides Infos n°75-76: L'élevage en zone humide », sur http://snpn.com,‎ 2013
  3. J. Bastow Wilson1, Robert K. Peet, Jürgen Dengler, Meelis Pärtel, Plant species richness: the world records Journal of vegetation science ; On line: 2012-0316 ; DOI: 10.1111/j.1654-1103.2012.01400.x (Résumé)
  4. P. Dennis, M. R. Young et C. Bentley (2001). The effects of varied grazing management on epigeal spiders, harvestmen and pseudoscorpions of Nardus stricta grassland in upland Scotland. Dans Agriculture, Ecosystems & Environment 86(1): 39-57.
  5. P. Dennis, M. R. Young et I. J. Gordon (1998). Distribution and abundance of small insects and arachnids in relation to structural heterogeneity of grazed, indigenous grasslands. Dans Ecological Entomology 23: 295-303.
  6. a, b et c (en) G.N.Zaimes, E.E.Stauffer, R.C.Schultz, T.M.Isenhart, J.R.Russell, W.J.Powers, S.K.Mickelson, J.L.Kovar. Stream bank erosion along different land-use practices with an emphasis on different grazing practices - Summary (Érosion des berges de cours d'eau selon différents usages du sol et en particulier les pratiques de pâturage - Résumé). Iowa State University.
  7. Pollution des rivières et de la Méditerranée.
  8. Page sur les engrais potassiques recommandés sur un site d'éducation à l'environnement
  9. La conduite des prairies en France : pratiques intensives et rendements élevés dans le Nord-Ouest. Par Véronique Palacio-Rabaud, SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières. Agreste Cahiers no 4 - Décembre 2000.
  10. La problematique de la pollution, sur le site de l'ambassade de France au Royaume-Uni, section Sciences & Technologie.
  11. a, b, c et d Plan stratégique national de développement rural 2007-2013, Doc travail, version 6.4 – revue et abrégée, 2 juin 2006, consultée 2010/11/07
  12. 5- Comment notre société dépend-elle de la biodiversité et de son évolution ? | Indicateurs ONB
  13. Document IFEN (Oct 2007), "Changements modérés de l'occupation des sols dans les espaces naturels protégés" (pdf, 4 pages)
  14. Réforme de la PAC: la commission NAT adopte le projet d'avis de René Souchon, voir § "Mesures de verdissement"]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]