Lac du Bourget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourget.
Lac du Bourget
Le Lac du Bourget vu depuis Brison-Saint-Innocent.
Le Lac du Bourget vu depuis Brison-Saint-Innocent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Savoie
Région Rhône-Alpes
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 55″ N 5° 52′ 06″ E / 45.73194, 5.8683345° 43′ 55″ Nord 5° 52′ 06″ Est / 45.73194, 5.86833  
Type Naturel
Superficie 44,5 km2
Longueur 18 km
Largeur 3,5 km
Altitude 231,5 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
145 m
85 m
Volume 3,6 km3
Hydrographie
Bassin versant 560 km2
Alimentation Leysse, Tillet, Sierroz
Émissaire(s) Canal de Savières, Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac du Bourget

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Lac du Bourget

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Lac du Bourget

Le lac du Bourget (parfois appelé localement lac d'Aix et plus rarement lac Gris) est un lac situé en France à l'ouest du département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Lac post-glaciaire du massif du Jura, le lac du Bourget a été formé à l'issue de la dernière Glaciation de Würm, il y a environ 19 000 ans, par le retrait du grand glacier alpin du quaternaire. C'est le plus grand lac naturel d'origine glaciaire de France (à l'exception du Lac Léman, situé en partie en Suisse).

Géographie[modifier | modifier le code]

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

D’une superficie de 44,5 km2 (4 450 hectares), le lac s’étire tout en longueur dans un axe nord-sud sur 18 kilomètres, et avec une largeur comprise entre 1,6 et 3,5 kilomètres. Sa profondeur moyenne est de 85 mètres, et sa profondeur maximale de 145 mètres[1]

D’une altitude moyenne de 240 mètres, il est bordé :

Son bassin versant de 560 km2 est occupé par la ville thermale d’Aix-les-Bains, qui le borde sur sa rive est, et plus au sud, par la ville de Chambéry, capitale historique du duché puis du royaume de Savoie, aujourd'hui préfecture du département de la Savoie, située à une quinzaine de kilomètres. Ces deux villes forment deux agglomérations totalisant 170 000 habitants (2004).

La température moyenne de l’eau est d'environ 7 °C en janvier et de 23 °C en juillet.

Formation[modifier | modifier le code]

Le lac vu dans sa totalité depuis les balcons de Pragondran.
Le lac du Bourget après un orage.

Pour les géologues, la formation s'est effectuée en plusieurs temps. Tout d'abord il y a 120 000 à 140 000 ans un premier « grand lac » dit « Bourget-Grésivaudan », s'est formé à la suite de la troisième glaciation du quaternaire, appelée glaciation de Riss. Ce lac recouvrait la majeure partie du sillon alpin entre Seyssel au nord et Saint-Marcellin au sud-ouest, ainsi que la combe de Savoie jusqu'à Albertville à l'est, et la vallée du Rhône jusqu'à Yenne, à l'ouest. Il recouvrait une surface de 1 000 km2 (contre 44,5 actuellement), avait une longueur de 140 kilomètres (18) et une cote de 360 mètres (231,5).

Il y a 70 000 ans, sa dimension devint proche de la dimension actuelle, mais à une cote de 270 mètres.

Puis, lors de la glaciation de Würm, les glaciers du Rhône et de l'Isère s'affrontèrent et creusèrent la dépression du val du Bourget, sur une longueur de 50 kilomètres, entre Seyssel, Yenne et Challes-les-Eaux. Cette dépression fut occupée par un nouveau lac à la suite de la fonte des glaciers, vers -30 000 ans.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

D’un volume de 3,6 milliards de mètres cubes d’eau, soit l’équivalent de l’ensemble de la consommation annuelle domestique de France[note 1], le lac servait, jusqu’à la construction d’un barrage en 1982, de déversoir naturel pour les crues du Rhône, qui serpente par-delà les marais de Chautagne, situés au nord. Cette régulation, désormais volontaire, existe toujours et le niveau du lac varie (d'un mètre environ) selon la saison.

Le lac est principalement alimenté au sud par les eaux de la Leysse, et, à l'est, par celles du Tillet et du Sierroz. Les eaux de la Leysse mettent de sept à dix ans pour traverser le lac et arriver jusqu’au Rhône. Lors des périodes de crue du Rhône, le cours du canal de Savières, exutoire du lac, peut s'inverser, et des eaux du Rhône viennent alors remplir en partie le lac. Ces eaux denses en sédiments (eaux de crue) et plus froides ne se mélangent pas à celle du lac, et coulent sur son fond, y déposant des argiles témoins de cette invasion. D'une façon plus générale, le Lac du Bourget présente une assez forte stratification de ses eaux, et son régime est celui d'un lac méromictique.

Avec plusieurs milliers d'habitants auxquels s'ajoutent des dizaines de milliers de touristes, la qualité de l'eau s'était progressivement dégradée pour aboutir dans les années 1950 à 1970 à un phénomène majeur d'eutrophisation[4], car le lac à l'époque était le déversoir naturel de toutes les canalisations d'égouts, avec en particulier, celles de Chambéry et d'Aix-les-Bains. Les nombreux engins à moteur de l'époque étaient aussi très polluants, crachaient leurs fumées qui se dissolvaient en partie dans les eaux et relâchaient de l'huile qui se retrouvait aussi dans le lac. Ils faisaient beaucoup de bruit et généraient une nuisance sonore dommageable aux oiseaux et aux petits mammifères. Une action de dépollution est engagée depuis le milieu des années 1970, afin de réduire l'eutrophisation du lac, l'objectif étant d'arriver aux mêmes résultats que pour le Lac d'Annecy.

Des stations d'épurations ont été agrandies : celle d'Aix-les-Bains en 1976 puis en 1999, celle de Chambéry en 1977 et 2001[5]. Les rivières comme le Tillet ou le Sierroz ont ainsi été assainies, améliorant au passage la qualité des eaux du lac et la régénération des espèces aquatiques.

Le problème restant est alors celui des eaux épurées. Leur traitement chimique leur donne une propreté suffisante à un rejet dans un cours d'eau, mais pas à une station de sept à dix ans dans un lac. La solution adoptée est le creusement d'une galerie de 12,2 kilomètres passant sous la chaîne de l'Épine, d'une section de cinq mètres carrés et de dix mètres de dénivelé total, rejetant environ 800 L⋅s-1 dans le Rhône à La Balme[5],[6].

Le tunnel est mis en place en janvier 1981. Les communes riveraines de l'exutoire (Brégnier-Cordon, La Balme, Champagneux) et les associations de pêcheurs dénoncent une eutrophisation croissante du Rhône en ce lieu, eutrophisation que le CISALB (Comité intersyndical pour l'assainissement du Lac du Bourget) ne conteste pas mais qu'il attribue à d'autres causes que les rejets dus au tunnel car les traces en sont visibles aussi bien en amont qu'en aval de l'exutoire[7]. L'eau épurée est considérée comme traitée à 90 %, ce qui, sur un bassin de 360 000 équivalent-habitants, représente une pollution subsistante correspondant à 36 000 équivalent-habitants ; le CISALB, lui, considère un taux de traitement de 96 % (en 2012), ce qui correspond à 14 400 équivalent-habitants de pollution subsistante[8]. René Padernoz, conseiller général d'Yenne, dénonce en 2012 des concentrations excessives en nickel, phosphore, métaux lourds ; la mise en place du nouvel étage de la station de Chambéry est censée avoir fait disparaître ce genre de pollution depuis mai 2011[9].

En conséquence de cette enquête publique, un arrêté préfectoral est publié le 29 août 2013, autorisant la poursuite des rejets dans le Rhône, sous réserve de prélèvements à réaliser mensuellement, durant deux années minimum, dans le Rhône, par le CISALB[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Lac du Bourget possède plusieurs exemples de "cité lacustre", villages préhistoriques du Néolithique et de l'âge du bronze final. Certains sont connus depuis 1856 et d'autres ont été révélés par les recherches récentes du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Ministère de la Culture). Une salle entière du Musée savoisien à Chambéry est consacrée aux artisans du lac du Bourget à l'âge du bronze[11].

Durant l’antiquité romaine, le Lac du Bourget était une importante voie navigable. Appelé lac de Châtillon (un château de Chautagne qui contrôle la voie navigable vers Lyon), il ne prendra la dénomination de lac du Bourget qu’au XIIIe siècle[12].

Dans le passé, la ville d'Aix-les-Bains fut très présente dans les sports mécaniques et ce grâce au circuit du lac d'Aix-les-Bains. Celui-ci était tracé au bord du lac du Bourget. Long de 2 400 mètres, il se situait autour de l’endroit où se trouve actuellement le carrefour du Lac. C'était le seul circuit automobile de Savoie. Il attirait des pilotes et des spectateurs locaux[13] mais aussi de Suisse et d'Italie voire d'Angleterre. On peut également visiter à Aix-les-Bains des vestiges des cités lacustres du Lac du Bourget en se rendant au Musée Lapidaire.

L’environnement et la nature[modifier | modifier le code]

Ancienne installation de chasse, aujourd'hui poste d'observation pour les oiseaux.

Le lac est d'un intérêt écologique majeur et constitue un élément important du patrimoine naturel français. Entre Préalpes et haute montagne, il abrite un grand nombre d'espèces de poissons et d'oiseaux, et pour certains d'entre eux, il est un havre de repos majeur dans leur couloir de migration.

Grâce à sa masse d'eau colossale d'une part, aux parois rocheuses et aux dalles calcaires de ses abords immédiats d'autre part, les conditions climatiques sont adoucies. De ce fait, il y a à certains endroits un climat presque provençal, permettant à quelques espèces végétales et animales méditerranéennes de prospérer. On peut ainsi y admirer l'érable de Montpellier, le figuier, le buis, l’érable à feuilles d'obier, le chêne pubescent et les cheveux de Vénus (petites fougères).

Encore presque à l'état sauvage à certains endroits, le lac du Bourget est un important couloir de migrations et un havre de paix pour de nombreux oiseaux. On peut rencontrer sur le lac, outre le canard colvert et la poule d'eau, le cygne tuberculé, la foulque macroule, le fuligule morillon, le blongios nain, l'avocette élégante, le harle bièvre, etc...Les versants autour du lac sont aussi le territoire de grands rapaces tels le milan noir, le faucon pèlerin et le hibou grand-duc.

Le 2 avril 2008, les préfets de Savoie et de Haute-Savoie ont interdit par arrêté la pêche (pour consommation et commercialisation) de l'omble chevalier (Salvelinus alpinus) dans le lac du Bourget, en raison de taux très élevés de Polychlorobiphényles (PCB) et dioxines «supérieure aux normes réglementaires pour deux poissons issus du lac, les rendant impropres à la consommation humaine et animale»[14] (la pêche sans consommation du poisson reste autorisée, ainsi que la baignade et les sports nautiques, car la solubilité des PCB est faible dans l’eau).

Les roselières du Lac du Bourget[modifier | modifier le code]

Au sud, une vaste roselière appartenant au Conservatoire du littoral a été réaménagée, la zone située à la pointe sud du lac (domaine de Buttet et marais des Aigrettes) étant ainsi préservée de toute espèce d'agression. La tortue cistude, auparavant indigène mais qui avait disparu des rives du lac, a été réintroduite avec succès en l'an 2000 et y trouve un hébergement salutaire.

Des fascines végétales (fagots de branches compactées servant de barrières anti-houle) ont été implantées afin de « casser » l'énergie des vagues et protéger la végétation. La FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) y a aussi installé deux observatoires pour scruter le marais. Les îlots rocheux sont aussi protégés, et offrent une halte pour les oiseaux migrateurs et un lieu de nidification privilégié.

Les roseaux offrent également des abris aux oiseaux tels que le Martin-pêcheur d'Europe, le grèbe huppé, le courlis cendré, le canard nette rousse.

Les roselières sont aussi essentielles pour la survie et la reproduction de nombreux poissons, comme ceux de bas-fond tels que le brochet, le gardon, le poisson-chat, la perche, la carpe, la blennie. Dans les grands-fonds vivent l'omble chevalier, le lavaret, la truite de lac, la lotte de rivière et le silure. Ces poissons peuvent être admirés dans l'aquarium d'Aix-les-Bains.

Les saules blancs qui bordent les roselières font le bonheur des castors. En limite (écotone) des roselières se développent aussi l'herbier de potamots qui prolonge les roselières, avec les charas (algues archaïques, dures et rêches car riches en minéraux. elles forment de bons abris pour les alevins), particulièrement appréciées des brochets et terrain de chasse favori des canards.

Aquarium du Lac du Bourget[modifier | modifier le code]

Vue ouest côté lac de l’aquarium.

L'Aquarium du Lac du Bourget, connu également sous le nom d'Aquarium d'Aix-les-Bains, se situe en bordure du lac du Bourget à Aix-les-Bains dans le département de la Savoie. C'est un aquarium public implanté sur la ville d'Aix-les-Bains. Cet aquarium thématique est essentiellement centré sur les espèces aquatiques du Lac du Bourget et de ses environs. On y présente 40 espèces de poissons d'eau douce. L'Aquarium du lac du Bourget permet la conservation des espèces locales telles que les truites, les ombles chevaliers, les carpes

Cet établissement est surtout spécialisé dans les poissons d'eau douce. L'aquarium du Lac du Bourget[15] permet non seulement d'aider à la conservation de la faune locale mais également d'effectuer un travail de prévention et d'éducation lors des visites.

La navigation sur le lac[modifier | modifier le code]

Des croisières au départ du Bourget-du-Lac ou d'Aix-les-Bains sont organisées pendant la période estivale par des compagnies privées de navigation. La navigation de plaisance ou sportive est également fort prisée, à partir des nombreux ports implantés le long du lac.

Il est prudent de se méfier de La Traverse, vent thermique soufflant de manière imprévisible et parfois avec violence sur les rives sud du lac. Ce vent d'Ouest passe au-dessus de la montagne du Chat en fin d'après-midi et traverse le lac — d'où son nom — en surprenant navigateurs et véliplanchistes.

Le championnat du monde des 49er a été organisé sur le lac, au départ d'Aix-les-Bains, du 4 au 11 juin 2006.

Les bases de loisirs et les ports[modifier | modifier le code]

Port de Bourdeau.

Le Lac du Bourget est doté de nombreux ports tels que :

Il faut préciser pour Aix-les-Bains que le « Petit port » et le « Grand port » constituent à eux deux le port aixois, qui est le plus vaste port d’eau douce de France avec mille cinq cent anneaux[16] ; c'est un lieu privilégié des plaisanciers du lac, les bateaux trouvant un emplacement estival ou annuel. Chaque année se déroule la fête du Nautisme. Cet évènement présente des bateaux anciens venant de tous horizons, un marché professionnel, des démonstrations ainsi que des spectacles.

Les débarcadères[modifier | modifier le code]

Aix-Les-Bains, Le Bourget-Du-Lac, Chanaz, Lavours, Portout-Chanaz et l'Abbaye d'Hautecombe

Compagnie des Bateaux du Lac du Bourget et du Haut-Rhône[modifier | modifier le code]

La compagnie dispose d'une flotte de 6 bateaux promenades dont la capacité d'accueil varie entre 75 et 200 places. Parmi ceux-ci trois font également office de restaurant. Un large choix de croisières sur le lac du Bourget et le canal de Savières est proposé. Des départs sont organisés depuis différents embarcadères, soit depuis Aix-les-Bains, Le Bourget-du-Lac, Chanaz ou encore Lavours. Les principaux parcours proposés sont les tours du lac, la navigation sur le Canal de Savières, mais aussi l'Abbaye de Hautecombe ou une simple traversée depuis la commune d'Aix-les-Bains en direction de la commune du Bourget-du-Lac qui est le village, à présent une ville, ayant donné son nom au Lac[17].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Lac du Bourget est un lieu touristique très prisé l'été, grâce aux plages (certaines sont payantes en juillet-août) et autres activités nautiques (navigation à voile, ski nautique, plongée). La température de l'eau est régulièrement mesurée entre 20 et 25 °C l'été.

La rive Ouest, de par la raideur des pentes, est restée sauvage entre l'abbaye royale d'Hautecombe au Nord et Bourdeau et le Bourget-du-Lac au Sud. Aucune route de rive ne rejoint ces deux lieux autrement que par la crête. La grotte de Lamartine se situe également sur cette rive, au pied de l'Épine.

L'abbaye d'Hautecombe d'après une gravure de 1860.

La rive Est est à l'inverse urbanisée depuis (Aix-les-Bains) et est aménagée tout au long de la route et de la voie de chemin de fer dans sa partie Nord-Est. De nombreux restaurants et boîtes de nuit y sont implantés (surtout partie sud-est). Par contre il y a très peu d'appropriation privée des berges au contraire des autres grands lacs alpins.

L'abbaye royale d'Hautecombe, la « Saint-Denis » savoyarde, veille sur les tombeaux des souverains de la Maison de Savoie. Restaurée au XIXe siècle, elle se visite l'été, exceptée la zone hébergeant encore quelques moines. On y trouve notamment plus de 300 statues en marbre de Carrare ou en pierre douce de Seyssel. Elle est actuellement gérée par la Communauté du Chemin Neuf.

Le château de Thomas II, construit au XIIIe siècle mais actuellement en ruine, est situé à l'embouchure de la Leysse. Il eut ses heures de gloire entre le XIIIe et le XVe siècle, lorsque la Maison de Savoie en fit sa résidence principale.

Tout proche, le prieuré du Bourget-du-Lac, son jardin — dont les ifs sont taillés pour former les pièces d'un échiquier géant — et l'église Saint-Laurent, méritent de s'y arrêter.

Le lac peut aussi s'admirer de haut, soit du belvédère de la montagne de Chambotte, ou des points de vue du Revard et du relais du Mont du Chat (ou mieux, à quelques centaines de mètres à pied, du point de vue à 360 ° du Mollard noir).

Les animations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Le Festival Rock Musilac à Aix-les-Bains (juillet).
  • Le Navig'Aix à Aix-les-Bains (août).

Les plages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des plages du lac du Bourget.

De nombreuses plages sont aménagées sur les rives du Lac du Bourget telles que la plage du Lido, la plage des Mottets, la plage de l'Ile aux cygnes, la plage municipale du Bourget du Lac, la plage du Rowing, la plage municipale d'Aix les Bains, la plage de Mémars, la plage de la Pointe de l'Ardre, la plage de Châtillon, la plage de la Chatière et enfin la base de loisirs de Chanaz[18].

Expression artistique[modifier | modifier le code]

Le 7e art[modifier | modifier le code]

Filmographie non exhaustive portant sur les tournages ayant eu lieu sur le site du Lac du Bourget.

  • Le Vélo de Ghislain Lambert, film franco-belge sorti en 2001 réalisé par Philippe Harel : une arrivée d'une étape cycliste, présente dans le film, fut tournée à Aix-les-Bains sur l'esplanade et près de la plage de Mémards.
  • Mon petit doigt m'a dit..., film français de Pascal Thomas sorti en 2005, d'après le roman d'Agatha Christie. Une grande partie du film est tourné le long du lac sur la route et dans plusieurs propriétés le bordant.

Littérature[modifier | modifier le code]

Alphonse de Lamartine a laissé une trace indélébile de son séjour au bord du Lac du Bourget. Il est alors âgé de 26 ans et vient en Savoie soigner des troubles hépatiques.

Il passe le mois d'octobre 1816 à Aix-les-Bains, où il rencontre Julie Charles, en convalescence pour tuberculose. Les deux jeunes gens se plaisent à flâner ensemble au bord du Lac du Bourget. L'été suivant, Julie, trop souffrante, ne peut rejoindre le poète devenu très amoureux, qui, désespéré, écrivit plusieurs poèmes, dont Le Lac, un de ses plus grands chefs-d'œuvre.

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours ! »

En 1826, longtemps après le décès de son grand amour, Julie, il évoque dans Le Retour, une épître en vers à la gloire de Xavier de Maistre, cette terre de Savoie qu'il porte désormais dans son cœur et où le souvenir de celle qu'il a tant aimée rend éclatant le paysage :

Le lac.

« Où l'amour disparu dans l'ombre du trépas
Laisse partout pour moi l'empreinte de ses pas
Et colore à mes yeux vos flots et vos collines
Ou d'un deuil éternel, ou de splendeurs divines.
(Alphonse de Lamartine, "Le Retour".) »

S'adressant à Xavier de Maistre il dit encore :

« J'habitai plus que toi ces fortunés rivages,
J'adorai, j'aime encore ces monts coiffés d'orages,
Où la simplicité des âmes et des mœurs
Garde aux vieilles vertus l'asile de vos cœurs.
(Alphonse de Lamartine, "Le Retour".) »

Honoré de Balzac a donné une description romantique et précise du Lac du Bourget dans son roman la Peau de chagrin en 1831.

« Le Lac du Bourget est une vaste coupe de montagnes tout ébréchée où brille, à sept ou huit cents pieds au−dessus de la Méditerranée, une goutte d'eau bleue comme ne l'est aucune eau dans le monde. Vu du haut de la Dent−du−Chat, ce lac est là comme une turquoise égarée. Cette jolie goutte d'eau a neuf lieues de contour, et dans certains endroits près de cinq cents pieds de profondeur. Être là dans une barque au milieu de cette nappe par un beau ciel, n'entendre que le bruit des rames, ne voir à l'horizon que des montagnes nuageuses, admirer les neiges étincelantes de la Maurienne française, passer tour à tour des blocs de granit vêtus de velours par des fougères ou par des arbustes nains, à de riantes collines ; d'un côté le désert de l'autre une riche nature ; un pauvre assistant au dîner d'un riche ; ces harmonies et ces discordances composent un spectacle où tout est grand, où tout est petit. L'aspect des montagnes change les conditions de l'optique et de la perspective : un sapin de cent pieds vous semble un roseau, de larges vallées vous apparaissent étroites autant que des sentiers. Ce lac est le seul où l'on puisse faire une confidence de cœur à cœur. On y pense et on y aime. En aucun endroit vous ne rencontreriez une plus belle entente entre l'eau, le ciel, les montagnes et la terre. Il s'y trouve des baumes pour toutes les crises de la vie. Ce lieu garde le secret des douleurs, il les console les amoindrit, et jette dans l'amour je ne sais quoi de grave, de recueilli, qui rend la passion plus profonde, plus pure. Un baiser s'y agrandit. Mais c'est surtout le lac des souvenirs ; il les favorise en leur donnant la teinte de ses ondes, miroir où tout vient se réfléchir. Raphaël ne supportait son fardeau qu'au milieu de ce beau paysage, il y pouvait rester indolent, songeur, et sans désirs. Après la visite du docteur, il alla se promener et se fit débarquer à la pointe déserte d'une jolie colline sur laquelle est situé le village de Saint−Innocent. De cette espèce de promontoire, la vue embrasse les monts de Bugey, au pied desquels coule le Rhône, et le fond du lac ; mais de là Raphaël aimait à contempler, sur la rive opposée, l'abbaye mélancolique de Haute−Combe, sépulture des rois de Sardaigne prosternés devant les montagnes comme des pèlerins arrivés au terme de leur voyage. »

Alexandre Dumas père vint séjourner à Aix-les-Bains, en 1832. Il quitta durant cet été Paris où il faillit être victime du choléra. En quelques lignes, il écrira l'impression que lui firent les lacs de Savoie et tout particulièrement le Lac du Bourget.

« Dix minutes après, nous étions au lac du Bourget[…]C'est vraiment une merveille que les lacs de Savoie avec leurs eaux bleues et transparentes qui laissent voir le fond à quatre-vingts pieds de profondeur. Il faut être arrivé sur leurs bords, encore tout pollués des bains de notre Seine bourbeuse, pour se faire une idée de la volupté avec laquelle nous nous précipitâmes dans le lac du Bourget[…]J'errais cet été sur un chemin savoyard qui domine la rive droite du lac du Bourget, et le regard flottant sur cette masse d'eau miroitante et bleue d'un bleu unique pâle, enduit de lueurs glissantes par le soleil déclinant, je sentais en mon cœur remuer cette tendresse que j'ai depuis l'enfance pour la surface des lacs, des fleuves et de la mer[19]... »

Peinture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lac du Bourget dans la peinture.

Le Lac du Bourget, entouré de ses montagnes et de son environnement romantique et sauvage, a inspiré de nombreux peintres de sensibilités différentes, mais attirés par cette lumière particulière, changeante et se reflétant dans les eaux.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Lac du Bourget, plus grand lac naturel de France. Guide conçu en 1990 par l'association la Maison du Lac du Bourget ; le secrétariat régional du patrimoine naturel et patrimoine Rhône-Alpin. (ISBN 2908010C[à vérifier : ISBN invalide])
  • Johannès Pallière, Le Lac du Bourget : Lac majeur de France, La Fontaine de Siloé,‎ 2003 (ISBN 978-2-8420-6234-7), 463 pages.
  • Raymond Castel et Élisabeth André, Le lac du Bourget : 50 ans de recherches archéologiques, 5000 ans d'histoire, La Fontaine de Siloé,‎ 2004 (ISBN 2-84206-241-8), 256 pages.
  • Christian Pignol, Enquête publique relative à la demande d'autorisation de rejets dans le Rhône, Chambéry, Préfecture de la Savoie,‎ 2013 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2009, la consommation domestique moyenne d'un Français est de 54,7 m3⋅an[2] et la population française de 64,7 millions d'habitants[3] ; le produit de ces deux nombre donne 54.7*64.7*10^6=3.54*10^9 m^3.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Bourdier, « La cluse de Chambéry pendant le quaternaire », dans Les Études rhodaniennes, volume 15 n°1-3, 1939, pages 101à 118 ; page 115.
  2. « Consommation d’eau par foyer en France », sur http://www.eaufrance.fr/ (consulté le 24 septembre 2013).
  3. Anne Pla & Catherine Beaumel, « Bilan démographique 2009 », sur http://www.insee.fr, INSEE,‎ 1er janvier 2010 (consulté le 24 septembre 2013).
  4. École nationale des ponts et chaussées par l'équipe spécialisée LACS du CEREVE
  5. a et b Christian Pignol 2013, « I - Généralités », p. 1.
  6. « Station d'épuration des eaux usées (STEP) », sur http://www.agglo-lacdubourget.fr, Communauté d'agglomération du Lac du Bourget (consulté le 24 septembre 2013).
  7. Christian Pignol 2013, « III - Analyse des observations formulées durant l'enquête publique », p. 3.
  8. Christian Pignol 2013, « III - Analyse des observations formulées durant l'enquête publique », p. 4.
  9. Christian Pignol 2013, « III - Analyse des observations formulées durant l'enquête publique », p. 6 et 7.
  10. Éric Jalon, « Arrêté préfectoral N°2013-840 du 29 août 2013 », sur http://www.cisalb.com, CISALB,‎ 29 août 2013 (consulté le 24 septembre 2013).
  11. Le lac du Bourget, 50 ans de recherches archéologiques, 5 000 ans d'histoire. Édité en 2004 par La Fontaine de Siloé sous la direction de Raymond Castel et avec le concours d'Élisabeth André.
  12. Le Dauphiné libéré du 1er février 2008, édition 73A.
  13. Les affiches originales du Circuit du lac d'Aix les Bains
  14. Arrêté préfectoral du 2 avril 2008
  15. Site officiel de l'Aquarium du lac du Bourget
  16. La radio-télévision publique belge La RTBF et son émission Vivacité
  17. Site officiel de la Compagnie des Bateaux du Lac du Bourget et du Haut-Rhône
  18. Site officiel de la CALB Carte des plages du Lac du Bourget
  19. Journal le Dauphiné libéré publié le 13/08/2008 p.11