Latinisation des noms de savants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La latinisation des noms de savants est une pratique du Moyen Âge tardif et de la Renaissance consistant à conférer au nom des savants de l'époque ou antérieurs une résonance latine.

Exemples[modifier | modifier le code]

Nom d'origine Nom francisé Nom latinisé
Giulio Cesare Aranzio - Arantius
Georg Bauer (ou Pawer) - Georgius Agricola
Beat Bild - Beatus Rhenanus
Henry Blackwood Henri Blacuod Henricus Blacuodæus
Christopher Clau - Christophorus Clavius
Jacques Dubois Jacques Dubois Jacobus Sylvius
fils de Gerhard[1] Érasme Desiderius Erasmus Roterodamus
Charles Estienne Charles Estienne Carolus Stephanus
Girolamo Fabrizi d'Acquapendente Jérôme Fabrice Hieronymus Fabricius
Gabriele Falloppio Gabriel Fallope Fallopius
Girolamo Fracastoro Jérôme Fracastor Hieronymus Fracastorius
Huig de Groot Hugo de Groot Hugo Grotius
Guido Guidi - Vidius
Pierre Hérigone Pierre Hérigone Petrus Herigonus
Cornelius Jansen Corneille Jansen Jansenius
Carl von Linné Carl von Linné Carolus Linnæus
Johanes Koler - Cholerus
Gehrard Kremer - Gerardus Mercator[2]
Charles de L'Écluse Charles de L'Écluse Carolus Clusius
Jan Jonston Jean Jonston Joannes Jonstonus
Joost Lips Juste Lipse Justus Lipsius
Fernão de Magalhães Magellan Magellanus
Mondino de' Liuzzi Mondin Mondinus
Otmar Nachtgall - Luscinius
Pieter Pauw - Pavius
Olof Rudbeck Olof Rudbeck Olaus Johannis Rudbeckius
Costanzo Varolio Constant Varole Constantius Varolius
Andries van Wesel André Vésale Andreas Vesalius
Martin Waldseemüller Martin Waldseemüller Hilacomilus
Mathias Ringmann Mathias Ringmann Philesius Vogesigena
Michel de Nostredame Michel de Nostredame Nostradamus
Mikołaj Kopernik Nicolas Copernic Nicolaus Copernicus
Jan Amos Komenský Comenius Comenius
Georg Joachim von Lauchen Georg Joachim Rheticus Rheticus
Johannes Müller von Königsberg Regiomontanus

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Molière a usé de ces noms latinisés. Ainsi dans Les Femmes savantes (1672), il utilise le nom de Vadius pour tourner en ridicule le pédantisme de certains savants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armand Hoog, Préface de L'Éloge de la Folie, 1941, pp.VII-VIII.
  2. Ne pas confondre ce géographe flamand avec le mathématicien Nicolaus Kaufmann (1620-1687) dont le nom est aussi transcrit en Mercator.