Verchaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verchaix
Verchaix
La mairie de Verchaix.
Blason de Verchaix
Blason
Verchaix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Intercommunalité Communauté de communes des Montagnes du Giffre
Maire
Mandat
Joël Vaudey
2020-2026
Code postal 74440
Code commune 74294
Démographie
Gentilé Lhottis ou Lottis
Population
municipale
755 hab. (2018 en augmentation de 12,69 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 50″ nord, 6° 40′ 37″ est
Altitude Min. 654 m
Max. 2 092 m
Superficie 15,89 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Samoëns
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Cluses
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Verchaix
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Verchaix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verchaix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verchaix

Verchaix est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village familial savoyard fleuri, placé sur le versant ensoleillé en rive droite de la vallée du Giffre (il est perché sur un petit plateau à 788 m d'altitude), Verchaix est à proximité des grands axes touristiques alpestres : Annecy à 60 km, Genève à 50 km et Cluses à 18 km.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verchaix est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Samoëns, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 3 872 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (27,4 %), zones urbanisées (5 %), zones agricoles hétérogènes (3,4 %), terres arables (1,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est dérivé de la « hotte » permettant de monter du bas vers le haut la terre des terrains[10].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Varshé, selon la graphie de Conflans[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de vignobles semble expliquer le nom de Verchaix car les vignerons montaient vers les chais pour ranger leurs outils.

En 1629, la peste ravage la région.

Entre 1690 à 1696, le duché de Savoie est occupé par les armées françaises de Louis XIV.

Verchaix obtient son autonomie par rapport à Samoëns en 1779 en fondant sa paroisse.

Entre 1743 à 1748, le duché de Savoie est occupé par les armées espagnoles.

Pendant la Révolution française, les troupes révolutionnaires envahissent la Savoie en 1792 et la constitue 84e département français sous le nom de département du Mont-Blanc.

En 1815, le duché de Savoie, est réintégré dans les États de Savoie.

En 1860, la Savoie est rattachée à la France à la suite d'un référendum.

Le village est devenu une commune distincte sous le second empire, le  ; c'est alors que ses limites furent fixées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Régis Buchs    
mars 2001 mars 2008 Yvon Denambride   garagiste
mars 2008 mars 2014 Gérald Roullet    
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Joël Vaudey    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Lhottis (terme dérivé de la lhotte qui servait à ramasser les raisins ou à remonter la terre du bas des champs vers leurs sommets).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 755 habitants[Note 2], en augmentation de 12,69 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
438414436438405419379339335
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
316286271236211212188218215
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 -
219296391558636668737755-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

Panneaux d'entrée de Verchaix.

En 2014, la commune de Verchaix bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Verchaix

Les armes de Verchaix se blasonnent ainsi :

Parti ; au premier d'azur à une hotte d'or, au second d'argent à un sapin de sinople terrassé du même, le tout sommé d'un chef palé d'or et de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Samoëns », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  10. Alexandra Collomb, « Ces drôles de noms d'habitants », Le Messager (France),‎ (Article consulté le 5 septembre 2012).
  11. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 15
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).