La Rivière-Enverse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rivière.
La Rivière-Enverse
Mairie de La Rivière-Enverse.
Mairie de La Rivière-Enverse.
Blason de La Rivière-Enverse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Cluses
Intercommunalité CC des Montagnes du Giffre
Maire
Mandat
Éric Anthoine
2014-2020
Code postal 74440
Code commune 74223
Démographie
Population
municipale
457 hab. (2015 en augmentation de 1,33 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 37″ nord, 6° 38′ 14″ est
Altitude Min. 619 m
Max. 1 320 m
Superficie 7,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Rivière-Enverse

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Rivière-Enverse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rivière-Enverse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rivière-Enverse

La Rivière-Enverse est une commune française rurale de montagne, située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du massif des Alpes. Ses habitants sont les Riverotes et les Riverots[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Rivière-Enverse est située dans la vallée du Haut-Giffre, entre Châtillon-sur-Cluses et Morillon. La ville la plus proche est Cluses, située à six kilomètres de la commune. La Rivière-Enverse a une superficie d'environ huit kilomètres à une altitude comprise entre 619 et 1 320 mètres. Deux ruisseaux passent sur la commune : ce sont les ruisseaux des Verneys et de Chessinsont. La pointe de Chevran est à environ trois kilomètres de la commune[2]. La Rivière-Enverse a connu une tempête en novembre 1982. En février 1990 et juillet 1992, elle a également subi des inondations et coulées de boue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châtillon-sur-Cluses Taninges Verchaix Rose des vents
N Morillon
O    La Rivière-Enverse    E
S
Saint-Sigismond Arâches-la-Frasse

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit La Rvîre, selon la graphie de Conflans[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1738, puis la paroisse en 1770. L'église fut construite à Mortier. Le cadastre est fixé en 1738, il est archivé à Annecy. En 1793, la commune s'appelait Rivierre. Elle prit le nom de Rivière-en-Verse en 1801.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 125 pour la commune[6],[7]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 ... Jacky Dunand ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 457 habitants[Note 2], en augmentation de 1,33 % par rapport à 2010 (Haute-Savoie : +7,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
813 850 855 825 780 866 722 713 719
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
720 681 606 596 562 565 542 530 506
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
460 426 394 379 358 355 293 278 256
1982 1990 1999 2006 2011 2015 - - -
254 281 393 442 447 457 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

À l'origine agricole, l'économie du village compte de nombreux artistes ou artisans tels que des sculpteurs, des potiers et peintre d'icônes. La population a augmenté d'environ 80 % au cours des trente dernières années.

AOC[modifier | modifier le code]

Parmi les produits AOC sur le territoire, on trouve le chevrotin, le reblochon, l'abondance et le gruyère.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Henriod (1763-1825), général des armées de la République et de l'Empire est né dans cette commune. Il avait été nommé baron d'empire par Napoléon en 1810, puis fait général de brigade l'année suivante[13].

Monument et lieux de spiritualité[modifier | modifier le code]

Église de La Rivière-Enverse.
  • Église Saint-Pierre, église baroque, a été construite par Faucignerand Pierre Cheneval sur un plan en trèfle[14]. Son clocher est couvert en fer blanc[15]. Le retable de l'église a été restauré à la suite de détériorations dues à des xylophages qui s'étaient installées dans les boisures[16].
  • Maison forte de Cellières (attestée)
  • La grotte, qui se trouve au lieu-dit les Vagnys, lieu où se tient au 15 août une messe en plein air.
  • La commune compte de nombreux oratoires, dont la chapelle de Nicodex[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[4],[5].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.carte-france.info/ville-74440-la-riviere-enverse/
  2. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-la-riviere-enverse.html
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 14
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  5. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 163.
  6. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 45-47.
  7. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 167.
  8. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 305.
  14. http://www.lemuseevirtueldespaysdesavoie.fr/pr_eglises.html
  15. http://www.culture.fr/recherche/?typeSearch=collection&SearchableText=La%20Rivi%E8re-Enverse&portal_type=CLT_Site_Note
  16. http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2011/02/15/restauration-du-retable-classe
  17. http://www.communes.com/rhone-alpes/haute-savoie/la-riviere-enverse_74440/