Thyez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thyez
L'église Saint-Théodule et son parvis.
L'église Saint-Théodule et son parvis.
Blason de Thyez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Cluses
Intercommunalité CC Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
Gilbert Catala
2014-2020
Code postal 74300
Code commune 74278
Démographie
Gentilé Thylons
Population
municipale
5 891 hab. (2014)
Densité 601 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 04″ nord, 6° 32′ 30″ est
Altitude Min. 475 m
Max. 1 347 m
Superficie 9,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Thyez

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Thyez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thyez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thyez
Liens
Site web thyez.net

Thyez (se prononce Thié[Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Thylons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement THY ou TYES (vraisemblablement d’étymologie celtique), autrefois « habitation », « sur les eaux » ou « au milieu des eaux ».

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit , selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Thyez était une petite agglomération gallo-romaine secondaire[5], dans la moitié du Ier siècle av. J.-C. jusqu’à la fin du IVe siècle, du type village-rue, le long de la voie romaine menant au col du Grand-Saint-Bernard, plusieurs indices laissent penser que cette voie stimulait l’activité du village. L’agglomération est plusieurs fois envahie par des crues importantes de l’Arve à cette période[6]. Deux inscriptions ont été découvertes à proximité de l'église au XIXe siècle, des dédicaces aux dieux Mars et Mercure, de même que des sépultures[7].

La paroisse possède une église datant vraisemblablement du XIIe siècle-XIIIe siècle[8], construite sur l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien.

La paroisse était une possession des Bénédictins de Contamine-sur-Arve[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thyez

Les armes de Thyez se blasonnent ainsi :

Palé d'argent et d'azur à la bande brochant de gueules chargée de trois coquilles d'or,accompagnée en chef d'une tour, sénestrée d'un pan de mur crénelé et ouvert d'un portique sous lequel était une étoile, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2008 Gérard Maure UDF ...
2008 en cours Gilbert Catala DVD ...

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 5 891 habitants, en augmentation de 4,69 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
453 415 420 630 840 829 831 806 796
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
805 788 784 803 778 768 721 732 666
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
568 609 584 538 507 665 950 1 281 1 935
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
3 117 4 109 4 873 5 421 5 717 5 891 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie se trouve dans l'ancien château de la crête.
  • Château de La Place (1420 attesté)
  • Châtel (indice)
  • Maison forte de Riddes (attesté)
  • La maison forte de Thyez, dit de Viuz ou de Salaz, se trouve à Viuz-en-Sallaz[14].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Thyez bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 15
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. Pierre Broise, « Antiquités gallo-romaine en Faucigny », Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève, no XVIII,‎ , p. 229.
  6. Emmanuel Ferber, « Le "village-rue" de Thyez durant l’Antiquité », Inrap, Rapport d’activités 2007, p. 30.
  7. Maxence Segard, Les Alpes occidentales romaines : développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne (Gaule narbonnaise, Italie, provinces alpines), Aix-en-Provence, Errance, , 287 p. (ISBN 978-2-877-72387-9), p. 65.
  8. Mentionnée en 1083 dans la dotation et la charge au prieuré de Comtamine-sur-Arve.
  9. Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 978-2-7171-0159-1), p. 260.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny - Château de Thyez (section) », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 192-193 (lire en ligne).
  15. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).