Henri Meschonnic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Meschonnic, né à Paris le 18 septembre 1932 et mort à Villejuif le 8 avril 2009, est un théoricien du langage, essayiste, traducteur et poète français.

Henri Meschonnic est régulièrement intervenu dans le Forum des langues du monde. Il fut président du Centre national des lettres, devenu en 1993 Centre national du livre[1].

Il a notamment été lauréat des prix Max-Jacob en 1972 et Mallarmé en 1986. Il a reçu à Strasbourg en 2005 le Prix de littérature francophone Jean Arp pour l'ensemble de son œuvre[2] et a été le lauréat du grand prix international de poésie Guillevic-ville de Saint-Malo en 2007[3]. Il fut membre de l'Académie Mallarmé depuis 1987.

Il a déposé ses archives à l’IMEC en 2007.

Une aventure intellectuelle[modifier | modifier le code]

Henri Meschonnic est né de parents juifs russes venus de Bessarabie en 1924. Enfant caché pendant la guerre, il poursuit des études de lettres. Il effectue lors de son service militaire en tant que sursitaire un passage de huit mois dans la guerre d’Algérie en 1960. Ses premiers poèmes en témoignent.

Linguiste, Henri Meschonnic enseigne d’abord à l’université de Lille de 1963 à 1968, puis il rejoint, en 1969, le Centre universitaire expérimental de Vincennes, pour participer à sa création, aux côtés de François Châtelet, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, Michel Foucault, Alain Badiou, Jacques Lacan, etc. ; il a enseigné durant de longues années la linguistique et la littérature à l’Université Paris VIII (jusqu’en 1997) ; il a été vice-président du Conseil scientifique de 1989 à 1993 et directeur de l’École doctorale « Disciplines du sens » qu’il avait fondée en 1990[4].

L’étude de l’hébreu appris pendant la guerre d'Algérie en autodidacte le mène à entreprendre des traductions bibliques, point de départ d’une réflexion à la fois sur le rythme et sur la théorie générale du langage et du problème poétique. Ce que montrent les deux premiers livres publiés ensemble, Les Cinq Rouleaux et Pour la poétique, en 1970.

Henri Meschonnic a proposé une anthropologie historique du langage qui engagerait la pensée du rythme "dans et par" l'historicité, l'oralité et la modernité du poème comme discours. La notion de sujet est vue comme l'activité spécifique d'un discours. Une série d'essais, depuis Pour la poétique jusqu'à Politique du rythme, Poétique du rythme en passant par Critique du rythme, Anthropologie historique du langage touchent à différentes disciplines, à partir de la littérature et de la théorie du langage. Le poème est assimilé à un opérateur éthique de valeur commun à tous les discours : le poème n'a plus à être confiné à un genre ou à une forme.[réf. nécessaire] La notion de rythme occupe une place centrale dans son œuvre. Il est le marqueur d'une subjectivation[réf. nécessaire] "dans et par le langage" (selon l'expression d'Émile Benveniste)[réf. nécessaire]. Son écoute mettrait ainsi en évidence le rapport continu entre langage, histoire et société[réf. nécessaire]. Dans une œuvre qui combine écriture poétique, traduction et essai, Meschonnic s'est affirmé en opposition à ce qu'il estimait être des académismes et notamment contre le structuralisme, s'appuyant notamment sur les propositions de Wilhelm von Humboldt[5], de Ferdinand de Saussure[6] et d'Émile Benveniste[7].

Comme théoricien de la traduction, Meschonnic a mis en avant l'historicité de la traduction. La traduction de textes bibliques l'a conduit à poser que bien des traductions sont des effaçantes soit de la langue-culture de l'original, soit de l'activité du traducteur.[réf. nécessaire] Il a synthétisé ses vues dès 1973 dans Pour la poétique II, Épistémologie de l’écriture, Poétique de la traduction et surtout, en 1999, dans Poétique du traduire mais la traduction est une préoccupation permanente dans la recherche de Henri Meschonnic, qui présente la traduction comme un acte critique.

De la poétique à l’anthropologie historique du langage[modifier | modifier le code]

Meschonnic, dans la suite de Roman Jakobson, a proposé une poétique qu'il requalifiera ultérieurement d'« anthropologie historique du langage ». La notion centrale de cette nouvelle poétique est la notion de rythme pour laquelle il a proposé plusieurs définitions. Alors que, traditionnellement, le rythme était défini par le retour régulier des mêmes éléments, Henri Meschonnic a étendu cette notion, en s'appuyant notamment sur le travail de Youri Tynianov, à l'ensemble des facteurs constructifs du vers : son accentuation, son organisation phonologique (Meschonnic parle de « prosodie »), mais aussi sa syntaxe et sa structure lexicale.

Le rythme a, chez Henri Meschonnic, une acception plus large encore puisqu'il en vient à désigner l'organisation générale d'un discours et l'activité du sujet producteur de ce discours : selon Meschonnic le rythme serait « l'organisation du mouvement de la parole par un sujet[8] ». Meschonnic reprend alors les recherches philologiques de Émile Benveniste[9] qui, à partir de Héraclite, déplatonise le rythme[10].

Comme chez Roman Jakobson, la poétique ne désigne plus pour Meschonnic une discipline analytique spécifique à la littérature : elle analyse l'ensemble des phénomènes à l'œuvre dans le discours, en général, et qui seraient à l'œuvre de façon optimale dans le poème. Le poème serait alors le « révélateur » de l'activité du sujet, de son appropriation du langage. Ce parti pris l'amène à développer, à partir de Critique du rythme (1982), la notion de « sémantique sérielle », généralisation du principe de la rime à l'ensemble des phonèmes d'un texte (ou discours).

En 1996, Meschonnic effectuera une tentative d'analyse sur un cycle de poèmes d'Apollinaire sur cette base, examinant le « trajet » de chaque phonème à l'intérieur du cycle pour en dégager des dominantes thématiques. À travers une série d'essais, depuis Pour la poétique jusqu'à Politique du rythme, Poétique du rythme, en passant par Critique du rythme, Anthropologie historique du langage, Henri Meschonnic a engagé un certain nombre de chantiers relevant de différentes disciplines : critique littéraire, lexicographie, linguistique, traductologie, philosophie et historiographie. L'œuvre la plus représentative de cet ensemble épistémologique est sans doute Le signe et le poème (1975) qui établit un parallèle entre la conception du signe linguistique dans la philosophie de Hegel et le statut du Juif « meurtrier du Christ » dans l'œuvre théologique du philosophe allemand.

Entre critique et polémique[modifier | modifier le code]

S'il s'est toujours défendu d'être "polémique"[11], la carrière de Henri Meschonnic n'en est pas moins marquée par une série de conflits ouverts avec quelques représentants du monde poétique, philosophique ou littéraire. En 1975, dans Le signe et le poème il fait une critique radicale de la phénoménologie de Husserl à Jacques Derrida et de sa prétention à accomplir la poésie (p. 471). La formule peut aller jusqu'à un certain rire qui prophétise une réception planétaire : "C'est en surfaisant que Derrida défait" et "Plus il déçoit, plus il triomphe" (p. 473) !

La brouille avec son collègue de l'Université de Vincennes et ami des Cahiers du chemin, le philosophe et poète Michel Deguy, était inévitable[non neutre] dans le prolongement de sa critique de la phénomélogie; toutefois il faut rappeler que c'est Meschonnic qui a introduit les Poèmes 1960-1970 (Poésie/Gallimard, 1973) de Michel Deguy, et proposé le texte liminaire de la revue Po&sie animée depuis lors par Michel Deguy.

En 2001, Célébration de la poésie dresse un panorama offensif de la poésie contemporaine en France. Si Yves Bonnefoy n'en a rien dit, Michel Deguy a qualifié Meschonnic de « serial killer » et Jean-Michel Maulpoix de « sycophante ». L'ouvrage est une charge contre la quasi-totalité des poètes contemporains de l'auteur. Il est parsemé d'inexactitudes et de propos tendancieux[Lesquels ?] : Yves Bonnefoy et Jacques Roubaud y sont désignés comme « deux mammouths naturalisés au Museum d’Histoire Naturelle de la poésie contemporaine », André du Bouchet a des « tics », Michel Deguy est un faiseur de « tours de bonneteau », Jacques Dupin meurt d’« amour de la poésie », Claude Royet-Journoud est un « adorateur » du blanc, Philippe Becq [sic] un « pince sans rire qui ne pince pas grand chose », chez Olivier Cadiot « le toc joue à feindre le toqué » dans une « oulipiteuse décalcomanie de dérivés qui font du surplace »… Meschonnic, comme l'a écrit Jean-Michel Maulpoix, a pris « soin de choisir le mot qui fait mal. »[réf. incomplète] Peut-on s'étonner que le livre ait suscité un vif débat dans le milieu littéraire ?[non neutre]

Meschonnic n'a vu, dans la réplique de Jean-Michel Maulpoix, que « vilenie » et « diffamation » et s'est expliqué sur ses motivations dans une réponse adressée à Jean-Michel Maulpoix : « Alors que depuis trente ans je construis une autre pensée du langage, et une 'poétique du rythme' […] tout cela est effacé. Le 'langage précis de la pensée', qui est dans la continuité de mon travail, a disparu. Les raisons des 'pourquoi' ont disparu, et 'réfléchir, argumenter', ce que je ne cesse de faire, a disparu. Mais il est dit qu'il n 'y a 'pas un mot' sur l'écriture de la poétisation que je critique, alors que justement il y a de nombreux exemples, étudiés dans leurs clichés. » (La Quinzaine littéraire no 824)

De tels dérapages avaient déjà eu lieu, notamment à l'endroit de Roland Barthes que le poéticien n'a pas hésité à qualifier de « pervers », faisant allusion à son homosexualité.[réf. nécessaire]

Mais c'est le philosophe Martin Heidegger que Henri Meschonnic dénonce avec le plus de force, cherchant à démontrer les continuités qui relient l'œuvre philosophique et les rapports de Heidegger avec le Parti national-socialiste. Il consacre deux ouvrages au philosophe allemand : Le langage Heidegger en 1990 et Heidegger ou le national-essentialisme en 2007.

D'autres auteurs moins connus, comme le spécialiste de Humboldt Jean Quillien, accusé d'académisme, et de ne rien comprendre à la pensée de Humboldt, rebelle aux catégories philosophiques, figurent également parmi ses « victimes ».[réf. nécessaire] Ceci dit, il ne faut pas oublier que c'est Meschonnic, plus que Quillien, qui a assuré un renouveau d'intérêt pour le travail de Humboldt en France, et lui qui avait soutenu la publication des livres en français du plus grand spécialiste de Humboldt à Berlin, Jürgen Trabant qui, pour sa part, voit dans le travail de Meschonnic un véritable prolongement de l'éthnolinguistique au sens humboldtien.

Mais pour comprendre ses positions il est cependant toujours préférable de lire en premier lieu les réponses et explications qu'Henri Meschonnic donne dans ses entretiens. Comme celui qu'il donne au sujet de Célébration de la poésie qui replace le point de vue à partir de son questionnement central à savoir le fonctionnement de la langue[12].

Traduction de la Bible[modifier | modifier le code]

Mais c'est surtout à partir de son expérience de traducteur de la Bible[13] et de poète que Meschonnic engage une « anthropologie historique du langage » comme « critique du rythme ». C'est parce que l'hébreu biblique ne connaît pas l'opposition vers/prose (voir l'introduction de Gloires, traduction des Psaumes), que le traducteur confronté à une recherche d'un système répondant au système accentuel de la massore[réf. nécessaire] (transcription réalisée par les Massorètes), théorise le rythme comme "sujet du poème", c'est-à-dire "organisation prosodique-rythmique du texte".

L’œuvre poétique[modifier | modifier le code]

L'œuvre poétique de Henri Meschonnic commence par des « poèmes d'Algérie » publiés dans la revue Europe en janvier 1962, mais c'est surtout avec Dédicaces proverbes (prix Max-Jacob, 1972) qui comporte quatre pages liminaires que commence l'aventure d'un « langage qui n'a plus rien à faire de la distinction utile ailleurs entre dire et agir, qui n'a plus rien à faire de l'opposition entre l'individuel et le social, entre la parole et la langue ». Aussi tous les livres qui suivent sont-ils tous à considérer comme autant de poèmes en cours participant à une seule et même aventure, « ni confession, ni convention », hors de tout « psittacisme formaliste ».

Publications (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire du français contemporain, (collaboration), Larousse, 1967.
  • Pour la poétique, Gallimard, 1970.
  • Pour la poétique II, Épistémologie de l’écriture, Poétique de la traduction, Gallimard, 1973.
  • Pour la poétique III, Une parole écriture, Gallimard, 1973.
  • Le Signe et le poème, Gallimard, 1975.
  • Écrire Hugo, Pour la poétique IV (2 vol.), Gallimard, 1977.
  • Poésie sans réponse, Pour la poétique V, Gallimard, 1978.
  • Critique du rythme, Anthropologie historique du langage (1982), Verdier-poche, 2009.
  • « La nature dans la voix », introduction au Dictionnaire des Onomatopées de Charles Nodier, Trans-Europ-Repress, 1985.
  • Critique de la théorie critique, Langage et Histoire, séminaire, direction et participation, Presses Universitaires de Vincennes, 1985.
  • Les états de la poétique, P.U.F, 1985.
  • Écrits sur le livre, « Mallarmé au-delà du silence », introduction à Mallarmé, choix de textes, éditions de l’Éclat, 1986.
  • Modernité modernité, Verdier, 1988 ; folio-essais Gallimard, 1994.
  • Le langage Heidegger, P.U.F, 1990.
  • La Rime et la vie, Verdier, 1990; folio-essais, Gallimard, 2006.
  • Des mots et des mondes, Hatier, 1991.
  • Le Langage comme défi, séminaire, direction et participation, Presses Universitaires de Vincennes, 1992.
  • La Pensée dans la langue, Humboldt et après, séminaire, direction et participation, Presses Universitaires de Vincennes, 1995.
  • Politique du rythme, politique du sujet, Verdier, 1995.
  • Histoire et grammaire du sens, codirection avec Sylvain Auroux et Simone Delesalle, et participation, Armand Colin, 1996.
  • De la langue française, essai sur une clarté obscure, Hachette-Littératures 1997 ; Pluriel, 2001.
  • Traité du rythme, des vers et des proses (avec Gérard Dessons), Dunod, 1998.
  • Poétique du traduire, Verdier, 1999.
  • Et le génie des langues ? séminaire, direction et participation, Presses Universitaires de Vincennes, 2000.
  • Crisis del Signo/Crise du signe, éd. bilingue, Comisión Permanente de la Feria del Libro, Santo Domingo, República Dominicana, 2000.
  • Le Rythme et la lumière avec Pierre Soulages, Odile Jacob, 2000.
  • L’Utopie du Juif, Desclée de Brouwer, 2001.
  • « Hugo continuant la Bible » dans Henri Meschonnic et Manoko Ôno, Victor Hugo et la Bible (éd. sous la direction de Franck Laurent), Maisonneuve et Larose, 2001, p. 7-25
  • Célébration de la poésie, Verdier, 2001 ; poche/Verdier, 2006.
  • Hugo, la poésie contre le maintien de l’ordre, Maisonneuve et Larose, 2002.
  • Spinoza poème de la pensée, Maisonneuve et Larose, 2002.
  • Un coup de Bible dans la philosophie, Bayard, 2004.
  • Vivre poème, Dumerchez, 2005.
  • Le Nom de notre ignorance, la Dame d'Auxerre, Éditions Laurence Teper, 2006.
  • Il ritmo come poetica, conversazioni con Giuditta Isotti Rosowski, Bulzoni editore, Roma, 2006.
  • Heidegger ou le national-essentialisme, Éditions Laurence Teper, 2007.
  • Dans le bois de la langue, Éditions Laurence Teper, 2008.
  • Théâtre oracle, un cahier orchestré par Henri Meschonnic, Théâtre/Public no 189, 2008.
  • Pour sortir du postmoderne, Éditions Klincksieck, 2009.
  • Langage, histoire, une même théorie, préface de Gérard Dessons, Verdier, 2012.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Les Cinq Rouleaux (Le chant des chants, Ruth, Comme ou Les Lamentations, Paroles du Sage[14], Esther), Gallimard, 1970
  • La structure du texte artistique, de Iouri Lotman, direction de la traduction collective, Gallimard, 1973.
  • Jona et le signifiant errant, Gallimard, 1981.
  • Gloires, traduction des psaumes, Desclée de Brouwer, 2001
  • Au commencement, traduction de la Genèse, Desclée de Brouwer, 2002
  • Les Noms, traduction de l’Exode, Desclée de Brouwer, 2003
  • Et il a appelé, traduction du Lévitique, Desclée de Brouwer, 2003
  • Dans le désert, traduction du livre des Nombres, Desclée de Brouwer, 2008

Poésie[modifier | modifier le code]

Interventions en ligne d'Henri Meschonnic[modifier | modifier le code]

Travail théâtral avec Claude Régy[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Paroles du sage,
  • 2005 : Comme un chant de David d'après les Psaumes[15]

Entretiens avec Henri Meschonnic[modifier | modifier le code]

  • Avec Jean-Jacques Thomas sur Le Signe et le poème dans Sub-Stance no 15 (Socio-criticism), 1976, p. 117-121.
  • Avec André Miguel dans Le Journal des poètes, juin 1977, p. 15-17.
  • Avec Alex Derczansky, Olivier Mongin et Paul Thibaud dans Esprit, no 7-8, juillet-août 1977, p. 20-31 (traduit en anglais américain dans New Literary History, vol. 19, no 3, The Johns Hopkins University Press, Spring 1988, p. 453-466).
  • Avec Jean Verrier dans Le Français aujourd'hui no 51, septembre 1980, p. 95-97.
  • Avec Bernard Vargaftig et Michel Dion: L'original second dans Révolution no 120, 18 juin-24 juin 1982, p. 21.
  • Avec Henri Raczymov et Jean Baumgarten dans Traces no 4, 1982, p. 110-119.
  • Avec Jean-Claude Eslin: Le rythme et la traduction dans Esprit no 9, septembre 1982, p. 87-95.
  • Avec Jean Royer dans Écrivains contemporains, entretiens 2 (1977-1980), Montréal, L'Hexagone, 1983.
  • Avec Pierre Gazaix: Dans le langage, c'est toujours la guerre, dans Mi-Dit, Cahiers méridionaux de Psychanalyse, année 2, no 1, mars 1985, p. 102-110.
  • Avec Charles Haroche: Du poème à la poétique dans Europe no 685, mai 1986, p. 168-177.
  • Avec Michel Le Bris: L'oublié du signe dans Roman no 25, décembre 1988, p. 157-164.
  • Avec François Poirié: Modernité de la modernité dans Art Press no 138, juillet-août 1989, p. 55-58.
  • Avec Gérard Dessons: À quoi sert la littérature ? , Entretien avec Henri Meschonnic, Écrivains présents/La Licorne « À quoi sert la littérature ? », novembre 1989, p. 7-13.
  • Avec Catherine Schroeder: Le meilleur slogan se dispense de ponctuation dans Médias l'Hebdo no 308, 16 février 1990, p. 18.
  • Avec Daniel Delas sur Des Mots et des mondes dans Le Français aujourd'hui no 94, juin 1991, p. 114-118.
  • Avec Anne-Marie Hubat : La notion de point de vue dans Le Français aujourd'hui no 98, juin 1992, p. 20-27.
  • Avec Hidetaka Ishida dans Gendaishisô, Revue de la pensée d'aujourd'hui, Tokyo, novembre 1992, vol. 20-11, p. 158-165.
  • Avec Sébastien Derrey en compagnie de Claude Régy : "Une même poétique" dans Théâtre/Public no 124-125, juillet-octobre 1995, p. 106-111.
  • Avec Gérard Dessons : « Écrire le silence, le poème et la Bible », entretien avec Henri Meschonnic, NU(e), « Henri Meschonnic », no 21, septembre 2002.
  • Avec Serge Martin : « Henri Meschonnic. Le rythme du poème dans la vie et la pensée (première partie) » dans Le Français aujourd’hui no 137 (« L’attention aux textes »), Paris : AFEF, avril 2002, p. 121-128 et « (deuxième partie) » dans Le Français aujourd’hui no 138 (« Les risques du polar »), juillet 2002, p. 121-128.
  • Avec Samuel Blumenfeld : Je travaille à réhébraïser la Bible dans Le Monde 2, 5 février 2005, p. 21-25.
  • Avec Luis Mizón : « Vie et poésie. Entretien de Luis Mizón avec Henri Meschonnic sur son expérience poétique de la traduction ») dans Confluences poétiques, no 3, décembre 2008, p. 287-301.
Entretien avec Henri Meschonnic en ligne

À propos d'Henri Meschonnic[modifier | modifier le code]

Ouvrages critiques sur Henri Meschonnic
  • Lucie Bourassa, Henri Meschonnic, Pour une poétique du rythme, éditions Bertrand-Lacoste, 1997.
  • Jean-Louis Chiss, Gérard Dessons (dir.), La Force du langage, Rythme, discours, traduction, Autour de l’œuvre d’Henri Meschonnic, Paris, Honoré Champion, 2000 (Henri Meschonnic, Pascal Michon, Jean-Louis Chiss, Jürgen Trabant, Gérard Dessons, Daniel Delas, Serge Martin, Jean-Patrice Courtois, Véronique Fabbri, Denis Thouard, Alexis Nouss, Mônica de Almeida, Jean-Claude Chevalier)
  • Pascal Michon, Fragments d’inconnu. Pour une histoire du sujet, Paris, Le Cerf, 2010, coll. « Passages » dirigée par Jocelyn Benoist, 251 p.
  • Pascal Michon, Les Rythmes du politique. Démocratie et capitalisme mondialisé, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007, coll. « Essais », 318 p.
  • Pascal Michon (dir.), Avec Henri Meschonnic les gestes dans la voix, La Rochelle, Himeros/Rumeur des âges, 2003 (Henri Meschonnic, Pascal Michon, Véronique Fabbri, Serge Martin, Serge Ritman, Gérard Dessons, Éric Barjolle)
  • Gérard Dessons, Serge Martin et Pascal Michon (dir.), Henri Meschonnic, la pensée et le poème (Cerisy-la-Salle, juillet 2003), Paris, In’Press, 2005 (Henri Meschonnic, Gérard Dessons, Daniel Delas, Pascal Michon, Jean-Louis Chiss, Joëlle Zask, Geneviève Jolly, Bernard Noël, Béatrice Bonhomme, Patrick Rebollar, Ok-Ryon Kim, Arnaud Bernadet, Andrew Eastman, Jacques Ancet, Jürgen Trabant, Serge Martin, Youg Joo-Choi, Simone Wiener, Jae-Ryong Cho, Véronique Fabbri)
  • Béatrice Bonhomme et Micéala Symington (dir.), Le Rythme dans la poésie et dans les arts, Honoré Champion, 2005. Comprend : « IV. Une pensée du rythme : Henri Meschonnic » (Henri Meschonnic, Laurent Mourey, Philippe Païni, Serge Martin - « Le poème, une éthique pour et par la relation rythmique, notes sur Henri Meschonnic et Ludwig Wittgenstein, p. 357-373 -, Andrew Eastman)
  • Béatrice Bonhomme et Micéala Symington (dir.), Le Rêve et la ruse dans la traduction de poésie, Honoré Champion, 2008. Comprend : « II. Traduction et rythme » (Henri Meschonnic ou la saveur de l'écoute par Alexandre Eyriès; Embibler, taamiser avec les premiers gestes dAu Commencement' par Laurent Mourey, La traduction comme poème-relation avec Henri Meschonnic par Serge Martin)
  • Marcella Leopizzi, Parler poème. Henri Meschonnic dans sa voix, Fasano-Paris, Schena-Baudry, 2009.
Numéros de revues ayant consacré un dossier critique à Henri Meschonnic
Articles critiques sur Henri Meschonnic
Articles sur Henri Meschonnic en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centre national du Livre
  2. http://www.prixeuropeendelitterature.eu/html/objectif.asp?id=3 Présentation du Prix de littéarture francophone Jean Arp
  3. Voir le palmarès.
  4. Voir l'article sur le site de l'Université Paris 8, Département de Littérature française.
  5. Voir "Penser Humboldt aujourd'hui" dans La pensée dans la langue. Humboldt et après, Saint-Denis: Presses universitaires de Vincennes, 1995, p. 13-50
  6. Voir entre autres le passage où Meschonnic "compte neuf contresens qui opposent radicalement le structuralisme à Saussure" dans le chapitre V ("Le sens du langage, non le sens des mots") dans Éthique et politique du traduire, Lagrasse: Verdier, 2007, p. 51-52
  7. Voir, entre autres, les chapitres 29 et 30 dans Dans le bois de la langue, Paris: Laurence Teper, 2008, p. 359-418
  8. Gérard Dessons, Henri Meschonnic, Traité du rythme, Des vers et des proses, Dunod, Paris, 1998, p. 28.
  9. « La notion de rythme dans son expression linguistique », 1951, repris dans Problèmes de linguistique générale, I, Gallimard, 1976.
  10. Une dernière mise au point est réalisée dans les chapitres 3 (« Si la théorie du langage change, toute la théorie du langage change ») et 4 (« Tout coule. Petit retour sur Héraclite pour répondre à quelques contestations ») de Dans le bois de la langue, Paris, Laurence Teper, 2008, p. 50-84. Meschonnic y répond entre autres aux objections de Pierre Sauvanet (Le Rythme grec d'Héraclite à Aristote, Paris, PUF, 1999)
  11. En particulier dans Politique du rythme, politique du sujet mais déjà au tout début de Les États de la poétique, P.U.F, collection « Écriture », 1985, p. 8.
  12. Entretien avec Antoine Jockey paru dans Missives en juin 2007, republié sur le site des éditions Verdier.
  13. Alors que Henri Meschonnic a dédié à Jean Grosjean Les Cinq Rouleaux (Gallimard, 1970), une brouille avec les Éditions Gallimard est très certainement, comme le dit Jean Grosjean lui-même, à l'origine de l'effacement de l'influence que Jean Grosjean a exercé sur le travail de traduction de Henri Meschonnic : « Mais il y a eu un jour où Gallimard a refusé un recueil de poèmes de Meschonnic, il a été ulcéré, et depuis ce temps il n'a plus donné signe de vie ni à Lambrichs ni à moi ni à personne de chez Gallimard. » Bouchta Farissi, Christophe Gallaire, Jean Grosjean et Pascal Leray, Entretien à l'ombre des pommiers, Avant les Marsilly, 2000. On méconnaît l'importance de cette influence de Jean Grosjean : « Comme Lambrichs savait combien la Bible était capitale pour moi, il a eu l'idée de dire à Meschonnic de m'écrire, de me poser des questions précises sur des choses pour voir quelle étincelle cela ferait. Et ça a bien marché. Pour simplifier, je vais vous dire : pour « vanité des vanités » dans L'Écclésiaste, je lui ai suggéré «  buée des buées », que j'ai employé moi-même, mais il s'en est servi le premier. […] — Christophe Gallaire : À propos de la lecture de Meschonnic, de son approche « rituelle », vous m'avez dit que vous aviez revu avec lui sa traduction et qu'il y avait un tas de signes diacritiques et vous lui avez suggéré d'utiliser un autre système. — Jean Grosjean : Oui, le système des blancs que Claudel avait utilisé tout à fait autrement. Meschonnic en a fait un usage astucieux, régulier, serré de près, avec des blancs de différentes grandeurs pour indiquer les… C'était, à mon avis, mieux que des signes diacritiques différents qui tiennent à ce moment-là des partitions musicales — et je crois qu'il en convient ou il en a convenu, la preuve c'est qu'il l'a adopté. Il faut savoir solfier, cela ne devient plus une traduction facile. » Ibidem.
  14. Mis en scène par Claude Régy en 1995
  15. Voir l'étude sur le travail de Claude Régy par Serge Martin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :