René Kalisky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Kalisky (gauche) avec Antoine Vitez

René Kalisky (Bruxelles, 1936 - Paris, 1981) est un dramaturge belge d'origine juive polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Kalisky est le fils d’Abraham Kaliski, juif polonais, établi en Belgique. La disparition de son père, mort dans le camp d’extermination d’Auschwitz, a laissé un profond traumatisme dans la conscience de l’homme.

La réputation de Kalisky repose essentiellement sur son œuvre dramatique, qui fut novatrice et moderne, classique, mais avec des dimensions tragiques. Il expérimente les idées présentes dans les travaux de Bertolt Brecht et de Luigi Pirandello, puis Kalisky développe les idées de « surjeu » et « surtexte » ; en tant que moyen non seulement de libérer les acteurs et le texte de ses conventions, mais aussi pour promouvoir la réalisation du potentiel dramatique d'un public.

Déçu par la Belgique, qui refuse d'y monter ses premières pièces, il s'installe en Corse en 1971, pour enfin s'établir à Paris en 1973.

René Kalisky s'est éteint à Paris à 43 ans, le samedi 2 mai 1981, des suites d'un cancer.

Publication[modifier | modifier le code]

Jacques Lemarchand, directeur de la collection Le Manteau d'Arlequin aux éditions Gallimard, a révélé René Kalisky, en publiant ses pièces à sujet historique, de 1969 à 1974. Encouragé, Kalisky écrit une pièce ou deux par an, qui parurent à Paris :

  • Trotsky, 1969,
  • Skandalon, 1970[1]
  • Jim le téméraire, 1973
  • Le Pique-nique de Claretta, 1973[2]

Sa pièce Europa fut cependant publiée à Bruxelles en 1968 par Alternatives théâtrales[3].

Les pièces suivantes ont des sujets moins historiques et Kalisky trouve d’autres éditeurs en France et en Belgique.

En 1974 il obtient le Prix annuel de Littérature dramatique, décerné par la SACD; en 1975, le Grand Prix Triennal de littérature dramatique, décerné par le Gouvernement ; en 1979, une bourse de séjour à Berlin. En 1982, il reçoit le Prix Spécial SACD, à titre posthume.

En 1977, l’éditeur français Stock publie dans sa collection Théâtre ouvert :

  • La Passion selon Pier Paolo Pasolini[4]
  • Dave au bord de mer[5]
  • Du surjeu au surtexte, écrit théorique sur sa conception du théâtre.

Des compagnies théâtrales, françaises ou belges, publient ses dernières œuvres :

  • Sur les ruines de Carthage (1980) au Centre dramatique de Reims, réédité par les éditions Labor, dans la collection Espace Nord, en mars 1991.

Kalisky est traduit en de nombreuses langues:

  • néerlandais ; il est joué en Flandre
  • il a aussi été traduit en allemand, et de nombreuses œuvres sont jouées en Allemagne
  • en anglais (liens) ; Falsch est notamment montée à New York par David Willinger
  • en italien (5 pièces chez Gremese, 1990 ; liens)
  • en espagnol ; Aïda vaicue est montée à Barcelone.
  • en hébreu, macédonien etc.

Parmi les metteurs en scène ou réalisateurs qui ont joué son théâtre, on peut citer Marc Liebens, Antoine Vitez, Albert-André Lheureux, Ewa Lewinson, Bernard De Coster, Jean-Pierre Miquel, Marcel Delval, Michaël Delaunoy.

Ont joué Kalisky : l’Ensemble Théâtral Mobile, le Théâtre Daniel Sorano[Lequel ?], le Théâtre du Jardin Botanique de Bruxelles, le Théâtre national de l'Odéon, le Théâtre de l'Est parisien, le BKT Brussel, le Théâtre de la Place de Liège, le Festival d'Avignon

Les frères Dardenne ont réalisé le film Falsch (1987) d’après sa pièce.

Kalisky est aussi l'auteur d'essais concernant l’histoire du monde juif et arabe :

  • en 1974, Marabout publie Sionisme et dispersion (1974)[6]
  • en 1979, Seghers publie L'Impossible Royaume (1979)[7], récit romancé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur notamment de :

  • Trotsky, etc., Paris, Gallimard (le Manteau d'arlequin), 1969 Liens
  • Skandalon, Paris, Gallimard (le Manteau d'arlequin), 1970 Liens Audio
  • Jim le Téméraire, Paris, Gallimard (le Manteau d'arlequin), 1972 Liens Prix triennal du théâtre 1975
  • Le pique-nique de Claretta, Paris, Gallimard (le Manteau d'arlequin), 1973 [1] Prix triennal du théâtre 1975
  • La Passion selon Pier Paolo Pasolini video, suivi de Dave au bord de mer, Paris, Stock (Théâtre Ouvert), 1978, avec la postface Du surjeu au surtexte[2]
  • L'impossible royaume, 1979
  • Sur les ruines de Carthage, Reims, Revue-programme du Centre dramatique national, no 6, février 1980 Audio
  • Aïda vaincue, Bruxelles, Cahiers du Rideau no 13, 1982
  • Fango (projet de pièce), Paris, Chaillot, no 6, juin 1982
  • Falsch, Paris, Éditions Théâtre National de Chaillot, 1983 [3]
  • Europa, Bruxelles, Alternatives Théâtrales, n°29-30, 1988
  • Aïda vaincue, Paris, L'Arche, 1990 Résumé
  • Dave au bord de mer, Paris, L'Arche, 1990 Résumé
  • Sur les ruines de Carthage, audio suivi de Falsch, Bruxelles, Labor (Espace Nord), 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Goriely, Le théâtre de René Kalisky, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]