Hélène Basch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basch.

Hélène Basch

Nom de naissance Ilona Fürth
Naissance 1862 ou 1863
Budapest, Empire austro-hongrois
Décès 10 janvier 1944 (à 80 ou 81 ans)
Neyron, Ain, France
Nationalité Française
Conjoint
Victor Basch (époux)
Descendants
Marianne Basch
Yvonne Basch
Georges Basch
André Basch
Famille

Hélène Basch née Ilona Fürth en 1862 ou 1863[Note 1] à Budapest était l'épouse de Victor Basch, fondateur de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen. Elle a été exécutée sommairement avec son mari (qu'elle n'avait pas voulu quitter) par la milice française, le 10 janvier 1944 à Neyron dans l'Ain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle se marie le 7 novembre 1885[1], au temple de Pest, avec Victor Basch. Hélène et Victor habitent d'abord à Paris (au 8 rue Huysmans) de 1913 à 1940.

Elle a eu quatre enfants avec Victor Basch :

  • leur fille Marianne Basch (médecin), mère de Françoise Basch[2] ;
  • leur fille Yvonne Basch, épouse du sociologue Maurice Halbwachs, mort en déportation à Buchenwald le 16 mars 1945, quelques mois après l'assassinat de ses beaux-parents ;
  • leur fils Georges Basch, se suicide le 20 juin 1940 ;
  • leur fils André Basch, médecin[réf. souhaitée].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Tombe d'Hélène Basch à la nécropole nationale de la Doua.

En janvier 1944, la milice de Lyon, dirigée par Paul Touvier repère[3] Victor Basch à Caluire-et-Cuire. Le 10 janvier 1944, accompagné d'une dizaine de miliciens (en particulier Lécussan, le chef régional de la milice) et du Lieutenant Moritz de la Gestapo, il participe[3] lui-même à l'arrestation de Victor Basch et de son épouse Hélène, âgée de 79 ans, qui refuse[3] de le laisser. Lécussan racontera par la suite « Moritz jugea Victor Basch trop âgé pour pouvoir l'arrêter, et nous décidâmes de l'exécuter »[3] ; Lécussan accompagnés d'autres miliciens et de Moritz, conduira alors le couple à Neyron dans l'Ain où Victor et Hélène Basch seront abattus[3] de plusieurs coups de feu, le soir même. Lécussan reconnaîtra avoir abattu[4] lui-même Victor Basch ; Gonnet se chargeant d'assassiner Hélène Basch de deux balles de pistolet[4].

Hélène Basch et son mari, sont enterrés à la nécropole nationale de la Doua à Villeurbanne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce point est sujet à discussion ; pas de source fiable identifiée sur l'année de naissance d'Hélène Basch. Par exemple, la plaque de la place Victor-et-Hélène-Basch, à Paris, annonce 1862 alors que le mémorial Hélène-et-Victor-Basch évoque 1863.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Basch Hélène », sur www.memorial-genweb.org (consulté le 10 avril 2011).
  2. « “Ilona, ma mère et moi” de Françoise Basch », sur ldh-toulon.net.
  3. a, b, c, d et e « L'Express retrouve Paul Touvier, par [[Jacques Derogy]] », sur L'Express,‎ publié le 5 juin 1972, mis à jour le 16 octobre 2003 (consulté le 31 mars 2011).
  4. a et b Documentaire Milice, film noir d'Alain Ferrari, témoignage de Françoise Basch, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Hélène et Victor Basch.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Basch, Ilona, ma mère et moi

Articles connexes[modifier | modifier le code]