Romain Weingarten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romain Weingarten vers 1996.

Romain Weingarten est un dramaturge français, né à Paris le 5 décembre 1926 et mort à Challans (Vendée) le 13 juillet 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Romain Weingarten passe son enfance en Bretagne, fait ses études secondaires à Château-Thierry. Entamant des études de philosophie à la Sorbonne, il est fortement influencé par Le Théâtre et son double d'Antonin Artaud et il se consacre à l'écriture de sa première pièce, intitulée Akara.

Romain Weingarten réfutait l'étiquette de « théâtre de l'absurde » parfois attachée à son œuvre. Il se réclamait plutôt d'une filiation avec les surréalistes et Roger Vitrac, s'attachant à l'invention d'un théâtre qualifié de poétique. Avec sa pièce Akara, montée en 1948 à Paris, il est le précurseur français du « Théâtre Moderne » des années 1950, avant Ionesco et Beckett. Cette pièce fait scandale, personne n'y comprend rien mis à part Beckett qui en traduit un épisode en anglais, Audiberti qui déclare un Hernani 48, et quelques autres personnes comme le grand historien du théâtre contemporain, Michel Corvin.

L'auteur revient ensuite sur le devant de la scène avec sa pièce L'Été, en 1966, et tous ceux qui l'ont vue, ils sont nombreux, en gardent un souvenir ébloui. La pièce restera plusieurs années à l'affiche à Paris au Théâtre de Poche, et sera traduite dans de nombreuses langues.

Il fit une lecture de sa dernière pièce, inédite, L'Éclipse, à la Galerie EOF, à Paris, un mois avant sa disparition en 2006. Cette pièce est une version personnelle du mythe de Faust.

Un certain nombre de ses pièces sont inédites, ainsi que ses trois derniers recueils de poèmes.

Il est mort des suites d'une attaque cérébrale, et a été inhumé à Mauron en Brocéliande dans le Morbihan, où il avait emménagé depuis peu.

Romain Weingarten avait reçu en 1998 le Prix du Théâtre de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.

Une partie de son œuvre et tous ses manuscrits sont déposés à l'Institut Mémoire de l'édition contemporaine (IMEC)[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Théâtre
    • Akara (1948), éd. Christian Bourgois
    • Les Nourrices (1961), éd. Christian Bourgois
    • L'Été (1966), éd. L'Avant-scène, (ISBN 2-907468-16-2) (2004)
    • Alice dans les jardins du Luxembourg, éd. Christian Bourgois(1970)
    • Comme la pierre (1970), à la Comédie-Française)
    • La Mandore, éd. Gallimard, coll. Le manteau d'Arlequin, (ISBN 2-07-032062-6) (1970, 1973)
    • Neige (1979)
    • La Mort d’Auguste (1982), éd. Actes Sud-Papiers, (ISBN 2-7427-0379-9) (1995,1999)
  • Poésie
    • Poèmes, éd. Christian Bourgois (1968)
  • Textes pour la radio
    • Aller-Retour, avec Roland Dubillard
    • Le Chevalier à la triste figure
  • Textes pour la télévision
    • La Belle au bois dormant
    • La Carte postale
  • Roman
    • Le Roman de la Table Ronde, ou Le Livre de Blaise, éd. Albin Michel (ISBN 2-226-01790-9), (1983, 2000)
  • Divers
    • Le théâtre de la chrysalide, ill. de l'auteur, éd. Jean Aubier, Paris, (1950)
    • Fomalhaut, illustrations de Camille Bryen, Éditions Falaize, Paris (1956)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page « Weingarten, Romain (1926-2006) », sur le site de l'Institut Mémoire de l'édition contemporaine (IMEC), consulté le 5 novembre 2011].

Lien externe[modifier | modifier le code]