Jean-Michel Maulpoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Maulpoix est un poète et critique littéraire français, né à Montbéliard le .

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de Lettres modernes, il est actuellement professeur à l'université Paris X - Nanterre (poésie moderne et contemporaine). Il est aussi le directeur de la revue Le Nouveau Recueil, revue trimestrielle de littérature et de critique, autrefois publiée aux éditions Champ Vallon et aujourd'hui numérique. Il a présidé également la Maison des écrivains, rue de Verneuil, à Paris, de 2004 à 2007.

L’œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Jean-Michel Maulpoix, depuis les années 1980, essentiellement en prose, témoigne d'un fort désir de cohésion. Le texte, centré sur l'intimité d'un sujet qui cherche à se saisir comme tel, se fonde néanmoins sur une posture d'ouverture. Chez Maulpoix, tout est attention au monde, attention à autrui. L'effort du poète est de saisir, en peu de mots, des émotions fugitives. Les voyages, particulièrement, donnent l'occasion de voir les choses d'un œil neuf. Tout se passe semble-t-il, à la fois sur la peau et dans l'œil : contact de la pluie, couleurs devenues presque liquides... La poésie est sans doute pour Maulpoix une certaine manière de ressentir, de se sentir changeant et vivant au contact de la terre et du ciel. Voilà qui permet de croire qu'un lien autrefois solide va se renouer; de même, demeure l'espoir que le contact avec la femme aimée restaure un ancien ordre du monde. Un travail sur la mémoire vient se nouer aux sensations : le poète est à la recherche d'autre chose, perdu dans le lointain, le goût de l'enfance qui recule toujours plus loin derrière l'horizon. Mais il ne s'agit jamais de céder aux charmes de l'illusion : tout retour du souvenir, tout ce qui nous rattache au monde se double d'un examen critique. La voix lyrique se sait incertaine, elle se met en cause, se redéfinit à de nombreuses reprises. Elle cherche, incessamment, une définition de sa propre entreprise, tout en sachant qu'elle risque de ne jamais y parvenir. Ce qu'elle affirme, en revanche, c'est qu'elle demeure en quête d'autre chose, qui ne se laisse pas saisir, qui ne réside ni dans les choses ni dans les mots, et qui, en cela, incite à recommencer. Il faut donc pour le poète reprendre ses gestes maladroits, se tenir toujours sur le seuil de sa porte, et maintenir un équilibre précaire entre intérieur et extérieur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie et récits
  • Locturnes, Lettres nouvelles/Maurice Nadeau, 1978.
  • La Parole est fragile, Cheyne, 1981.
  • Emondes, Solaire, 1981, rééd. Fata Morgana en 1986.
  • La matinée à l'anglaise, Seghers, 1981.
  • Dans la paume du rêveur, Fata Morgana, 1984.
  • Un dimanche après-midi dans la tête, P.O.L, 1984, rééd. Mercure de France en 1995.
  • Ne cherchez plus mon cœur, P.O.L, 1986.
  • Papiers froissés dans l'impatience, Champ Vallon, 1987.
  • Précis de théologie à l'usage des anges, Fata Morgana, 1988.
  • Recherche du soleil levant, Fata Morgana, 1990.
  • Portraits d'un éphémère, Mercure de France, 1990.
  • Dans l'interstice, Fata Morgana, 1991.
  • Une histoire de bleu, Mercure de France, 1992, rééd. coll. Poésie Gallimard en 2005.
  • Les Abeilles de l'invisible, Champ Vallon, 1993.
  • L'Écrivain imaginaire, Mercure de France, 1994.
  • Domaine public, Mercure de France, 1998.
  • L'Instinct de ciel, Mercure de France, 2000.
  • Chutes de pluie fine, Mercure de France, 2002.
  • Pas sur la neige, Mercure de France, 2004.
  • Boulevard des Capucines, Mercure de France, 2006.
  • Journal d'un enfant sage, Mercure de France, 2010.
Essais
  • Henri Michaux, passager clandestin, Champ Vallon, 1985.
  • Jacques Réda, le désastre et la merveille, Seghers, 1986.
  • La Voix d'Orphée, José Corti, 1989.
  • Léon Zack ou l'instinct de ciel, La Différence, 1991.
  • La Poésie malgré tout, Mercure de France, 1996.
  • La Poésie comme l'amour, Mercure de France, 1998.
  • Du Lyrisme, José Corti, 2000.
  • Le Poète perplexe, José Corti, 2002.
  • Adieux au poème, José Corti, 2005.
  • Pour un lyrisme critique, José Corti, 2009.
  • La Musique inconnue, José Corti, 2013.

Citation[modifier | modifier le code]

"la poésie est une toile d'araignée"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article Connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]