Luis Mizón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Luis Mizón est un poète et romancier chilien né à Valparaíso en 1942. Il vit à Paris depuis 1974.

Luis Mizón est venu à Paris à la suite du coup d'État militaire au Chili[1]. Il fut remarqué par Roger Caillois qui traduisit Terre prochaine en 1977 et L'Arbre en 1978. Depuis la mort de Caillois, Luis Mizón est régulièrement traduit par Claude Couffon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Luis Mizón au festival de poésie Voix vives à Sète le 29 juillet 2010.
  • Marée Basse suivi de Six arbres, Æncrages & Co, 2012
  • L'oreiller d'argile, Al Manar, 2010
  • Le Comptoir des papillons jaunes, Æncrages & Co, 2010
  • Pêcheur de lune, Al Manar, 2009
  • Le Naufragé de Valparaiso, Æncrages & Co, 2008
  • Poème d'eau et de lumière, Al Manar, 2008
  • Voyages et retours, Rhubarbe, 2008
  • l'eSCargot, Æncrages & Co, 2006
  • La rumeur des îles blanches, La Dragonne, 2005
  • Les jambes de l'abîme, Dumerchez, Paris, 2005
  • Le papillon déguisé, Dumerchez, Paris, 2005
  • La rumeur des Îles blanches suivi de Grand Erg, La Dragonne, Nancy, 2005
  • Jacques Lacarrière. Le sacré bricolage de l'esprit. ed. Jean Michel Place, Paris, 2004
  • Claudio Gay y la Formación de la Identidad Cultural Chilena, Editorial Universitaria, 2001, coll. « Imagen de Chile », 169 p. (ISBN 9561115808 et 9789561115804)
  • Anthologie de la poésie précolombienne, avec Zeno Bianu, éd. Le Seuil, 2000
  • Le songe du figuier en flamme, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Folle Avoine, 1999
  • L'Eucalyptus, poèmes traduits par Laurence Breysse, éd. Rougerie, 1998
  • Barbes du vent, Æncrages & Co, 1997
  • Ombres, éd. André Biren, 1994
  • Jardin des ruines, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Obsidiane, 1992
  • Le Manuscrit du Minotaure, texte traduit par Claude Couffon, éd. Brandes, 1992
  • La Mort de l'Inca, roman, traduit par Claude Couffon, éd. Le Seuil, 1992
  • L'Indien témoignage d'une fascination, essai. éd. La Différence, 1992
  • Chevalier transparent, poèmes, éd. La Palimpseste, 1991
  • Le Jardin du Luxembourg, texte traduit par Laurence Breysse, éd. Matarasso, 1991
  • Amazones, poèmes, éd. L'équipement de la pensée, 1991
  • Voyages et retour, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Obsidiane, 1989
  • Noces, texte traduit par Claude Couffon, éd. Brandes, 1988
  • Province perdue, éd. Cahiers de Royaumont, 1988
  • Passion de l'Ile de Pâques texte traduit par Nathalie Bréaud, éd. La Manufacture, 1988
  • L'Indien témoignage d'une fascination, essai. éd. La Différence, 1992
  • Bassin de pluie, éd. André Biren, 1985
  • Le rêve d'Adriana, éd. André Biren, 1985
  • Terre brûlée, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Le Calligraphe, 1984
  • Poème du Sud, éd. Gallimard, 1982

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la page consacrée à Luis Mizon sur le site Printemps des poètes