Sarah Kofman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sarah Kofman (14 septembre 1934 - 15 octobre 1994) est une philosophe et essayiste française.

Spécialiste de Friedrich Nietzsche et de Sigmund Freud, elle est également l'auteur d'écrits autobiographiques. Elle était la fille du rabbin Bereck Kofman, déporté et mort à Auschwitz[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Paris, Kofman commence une carrière d'enseignement à Toulouse en 1960 et travaille sous la direction de Jean Hyppolite et Gilles Deleuze. Sa thèse intitulée Nietzsche et la métaphore fut dirigée par Deleuze. En 1969, Kofman rencontre Jacques Derrida et fréquente ses séminaires à l'École normale supérieure. À partir de 1970, elle devient Maître de conférences puis, en 1991, professeur de philosophie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Avec Jean-Luc Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe et Derrida, elle dirige la collection « La philosophie en effet » aux Éditions Galilée[2]. Elle collaborait à de nombreuses revues telles Poétique, Critique, Littérature ou la Revue française de psychanalyse. À part ses nombreux travaux sur Freud et Nietzsche, Sarah Kofman s'intéresse également à Gérard de Nerval, Auguste Comte, Shakespeare et à la place occupée par la femme chez ces différents auteurs.

En 1994, elle publie son autobiographie, Rue Ordener, rue Labat, évoquant son enfance juive sous l'Occupation et la déportation de son père. Elle se suicide peu après, le jour du cent cinquantième anniversaire de naissance de Nietzsche[3], « victime [de persécutions] dans l'université de la part d'esprits médiocres qui aujourd'hui paradent en pérorant sur la discipline et les valeurs [...], certes, mais aux côtés de bien d'autres choses et notamment des persécutions nazies dont elle avait réchappé mais pas sa famille, pour ne rien dire des relations ambiguës avec celle qui l'avait sauvée. »[4]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Enfance de l'art. Une interprétation de l'esthétique freudienne, Paris, Payot, « Bibliothèque scientifique. Science de l'homme », 1970 ; rééd. « Petite bibliothèque Payot. Collection Science de l'homme », 1975. (ISBN 2-228-32500-7)
  • Nietzsche et la métaphore, Paris, Payot, « Bibliothèque scientifique », 1972. Ouvrage composé des textes remaniés de trois articles de l'auteur extraits de Critique, avril 1970-septembre 1971 et de Poétique, 5 ; 2e éd. revue et corrigée, Galilée, « Débats », 1983. (ISBN 2-7186-0249-X) ; 3e éd. revue, corrigée et augmentée, 1985. (ISBN 2-7186-0261-X[à vérifier : isbn invalide])
  • Camera obscura. De l'idéologie, Paris, Galilée, « La Philosophie en effet », 1973. En appendice: « Usage de la Chambre obscure », par Willem Jacob 's Gravesande. (ISBN 2-7186-0007-1)
  • Quatre romans analytiques, Paris, Galilée, « La Philosophie en effet », 1974. (ISBN 2-7186-0016-0)
  • Autobiogriffures, Paris, Christian Bourgois, 1976. (ISBN 2-267-00043-1) ; 2e éd. revue et corrigée sous le titre: Autobiogriffures du « Chat Murr » d'Hoffmann, Paris, Galilée, « Débats », 1984. (ISBN 2-7186-0267-8). Sur E.T.A. Hoffman, Lebens-ansichten des Katers Murr.
  • Aberrations. Le devenir-femme d'Auguste Comte, Paris, Aubier/Flammarion, « La Philosophie en effet », 1978.
  • Nerval: le charme de la répétition. Lecture de « Sylvie », Lausanne-Paris, l'Âge d'homme, « Cistre essais », 1979.
  • Nietzsche et la scène philosophique, Paris, Union générale d'éditions, « 10/18 », 1979. (ISBN 2-264-00247-6) ; éd. revue et corrigée, Galilée, « Débats », 1986. (ISBN 2-7186-0304-6)
  • L'Énigme de la femme : la femme dans les textes de Freud, Paris, Galilée, 1980. (ISBN 2-7186-0192-2) ; 2e éd. revue et corrigée, 1983 (ISBN 2-7186-0192-2) ; rééd. Paris, Librairie générale française, 1994. (ISBN 2-253-94194-8)
  • Le Respect des femmes : Kant et Rousseau, Paris, Galilée, « Débats », 1982. (ISBN 2-7186-0225-2)
  • Comment s'en sortir ?, Paris, Galilée, « Débats », 1983. (ISBN 2-7186-0240-6)
  • Un Métier impossible. Lecture de « Constructions en analyse », Paris, Galilée, « Débats », 1983. (ISBN 2-7186-0241-4)
  • Lectures de Derrida, Paris, Galilée, « Débats », 1984. (ISBN 2-7186-0251-1)
  • La Mélancolie de l'art, Paris, Galilée, « Débats », 1985. (ISBN 2-7186-0274-0)
  • Pourquoi rit-on ? : Freud et le mot d'esprit, Paris, Galilée, « Débats », 1985. (ISBN 2-7186-0297-X)
  • Paroles suffoquées, Paris, Galilée, « Débats », 1986. (ISBN 2-7186-0312-7). Sur Maurice Blanchot et Robert Antelme.
  • Conversions. « Le Marchand de Venise » sous le signe de Saturne, Paris, Galilée, « Débats » 1987. (ISBN 2-7186-0325-9)
  • Socrate(s), Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1989. (ISBN 2-7186-0336-4)
  • Séductions. De Sartre à Héraclite, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1990. (ISBN 2-7186-0337-2)
  • avec Jean-Yves Masson, Don Juan ou le Refus de la dette, Paris, Galilée, « Débats », 1991. (ISBN 2-7186-0388-7)
  • « Il n'y a que le premier pas qui coûte » : Freud et la spéculation, Paris, Galilée, « Débats », 1991. (ISBN 2-7186-0396-8)
  • Explosion I. De l'Ecce homo de Nietzsche, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1992. (ISBN 2-7186-0397-6)
  • Explosion II. Les enfants de Nietzsche, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1993. (ISBN 2-7186-0418-2)
  • Le mépris des juifs. Nietzsche, les juifs, l'antisémitisme, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1994. (ISBN 2-7186-0437-9)
  • Rue Ordener, rue Labat, Paris, Galilée, 1994. (ISBN 2-7186-0439-5)
  • L'Imposture de la beauté et autres textes, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1995. (ISBN 2-7186-0464-6). Posthume, recueil d'articles parus dans les années 1980.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Dictionnaire des femmes juives en France. Présences féminines juives en France (XIXe et XXe siècles), « KOFMAN Sarah 1934-1944 Philosophe ».
  2. D'après sa notice biographique aux Éditions du Cerf.
  3. Roger-Pol Droit, « Sarah Kofman », notice biographique, Encyclopædia Universalis, accès en ligne avec abonnement. Il ne s'agirait pas selon lui d'un hasard.
  4. Yves Michaud

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Collin, Cahiers du Grif n°3, Sarah Kofman, Descartes & Cie, Coll. Revues du Grif, 1997.
  • François Laruelle, Le déclin de l'écriture suivi d'entretiens avec Jean-Luc Nancy, Sarah Kofman, Jacques Derrida, Philippe Lacoue-Labarthe, Aubier-Flammarion, Coll. La Philosophie en effet, 1977.
  • (en) Enigmas : essays on Sarah Kofman, edited by Penelope Deutscher & Kelly Oliver, Cornell University Press, 1999, 284 p.
  • Mathieu Frackowiak, Sarah Kofman et le devenir-femme des philosophes, Paris, Hermann, 2012, 212 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • R. Rosenblum, « Peut-on mourir de dire ? Sarah kofman, Primo Levi = Dying from having spoken », Revue française de psychanalyse, (ISSN 00352942), 2000, vol 64, no 1, p. 113-137

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]