Marthe Cohn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marthe Cohn

Nom de naissance Marthe Hoffnung
Naissance
Metz, France
Auteur
Langue d’écriture anglais
Genres

Œuvres principales

Derrière les lignes ennemies : Une espionne juive dans l'Allemagne nazie

Marthe Cohn, née Marthe Hoffnung le à Metz, est une auteur franco-américaine. Agent de renseignement française juive infiltrée dans l'Allemagne nazie, elle a relaté son histoire durant l'Occupation et la Libération dans un ouvrage paru aux États-Unis en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marthe Hoffnung naît le à Metz, en Lorraine. Elle découvre l'antisémitisme à l'âge de six ans, devant la synagogue de Metz[1]. En septembre 1939, suivant l'appel de la préfecture de Metz, elle se réfugie à Poitiers, où elle restera malgré l'occupation allemande. Après l'arrestation de sa sœur Stéphanie, par la Gestapo, le 17 juin 1942, Marthe organise l'évasion de sa famille de Poitiers vers la zone de Vichy, où elle peut notamment survivre grâce à de faux papiers, qui lui ont été confectionnés à Poitiers. Son fiancé Jacques Delaunay, un étudiant rencontré à Poitiers, activement engagé dans la Résistance, est fusillé le 6 octobre 1943 au Mont-Valérien, à Suresnes.

En novembre 1943, Marthe termine à l'école d'infirmières de la Croix-Rouge, à Marseille, les études qu'elle a commencées en octobre 1941 à Poitiers. Elle tente, en vain, de rejoindre la Résistance.

À la Libération, en septembre 1944, Marthe s'enrôle dans l'armée française régulière, où elle souhaite apporter ses compétences d'infirmière. Elle est versée dans le 151e régiment d'infanterie. Découvrant qu'elle parle parfaitement allemand, langue qu'elle utilisait pour communiquer avec ses parents, son supérieur, le colonel Fabien, lui propose d'intégrer les services de renseignement de la 1re armée. Elle est rattachée aux Commandos d'Afrique. Après quatorze tentatives infructueuses d'infiltration en Alsace occupée, elle pénètre en Allemagne via la Suisse le 11 avril 1945.

Infiltrée en Allemagne nazie, elle collecte de précieuses informations qui facilitent grandement l'avancée des troupes françaises – elle avertit notamment ses supérieurs de l'abandon de la ligne Siegfried, dans la région de Fribourg-en-Brisgau, et signale une importante embuscade de la Wehrmacht en Forêt-Noire. Pour ces actes, elle obtient la Croix de guerre en 1945, la Médaille militaire en 1999[2], le grade de Chevalier de la Légion d'honneur en 2004[3], puis la Médaille de reconnaissance de la Nation en 2006.

Marthe épouse Major Lloyd Cohn, un médecin américain, en 1958. Elle vit actuellement en Californie, aux États-Unis. Avec l'aide de la journaliste britannique Wendy Holden, elle a retracé son histoire dans un livre publié en 2002[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Marthe Cohn et Wendy Holden, Behind Enemy Lines : The true story of a French Jewish Spy in Nazi Germany, New York, Harmony Books,‎ (ISBN 0-609-61054-6).
  • Marthe Cohn et Wendy Holden (trad. de l'anglais par Hélène Prouteau), Derrière les lignes ennemies : Une espionne juive dans l'Allemagne nazie, Paris, Plon,‎ (ISBN 2-259-19658-6).
  • Marthe Cohn et Wendy Holden (trad. de l'anglais par Hélène Prouteau), Derrière les lignes ennemies : Une espionne juive dans l'Allemagne nazie, Paris, Éditions Tallandier,‎ (ISBN 2-7098-1769-1).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Marque, « Marthe Cohn : "Je n'ai jamais su refuser un challenge !" », Le Républicain lorrain, 16 novembre 2013.
  2. Décret du 8 décembre 1999 portant concession de la médaille militaire, publié au Journal officiel de la République française du 10 décembre 1999 [lire en ligne (page consultée le 8 février 2015)].
  3. Décret du 4 août 2004 portant promotion et nomination, publié au Journal officiel de la République française du 6 août 2004 [lire en ligne].
  4. Pour son ouvrage Derrière les lignes ennemies, Marthe Cohn a été primée en 2005 par le Jury Junior du Prix Grand Témoin de la France mutualiste, constitué d'élèves de seconde du Lycée franco-allemand de Buc.