Signe linguistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Langue des signes.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Signe.

Un signe linguistique désigne une unité d'expression du langage. Il est l'objet d'étude de différentes branches de la linguistique :

C'est Ferdinand de Saussure, professeur de linguistique à Genève et spécialiste du sanscrit, qui parle le premier de « signe linguistique » et qui introduit la distinction entre signifiant et signifié dans son Cours de linguistique générale (1906-1910), rédigé et édité par ses élèves en 1916.

C'est justement en sanscrit que sont écrites les plus anciennes études connues sur le sujet avec par exemple le traité grammatical de Pāṇini datant du Ier millénaire av. J.‑C.. Cette distinction du signe en lui-même est probablement mise en évidence par la confrontation du langage parlé en perpétuelle évolution à des écrits anciens, autorisant l'étude de ce signe distinctement de ce qu'il désigne.

Il en découle des questionnements dépassant le cadre des civilisations sur les qualités de ce signe, notamment sur sa nature arbitraire ou naturelle dont Platon par exemple nous rapporte un débat dans le Cratyle.

Deux conceptions[modifier | modifier le code]

Définition de Ferdinand de Saussure[modifier | modifier le code]

Les deux faces du signe linguistique selon Saussure.

Selon Saussure, le signe linguistique unit, « non pas un nom et une chose, mais un concept et une image acoustique»[3]. L'image acoustique (ou sensible) est appelée signifiant : ce n'est pas le son matériel, mais l'empreinte psychique de ce son ; le concept, appelé signifié, contient les traits distinctifs qui caractérisent ce signe par rapport aux traits d'autres signes de la langue. Le signe linguistique se définit donc comme une entité psychique à deux faces : signifiant/ signifié[4]. Par exemple, le mot français arbre est un signe linguistique associant la forme sonore /aʁbʁ/ au concept d'arbre en tant que arbre s'oppose, négativement, à l'intérieur de la langue, aux autres signes.

Frege, Ogden et Richards et le triangle sémiotique[modifier | modifier le code]

Voir Ogden et Richards

Le triangle sémiotique d'Odgens & Richard[modifier | modifier le code]

Si l'on considère un mot, mot écrit ou imprimé avec les lettres d'un alphabet ou un idéogramme, ou dit, prononcé avec des sons que l'on peut transcrire en alphabet phonétique, Il faut distinguer, en reprenant l'analyse d'Odgens et Richards et leur triangle sémiotique :

  • Le mot (Symbol) lui-même, le signifiant de Saussure que nous mettrons en italique pour respecter ses conventions
  • La chose (Ding), objet ou action, à laquelle il renvoie, le dénoté
  • Le concept (Begriff), ce à quoi il fait penser, le mot lu ou entendu, la connotation, le signifié de Saussure que nous mettrons entre guillemets pour les mêmes raisons et qui dépend de l'interlocuteur. Le mot chien qui renvoie à l'animal chien fait penser pour l'un à l'ami domestique pour l'autre à une bonne recette
  • L'emploi de ce mot par ceux qui parlent cette langue , l'écrivent ou l'impriment

Évolution historique du concept[modifier | modifier le code]

La linguistique hindoue[modifier | modifier le code]

Comme plus tard les Grecs confrontés à l'évolution de la langue depuis les textes classiques d'Homère, les Hindous développèrent une linguistique au Ier millénaire av. J.‑C.. Celle-ci était devenue nécessaire car le sanskrit avait fortement évolué depuis l'époque de l'écriture des principaux textes religieux, comme le Rig-Veda. Ainsi le traité grammatical de Pāṇini, probablement écrit à la fin du VIe siècle av. J.-C., est très moderne et les notions de morphème, phonème y sont bien distinguées, confirmant l'ancienneté de la tradition linguistique. On retrouve chez les Hindous, les mêmes débats que chez les Grecs sur les relations entre mots et réalité. Les deux points de vue sont représentés: les partisans de la motivation des mots et les partisans de la convention et de l'arbitraire[5]. Ainsi pour Patañjali au Ier siècle av. J.-C., le signe n'est défini que par ce qui l'oppose aux autres signes[6].

Les philosophes grecs[modifier | modifier le code]

L'adaptation du système d'écriture phénicien à la transcription de leur langue non-sémitique[7], la naissance de la rhétorique et son développement au Ve siècle av. J.-C.[8] ou tout simplement l'observation de l'existence de dialectes[9] peut être à l'origine de l'intérêt des philosophes grecs pour le langage.

Le premier, Héraclite d'Éphèse distingue la pensée (γὸδος), l'énoncé (ἒπος) et la réalité (ἒργον)[10], la liaison entre ces trois éléments étant réalisée par le logos, principe divin, unique[11]. Démocrite, au IVe siècle av. J.-C. s'oppose à l'origine divine du langage. Pour lui, le langage est purement conventionnel[12].

Au IVe siècle av. J.-C., dans le Cratyle, Platon expose les deux thèses opposées sur la nature des mots : pour Hermogène, partisan de l’arbitraire du signe, il n'y a entre ce qui sera plus tard nommé signifiant et signifié qu'un lien abstrait et extrinsèque, établi par convention, tandis que pour Cratyle, partisan de la motivation, les mots sont une peinture des choses, ils ressemblent à ce qu'ils signifient, ce sont des symboles.

Le triomphe du symbole[modifier | modifier le code]

Représentation d'Augustin d'Hippone dit « Saint Augustin »

Augustin d'Hippone est un des pionniers dans l'expression d'une motivation inconsciente du signe verbal qu'il expose au IVe siècle dans sa théorie du signe. Il affirme que « c'est par les signes que l'on apprend les choses[13] ». Il évoque également le retard du langage sur la pensée et l'explique ainsi :

« La raison en est surtout que cette conception intuitive inonde mon âme à la façon d'un éclair rapide, tandis que mon discours est lent, long et fort différent d'elle. De plus, pendant qu'il se déroule, cette conception s'est cachée dans sa retraite. Elle laisse pourtant dans la mémoire, d'une manière merveilleuse, un certain nombre d'empreintes, qui subsistent au cours de la brève expression des syllabes et qui nous servent à façonner les signes phonétiques appelés langage. Ce langage est latin, grec ou hébraïque… Que les signes soient pensés par l'esprit ou qu'ils soient exprimés par la voix, les empreintes ne sont ni latines, ni grecques, ni hébraïques, ni n'appartiennent en propre à aucune nation[14]. »

Augustin envisage un état du sens fait d'empreintes qui « n'appartiennent à aucune langue », ne sont pas conscientes et semblent universelles.

Le renouveau du signe indépendant[modifier | modifier le code]

Dès le XIIe siècle, le mouvement scolastique, né de la redécouverte des textes naturalistes d'Aristote en Occident, s'intéresse à nouveau à la question. Au XIIIe siècle, en réaction à la philosophie thomiste, le courant de pensée des modistes culminant avec Thomas d'Erfurt distingue plusieurs modes aux mots :

  • les modi essendi représentant ce que sont réellement les choses, sujet de la métaphysique et de la physique ;
  • les modi intellegendi représentant les choses telles que représentés dans l'intellect ;
  • les modi significandi représentant les choses de manière signifiée, mode qui est le sujet de la grammaire[15].

Les grammairiens commencent à distinguer ces modi significandi comme sujet d'étude à part entière, séparé de ce qu'il représente et de la manière dont il est pensé.

Une nouvelle étape est franchie en 1662 dans la Logique ou l'Art de penser d'Antoine Arnauld et Pierre Nicole. Ces auteurs, et le mouvement de Port-Royal avec eux, distinguent deux aspects au signe qui met en relation la chose représentée avec la chose qui représente[16]. Basée sur la notion de représentation, qui n'est pas symétrique[17], la distinction est différente de celle que fera plus tard de Saussure, basée sur l'association, concept symétrique[18].

Dès lors, la séparation des futurs signifiants et signifiés semble acquise, le concept d'arbitraire du signe et du rapport avec ce qu'il exprime apparaît sans véritable débat, dans Leibniz en 1763 ou dans l'article Étymologie de l'Encyclopédie en 1765[19]. La question semble fort annexe aux linguistes, surtout intéressés par les développements de la linguistique historique et de la linguistique comparative.

Ferdinand de Saussure[modifier | modifier le code]

Les travaux de Ferdinand de Saussure au début du XXe siècle figent plus ou moins en l'état cette notion d'arbitraire fondant les bases de la linguistique, pourtant il précise bien lui-même les limites d'acceptation de ce mot[20].

Saussure distingue quatre caractéristiques du signe linguistique:

  1. L'arbitraire du signe : le lien entre le signifiant et le signifié est arbitraire (c'est-à-dire immotivé[20]), car un même concept peut être associé à des images acoustiques différentes selon les langues[21].
  2. Le caractère linéaire du signifiant : « le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps »[22]. Les éléments des signifiants se présentent donc obligatoirement les uns après les autres, selon une succession linéaire : ils forment une chaîne[23].
  3. L'immutabilité synchronique[24] du signe : le signifiant associé à un concept donné s'impose à la communauté linguistique : un locuteur ne peut décider de le modifier arbitrairement[25].
  4. La mutabilité diachronique[24] du signe : les signes linguistiques peuvent néanmoins être modifiés par le temps[26], par l'évolution linguistique (Historique de la phonétique et modification du signifiant, du signifié ou de leur rapport[27]).

Un principe d'étude y est également posé puisque, dans le cadre de l'étude du langage, il est considéré que chaque élément n'est définissable que par ses relations avec les autres, dont l'ensemble forme ainsi un système [28], plus tard nommé une structure (à la base du courant de pensée du structuralisme).

Mais si ce Cours de linguistique générale introduit le principe de signe linguistique, et s'il est considéré comme la base et de la linguistique et de la sémiotique moderne, les différents aspects des mots sont l'objet d'études depuis l'Antiquité.

La remise en cause de l'arbitraire du signe[modifier | modifier le code]

Ferdinand de Saussure constate qu'à son époque « le principe de l’arbitraire du signe n’est contesté par personne »[29]. Mais en 1922 déjà, Otto Jespersen le remet en cause en lui opposant le symbolisme phonétique, particulièrement reconnaissable dans la langue anglaise[30], reprenant en la restreignant fortement la position de Wilhelm von Humboldt un siècle plus tôt[31].

Pour Ivan Fonagy, l’une des sources du débat perpétuel sur la motivation ou non du signe linguistique réside dans le réseau conceptuel erroné qui sous-tend la controverse: on oppose à la motivation les termes «conventionnel» et «arbitraire» comme des synonymes. Selon Fonagy, chaque signe linguistique est, par définition, conventionnel («codé») en tant qu’élément du système verbal. «Dire que tel ou tel mot d’une langue est «conventionnel» est un truisme, en fait, une tautologie, qui ne contient aucune indication sur le rapport entre signifiant et signifié, voire avec l’objet désigné. Ce rapport peut être parfaitement aléatoire ou, au contraire, plus ou moins motivé.» La thèse de l’arbitraire du signe linguistique appartient à la théorie générale du signe, tandis que celle de la motivation concerne plutôt la formation du mot.

Certains linguistes évitent le terme arbitraire en objectant que le signe n’est pas arbitraire, mais, par contre, institué, donné par une convention. Ils remplacent donc le mot arbitraire par l’adjectif conventionnel ou encore par le mot traditionnel. À propos de ce terme, Saussure précise même qu’il ne doit pas donner l’idée que le signifiant dépend du libre choix du sujet parlant et qu’il avait voulu dire qu’il est immotivé, c’est-à-dire arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n’a aucune attache naturelle dans la réalité.

Un demi-siècle après Saussure, le linguiste Émile Benveniste introduit la notion de référence. En plus de sa valeur différentielle, le mot (signe verbal) possède un sens, qui réside dans le rapport à un objet du monde ; mais Benveniste ne fait que déplacer l’arbitraire du signe non plus dans la relation signifiant/signifié, mais dans la relation signe/référent. Si en français le signifié arbre est inséparable du signifiant [arbr], la relation du mot arbre à l’objet réel est arbitraire et conventionnelle comme en témoigneraient les mots tree en anglais et Baum en allemand, qui n’ont aucun son commun, alors qu'ils renvoient au même objet arbre [32]. Autant dire que c'est toujours le règne de l’arbitraire du mot conscient. Benveniste s'interroge : "Poser la relation comme arbitraire" est pour le linguiste "une manière de se défendre contre cette question et aussi contre la solution que le sujet parlant y apporte instinctivement. " "Pour le sujet parlant, il y a entre la langue et la réalité adéquation complète : le signe recouvre et commande la réalité; mieux, il est cette réalité, tabous de parole, pouvoir magique du verbe, etc. Le point de vue du sujet et celui du linguiste sont si différents à cet égard que l'affirmation du linguiste quant à l'arbitraire des désignations ne réfute pas le sentiment contraire du sujet parlant"[32].

L'arbitraire du signe est aussi discuté par le linguiste Pierre Guiraud qui met en évidence l'existence de la motivation des mots onomatopéiques de type acoustique où existe une analogie entre sons signifiés et sons signifiants comme glouglou, flic flac, claquer, boum… qui peut s'étendre par métaphore aux couleurs ou idées assimilées à des bruits[33]. Pour lui, « un signe est un stimulus — c'est-à-dire une substance sensible — dont l'image mentale est associée dans notre esprit à celle d'un autre stimulus qu'il a pour fonction d'évoquer en vue d'une communication. »[34] Il définit « le signe comme la marque d'une intention de communiquer un sens. »[34]

Rapport à l'inconscient[modifier | modifier le code]

On reproche à Saussure de ne pas reconnaître les faits symboliques dans la langue, prise comme ensemble de signes arbitraires[35]. Il refuserait de déceler de la motivation dans les mots même dans ceux des langages inventés. Au contraire, pour l'un de ses contemporains, Victor Henry, « le langage est le produit de l’activité inconsciente d’un sujet conscient »[36]. Par exemple au sujet de la glossolalie sanscritoïde ou « martienne » de Hélène Smith, qui intriguait les milieux linguistiques genevois à la fin de XIXe siècle, il prospectera et découvrira dans cette glossolalie « un travestissement enfantin du français » grâce à des analogies auditives, qui résultent de procédés inconscients et subconscients du langage[37].

En psychanalyse[modifier | modifier le code]

Le psychanalyste Sigmund Freud affirme au début du XXe siècle que « c'est par la langue que l’essentiel se révèle. Comprendre, c’est zurückführen, littéralement conduire en arrière, ramener la langue vers son fondement, cette Grundsprache, langue des profondeurs, ou Seelesprache, langue de l'âme ». Dans La Science des rêves, Freud annonce que le rêve est un rébus et qu'il faut l’entendre à la lettre. Cette structure à base de lettres ou de phonèmes, qui articule le signifiant dans le discours, est un élément dynamique du rêve, telle la figure de "l'homme à tête de virgule".

Pour Jacques Lacan, par qui la notion de signifiant est passé de la linguistique à la psychanalyse dans les années 1960, « les images du rêve ne sont à retenir que pour leur valeur de signifiant », pour ce qu’elles permettent d’épeler du proverbe (préverbe) proposé par le rébus du rêve. Pour lui, le signifiant prime sur le signifié[38].

Le franchissement de la barre entre signifié et signifiant se ferait pour Lacan par le jeu des signifiants entre eux, chez chaque individu, avec un glissement incessant du signifié sous le signifiant qui s’effectue en psychanalyse par les formules de la métonymie et de la métaphore, qu’il nomme « lois du langage » de l'inconscient… [39]. Lacan affirme que "l'inconscient ne connaît que les éléments du signifiant", qu'il est "une chaîne de signifiants qui se répète et insiste", qui opère "sans tenir compte du signifié ou des limites acoustiques des syllabes"; Lacan écrit que "l'inconscient est structuré comme un langage". Il poursuit en avançant que "l'inconscient est pure affaire de lettre, et comme tel, à lire"… Lacan précise que « tout découpage du matériau signifiant en unités, qu'elles soient d'ordre phonique, graphique, gestuel ou tactile, est d'ordre littéral. »[réf. nécessaire] Mais « si toute séquence signifiante est une séquence de lettres, en revanche, pas toute séquence de lettres est une séquence signifiante.[réf. nécessaire]. La fonction des signifiants est d'induire dans le signifié la signification, en lui imposant leur structure[40].

Divisions multiples des signes[modifier | modifier le code]

Frege[41], en 1892, distinguait:

  • Le sens (Sinn). Le sens est l'expression ou la proposition, c'est la signification, la pensée exprimée, il peut être commun à plusieurs personnes.
  • La référence (dénotation, Bedeutung). La référence est l'objet désigné, ce qu'une expression linguistique désigne.
  • La représentation (Zeichen). La représentation est une unité mentale subjective et individuelle.

Dès 1897, le logicien Charles Peirce estime que le signe est une triade : representamen, objet, interprétant"[42]. Un representamen (signe matériel) dénote un object, un objet (un objet de pensée) grâce à un interpretant, un interprétant (une représentation mentale de la relation entre le representamen et l'objet, un sens).

Le triangle sémiotique, imaginé en 1923 par Charles Ogden et Ivor Richards[43], admet trois éléments :

  • le symbole (terme, expression linguistique),
  • la référence (concept, unité de pensée),
  • le référent (objet, partie du monde perceptible ou concevable : la Tour Eiffel, la vitesse).

En 1938, Charles W. Morris[44] distingue dans le signe quatre facteurs :

  • "le véhicule du signe": ce qui agit comme signe,
  • "le designatum": ce à quoi le signe réfère",
  • "l'effet produit sur un certain interprète",
  • "l'interprète", la personne pour qui le signe a fonction de signe.

D'autre part, Morris distingue trois "dimensions" du signe :

  • sémantique: la dimension sémantique regarde la relation entre le signe et ce qu'il signifie ;
  • syntaxique: la dimension syntaxique regarde la relation des signes entre eux ;
  • pragmatique: la dimension pragmatique regarde la relation entre les signes et les utilisateurs des signes.

Selon Jean-Marie Schaeffer, dans la perspective de Saussure, la notion de dimension sémantique est "le lieu d'une ambiguïté, puisqu'elle peut concerner les relations entre signifiant et signifié (designatum) ou alors celles entre le signe global et le référent (denotatum), on est évidemment obligé de distinguer entre relation sémantique (interne au signe) et relation référentielle[45].

Enfin, Morris distingue quatre usages du signe : l'information, l'évaluation, la stimulation, la systématisation[46].

Le nombre des faces augmente, avec les recherches. "Les principaux termes qui entrent dans la définition du signe sont :

  • le stimulus (le signal physique employé, par exemple un son vocal) ;
  • le signifiant (le modèle dont le stimulus constitue une manifestation, par exemple un phonème) ;
  • le signifié (le sens, le contenu du signe) ;
  • le concept (la représentation mentale à laquelle correspond le signifié), soit logique, soit psychologique ;
  • le référent (ce dont on parle quand on emploie tel signe)" (Louis Hébert).

Classifications des signes[modifier | modifier le code]

Charles Peirce[47] (1903) différenciait plusieurs types de signes tels que :

  • L'archétype : matrice de symboles, image primordiale. La notion provient de Carl-Gustav Jung.
  • L'allégorie : figuration d'un être abstrait.
  • L'emblème : objet représentant un ensemble de valeurs.
  • L'icône : signe où le représentant ressemble au représenté. La notion vient de Charles Peirce.
  • L'image : forme concrète reproduisant une réalité concrète.
  • L'indice : rapport causal.
  • L'insigne : objet montrant l'appartenance à une institution.
  • Le logo : nom dans un graphisme typographique spécial.
  • La métaphore : emploi d'un terme auquel on substitue un autre qui lui est assimilé après la suppression des mots introduisant la comparaison, tels que "comme".
  • Le nom : substantif, mot désignant les objets, les phénomènes, les qualités, les sentiments, les personnes, les peuples...
  • Le schème : figure simplifiée.
  • Le signal : signe déclenchant une réaction.
  • Le symbole : signe naturel, substitut non conventionnel du réel. Il est le résultat d'un code défini par une communauté.
  • Le symptôme : phénomène visible qui permet de déceler un état ou une évolution.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « On peut donc concevoir une science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale ; elle formerait une partie de la psychologie sociale, et par conséquent de la psychologie générale ; nous la nommerons sémiologie (du grec semeîon, "signe"). Elle nous apprendrait en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent. » (Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, page 33)
  2. «  La physiologie des sons (all. Laut- ou Sprachphysiologie) est souvent appelée "phonétique" (all. Phonetik, angl. phonetics). Ce terme nous semble impropre ; nous le remplaçons par celui de phonologie. Car phonétique a d'abord désigné et doit continuer à désigner l'étude des évolutions des sons ; l'on ne saurait confondre sous un même nom deux études absolument distinctes. La phonétique est une science historique ; elle analyse des événements, des transformations et se meut dans le temps. La phonologie est en dehors du temps, puisque le mécanisme de l'articulation reste toujours semblable à lui-même. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., pages 55-56)
  3. Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 98
  4. Dictionnaire de linguistique Larousse, 1973, p. 439.
  5. « Le rapport entre les mots et les choses avait pris presque la même place dans ces débats que chez les Grecs et chez nous : l'onomatopée et la motivation d'un côté, l'arbitraire et le conventionnel de l'autre. » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 39)
  6. « Patañjali se demande ce que c'est que le mot dans gauḥ "bœuf". Il répond, après avoir rejeté des définitions de substance, d'activité et de qualité, que le mot est ce qui fait naître, quand on le prononce, la notion de ce qui est muni d'une queue, de cornes, de pieds fourchus, etc., en d'autres mots un concept défini par une série de traits l'opposant à d'autres. »(Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 41)
  7. « La création de l'alphabet grec sur la base du système phénicien est un autre facteur qui a dû favoriser le développement de réflexions sur le langage et les langues » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 51)
  8. « Une autre source plus fructueuse d'une spéculation linguistique a sons doute été la naissance de la rhétorique. On connaît de sources indirectes l'importance des rhétoriciens, surtout depuis le Ve siècle av. J.-C., et nous savons que l'art de bien parler était devenu tôt un moyen d'accès politique et social. » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 50)
  9. « Il serait donc plus raisonnable de voir le point de départ, à l'époque classique, d'une étude de la langue dans la diversification dialectale à l'intérieur de la langue grecque même. » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 50)
  10. « Trois niveaux y sont distingués : 1/ ἒργον ou la réalité comme telle ; 2/ ἒπος ou l'événement linguistique (énoncé), et 3/ γὸδος qui est la synthèse des deux dans la mesure où un tel événement peut être perçu ou énoncé. » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 55)
  11. « Selon Héraclite, on pense ce qui est et l'on dit ce qu'on pense. L'énoncé retourne aux réalités auxquelles il se réfère. Ceci se réalise grâce au logos, lequel réunit les trois selon le schéma : (…) » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 55)
  12. « Si le langage est pour Héraclite d'origine divine, son antagonise de peu postérieur Démocrite (…) prend une position opposée. Le langage est d'origine purement conventionnelle. » (Bertil Malmberg, Histoire de la linguistique, Presses universitaires de France, 1991, p. 55)
  13. Augustin d'Hippone, La Doctrine chrétienne
  14. Augustin d'Hippone, La Catéchèse des débutants
  15. Irène Rosier-Catach, La Grammaire spéculative des modistes, 1983, pages 45-48.
  16. « Le signe renferme deux idées: l'une de la chose qui représente; l'autre de la chose représentée; & sa nature consiste à exciter la seconde par la première. » (Antoine Arnaud et Pierre Nicole, La Logique ou l'Art de penser, Gallimard, 1992, chap I, 4)
  17. « Comme Michel Foucault l'avait souligné dans Les Mots et les Choses (Paris, Gallimard, 1966, p. 72-81), la doctrine port-royaliste du signe se fondait sur la relation de représentation. Cette relation est asymétrique : A représente B n'implique pas que B représente A. » (Jean-Claude Milner, Le Périple structural, Seuil, 2002, p. 27)
  18. « Or, il est remarquable que Saussure ne parle justement pas de représentation. Le terme décisif dans la doctrine est celui d'association ; or la relation d'association est réciproque : A est associé à B implique que B est associé à A. » (Jean-Claude Milner, Le Périple structural, Seuil, 2002, p. 27)
  19. « Ce caractère arbitraire du signe était déjà signalé dans l'article "Étymologie" de l'Encyclopédie: "Les mots n'ont point avec ce qu'ils expriment un rapport nécessaire." Et Leibniz avait écrit en 1703, dans ses Nouveaux Essais sur l'entendement humain (publiés en 1763): "Il n'y a aucune connexion naturelle entre certains sons articulés et certains idées (car, en ce cas, il n'y aurait qu'une langue parmi les hommes), mais il y eut une institution arbitraire en vertu de laquelle tel mot a été volontairement le signe de telle idée." » (Jean Perrot, La linguistique, Que sais-je, Presses Universitaires de France, 17e édition, 2007, page 110)
  20. a et b « Le mot arbitraire appelle aussi une remarque. Il ne doit pas donner l'idée que le signifiant dépend du libre choix du sujet parlant (on verra plus bas qu'il n'est pas au pouvoir de l'individu de rien changer à un signe une fois établi dans un groupe linguistique) ; nous voulons dire qu'il est immotivé, c'est-à-dire arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n'a aucune attache naturelle dans la réalité. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 101)
  21. « Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l'association d'un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire. » (Ferdinand de Saussure, op cit., page 100)
  22. Ferdinand de Saussure, op. cit., page 103
  23. « Par opposition aux signifiants visuels (signaux maritimes, etc.) qui peuvent offrir des complications simultanées sur plusieurs dimensions, les signifiants acoustiques ne disposent que la ligne du temps ; leurs éléments se présentent l'un après l'autre ; ils forment une chaîne. Ce caractère apparaît immédiatement dès qu'on les représente par l'écriture et qu'on substitue la ligne spatiale des signes graphiques à la succession du temps. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 103)
  24. a et b « Est synchronique tout ce qui se rapporte à l'aspect statique de notre science, diachronique tout ce qui a trait aux évolutions. De même synchronie et diachronie désigneront respectivement un état de langue et une phase d'évolution. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 117)
  25. « Si par rapport à l'idée qu'il représente, le signifiant apparaît comme librement choisi, en revanche, par rapport à la communauté linguistique qui l'emploie, il n'est pas libre, il est imposé. La masse sociale n'est point consultée, et le signifiant choisi par la langue, ne pourrait être remplacé par un autre. Ce fait, qui semble envelopper une contradiction, pourrait être appelé familièrement "la carte forcée". On dit à la langue : "Choisissez !" mais on ajoute : "Ce sera ce signe et non un autre." Non seulement un individu serait incapable, s'il le voulait, de modifier en quoi que ce soit le choix qui a été fait, mais la masse elle-même ne peut exercer sa souveraineté sur un seul mot ; elle est liée à la langue telle qu'elle est. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 104)
  26. « Le temps, qui assure la continuité de la langue, a un autre effet, en apparence contradictoire au premier : celui d'altérer plus ou moins rapidement les signes linguistiques et, en un certain sens, on peut parler à la fois de l'immutabilité et de la mutabilité du signe. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 108)
  27. « Tout d'abord, ne nous méprenons pas sur le sens attaché ici au mot altération. Il pourrait faire croire qu'il s'agit spécialement des changements phonétiques subis par le signifiant, ou bien des changements de sens qui atteignent le concept signifié. Cette vue serait insuffisante. Quels que soient les facteurs d'altérations, qu'ils agissent isolément ou combinés, ils aboutissent toujours à un déplacement du rapport entre le signifié et le signifiant. » (Ferdinand de Saussure, op. cit., page 109)
  28. « La conception de la langue comme système conduit F. de Saussure à l'affirmation que "dans la langue, il n'y a que des différences" et que "la langue est une forme et non une substance". » (Jean Perrot, La linguistique, Que sais-je, Presses Universitaires de France, 17e édition, 2007, page 110)
  29. Cours de linguistique générale, p. 100)
  30. « Jespersen boude aussi, plus indirectement, l'arbitraire du signe en consacrant tout un chapitre de son traité aux problèmes du sound symbolism, c'est-à-dire du symbolisme phonétique; aucun lecteur anglo-saxon ne se trompe sur la signification théorique et polémique de ce chapitre, probablement parce que le phénomène est très perceptible en anglais. » (Georges Mounin, La linguistique du XXe siècle, Presses universitaires de France, 1972, page 73)
  31. « Jespersen est trop linguiste pour ne pas délimiter plus fermement que Humboldt l'étendue du phénomène. » (Georges Mounin, La linguistique du XXe siècle, Presses universitaires de France, 1972, page 73-74)
  32. a et b Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1971
  33. Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, 1967
  34. a et b Pierre Guiraud, La sémiologie, 1971.
  35. « Il n'y a pas de place pour le symbole chez Saussure. » (Tzvetan Todorov, Théories du symbole, p 337)
  36. Victor Henry, Antinomies linguistiques, 1896
  37. Victor Henry, Le Langage martien, étude analytique de la genèse d'une langue dans un cas de glossolalie somnambulique, Paris, Maisonneuve, 1901
  38. « Il est préséant par rapport au signifié. » (Jacques Lacan Écrits I, Éditions du Seuil (ISBN 9782020005807), 1966)
  39. Jacques Lacan Écrits I, Éditions du Seuil (ISBN 9782020005807), 1966
  40. Jacques Lacan Écrits I, Éditions du Seuil (ISBN 9782020005807), 1966, page 550
  41. Gottlob Frege, Sens et dénotation (1892), in Écrits logiques et philosophiques, trad., Seuil, 1971, p. 102-126.
  42. Charles Peirce, Écrits sur le signe, trad., 1978.
  43. Charles Ogden et Ivor Richards, The Meaning of Meaning, Paul Kegan, Londres, 1923.
  44. Charles W. Morris, Foundations of the Theory of Signs, article pour l'International Encyclopedia of Unified Science, vol. I, n° 2, Chicago, 1938, p. 77-138, repris in Writings on the General Theory of Signs, La Haye, 1971. Trad. fr. par J.-P. Paillet, Langages, n° 35, sept. 1974, p. 17.
  45. Oswald Ducrot et Jean-Marie Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Seuil, 1995, p. 217.
  46. Charles W. Morris, Signs, Language and Behavior, Englewood Cliffs, 1946.
  47. Charles Peirce, Elements of logic (1903). Recueil : Écrits sur le signe, Seuil, 1978.

Bibliographie[modifier | modifier le code]