Izis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Izis

Nom de naissance Israëlis Bidermanas
Naissance 17 janvier 1911
Marijampole, Lituanie
Décès 16 mai 1980 (à 69 ans)
Paris, France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession Photographe
Descendants

Izis, de son vrai nom Israëlis Bidermanas, né à Marijampole (Lituanie, alors partie de l'Empire russe) le 17 janvier 1911, mort à Paris le 16 mai 1980, est un photographe français d'origine lituanienne, de confession juive.

Il fut, aux côtés de Robert Doisneau, Willy Ronis, d'Édouard Boubat, d'Émile Savitry et d'Yvette Troispoux, l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

À sa naissance, dans la Lituanie sous domination russe, il est déclaré sous le nom d'« Izraël Biderman », transformé en « Israëlis Bidermanas » à la suite de l'indépendance en 1918. Il suit l'enseignement de l'école hébraïque où il est surnommé « le rêveur »[1].

Émigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre. Il travaille comme clandestin dans des laboratoires photographiques. À partir de 1933, il est responsable d'un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie à Ambazac dans le Limousin en 1941[2]. Arrêté et torturé par les Nazis, puis libéré par la Résistance, il entre dans le maquis et photographie ses compagnons de lutte, parmi lesquels le colonel Georges Guingouin. Robert Giraud, poète résistant et journaliste est avec René Rougerie l'un des premiers à parler d'Izis dans l'hebdomadaire « Unir », issu de la Résistance.

Revenu à Paris après la guerre, il se lie d'amitié avec Jacques Prévert[3] qui l'a décrit comme un « colporteur d'images » et d'autres artistes ou hommes de lettres : Aragon, Vercors, Marc Chagall, dont il fut un photographe autorisé à enregistrer le travail à l'Opéra de Paris en 1963-1964[2] et auprès de Hélène Jeanbrau, photographe officiel habilitée par le Ministère des Arts et des lettres pour suivre l'exécution du nouveau plafond de l'Opéra Garnier réalisée notamment dans les Ateliers des Gobelins et Meudon .

Il travaille d'abord comme pigiste pour Regards, hebdomadaire du Parti communiste, puis devient reporter pour Paris Match dès son premier numéro[2]. Il y publie de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d'Alger, ainsi que Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles ou Arman… Il y fera plusieurs reportages : en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie

Expositions[modifier | modifier le code]

Les photographies d'Izis ont fait l'objet d'expositions dans l'après-guerre : par exemple, l'exposition Five French photographers du Museum of Modern Art (Musée d'Art moderne) de New-York en 1951[2].

Après une longue traversée du désert, son œuvre revient au premier plan dans les années 2000 : en 2007, une exposition « Izis, à travers les archives photographiques de Paris Match (1949-1969) » s'est tenue à la Maison de la photographie Robert Doisneau, à Gentilly. Cette exposition est reprise en 2012 à Angers, conjointement à la Galerie 5 et à la galerie Dityvon.

En 2007, une autre exposition, « Izis, photographe de l'instant », a été présentée à Limoges, puis en Lituanie.

Une exposition « Izis » a eu lieu de janvier à mai 2010 à l'Hôtel de ville de Paris. Elle est ensuite présentée à Berlin.

Livres et catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Paris des rêves, Lausanne, Éditions Clairfontaine ; Paris, Éditions Mermoud, 1950. Nouvelle version à paraître en novembre 2009, chez Flammarion.
  • Grand Bal du printemps, Lausanne, Éditions Clairfontaine, 1951 (textes de Jacques Prévert). Réédition : Paris, Le Cherche midi, 2008. (ISBN 9782749111346)
  • Charmes de Londres, Lausanne, Éditions Clairfontaine, 1952. Réédition : Éditions de Monza, 1999. Textes de Jacques Prévert.
  • Gala Day London, Harvill Press, 1953. Texte de John Betjeman.
  • The Queen's People, [London], Harvill Press, [1953]. Texte de John Pudney.
  • Paradis terrestre, Lausanne, Éditions Clairfontaine, 1953. Texte de Colette.
  • Izis, Chicago, Art Institute of Chicago, 1955.
  • Israël, Lausanne, Éditions Clairfontaine, 1955. Préface d'André Malraux.
  • Israel, New York, Orion Press, 1958.
  • " Le Cirque d'Izis ", Monte Carlo, André Sauret, 1965. Texte de Jacques Prévert. Illustré de 4 compositions originales couleurs de Marc Chagall.
  • The World of Marc Chagall, London, Aldus, 1968 (ISBN 0490001009). Garden City, N.Y., Doubleday, 1968.
  • Le Monde de Chagall, Paris, Gallimard, 1969.
  • Izis (Israel Biderman), octobre-décembre 1972, [Tel Aviv], Musée de Tel-Aviv, 1972.
  • Paris des poètes. Paris, Nathan, 1977.
  • Izis, Toulouse, Galerie municipale du Château d'eau, 1978.
  • Rétrospective Izis: 14 octobre-8 janvier, Hôtel de Sully, Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1988 (ISBN 2858220794)
  • Izis, photographies, Paris, Éditions du Désastre, 1988 (ISBN 2877700003)
  • Les Amoureux du temps retrouvé, Treville, 1989.
  • Les Enfants du temps perdu, Treville, 1989.
  • Izis: photos 1944-1980, Paris, Éditions de la Martinière, 1993 (ISBN 2732420166)
  • Izis, Captive Dreams: Photographs 1944–1980, Londres, Thames & Hudson, 1993 (ISBN 0-500-54185-X)
  • IZIS, Paris des rêves Catalogue de l'exposition à l'Hôtel de Ville de Paris, janvier-mai 2010, publié par Flammarion, et l'exposition en ligne sur Paris.fr avec images hautes définitions et vidéos][4],[5].
  • Izis 100 photos de René Burri pour la liberté de la presse, Paris : Reporters sans frontières, impr. 2011, (ISBN 978-2-362200-00-7)[6]

Films sur Izis[modifier | modifier le code]

  • Izis, réalisation Annie Anzie dans la série La Chambre noire d’Albert Plécy et Michel Tournier, ORTF, 1965, 28’
  • Izis ou le Regard habité, Marc Wilmart et Yves Kovacs, ORTF Limoges, 1975, 30’53’’

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro du 23 janvier 2010 : Paris révèle Izis, un photographe oublié
  2. a, b, c et d Vanessa Monteil, « À Ambazac, Izis ne se cache plus... », Le Populaire du Centre, 14 mars 2011, p. 3
  3. Grand bal du printemps ! Quand Prévert et Izis réveillent Paris
  4. Izis et onirisme
  5. Article sur IZIS, Paris des rêves à l'Hôtel de Ville de Paris, Artistik Rezo, Julien Brossard, 2 février 2010.
  6. [Album sur le site de Reporters sans frontières http://albums.rsf.org/izis/]

Liens externes[modifier | modifier le code]