Olivier Mongin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mongin.

Olivier Mongin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier Mongin intervenant lors de la session des Semaines sociales de France au parc floral de paris, le 25 novembre 2011

Olivier Mongin est un écrivain et essayiste français, né à Paris en 1951. Il a été directeur de la revue Esprit de 1988 à décembre 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après une khâgne au Lycée Henri-IV, Olivier Mongin poursuit des études volontairement pluridiciplinaires, associant lettres, anthropologie à l'Université Paris VII, histoire et philosophie à la Sorbonne. La philosophie est sa discipline de référence ; il rédige ainsi le premier mémoire universitaire sur Levinas en France. Ce parcours multidisciplinaire l'a naturellement conduit à la direction d'une revue généraliste.

Parcours intellectuel[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, Olivier Mongin[1] n'adhère pas au marxisme dominant le champ intellectuel, marqué par la personnalité de Louis Althusser ; sa trajectoire croise des figures alors marginales. Michel de Certeau le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines ; Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte anti-totalitaire. Il demeure marqué par les figures d'Emmanuel Levinas et Paul Ricœur. Il ne découvre pas ce dernier[2] par le Personnalisme ou la revue Esprit, mais parce qu'il suit ses cours de phénoménologie dans lesquels il entre en discussion avec le structuralisme, la linguistique, l'anthropologie, l'histoire, la fiction. À ces figures, ajoutons celles de Pierre Clastres, Jean-François Lyotard, Marcel Gauchet. Il est très tôt[Quand ?] lecteur des grandes revues qui structuraient le paysage intellectuel français : Esprit, Les Temps modernes, Études. Très jeune, en pleine période franquiste[Quand ?], il participe à Barcelone à l'animation de la revue La Posobra (La Veille, éditée à Andorre).

Direction de la revue Esprit (1988-2012)[modifier | modifier le code]

La revue Esprit n'est pas la terre d'origine d'Olivier Mongin, même s'il l'a lue très tôt et s'il vient du catholicisme social. Il est un peu décalé par rapport au personnalisme d'Emmanuel Mounier, fondateur en 1932 de la publication, et il n'appartient pas à la très importante génération de militants qui l'avaient portée auparavant (qu'on songe à Jean-Marie Domenach, ancien résistant et militant contre la guerre d'Algérie, directeur après la mort d' Albert Béguin de la revue Esprit de 1957 à 1976). Paulette Mounier, Bertrand d'Astorg, Camille Bourniquel, Louis Dulong, Paul Fraisse, François Goguel, Jean Lacroix et Henri Marrou, figures historiques d'Esprit avaient d'ailleurs souhaité se retirer de la revue au moment où Jean-Marie Domenach avait cessé de la diriger. La génération d'Olivier Mongin sera moins « républicaine » que celle qui l'a immédiatement précédée (Paul Thibaud). Il entre à la revue comme secrétaire en 1976, quand Paul Thibaud en prend la direction[3]. La revue lui est une terre d'accueil, dans sa lutte contre le totalitarisme, la redécouverte du libéralisme, l'influence de penseurs comme Ivan Illich, René Girard, et la mise au premier plan intellectuel d'Emmanuel Levinas, de Paul Ricœur et de Claude Lefort.

Olivier Mongin succède à Paul Thibaud fin 1988, époque de transformations importantes avec la chute du Mur de Berlin et « l'illusion » de la « fin de l'histoire », illusion qui est vite détrompée par les rapides transformations du monde contemporain.

Penser le monde contemporain[modifier | modifier le code]

Un point de vue multidisciplinaire[modifier | modifier le code]

En marge du monde intellectuel académique, déstabilisé par la mise à mal de la figure du professeur, Olivier Mongin peut se servir de son point de vue multidisciplinaire et indépendant pour s’attaquer aux problèmes créées par les ruptures : comment civiliser un monde qui est violent, et qui – contrairement aux croyances des générations précédentes – restera violent ?

Un thème important est celui de la « Condition urbaine » (un livre porte ce titre, 2005[4]) : la mondialisation n’est pas qu’un phénomène économique, on assiste aussi à une reconfiguration des territoires[5]. Une autre approche de la compréhension du monde tel qu’il est en train de bouger, c’est la prise en compte des « fictions » qui le décrit : dans les romans, sur scènes, et sur les écrans ; c’est la thématique des trois volumes des Passions démocratiques (1991-2002)[6]. C’est aussi une façon de prendre en compte la rupture créée par les nouvelles technologies. Son livre sur les Mutations du paysage intellectuel, Face au Scepticisme (1998), s’attaquait à la mutation du paysage intellectuel à l’heure de la mondialisation et à la nécessaire remise en compte des schémas de pensée.

Une réflexion en cours[modifier | modifier le code]

Olivier Mongin vient d’une génération anti-totalitaire et portée par des valeurs démocratiques venues de l’histoire culturelle, philosophique et politique européenne. Mais le monde d’aujourd’hui est beaucoup plus grand que l’Europe qui est maintenant décentrée. Les valeurs européennes ne sont pas dévalorisées, mais il faut les penser dans un monde où l’Europe n’est plus le centre du monde.

Un thème majeur reste celui de la violence[7], dans les villes, dans la politique, dans la création artistique. Olivier Mongin n’a jamais cru à l’éradication de la violence contrairement à des théoriciens de l’individualisme et de la pacification démocratiques. La violence perdure, qu’en fait-on ? Qu’est-ce qu’une « civilisation démocratique » de la violence ? Olivier Mongin a ainsi beaucoup écrit sur le comique[8], car celui-ci le frappe, paradoxalement, par sa violence[9].

Pour lire le monde contemporain, surtout dans la façon dont il est reflété sur nos écrans, il a souvent recours aux techniques d’analyse de la mise en scène telles qu’il les a héritées de deux grands auteurs  : André Bazin – le père spirituel de François Truffaut a aussi été le grand critique de la revue Esprit – et Serge Daney, autre esprit indépendant, autodidacte, iconoclaste, le plus grand critique de cinéma de sa génération, mort précocement (1992), et qui était venu à la rencontre d’Esprit. À cette question de Philippe Petit : « Le déficit de mise en scène est donc, selon vous, au cœur du malaise de la représentation de nos sociétés contemporaines », Olivier Mongin répond : « Absolument. On ne manque pas de réel, on ne manque pas d’informations, elles fusent de partout, du plus près au plus lointain. On ne manque pas de spectacle non plus, c’est incontestable, il suffit d’allumer le petit écran pour s’en rendre compte. On manque seulement d’une capacité de mise en scène, c’est-à-dire de recul et de décalage qui nous permettent de mieux saisir corporellement et intellectuellement le monde présent et comment on peut y agir autrement qu’en ravivant des vieux schémas. »[10]

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Olivier Mongin a codirigé la collection « La Couleur des Idées » aux Éditions du Seuil de 1985 à 2007. Il a dirigé la collection « Questions de Société » aux Éditions Hachette de 1993 à 1997.
  • Ancien secrétaire général, puis vice-président du Syndicat de la presse culturelle et scientifique. Ancien secrétaire général du groupement pour les droits des minorités de 1977 à 1982. Membre du conseil d’administration de la chaîne de télévision Sénat. Vice-président de la République des Idées.
  • Enseignement : philosophie politique à l’IEP de Lyon de 1980 à 1985 ; au Centre Sèvres à Paris de 1987 à 1998 ; à l’Ecole du paysage de Versailles.
  • Directeur de la publication "Tous Urbains"
  • Il est membre du comité d’orientation et de prospective du Forum Vies Mobiles[11]

Livres[modifier | modifier le code]

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • La Peur du Vide; Essai sur les Passions démocratiques I, Paris Seuil, 1991; rééd. poche 2003.
  • Paul Ricœur, Paris, Seuil, 1994; rééd. Poche Points, 1998.
  • Face au scepticisme. Les mutations du paysage intellectuel, La Découverte, 1994; rééd. Pluriel, 1998.
  • Vers la troisième Ville ? préface de Christian de Porzamparc, Hachette, 1995.
  • Buster Keaton, l'Étoile filante, Hachette, 1995.
  • La violence des images. Essai sur les Passions démocratiques II, Seuil, 1997.
  • L’Après-1989, Les nouveaux langages du politique, Hachette Littérature, 1998.
  • Éclats de rire. Variations sur le corps comique. Essai sur les Passions démocratiques III, Seuil, 2002.
  • L’artiste et le politique – Éloge de la Scène dans la société des écrans, entretien mené par Philippe Petit, Textuel, 2004.
  • Paul Ricœur – De l’Homme coupable à l’homme capable, avec Michaël Foessel, ADPF, 2005.
  • La condition urbaine, la ville à l'heure de la mondialisation, Seuil, 2005 ; rééd. coll. poche Points Seuil, 2007.
  • De quoi rions-nous ? La société et ses comiques, Plon, 2006 ; rééd. Coll. de poche Pluriel/Hachette, 2007.
  • Sarkozy - Corps et âme d'un président, par Olivier Mongin et Georges Vigarello, Perrin, 2008.
  • La Ville des flux : L'envers et l'endroit de la mondialisation urbaine, Fayard, 2013

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Franz Rosenzweig, dir. O. Mongin, A. Derczanski et J. Rolland, Lagrasse, Verdier, 1982.
  • Islam, le grand malentendu, dir. O. Mongin et Olivier Roy, Paris, Éditions Autrement, 1987.
  • Un Monde désenchanté ? dir. O. Mongin et P. Colin, Paris, Le Cerf, 1988.
  • Araméennes : conversation avec Jean Grosjean, Paris, Le Cerf, 1988.
  • Kosovo, un drame annoncé, dir. O. Mongin et A. Garapon, Éditions Michalon, 1999.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir principalement : L’artiste et le politique – Éloge de la Scène dans la société des écrans, entretien mené par Philippe Petit, Textuel, 2004
  2. Voir : Olivier Mongin, Paul Ricœur, Seuil, 1994 ; réed. Points/Seuil, 1998
  3. Voir l'entretien sur le Site Nonfiction dans les Liens externes
  4. Voir aussi : http://oliviermongin.blogs.nouvelobs.com/
  5. Voir l'article de Thierry Paquot sur le site de la Revue Urbanisme : http://www.urbanisme.fr/issue/library.php?code=344
  6. Voir la trilogie Essai sur les Passions démocratiques : I La peur du Vide, Seuil, 1991 ; II La Violence des Images, Seuil, 1997 ; III Eclats de rire, Seuil, 2002.
  7. Voir sur le Site du Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/1996/08/MONGIN/5780
  8. Voir l'entretien sur le Site de L'Express : http://www.lexpress.fr/informations/olivier-mongin-directeur-de-la-revue-esprit_721852.html
  9. Voir : Olivier Mongin, De quoi rions-nous ?, 2006
  10. L’artiste et le politique, éloge de la scène dans la société des écrans, entretien mené par Philippe Petit,Textuel, 2004
  11. Le comité d’orientation et de prospective du Forum Vies Mobiles http://fr.forumviesmobiles.org/page/comite-dorientation-et-prospective

Liens externes[modifier | modifier le code]